Manipulatrice et perverse narcissique

[Résolu/Fermé]
Signaler
-
 andrea -
Bonjour,
J'ai lu sur le site une question et les réponses à cette question concernant un manipulateur/pervers narcissique. je suis un homme qui vient de rompre (séparation) pour la 5ème fois en trois ans.
Ceci peut paraitre énorme, mais parce que la seule chose que peut respecter le pervers narcissique c'est le courage démontré à long terme de la persistance et la persévérance de son ancienne victime (qu'elle décrit comme: "tu es tenace"), malgré les épreuves endurées, ses capacités morales et intellectuelles qui font d'elle qu'elle se respecte à nouveau et que, alors, il la respecte.
Cette femme est atteinte de troubles sévère de manipulation, ainsi que perversion narcissique. je viens depuis peu de découvrir enfin cette maladie en parlant avec une personne.
J'ai lu deux livres consacrés à ce sujet qui sont:
le harcèlement moral - de Marie-France Hirigoyen, et, les manipulateurs et l'amour - de Isabelle Nazare-Aga.
Cette lecture explique leur fonctionnement ,fait peur, mais fait réfléchir.
Tout d'abord je ne connaissais pas ce mal, ne savais pas l'identifier, et il y avait tant de choses que je comprenais pas dans notre relation.
Dans le second livre sont données les 30 caractéristiques du manipulateur.
La femme dont je vous parle en compte 22, ce qui tend à dire qu'elle est malade, et elle ne semble pas s'en rendre compte à l'inverse du jeune homme précité.
Je suis certainement encore sous l'emprise, mais j'ai le souhait (si elle peut prendre conscience de ce besoin ?) de la diriger sans savoir de quelle manière vers des spécialistes,
Pourriez-vous me dire si cela est possible, voire m'en dire un peu plus.
car on parle souvent d'aider les victimes, mais rarement les agresseurs, qui sont pourtant des personnes humaines jusqu'à preuve du contraire, il semble inconvenant de dire qu'ils sont dépourvus de sentiments humains, tout au plus pourrait-on dire qu'ils semblent peu sensibles à ce que la plupart de leurs congénères considèrent comme des "bons sentiments".
D'autre part ,il me semble utile de dire qu'il y a eu entre le pervers narcissique et sa victime du plaisir partagé avant que ne se mette en place la mécanique destructive .Il y a eu de la séduction,de l'amour peut-être même,et en tout cas une rencontre inoubliable.
Pour finir, si cette ancienne victime à envie et souhaite par un réel amour, accepter de se faire conseiller. Avec un peu d'entraînement elle peut aussi s'exercer, pour le contrer, à la perversité calculée par touches posées, mais pour cela elle doit prendre un énorme recul. Il faut d'abord qu'elle puisse nommer les violences pour mieux les identifier et ainsi mieux les reconnaître, qu'elle se fasse entendre et qu'elle évite de mettre en avant ses réussites. Il lui faut apprendre à parler calmement devant lui de cette violence qu'elle refuse et s'y tenir.
Elle ne doit plus jamais croire par principe en la parole de "son bourreau" et doit veiller à peser ses mots. Elle doit rester aimable avec quelques compliments opportuns et non pas donnés en « béquille » permanente et gaspillés, comme auparavant. Elle doit continuer à soigner son apparence au niveau vestimentaire et au niveau discours, affronter le plus calmement possible la colère, le risque de vengeance, sa capacité de rebond retord et tenter de souffler pour maîtriser ses émotions.
J'ai usé mon énergie pendant 3 ans pour rien , ne sachant rien sur cette maladie, aujourd'hui sans être savant je peux nommer les évènements ,mieux les comprendre et savoir ce que j'ai envie.
j'ai vu au tout début ,ces yeux brillaient et son sourire éclatait de joie, avant qu'elle n'entame la destruction, je voudrais lui rendre ce bonheur, Je voudrais la sauvée d'elle, pour elle, même si elle n'est pas pour moi, et si quelqu'un le peut.

Merci.

