Manipulatrice et perverse narcissique

Résolu/Fermé
jupaucha - Modifié par sante-medecine le 19/05/2011 à 10:56
 andrea - 10 juil. 2011 à 22:17
Bonjour,
J'ai lu sur le site une question et les réponses à cette question concernant un manipulateur/pervers narcissique. je suis un homme qui vient de rompre (séparation) pour la 5ème fois en trois ans.
Ceci peut paraitre énorme, mais parce que la seule chose que peut respecter le pervers narcissique c'est le courage démontré à long terme de la persistance et la persévérance de son ancienne victime (qu'elle décrit comme: "tu es tenace"), malgré les épreuves endurées, ses capacités morales et intellectuelles qui font d'elle qu'elle se respecte à nouveau et que, alors, il la respecte.
Cette femme est atteinte de troubles sévère de manipulation, ainsi que perversion narcissique. je viens depuis peu de découvrir enfin cette maladie en parlant avec une personne.
J'ai lu deux livres consacrés à ce sujet qui sont:
le harcèlement moral - de Marie-France Hirigoyen, et, les manipulateurs et l'amour - de Isabelle Nazare-Aga.
Cette lecture explique leur fonctionnement ,fait peur, mais fait réfléchir.
Tout d'abord je ne connaissais pas ce mal, ne savais pas l'identifier, et il y avait tant de choses que je comprenais pas dans notre relation.
Dans le second livre sont données les 30 caractéristiques du manipulateur.
La femme dont je vous parle en compte 22, ce qui tend à dire qu'elle est malade, et elle ne semble pas s'en rendre compte à l'inverse du jeune homme précité.
Je suis certainement encore sous l'emprise, mais j'ai le souhait (si elle peut prendre conscience de ce besoin ?) de la diriger sans savoir de quelle manière vers des spécialistes,
Pourriez-vous me dire si cela est possible, voire m'en dire un peu plus.
car on parle souvent d'aider les victimes, mais rarement les agresseurs, qui sont pourtant des personnes humaines jusqu'à preuve du contraire, il semble inconvenant de dire qu'ils sont dépourvus de sentiments humains, tout au plus pourrait-on dire qu'ils semblent peu sensibles à ce que la plupart de leurs congénères considèrent comme des "bons sentiments".
D'autre part ,il me semble utile de dire qu'il y a eu entre le pervers narcissique et sa victime du plaisir partagé avant que ne se mette en place la mécanique destructive .Il y a eu de la séduction,de l'amour peut-être même,et en tout cas une rencontre inoubliable.
Pour finir, si cette ancienne victime à envie et souhaite par un réel amour, accepter de se faire conseiller. Avec un peu d'entraînement elle peut aussi s'exercer, pour le contrer, à la perversité calculée par touches posées, mais pour cela elle doit prendre un énorme recul. Il faut d'abord qu'elle puisse nommer les violences pour mieux les identifier et ainsi mieux les reconnaître, qu'elle se fasse entendre et qu'elle évite de mettre en avant ses réussites. Il lui faut apprendre à parler calmement devant lui de cette violence qu'elle refuse et s'y tenir.
Elle ne doit plus jamais croire par principe en la parole de "son bourreau" et doit veiller à peser ses mots. Elle doit rester aimable avec quelques compliments opportuns et non pas donnés en « béquille » permanente et gaspillés, comme auparavant. Elle doit continuer à soigner son apparence au niveau vestimentaire et au niveau discours, affronter le plus calmement possible la colère, le risque de vengeance, sa capacité de rebond retord et tenter de souffler pour maîtriser ses émotions.
J'ai usé mon énergie pendant 3 ans pour rien , ne sachant rien sur cette maladie, aujourd'hui sans être savant je peux nommer les évènements ,mieux les comprendre et savoir ce que j'ai envie.
j'ai vu au tout début ,ces yeux brillaient et son sourire éclatait de joie, avant qu'elle n'entame la destruction, je voudrais lui rendre ce bonheur, Je voudrais la sauvée d'elle, pour elle, même si elle n'est pas pour moi, et si quelqu'un le peut.