14 réponses


Je suis complètement effaré... serais-je un manipulateur pervers narcissique ?
Homme de 45 ans, jusque là parfaitement honnête dans ma vie sentimentale et conjugale, je sors depuis peu d'une relation adultère que j'ai vécu avec d'atroces souffrances psychologiques.
Ma maîtresse, appelons-la XXX, me vouait une passion apparemment sincère et qui avait traversé le temps. Nous avions trainé nos guêtres dans les mêmes collèges et lycée jusqu'à ce que la vie nous séparent et sans que nous ne nous soyons jamais déclarés l'un à l'autre. Elle, femme superbe et intelligente. Moi, mec en manque total de confiance en soi et d'aspect on ne peut plus banal. Pas Quasimodo, mais pas Adonis pour autant.
Notre relation a commencé par l'échange simple d'un message que je lui envoyais par le biais d'un de ces nombreux sites de retrouvailles d'anciens amis d'école. C'était le jour de sa fête. Avec un brin de nostalgie, je lui souhaitais bonne fête. J'étais conscient qu'elle était mariée, mère de plusieurs enfants. Je faisais donc très attention à choisir mes mots pour ne pas me présenter en tant que séducteur.
Moi-même marié depuis plus de 25 ans, père de plusieurs enfants aussi, je me faisais plaisir en envoyant un mot gentil à ce souvenir de ma jeunesse que je n'avais jamais vraiment oublié...
Surprise... XXX me répond et me propose de changer de réseau de communication pour entretenir le contact avec d'autres anciens élèves. Heureux de la circonstance, je répondais positivement à l'invitation. Je tiens à préciser que je n'envisageais pas de me lancer dans une relation adultère. J'avoue que j'aurais adoré épouser cette femme mais le temps et nos familles nous séparaient. C'est donc l'esprit clair et détaché que je prenais contact pour découvrir ce qu'était devenue cette femme. Et la relation débute par internet et va se prolonger pendant 8 mois. Nous échangerons au total plus de 1200 messages, sans parler de milliers de SMS et de conversations "en live".
Nous découvrons nos parcours, échangeons plein de points de vue sur toute sorte de sujets puis, lui parlant d'une de mes passions, elle me déclare tout de go qu'elle adorerait participer avec moi à l'élaboration d'un livre.
Stupéfaction totale ! Je saute sur l'occasion de trouver enfin quelqu'un pour mener à terme un livre. Exercice difficile et long à gérer dans le temps. Elle déclare avoir les mêmes difficultés que moi à terminer un livre.
A deux, nous pourrions peut-être y parvenir ?
Elle se lance à corps perdu dans le projet et moi, plein d'énergie et d'enthousiasme, j'y plonge, tête la première !
Qu'elle choisisse un genre, un thème, un sujet...ce qu'elle veut ! J'ai déjà tout tenté comme genre !
Et je me mets au travail avec acharnement, lui soumets mes premiers écrits qu'elle valide après de dures négociations linguistiques.
Tout cela dure quelques jours, peut-être deux ou trois semaines, tout au plus.
Puis, au détour d'une conversation anodine, elle me balance qu'elle était amoureuse de moi quand elle était adolescente...
Terrain glissant, me dis-je alors... Je feins de ne pas avoir lu la phrase. Alors elle y revient une seconde fois, un peu plus loin dans la conversation que je tente de garder sur les rails. Je suis déjà très mal à l'aise...
Je me dis que je suis maintenant adulte...que je saurais "gérer" la situation... Je ne peux plus me défiler, alors je rentre dans cette conversation...
Elle me balance alors qu'elle était amoureuse de moi...grave. Me rappelle plein de petits détails de nos vies d'écoliers que j'avais oubliés depuis longtemps. Puis je tente de ramener la conversation sur le sujet initial : l'élaboration d'un livre.
En vain, bien sûr. Elle remonte au créneau une troisième fois, et là... les arguments massifs commencent à tomber.
Elle me dit qu'elle m'attend depuis 25 ans, qu'elle s'est mariée à un autre homme par dépit de m'avoir perdu, etc...
J'étais naguère très amoureux d'elle. Trop introverti, je n'avais rien tenté pour la séduire alors. Et souvent j'avais encore pensé à elle... Aujourd'hui, voilà que le Destin semblait vouloir frapper à ma porte...
Vrai que mon couple s'était largement assoupi, que la routine nous avait envahi et que le silence régnait souvent en maître entre nous... Et voilà que tous mes souvenirs d'ados remontent à la surface avec violence. Seulement voilà, je suis un adulte maintenant... Mes craintes d'ados, mes angoisses et mes incertitudes de jeune homme se sont évanouies depuis longtemps...
Et nous voici lancés dans une relation adultère qui commence par voie électronique. Je me déchaîne en déclarations d'amour totalement endiablées, fiévreuses et passionnées...
Et elle y répond avec la même passion.
Tout cela me perturbe profondément. Coincé entre ma morale de mari et de père de famille, je tente de garder la tête froide. J'indique à XXX que je sais que je suis quelqu'un de très fragile sur le plan affectif, que je ne sais pas aimer, que je SAIS que je vais la faire souffrir par mes maladresses et ma jalousie maladive.
Mais rien n'y fait. Elle bouscule toutes mes défenses, renverse toutes mes protections. Elle finit par m'extraire de la caverne dans laquelle je me protégeais du monde depuis toujours. Mon enfance n'a pas été un modèle de calme et d'épanouissement. Parents en guerre permanente, instrumentalisation des enfants pendant les phases les plus violentes entre père et mère. Divorce dévastateur, père alcoolique, etc...
Elle s'en fout, me dit qu'elle aura la force et l'énergie requises pour m'apprivoiser (ce sont ses termes) et faire de moi un homme heureux.
A force de persuasion, elle arrive à me convaincre de me livrer, de m'abandonner à elle.
Et, de là, nous basculons sur l'aspect sexuel de notre relation. Aspect qui me terrorisait particulièrement parce que je ne sentais pas l'âme ni les capacités d'un Don Juan...
Elle m'envoie des photos d'elle. D'abord des clichés très conventionnels : elle, ses enfants, son jardin, son chat, etc...
Puis, j'en demande plus...
Et, sans aucun problème arrivent des clichés beaucoup plus suggestifs... et sans aucune équivoque possible concernant la nature de la relation qu'elle veut entretenir.
Le travail en moi est considérable. Je sens que je perds pied, que tous mes repères volent en éclat.
Bref, la passion amoureuse et, jusqu'alors, très "platonique" vire au rouge et plonge à pieds joints dans la passion sexuelle la plus débridée.