Merci.

14 réponses

Quadra perdu dans ses contradictions
Modifié par p.horde le 16/02/2012 à 10:06
Je suis complètement effaré... serais-je un manipulateur pervers narcissique ?
Homme de 45 ans, jusque là parfaitement honnête dans ma vie sentimentale et conjugale, je sors depuis peu d'une relation adultère que j'ai vécu avec d'atroces souffrances psychologiques.
Ma maîtresse, appelons-la XXX, me vouait une passion apparemment sincère et qui avait traversé le temps. Nous avions trainé nos guêtres dans les mêmes collèges et lycée jusqu'à ce que la vie nous séparent et sans que nous ne nous soyons jamais déclarés l'un à l'autre. Elle, femme superbe et intelligente. Moi, mec en manque total de confiance en soi et d'aspect on ne peut plus banal. Pas Quasimodo, mais pas Adonis pour autant.
Notre relation a commencé par l'échange simple d'un message que je lui envoyais par le biais d'un de ces nombreux sites de retrouvailles d'anciens amis d'école. C'était le jour de sa fête. Avec un brin de nostalgie, je lui souhaitais bonne fête. J'étais conscient qu'elle était mariée, mère de plusieurs enfants. Je faisais donc très attention à choisir mes mots pour ne pas me présenter en tant que séducteur.
Moi-même marié depuis plus de 25 ans, père de plusieurs enfants aussi, je me faisais plaisir en envoyant un mot gentil à ce souvenir de ma jeunesse que je n'avais jamais vraiment oublié...
Surprise... XXX me répond et me propose de changer de réseau de communication pour entretenir le contact avec d'autres anciens élèves. Heureux de la circonstance, je répondais positivement à l'invitation. Je tiens à préciser que je n'envisageais pas de me lancer dans une relation adultère. J'avoue que j'aurais adoré épouser cette femme mais le temps et nos familles nous séparaient. C'est donc l'esprit clair et détaché que je prenais contact pour découvrir ce qu'était devenue cette femme. Et la relation débute par internet et va se prolonger pendant 8 mois. Nous échangerons au total plus de 1200 messages, sans parler de milliers de SMS et de conversations "en live".
Nous découvrons nos parcours, échangeons plein de points de vue sur toute sorte de sujets puis, lui parlant d'une de mes passions, elle me déclare tout de go qu'elle adorerait participer avec moi à l'élaboration d'un livre.
Stupéfaction totale ! Je saute sur l'occasion de trouver enfin quelqu'un pour mener à terme un livre. Exercice difficile et long à gérer dans le temps. Elle déclare avoir les mêmes difficultés que moi à terminer un livre.
A deux, nous pourrions peut-être y parvenir ?
Elle se lance à corps perdu dans le projet et moi, plein d'énergie et d'enthousiasme, j'y plonge, tête la première !
Qu'elle choisisse un genre, un thème, un sujet...ce qu'elle veut ! J'ai déjà tout tenté comme genre !
Et je me mets au travail avec acharnement, lui soumets mes premiers écrits qu'elle valide après de dures négociations linguistiques.
Tout cela dure quelques jours, peut-être deux ou trois semaines, tout au plus.
Puis, au détour d'une conversation anodine, elle me balance qu'elle était amoureuse de moi quand elle était adolescente...
Terrain glissant, me dis-je alors... Je feins de ne pas avoir lu la phrase. Alors elle y revient une seconde fois, un peu plus loin dans la conversation que je tente de garder sur les rails. Je suis déjà très mal à l'aise...
Je me dis que je suis maintenant adulte...que je saurais "gérer" la situation... Je ne peux plus me défiler, alors je rentre dans cette conversation...
Elle me balance alors qu'elle était amoureuse de moi...grave. Me rappelle plein de petits détails de nos vies d'écoliers que j'avais oubliés depuis longtemps. Puis je tente de ramener la conversation sur le sujet initial : l'élaboration d'un livre.
En vain, bien sûr. Elle remonte au créneau une troisième fois, et là... les arguments massifs commencent à tomber.
Elle me dit qu'elle m'attend depuis 25 ans, qu'elle s'est mariée à un autre homme par dépit de m'avoir perdu, etc...
J'étais naguère très amoureux d'elle. Trop introverti, je n'avais rien tenté pour la séduire alors. Et souvent j'avais encore pensé à elle... Aujourd'hui, voilà que le Destin semblait vouloir frapper à ma porte...