Mon malaise grandit de jour en jour. Elle est très entreprenante, très décomplexée, fonce et montre une volonté absolue d'assouvir sa passion...avec des arriérés d'un quart de siècle !
Nous nous rencontrons enfin. Tout de suite, elle prend les initiatives. Je me laisse porter par les évènements mais je sens, déjà, que quelque chose ne va pas. Je sens que cette femme à une très grande habitude des hommes. Quand elle parle des hommes, d'ailleurs, elle n'a pas de mots assez durs pour les qualifier.
D'un naturel très franc, je pose des questions sur son passé. Amants ? Amourettes ? etc...
Elle m'assure avec énergie qu'elle est innocente comme l'enfant qui vient de naître.
Pourtant, mon malaise s'est installé et ne me quittera jamais plus.
Je sais que je suis très jaloux, je me dis donc que je délire et que je m'imagine tout, et surtout n'importe quoi...
Notre relation continue, montant sans cesse en intensité et en sexualité. En découle une sorte de frénésie permanente et incontrôlable. J'en perds le sommeil et la raison. Je dois aussi travailler, gérer mon entreprise, assurer mon rôle de père. Celui de mari ? FINI !!!
Je suis incapable de me séparer entre deux femmes, et mon épouse "m'encombre" plutôt qu'autre chose...
Je ne suis plus lucide. Mes rares amis, mon père, ma femme, tous ceux qui me croisent me disent que j'ai une tête de déterré... et pour cause ; je ne dors plus que deux à quatre heures pas jour !
Cette relation me fait perdre complètement pied. Je néglige absolument tout, je suis amoureux comme un adolescent. Comme l'ados que je fus naguère et qui me permet de fuir les difficultés de ma vie actuelle...
Je veux parler d'avenir avec XXX. Je la demande en mariage ! Moi, qui ai toujours refusé le mariage (fils de divorcé, tu penses !), en couple, des enfants, voilà que je fais une demande en mariage à une femme mariée et mère !!!!
Le délire total !
Mais elle répond favorablement à ma demande !
On parle même de faire des enfants !
Alors, esprit bâtisseur comme tous les hommes, je veux projeter un avenir confortable à notre amour.
Et là...les choses se compliquent... Elle se contente de réponses qui ne font qu'accroître mon malaise.
Réponses vagues ou du genre : "vivons l'instant présent, contentons-nous de nous aimer à l'instant"...
Puis, pour contrer mon insistance qui pèse un peu plus : " Tu sais que nous avons des enfants et tu me dis sans cesse que tu ne pourras jamais te séparer de tes enfants"...
Puis ; " Je ne pourrais pas vivre sans mes enfants"...."Il faut y aller doucement, très doucement"
En fait, toute une longue litanie de raisons logiques et sensées...
Mais je propose d'accueillir femme et enfants, avec les miens. Faisons une grande famille !
Délire que tout cela....
Alors, je SENS que tout va dérailler... il faut que j'en ai le coeur net...
Alors, je me lance dans une offensive pressante et violente pour tenter d'arracher sa décision.
Dans l'intervalle, chaque week-end, chaque congés, chaque séparation prolongée me rendent complètement dingue. Je traverse pour la première fois de ma vie de très violentes crises d'angoisse. Je sombre dans des orages qui se transforment en tempêtes tropicales de plus en plus violentes. Je me sens baladé comme un pantin par des multitudes de pensées complexes et désespérées...
Ce phénomène devient de plus en plus violent. Je commence à m'en prendre à elle, lui inflige des séances verbales très dures, jamais d'insultes, mais des propos très agressifs qui la font souffrir. Je continue de tout mettre sur le compte de ma jalousie maladive qui ne fait que croitre au fil des jours...
Je présente mes excuses le lendemain.
Mais mon comportement commence à laisser des traces. Je le sens. Alors, je décide d'aller chez un psy. Mais il y a 3 mois de délais...
3 mois pendant lesquels je crains de devenir fou au sens premier du terme. J'ai vraiment le sentiment de perdre la raison. Je m'enfonce dans des délires d'angoisses et de terreur que je ne parviens pas à contrôler...
Finalement, ne pouvant plus garder tout cela caché, je finis par en parler (très partiellement) à mon père. Je lui demande conseille après lui avoir parlé de XXX et de mes doutes.
Il me répond sans hésiter qu'elle se moque de moi, qu'elle ne me suivra jamais...
Je rencontre ensuite mon psy...qui me confirme dès notre premier entretien (que j'ai majoritairement passé à pleurer à chaudes larmes) qu'elle ne me suivra jamais...
Dépression nerveuse qui éclate au grand jour...
Perte de contrôle total. J'ai l'impression qu'une autre personnalité m'habite et me fait faire n'importe quoi.
Je découvre que je souffre d'abandonnisme. Maladie que je ne connaissais pas et que, par instinct ou par chance, j'avais toujours bien dissimulé en me protégeant, en restant, justement, au fond de ma caverne...
Mais XXX m'en a sortie... pour mieux me briser comme une coquille de noix...
La Rupture : elle a oublié de fermer son programme de tchat... laissant ainsi l'accès total à nos messages, y compris les plus torrides, à son mari qui suspectait quelque chose depuis plusieurs semaines...
Le choix pour elle est vite fait : Elle a le sentiment qu'elle vient de le tuer...
Dans ces paroles, je comprends surtout mon arrêt de mort...
Alors, prenant mon courage à deux mains, ou pris d'une folie destructrice que je maitrise pas, et après en avoir parlé à nouveau avec mon père, je décide de la forcer à rompre. Je lui demande de me tuer...(mes propres termes)
Je m'arrache le coeur...
Quelques heures plus tard, je mesure le gouffre qui s'ouvre sous mes pas... Je tente pendant plusieurs jours de la rattraper...
En vain, bien sûr.
Je sombre donc dans une dépression nerveuse totale, rêve de me suicider pendant plus de trois mois sans jamais trouver le courage de le faire, bien sûr.
Cette histoire me laisse pantelant, totalement déchiré.
Cela fait maintenant plusieurs mois que j'endure ces souffrances dans la plus totale impuissance.
Aujourd'hui, j'en suis encore à me demander ce qui m'est arrivé. J'avais tendance à la rendre coupable de tous les vices : cyber-bimbo (son expression) salope, briseuse de mecs, briseuses de couples, menteuse, manipulatrice, etc...
Aujourd'hui, à la lecture de tous vos messages, je me dis que je suis peut-être le manipulateur pervers narcissique dont vous faites le tableau.
Je ne sais plus quoi penser...
Et vous, qu'en pensez-vous ?