Vrai que mon couple s'était largement assoupi, que la routine nous avait envahi et que le silence régnait souvent en maître entre nous... Et voilà que tous mes souvenirs d'ados remontent à la surface avec violence. Seulement voilà, je suis un adulte maintenant... Mes craintes d'ados, mes angoisses et mes incertitudes de jeune homme se sont évanouies depuis longtemps...
Et nous voici lancés dans une relation adultère qui commence par voie électronique. Je me déchaîne en déclarations d'amour totalement endiablées, fiévreuses et passionnées...
Et elle y répond avec la même passion.
Tout cela me perturbe profondément. Coincé entre ma morale de mari et de père de famille, je tente de garder la tête froide. J'indique à XXX que je sais que je suis quelqu'un de très fragile sur le plan affectif, que je ne sais pas aimer, que je SAIS que je vais la faire souffrir par mes maladresses et ma jalousie maladive.
Mais rien n'y fait. Elle bouscule toutes mes défenses, renverse toutes mes protections. Elle finit par m'extraire de la caverne dans laquelle je me protégeais du monde depuis toujours. Mon enfance n'a pas été un modèle de calme et d'épanouissement. Parents en guerre permanente, instrumentalisation des enfants pendant les phases les plus violentes entre père et mère. Divorce dévastateur, père alcoolique, etc...
Elle s'en fout, me dit qu'elle aura la force et l'énergie requises pour m'apprivoiser (ce sont ses termes) et faire de moi un homme heureux.
A force de persuasion, elle arrive à me convaincre de me livrer, de m'abandonner à elle.
Et, de là, nous basculons sur l'aspect sexuel de notre relation. Aspect qui me terrorisait particulièrement parce que je ne sentais pas l'âme ni les capacités d'un Don Juan...
Elle m'envoie des photos d'elle. D'abord des clichés très conventionnels : elle, ses enfants, son jardin, son chat, etc...
Puis, j'en demande plus...
Et, sans aucun problème arrivent des clichés beaucoup plus suggestifs... et sans aucune équivoque possible concernant la nature de la relation qu'elle veut entretenir.
Le travail en moi est considérable. Je sens que je perds pied, que tous mes repères volent en éclat.
Bref, la passion amoureuse et, jusqu'alors, très "platonique" vire au rouge et plonge à pieds joints dans la passion sexuelle la plus débridée.
Mon malaise grandit de jour en jour. Elle est très entreprenante, très décomplexée, fonce et montre une volonté absolue d'assouvir sa passion...avec des arriérés d'un quart de siècle !
Nous nous rencontrons enfin. Tout de suite, elle prend les initiatives. Je me laisse porter par les évènements mais je sens, déjà, que quelque chose ne va pas. Je sens que cette femme à une très grande habitude des hommes. Quand elle parle des hommes, d'ailleurs, elle n'a pas de mots assez durs pour les qualifier.
D'un naturel très franc, je pose des questions sur son passé. Amants ? Amourettes ? etc...
Elle m'assure avec énergie qu'elle est innocente comme l'enfant qui vient de naître.
Pourtant, mon malaise s'est installé et ne me quittera jamais plus.
Je sais que je suis très jaloux, je me dis donc que je délire et que je m'imagine tout, et surtout n'importe quoi...
Notre relation continue, montant sans cesse en intensité et en sexualité. En découle une sorte de frénésie permanente et incontrôlable. J'en perds le sommeil et la raison. Je dois aussi travailler, gérer mon entreprise, assurer mon rôle de père. Celui de mari ? FINI !!!
Je suis incapable de me séparer entre deux femmes, et mon épouse "m'encombre" plutôt qu'autre chose...
Je ne suis plus lucide. Mes rares amis, mon père, ma femme, tous ceux qui me croisent me disent que j'ai une tête de déterré... et pour cause ; je ne dors plus que deux à quatre heures pas jour !
Cette relation me fait perdre complètement pied. Je néglige absolument tout, je suis amoureux comme un adolescent. Comme l'ados que je fus naguère et qui me permet de fuir les difficultés de ma vie actuelle...
Je veux parler d'avenir avec XXX. Je la demande en mariage ! Moi, qui ai toujours refusé le mariage (fils de divorcé, tu penses !), en couple, des enfants, voilà que je fais une demande en mariage à une femme mariée et mère !!!!
Le délire total !
Mais elle répond favorablement à ma demande !
On parle même de faire des enfants !
Alors, esprit bâtisseur comme tous les hommes, je veux projeter un avenir confortable à notre amour.