Pour infos: Perversion narcissique: définition
49
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

journal des femmes avec santé médecine 25507 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

bonjour,
tant de questions! d' incertitudes,de culpabilité.cet amour fou pour cette femme que vous avez connu au lycée.tout ceci pour vous dire que ne. je voi rien d'autre qu'un homme manipuler par une personne dépourvue de scrupule.rassurez-vous vous n'avez rien d'un pn.vous avez été malheureusement tromper par votre "amie d'enfance"puis jeter lorsqu'elle c'est lasser de vous.c' est un jeux pervers venant de ça part, je vous l'accorde.
mais ,votre tord ait de l' avoir suivi ,qui à perdre votre famille hélas.avez- vous une chance de sauver votre couple?si oui faite votre mea culpa,redoublez d'attention pour eux,soyez sincere surtout ,car leur confiance en vous à trés certainement été ébranler.
ne revoyez plus jamais cette femme ,meme si elle tente à nouveau de vous contacter.
je vous souhaite bonne chance battez-vous pour votre famille, c'est ce qui compte le plus pour l'instant.
votre recit n"est pas tourné que sur vous meme"soyez tranquil, vous avez decrit votre situation ,ce qui est normal ,en exprimants vos doutes ,et regrets.votredouleur envers votre famille.votre désir de protéger vos enfants....etc.tous ces sentiments un pn en est totalement dépourvu,il ne prendrait meme pas la peine de de se remettre en question, ou de tenter de changer quoique ce soit à son attitude.
bon courage

ps ;vous vouliez une réponse sur la nature de votre maitresse.c'est seulement"une salope" qui s'amuse avec les hommes.et je pense que vous n'avez pas été sa premiere victime.(désoler c'est un peut cru comme expression)
val.
Bonjour Val,

Merci pour vos réflexions.
Vrai que je me pose des quantités ahurissantes de questions... Je dois avouer que cette quête personnelle est lourde et souvent insupportable mais, je crois, indispensable. Ceci résulte probablement de mon amère expérience.
Oui, aujourd'hui, je comprends mieux que cette femme s'est amusée à mes dépends et qu'elle s'est bien moquée de savoir dans quel enfer elle se promettait de me faire tomber... Je reste persuadé qu'elle n'est pas une PN elle-même. Simplement une femme qui aime faire souffrir les hommes, se disant qu'ils s'en remettent toujours. Elle a servi son ego et ses envies, se contentant de dire à un homme ce qu'il rêvait d'entendre... Comportement de femme qui n'a peut-être pas grandi ? Peu importe de toute façon, je sais qu'elle ne reprendra pas contact avec moi parce que je me suis montré très toxique aussi pour elle. Nous nous sommes blessés au contact l'un de l'autre. Je plains simplement ses prochaines victimes.
Les femmes sont plus solides que les hommes ; elles maîtrisent mieux les mécanismes de l'amour et s'en protègent plus aisément. Pour ma part, je ne savais pas me protéger.
Toujours est-il que c'était la première sanction que je devais payer pour cette erreur fatale !
Les changements sont devenus incontournables.
J'ai fait de très nombreuses recherches (et je continue encore !), personnelles et aussi assistées par ma psy qui combat chacune de mes théories à deux balles et mal façonnées.
Aujourd'hui, je me défais petit à petit de cette hantise d'être un PN mais j'ai découvert mon Abandonnisme et, surtout, le fait que je tombe très vite sous le charme de celles qui veulent me manipuler ! Je souffre rapidement de Dépendance Affective et j'applique un scénario destructeur très très vite. Cette destruction est purement psychologique et prend racine dans mon passé d'enfant. Comment me protéger de moi-même et de ces personnes qui décident un jour de me mettre le grappin dessus ? C'est tout le problème qui me reste à résoudre pour envisager de repartir vers demain...
Enfin, je crois !
Ensuite tombera la décision de ma femme de me pardonner ou non. A chaque jour suffit sa peine, dit-on, et je crois que je ne suis pas au bout des miennes !
Subsiste toujours ce terrible sentiment de culpabilité et de honte. Advienne que pourra, je crois que j'ai tout fait pour comprendre. Demain viendront les décisions...
Décisions qui m'angoissent un max mais que je veux être prêt à prendre et aussi à affronter.
En attendant, je sais que je vous dois, à tous, une sacrée chandelle pour le soutien que vous m'avez apporté au plus fort de ma dépression.
Je vous suis redevable alors, si se présente l'occasion de vous aider (si j'en suis digne et capable !) sachez que je ferai tout mon possible.
bonjour ,
en lisant votre commentaire, je vous sens assez perdu,mais restez optimiste vous avez un spy aupres de vous,et c'est une excellente chose ,il vous est d'un trés grand secour.continer de consulter, surtout n'arretez pas vos séances.je vous le redit dans votre cas oubliez completement votre hantise d' étre un pn,vous n'avez rien à voir avec "ces monstres".
il me semble que votre probleme vient d'un manque important d' amour.vous semblez recherchez de l'affection desespérement sans faire attention à la personne qui vous le prodigue.d'ou votre mauvais choix.vous n' arrivez pas encor à discerner les gens néfastes pour vous, et ceux qui peuvent vous aidez .ne vous inquietez votre spy vous aidera à faire le bon choix.
votre enfance est la clef de vos problemes ,vous l'avez parfaitement assimiler.je voudrai vous dire ,que le temps est un trés bonne allié,plus vous irez aux séances,et plus vous progresserez évidement, mais votre inconscient enregistrera les conseils prodiguer par votre medecin ,vous evolurez sans vous en rendre compte tout de suite,et ayez d' avantage confiance en vous.
ce que chacuns de nous à vécu dans son enfance ressort à l'age adulte, le bien comme le mal.un enfant aura tendance à reproduire dans la plupart des cas ce qu'il a connu.et la je voudrai faire une parenthése pour signaler que de nombreux pn ont eut ,un voir deux parents atteint de cette pathologie.les victimes d'hier sont devenuent nos bourreaux d'aujourd'hui.
une loi devait etre voter l' année derniere pour tenter de protéger les personnes qui tomberaient dans leurs mains,hélas d'apres les assistantes sociales,cette loi à"été mise de coté, car ils n'arrivent pas à définir exactement "ce qu'est un pn".c' est messieurs "refléchissent encore ".moi j' ai envie de leur dire,pendant que vous "planchez " tranquillement sur cette loi ,nous ont "crévent" en silence, car rien, ni personnes ne nous protégent d' eux si ce n'est que nous meme ,pire vos lois dans certain cas les mettent à l'abris de la justice ,et leurs donnent raisons hélas.(mon coup de gueulle s' arrete la).
tenez bon quadra, vous etes sur la bonne voie.
val.
Bonjour Quadra, je suis boulversée par votre témoignage que je pense avoir lu plus rapidement qu'aucun texte auparavant, c'était haletant, j'ai même cru que vous alliez nous dire en final que c'était une partie du livre que vous aviez écrit tous les deux, scénario dramatique de ce qui aurait pu arriver de pire... mais non. Je suis persuadée que cette femme était vraiment amoureuse de vous et qu'elle voulait se lancer dans la construction d'une nouvelle vie, plus passionnante et plus heureuse, une vie d'amour qui mérite d'être vécue et puis elle a eu peur et pensant aux conséquences elle a voulu ralentir, freiner pour réfléchir et ce laps de temps a été décisif en votre défaveur. Cela ne vous consolera pas si je vous dis que cela arrive plutôt aux femmes en général et que vous êtes la malheureuse exception à la règle. J'ai 34 ans et je vis une histoire passionnelle depuis 5 ans avec un homme (plutôt un gamin parfois) qui a 30 ans, il m'a arraché à mon conjoint avec lequel j'étais depuis 14 ans depuis ma tendre jeunesse et avec qui j'avais une petite fille, ce conjoint me rendait malheureuse il est vrai, j'étais anorexique et qu'une envie, celle de m'endormir et ne plus me réveiller au lendemain, avec lui je me suis épanouie après une période de transition où j'ai du oublié mon ex avec qui j'avais également vécu de bons moment hors jalousie de sa part, mais ensuite mon prince charmant m'a tellement trahi et trainé dans la boue qu'aujourd'hui je suis toujours avec lui mais il n'y a plus la force et la beauté du début et d'ailleurs nous ne vivons toujours pas ensemble et il ne veut pas d'enfant de moi alors que ses discours premiers faisaient de moi sa princesse et la femme de sa vie. J'ai essayé de le quitter pour faire ma vie avec quelqu'un de bien mais je n'y arrive pas, il me culpabilise et puis l'amour que j'ai pour lui m'emprisonne. Je voudrais pouvoir me répondre à moi même, trouver une justification pour réussir à ne plus l'aimer et à l'oublier mais je n'y arrive pas. Si vous n'avez pas encore définitivement perdu votre situation familiale et les gens que vous aimez sont prêts à vous pardonner, puisez-y votre guérison et trouvez-vous une raison de la détester ou de vous dire que même si ce n'est pas de la faute de XXX de toute façon elle ne reviendra jamais ET POURSUIVEZ VOTRE VIE ! Courage et bisous de la Nouvelle-Calédonie, j'espère que mon message arrivera à temps pour vous.
en lisant tous ces commentaires, je ne me demande plus d'où vient les stéréotypes, merci! aussi, c'est bien de reconnaitre ces propres erreurs, mais on ne résout rien en se positionnant comme victime. à bon entendeur...
Messages postés
1
Date d'inscription
dimanche 27 juin 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
27 juin 2010