Et là...les choses se compliquent... Elle se contente de réponses qui ne font qu'accroître mon malaise.
Réponses vagues ou du genre : "vivons l'instant présent, contentons-nous de nous aimer à l'instant"...
Puis, pour contrer mon insistance qui pèse un peu plus : " Tu sais que nous avons des enfants et tu me dis sans cesse que tu ne pourras jamais te séparer de tes enfants"...
Puis ; " Je ne pourrais pas vivre sans mes enfants"...."Il faut y aller doucement, très doucement"
En fait, toute une longue litanie de raisons logiques et sensées...
Mais je propose d'accueillir femme et enfants, avec les miens. Faisons une grande famille !
Délire que tout cela....
Alors, je SENS que tout va dérailler... il faut que j'en ai le coeur net...
Alors, je me lance dans une offensive pressante et violente pour tenter d'arracher sa décision.
Dans l'intervalle, chaque week-end, chaque congés, chaque séparation prolongée me rendent complètement dingue. Je traverse pour la première fois de ma vie de très violentes crises d'angoisse. Je sombre dans des orages qui se transforment en tempêtes tropicales de plus en plus violentes. Je me sens baladé comme un pantin par des multitudes de pensées complexes et désespérées...
Ce phénomène devient de plus en plus violent. Je commence à m'en prendre à elle, lui inflige des séances verbales très dures, jamais d'insultes, mais des propos très agressifs qui la font souffrir. Je continue de tout mettre sur le compte de ma jalousie maladive qui ne fait que croitre au fil des jours...
Je présente mes excuses le lendemain.
Mais mon comportement commence à laisser des traces. Je le sens. Alors, je décide d'aller chez un psy. Mais il y a 3 mois de délais...
3 mois pendant lesquels je crains de devenir fou au sens premier du terme. J'ai vraiment le sentiment de perdre la raison. Je m'enfonce dans des délires d'angoisses et de terreur que je ne parviens pas à contrôler...
Finalement, ne pouvant plus garder tout cela caché, je finis par en parler (très partiellement) à mon père. Je lui demande conseille après lui avoir parlé de XXX et de mes doutes.
Il me répond sans hésiter qu'elle se moque de moi, qu'elle ne me suivra jamais...
Je rencontre ensuite mon psy...qui me confirme dès notre premier entretien (que j'ai majoritairement passé à pleurer à chaudes larmes) qu'elle ne me suivra jamais...
Dépression nerveuse qui éclate au grand jour...
Perte de contrôle total. J'ai l'impression qu'une autre personnalité m'habite et me fait faire n'importe quoi.
Je découvre que je souffre d'abandonnisme. Maladie que je ne connaissais pas et que, par instinct ou par chance, j'avais toujours bien dissimulé en me protégeant, en restant, justement, au fond de ma caverne...
Mais XXX m'en a sortie... pour mieux me briser comme une coquille de noix...
La Rupture : elle a oublié de fermer son programme de tchat... laissant ainsi l'accès total à nos messages, y compris les plus torrides, à son mari qui suspectait quelque chose depuis plusieurs semaines...
Le choix pour elle est vite fait : Elle a le sentiment qu'elle vient de le tuer...
Dans ces paroles, je comprends surtout mon arrêt de mort...
Alors, prenant mon courage à deux mains, ou pris d'une folie destructrice que je maitrise pas, et après en avoir parlé à nouveau avec mon père, je décide de la forcer à rompre. Je lui demande de me tuer...(mes propres termes)
Je m'arrache le coeur...
Quelques heures plus tard, je mesure le gouffre qui s'ouvre sous mes pas... Je tente pendant plusieurs jours de la rattraper...
En vain, bien sûr.
Je sombre donc dans une dépression nerveuse totale, rêve de me suicider pendant plus de trois mois sans jamais trouver le courage de le faire, bien sûr.
Cette histoire me laisse pantelant, totalement déchiré.
Cela fait maintenant plusieurs mois que j'endure ces souffrances dans la plus totale impuissance.
Aujourd'hui, j'en suis encore à me demander ce qui m'est arrivé. J'avais tendance à la rendre coupable de tous les vices : cyber-bimbo (son expression) salope, briseuse de mecs, briseuses de couples, menteuse, manipulatrice, etc...
Aujourd'hui, à la lecture de tous vos messages, je me dis que je suis peut-être le manipulateur pervers narcissique dont vous faites le tableau.
Je ne sais plus quoi penser...
Et vous, qu'en pensez-vous ?