Bonjour à tous et à toutes,

Je viens de lire vos commentaires, vos histoires et cela me donne à penser que ma compagne, avec qui j'entretiens une relation depuis 6 mois ... est bien une PN ... et je voulais vous apporter mon témoignage afin de trouver une confirmation et un soutien ... car je suis en fait très mal !

Merci !
Messages postés
3
Date d'inscription
jeudi 25 mai 2000
Statut
Membre
Dernière intervention
15 avril 2013

oui tu es tres mal,et ne t'inquiete pas cela ne fera qu'empirer de jours en jours,mois apres moi,jusqu'a ton futur depart,qui sera de ttes facons ineluctable..il n'y a rien a faire,a part compter les coups qui vont te tomber dessus,comme la pluie..et je sais de quoi je cause..j'ai voulu moi aussi,sans le savoir,essayer de comprendre,d'assure,de l'aider.elle a fini par me trompe,au moins 2fois,la deuxieme je l'ai grillee,donc la,le mensonge ne fonctionne plus..je suppose qu'elle est toujours avec,a commencer a le detruire lui aussi,a le vide de tout ce qu'il a,c'est sans appel et eternel..il n'y a rien a faire,c'est de la destruction totale,mensonges,manipulations,trahisons,de vrai demons a allure humaine et gentilles..

Dommage d'être animé par de beaux sentiments face à une maladie qui ne se soigne pas.
La sagesse se trouve dans l'oubli de l'autre et non de soi.
Face à un être pervers personne ne doit s'effacer, bien au contraire c'est par l'affirmation de soi que l'on arrive à contrer le malade.Et si les paroles et les actes sont inefficaces alors il faut partir et vivre une autre histoire.
Personne n'est irremplaçable, sauf un enfant.
Les adultes ont fini avec le temps par les oublier. Il y a d'autres histoires d'amour à vivre avec des personnes saines.On ne transforme jamais un âne en cheval de course.
Tournez la page et vivez.Courage
Bonjour, je lis depuis quelques jours les forums au sujet des pervers narcissiques...Je viens tout juste de rompre avec, je pense un homme qui l'était, au début j'en étais persuadée aujourd'hui je doute de moi et de mon jugement. Je vous raconte la toute dernière semaine épuisante moralement...