Pour infos: Perversion narcissique: définition
50
bonsoir,
je viens de lire votre histoire ,et j'ai trouvé ce récit que vous faites d une rare sincérité:je ne comprends pas que vous que vous envisagiez en pervers narcissique ,oh non!c est justement tout le contraire !
depuis quand un pervers narcissique est il capable d une telle remise en question personnelle?
j ai vécu avec 2 pervers narcissiques et croyez moi vous en êtes très loin ;rien à voir ,jamais ils ne seraient capables de dire ce que vous dites et de le penser encore moins ! tout leur est du ,pas de place au doute inutile de vous refaire leur description ,elle est étalée dans tous les sites !
je ne me permettrai pas de porter le moindre jugement sur cette dame ,ne connaissant pas la façon dont elle a vécu votre histoire ,mais il en ressort néanmoins qu elle voulait vivre quelque chose avec vous depuis longtemps ,que ça a du être important pour elle ,voulait elle juste une aventure dés le départ ou a t elle changé d avis en chemin concernant votre avenir à tous les 2?mystère !
quoiqu il en soit il est clair qu au moment où vous l avez mise au pied du mur sa réponse était claire c était non pas question d aller plus loin avec vous
maintenant pourquoi laisse t elle volontairement ou pas les traces de votre histoire sur son chat au risque de le faire découvrir par son mari ,là j avoue que c'est étrange voire un tantinet pervers ..... ,
je n ai vu dans votre récit que la sincérité d un homme amoureux et totalement déstabilisé par ses doutes apparemment justifiés par le changement de comportement de la femme qu il aimait :celle ci ayant eu une attitude claire et déterminée au début , puis est subitement devenue ambiguë trouble et déroutante.
vous n êtes pas un pervers narcissique ,reprenez vous en main ,vous êtes jeune et authentique tombez amoureux de la vie ,elle en vaut le coup et vous réserve plein de choses
amicalement
1
Quadra en perdition > autre quadra en introspection
13 févr. 2010 à 01:30
Bonsoir,

Merci pour cette réponse claire. J'en suis toujours à me poser des multitudes de questions mais votre réponse, ayant le recul que je suis incapable de tenir, m'offre un sacré brin de soleil.
Aujourd'hui, je me sens tellement "vide" que je n'ai plus envie de rien. Symptômes parfaitement évidents d'un dépressif qui tarde à reprendre le dessus. Je continue de tomber toujours plus bas.
D'autant que je suis passé aux aveux auprès de ma femme qui reste terriblement blessée et totalement démunie face à une situation dont elle pensait qu'elle ne pouvait pas lui arriver. Cela n'arrive qu'aux autres, c'est bien connu.
Au sortir de cette minable histoire, je ne sais plus où j'en suis, pas plus que je ne sais ce que je dois faire pour envisager demain. En effet, je constate que je n'aime plus ma femme...et que je me suis "caché" cet état de fait depuis plusieurs années...selon les premiers pas réalisés avec mon psy... Quel carnage !
Toujours franc et direct, malgré ces huit mois où j'ai absolument tout caché, je lui ai dit cela aussi.
Et là...terrible remise en question qui ne nous promet que souffrances et errances probables...
Sans parler de nos enfants. Le simple fait d'imaginer la séparation me terrorise entièrement. Me manque la force d'aller au terme de cette situation invraisemblable et surréaliste.
Crise de la quarantaine, dirons-nous ? Je l'ignore mais s'il est une chose que je sais, c'est que les souvenirs doivent rester des souvenirs. Y retoucher fait le prendre le risque gigantesque et dévastateur de transformer d'heureux souvenirs en terribles souffrances, annihilant tout le présent et le futur.
Alors, pour en revenir au sujet initial de cet appel au secours, j'en arrive aujourd'hui à me dire que je suis tombé sur une manipulatrice...
Dieu, comme toutes ces choses sont compliquées !
0
Petite Fée > Quadra en perdition
16 févr. 2010 à 14:19
Bonjour,