La semaine dernière alors qu'il jurait ne jamais avoir pu toucher quelqu'un d'autres que moi depuis notre séparation d'appartement, j'ai découvert que son portable était toujours fermé quand on se voyait donc j'ai pris sur moi et je lui ai dit que j'avais remarqué ce fait. Le lendemain il le laisse allumé et devant moi je vois qu'il reçoit 2 sms d'ordinaire par peur de ses foudres je ne lui aurais pas demandé qui c'était, là je l'ai fait t il m'a répondu " c'est une pote" je lui dis " je peux voir alors" (pareil, chose que je ne fais jamais mais là quelque chose en moi tirait l'alarme)...Il a refusé en disant que plus jamais il ne se laisserait faire qu'il avait enfin retrouvé sa dignité et qu'il ne se rabaisserait plus à moi alors que moi j'avais tous les droits selon lui...(Le comble c'est que je n'ai jamais eu aucun droit sauf celui de me faire insulter :D)

Bref, je suis partie avec le sentiment que malheureusement je ne pourrai toujours pas rompre sereinement vu qu'il arrivera encore à me mettre des doutes et à me culpabiliser sur le fait que j'ai tout gâché alors qu'il n'y avait rien, ce qui arriva dans la soirée d'ailleurs, il m'envoyait des sms me disant exactement ce à quoi j'avais pensé...
Je me suis alors mise en tête de le "contrer" j'ai accepté ses plans à lui, il me demandait de lui laisser mon portable, mon mot de passe msn et de ne plus jamais voir mes potes et lui en ferait autant, c'était la première fois depuis longtemps qu'il atteignait son rang de Maître à nouveau avec moi...J'ai évidemment accepté sachant que j'étais clean et qu'il ne pourrait pas me reprocher quoique ce soit, mais moi je savais par contre que de le mettre en confiance allait lui faire baisser sa garde et je sentais que j'allais enfin découvrir quelque chose...
Il avait tout nettoyé convenablement, sms, mail, la total sauf une chose un numéro qui revenait vers 00h passé et ce 2 fois une nuit où je n'étais pas avec lui. je prends le num et le lendemain j'envoie un sms à cette personne lui expliquant qui je suis. Et là...bien voilà je découvre le mensonge...Oh bien sûr il l'avait largué pile quand il m'avait proposé cet arrangement :D
Je lui envoie la réponse de la personne...lui ne répond rien sauf 3 heures après et se permet encore de m'insulter parce que je ne lui répondais pas, il me dit " ah oé t'es déjà avec un mec j'espère que c'est bon!"
Bref je veux le voir quand même juste pour qu'il s'excuse je parle même à sa place lui disant " je sais que tu as pu avoir besoin de quelqu'un vu que je te repoussais sans cesse dernièrement", j'étais en larme et je lui disais " même pas tu me regardes dans les yeux, même pas tu t'excuses?"...Il me dit "oui j'avais besoin de quelqu'un qui me faisait exister mais cette personne ne comptait pas je suis content que tu le comprennes"...Et là, il se met sur son jeu en ligne et voilà c'est tout pas d'excuse rien...

Le lendemain, il me demande de lui laisser mon tel, je le fais. 10mn plus tard il me sms me faisant une scène pour un numéro que j'avais bloqué. Je passe le voir, il me rend mon portable et me dit que je suis qu'une trainée et que le pire c'est qu'il avait faillit culpabiliser de m'avoir trompé. Je suis surprise, je me demande ce qui m'arrive et je tente de lui expliquer. Rien à faire pus de réponse plus rien...En rentrant je me connecte et la fille avec qui il m'avait trompé vient me parler, on commence à comparé les dires de ce dernier, grosse surprise! Il lui disait qu'il voulait un enfant d'elle lui faisait les mêmes sales remarques qu'à moi, les mêmes scènes.
Le soir il me sms me disant que je suis qu'une P...etc là je lui réponds " excuse moi, mais je viens d'ouvrir les yeux sur ton compte et tu n'arriveras pas à me culpabiliser à nouveau, tu tentes juste de faire passer un simple numéro bloqué avant ta tromperie et tes mensonges". Il s'énerve, ça dure des heures, il passe des insultes à des mots doux pour revenir aux insultes et au chantage au suicide.
Entre temps il envoie un mail à la fille en lui disant qu'elle lui avait volé la chose qu'il chérissait le plus au monde...
La fille ne répond pas. Il l'a menace par sms et là le choc il lui dit "Tu m'as volé la personne qui comptait le plus pour moi, heureusement que tu n'es pus dans mes filets parce que je t'aurais détruite psychologiquement, j'aurai fait de chaque seconde de ta vie un enfer sans que tu t'en rendes compte" des sms comme ça il y en a eu 4 ou 5 chaque fois il disait qu'il voulait la détruire non l'anéantir!

Moi pendant ce temps je recevais des sms d'amour ou il pleurait soi-disant, et quand il s'est rendu compte que je ne répondais plus il me dit " mouarf je crois que j'ai perdu mon jouet préféré" et ensuite il m'en renvoie un en disant "désolé c'est bête et méchant, je suis si triste que je ne sais plus e que je dis" et dans la soirée le comble...il se met à nu en m'écrivant masse message expliquant pourquoi il réagissait comme ça...
J'avoue que ses derniers sms m'ont mis le doute dans la tête, pourtant cette histoire dure depuis 5ans et je n'arrivais pas à me sauve. au dernier moment il trouvait un truc pour me culpabiliser ou pour me prouver sa bonne foi. Là, je pense avoir compris qui il était mais je commence à me demander si comme il le dit c'est vraiment moi qui l'ai rendu comme ça :( je me suis toujours sentie coupable vis à vis de lui et j'aurai tant aimé le sauver le rassurer...)Il paraît si sincère dans ses derniers sms, il se met à nu me dit les choses que j'aurai voulu entendre excuses, flatteries, il me dit qu'il se sentait inférieur à moi et que c'est pour cette raison qu'il pensait qu'un jour j'allais le quitter et que toutes ses crises étaient dû à ça.