A la lecture de votre expérience, il est clair que vous êtes loin d'être un pervers narcissique.
Je crois aussi que votre histoire avec cette femme n'a pas été là par hasard.
Il faut voir le côté positif de la situation. Elle vous a permis de vous recentrer et de vous poser par rapport à votre vie avec votre femme. En effet, cela se fait non sans douleurs mais il vous fallait passer par cette expérience pour faire tomber le voile.
Un pervers narcissique ne se pose pas toutes les questions que vous vous êtes posées.

Quant à cette femme qui vous a fait perdre la tête, qui vous a remué, elle n'a pas été honnête dès le départ.
Il aurait fallu qu'elle annonce la couleur dès le départ et pas vous laisser vous ouvrir à elle pour vous dire allez ciao je me casse en vous laissant en souffrance.

Maintenant, ne baissez pas les bras et accrochez vous à la vie. Laissez vous le temps de digérer tout ça et surtout accepter vos souffrances.
Le fait de vous être livré ici signifie que vous prenez le bon chemin de la guérison et que vous êtes un battant.
Pansez vos blessures et regardez droit devant.

Je vous souhaite le meilleur.
0
Le Quadra en perdition > Petite Fée
25 févr. 2010 à 03:35
Bonsoir Petite Fée,

Je fais péniblement mon chemin pour enfin comprendre que je ne suis pas un de ces terribles personnages, enfin j'espère ! Merci à vous et à tous les autres qui ont bien voulu me parler de leurs vécus. Je rebondis maintenant sur ce que vous dites à propos de cette sorte de "prédétermination" de mon expérience adultère. Vous dites que le hasard semble absent des circonstances. Je n'avais pourtant aucune ambition de me lancer dans cette relation adultère. J'ai joué avec le feu, pensant pouvoir gérer la situation, cela est sûr, mais j'ai seulement réussi, très logiquement, à me brûler les mains, détruire l'esprit, arracher le cœur, etc...
Mais, si j'avais voulu avoir une relation parallèle, j'aurais pu me lancer dans une relation avec une femme qui n'aurait pas habité à plusieurs centaines de kilomètres de chez moi... Plusieurs femmes dans ma vie m'avaient déjà fait comprendre que je ne leur étais pas indifférent mais j'avais toujours parfaitement su tenir mes distances. Il y aurait quelque chose qui se serait produit pour me conduire à la "volonté" de tromper mon épouse ???
Faire tomber le voile, dites-vous ? Se peut-il qu'une personne refuse de s'entendre à ce point alors ?
Et pourquoi ce terrible sentiment d'échec ? Échec de ma relation conjugale, échec de ma relation adultère...
Vous le voyez, le chemin reste ardu...
Je crois que vous me mettez sur une piste que je ne savais même pas devoir explorer.
Merci pour cette réponse éclairée et "éclairante".
Bien à vous.
0
Petite Fée > Le Quadra en perdition
25 févr. 2010 à 16:09
Bonjour,
J'ai bien compris que vous n'avez pas cherché à vous lancer dans une relation adultère. Quand je dis qu'il n'y a pas de hasard dans la vie, c'est pour vous faire voir que parfois la vie vous présente des situations pour justement vous lancer des messages. Des messages qui servent de mise au point sur vos choix de vie.

Vous avez "reçu" plusieurs messages. Il s'agit bien de messages quand vous citez que plusieurs femmes dans votre vie vous avez fait comprendre que vous ne leur étiez pas indifférent. Vous avez fait le choix de ne pas les voir car par devoir, on va dire ça comme ça, vous avez su tenir vos distances.

Vous continuez à vivre votre vie en toute sécurité avec votre femme, vos enfants. Puis un jour, une autre situation du même genre revient sur votre chemin.

Cette fois-ci, la situation est plus subtile et plus difficile à contourner. Là impossible de tenir vos distances.

Cette femme XXXX vous la connaissiez du lycée et ELLE a su vous faire chavirer, et a su réveiller et faire vivre l'homme qui est en vous. Ce ne sont pas des reproches Ô non loin de là. Cette femme XXXX a fait en sorte de vous retrouver face à vous même. Avec ce sentiment de jalousie qui rejaillit comme ça alors que vous l'aviez enfoui pendant des années. Vous vous êtes senti dans l'insécurité et vous vous êtes mis dans la position d'être éventuellement abandonné - XXX est mariée donc pas disponible.

Bien sûr, vous y avez cru à cette relation et vous en souffrez. Mais au final, cela vous a permis de constater que vous n'aimiez plus votre femme........ même si il y a de l'attachement évidemment après 25 ans et la construction d'une famille.

Cette femme XXXX inconsciemment vous a aidé à faire tomber le voile. Nous nous mentons souvent et nous nous fuyons.Nous ne voulons pas voir que nous ne sommes pas heureux. Nous ne voulons pas voir que les choix que nous avions fait il y a des années de ça, ne nous rendent plus heureux.

En effet, les conséquences d'une séparation font mal aussi et tout est remis en question.

Par le biais de cette femme, la vie vous a présenté le choix de trouver le chemin pour être vous-même, de cesser de vous mentir dans le but d'emprunter le chemin du bonheur.

Cessez de culpabiliser et ne voyez pas comme un echec votre vie congugale, votre relation adultère. Parlez plutôt d'expériences pour évoluer en accord avec votre âme.

Le mot échec est un mot négatif qui entraine vers le bas et vous n'avez pas besoin de ça. Cessez d'être dur avec vous-même. Vous avez de nombreuses qualités.

Peut-être ne voyez-vous pas les choses de la même façon citées ci-dessus, en tous les cas, j'espère que mes explications sont claires (pas facile pour moi de dire ce que j'ai en tête :))). Vous êtes sur le bon chemin et ayez confiance en la vie.

A bientôt.
0