Je me demande aujourd'hui si c'est moi qui ai un problème ou si c'est juste une réaction parce qu'il me touche encore...
juste un mot : ATTENTION
ne te laisses pas attendrir, respectes toi, et respectes ce que tu penses.
elle a surement aimé celui que tu lui a fais croire que tu étais tu as voulu la marier avant qu,elle te découvres et te rejettes le reste de ton histoire est ta facon de l'interpétrer pour te croire une "pauvre petite victime" et t'éviter remords et culpabilités qui te font sentir encore plus minable et dépendant de l'amour des autres...............classique
bonjour

alors mon ptit gars (et pour vous aussi les filles les femmes et autre protagoniste confronte a une situation similaire)

je vais tout simplement te dire, fuis et fuis vite.

j'ai vecu avec une PN le questionnaire je l'ai refais hier
resultat 28 reponses affirmatives sur les 30.

c'est la mere de ma fille, c'est epuisant car a tout mis en place pour que nous restions permanence en contacte.
nous sommes en residence alternee.
cette residence je la voulait de 1 semaine chez l'un et une semaine chez l'autre et echange chez la nourrice ainsi je ne l'a croisait plus.

elle a souhaite demie semaine par demie semaine ainsi les possibilite de se croiser sont plus imoprtante.

c'est elle qui est partie (pour un autre en fait) mais une fois que j'etais totalement au fond du trou.
tu parle de conserver une bonne tenu vestimentaire, j'etais devenu une loc (pourtant mon metier m'oblige de m'habille en costume cravate).

je ne comprenais pas pourquoi j'etais aussi fatigue pourquoi je ne ma sentait pas iamer, elle me reprochait justement de pas lui dire "je t'aime" alors que je le faisais et lorsque je lui disais elle me repondait droit dans les yeux "tu aimerais bien que je te le dise" mais je restais dans le vide sans reponse a mon amour.

apres la separation faite dans mon dos avec une petite fille de 1 an, madmae n'a pas regarde sa fille sur plusieir mois mais a fait le necessaire pour toucher toute les aides, faut courrire fausse signature faux usage de faux usurpation d'identite plus ramasser l'argent sur le compte commun que je venai de deposer.

elle n'achetait pas de vetmet a ma fille et preferait s'acheter des vetmente pour elle avec les aides.

a detourne adroitement tout ce que j'ai pu dire. si je reussisssai a prouver par A+B ce que j'affirmais sa reponse etait "de toute facon on ne s'est jamais compris".



aujourd'hui je ne lui dis plus rien je fais comme si elle etait transparente, je ne parle qu'a ma fille lorsque je vais chez elle pour la recuper ou lorsqu'elle vient chez moi pour la laisse.

elle ne rentre plus chez moi (j'ai peur qu'elle aille se faire claquer le crane contre un mur et dise que c'est moi qui l'ai frappe, ainsi si elle reste dehor, ce sont les voisins qui son mes temoins".

bon voila en resume a quoi tu peu t'attendre si tu reste avce une PN et vous mesdames si vous rester avec un PN.
attention ne tirer pas trop de conclusion attive sur vos moitier les PN semble etre rare dans notre societe.

lorsque j'atis avec elle je ne savais pas pourquoi j'etais si fatigue, elle voulais tres vite que nous vivions ensemble (l'erreur je l'ai fais en 5 a 6 mois nous etions sous le meme toit). puis elle voulais un enfant (je vais rentrer dans mon intimite mais si cela peu aider certain a comprendre ce qui leur arrive) elle m'a demande de me laisser alle en elle 5 secondes avant mon orgasme sans que nous en parlions et a essaye de me forcer a le faire par la force).
puis tres vite encore elle a voulu que nous achetions un apparte (chose faites).
puis l'enfant est venu malgre un garve fonctionnement.
(soit disant qu'elle avait ete viole et que c'etait a cause de ca qu'elle etait mechante avec moi et a chaque me disait "laisse moi le temps ca va revenir").

je lui ai demande d'aller chez un psy si non cela se passerai mal entre nous.

la les psy ne sont pas tous les meme

docn premier psy
ca ne lui allai pas car elle etait decouverte petit a petit
le psy lui disait qu'on aurait dit un enfant soldat, que sa colere permanante n'etait pas normal (oui elle s'etait accroche a vec tout le monde de sa boite(clogue de travail qui parte en pleine jouenee pour dire qui ne la supporte pas, puis les autre employe qui l'on menace d'avoir des probleme en rentrant chez nous, puis le patron qui ne venait meme plus bosser dans sa propre boite(tout ceci dans l'ordre chronologique).

docn le psy la decouvrant elle n'y ai plus retourner du jour au lendemain.
rebelote re probleme qui recommence dans le couple, un matin j'ai subi des coup de poing dans le thorax la je l'ai attrappe par les poigne je l'ai coucher sur le lit et moi assi sur elle je lui ai dit calmement "tu te calme et je pars travailler". la raison de sa colere ce matin la, j'avais ronfle la nuit, enfin selon ses dires.

donc l'histoire reprende de plus belle moi j'etais coince et profondement determine a que tout s'arrenge car il y avait un appart d'achete et le plus important une petite fille au milieu.

docn 2eme psy car je n'en pouvais plus, la je decide de l'accompagne un peu pour qu'elle siuve ce psy.

la 2eme psy etant plus jeune est passe a cote de ce qu'elle etait pire il semblait que s'etait moi le probleme.
la madame par pour un autre (pour l'aniverasaire dema fille "1 an").
j'ai ma fille presque 24h sur 24, elle elle prend toutes les aides tout l'argent.
moi je decide d'alle chez cette psy car forcement je n'allait pas du tout bien et il fallait absolument que je remonte la pente pour m'occuper de ma fille comme il se doit.
au bourt d'un moment quand la psy m'a bien vu et bien compri (heu j'ai fait une depression reactionnelle et haureusment que je suis passe par la fac de medecine qui m'a bien aide a comprendre ce qui m'arrivait du coup je suis alle de ma propre initiative chez le toubib pour demander des anti depresseur).

la la psy m'a dit sur la fin "defende vous bien".

aujourd'hui mon ex revient sans cesse a l'attaque, les personnes qui ne l'a connaisse que depuis peu lui donnent toute leur compation et meme de l'aide, en revanche les personnes qui la connaissent depuis longtemps l'a connaisse et s'en mefie comme la peste.

si ton ex futur ex n'a aucun ami ou (ie) de long date ca te donne une idee des relation qui ne sont pas suivie. heureusment que de mon ciote j'ai de nombreux amis et ies) ils m'ont tous aides car j'atis au bout du rouleau.

si ton ex pique des coleres sans raison que encore apres malgre l'evidence que tu n'y ai pour rien tu culpabilise (elle te dira peut etre "c'est de ta faute" d'ailleur ce sera toujours de ta faute avce ce genre de personne) tu la soutien fuit et vite.

donc un psy ne lui servira a rien sauf un tres bon psy qui ne pourra que constate les fait mais qui ne t'en parlera pas et ce pour 2 raisons.
-1- c'est l'histoire perso de madame que madame raconte chez le psy et ca ne regarde que elle.

-2- le psy ne sait pas si tu sera pret a apprendre la verite (imagine le psy t'appelle et te dit madame est si madame est ca fuille. ta reaction risque de repete tout chaud a madame te la le psy a le mec et la nana sur le dos pffffff).

bon apres chez le psy madame peu raconter n'importe quoi et ce sera peut etre toi le malade (ca a ete mon cas jusqu'au moment ou j'y suis egalement alle et la ca a ete autre chose mais madame etait deja partie).

alors voila ce que je te conseil, ne soit pas cretin comme je l'ai ete(aujourd'hui je m'en mord les doigt d'avoir choisi une mere comme ca pour m'a fille te je m'en veux). fuit vite tu ne pourra rien faire pour elle car dans sa tete elle va bien . dans sa tete c'est toi le rebu et elle te fais sentir que c'est a toi de faire des effort pour a meriter. si jamais tu as le malheur de faire un enfant dit toi que l'a s'en ai fini de toi tu sera condanne a supporter ses attaque perpetuelles sans fin. c'est fatigant epuisant je n'en vois pas la fin. meme si a present je ne lui parle plus elle cherche par tout les moyen de m'attaque de me faire parlé.
parfois j'en viens a me dire que je vais me barrer de france mais je ne le fais pas pour 2 raisons
soit je le fais avec ma fille et la je suis accuse d'enlevement.
soit je le fait sans ma fille et la j'abandonne mon enfant

aujourd'hui ma gosse de 3an et demie me dit
"maman m'a dit boire c'est manger"
"maman me dit il ne faut pas parle a papa ni a mamie" mamie= ma mere

le piere c'est qu'elle a montre ma file a une psy (forcment pas les meme croise dans le passe. en 1heure cette psy a fait dire a ma fille
"papa a dit que maman m'a abandonne moi et papa" du coup c'et moi le gros mechant.
alors qu'en fait un soir c'est ma fille qui a annonce que c'est son nuveau mec qui lui a lance que je l'avais abandonne, ne voulant pas porter la cahrge des erreur de mon ex il a bien fallu retablir la verite.
c'est quand meme grave de faire partager ca a ma gosse. personne ne me crois sauf ceux qui la connaisse (la nourrice par exemple mes voisins et tout les autre personnes qui l'ont croise assez longtemps).

voila si tu arrives a partir fait le, je sais que nous les mecs nous n'arrivons pas a quitter facilement mais je t'invite profodement a le faire si non tu va etre confronte a ce que je vie et je t'assure que je suis epuise je n'en peu presuqe plus et ca me fout en l'air.
alors par et vite ne fait pas mon erreur de croire que tu peux l'aide meme si elle elle te le fait croire (ce qui a ete mon cas) meme si elle te dit qu'elle est comme ca par ce que plus petite elle a subit un traumatisme.
rien je dit bien rien ne peu aider ses personnes ni moi ni toi ni personne d'autre, ils sont en fait a reconstruire totalment par contre avant de reconstruire il fait casser ce qu'ils sont, mais ca c'est une affaire de psy et non la tienne tu n'es pas psy , je ne le suit pas eyt meme si un psy s'y attelle il faut que la personne concerne soit volontaire pour le faire. donc on tourne en rod et c'est exactement ce que tu fais en te posant toutes ces question. toi tu as encore le choix de ne plus pouvoir la revoir, moi je ne l'ai plus en ayant eu un enfant.
aujourd'hui elle m'attaque meme au travers de ma fille et tout le monde applaudie (sauf qu'il y a quand meme queklque truc s qui ne son pas trop coherent mais ils font comme nous et pense que cela n'est pas tres important (comme au debutr de nos relation avec ces PN).
alors fui et fui vite.

j'en profite que si un professionnel lit cela et veux m'aider pour me protege qu'il prenne contacte avec moi car je n'en peu plus et cela me ronge m'a vie, je n'ai pas envie de souffri jusqu'au 18 ans de ma file alors si vous avez des methode des astuce pour arreter ses attaque je suis preneur, en fait une sorte de bouclier juste pour eviter ses coup sans en redonner derriere car c'est sans fin
meri de m'avoir lu merci pour ceux ou cele qui voudraient bien m'apporter des solutions et courage a toi ne soit pas cretin comme moi.
Bonjour Olivier
je viens de lire votre histoire qui ressemble beaucoup à l'histoire de mon fils .
il a également une petite fille avec cette boule de venin elle lui a tout fait
séparation des amis et de la famille(très loin a l'autre bout du monde....
pris tout son argent, il revient en France dans quelques mois pour retrouver un travail dans sa branche ,mais il laisse la petite avec l'espoir de pouvoir retourner tous les 2 ou 3 mois dans ce pays (10 mille km)
comment faire pour cette enfant....
je garde tous les mails les enregistrements de mon fils qu'il m'a confier au cas ou... et j'écris toutes son histoire avec des dates afin de lui donner quand elle serra grande
elle pourra peut être mieux comprendre son histoire
mais sa mère est très forte, elle retourne tout alors ....!!!

Ou en êtes vous aujourd'hui ?
Et votre petite fille comment va t elle ? mon fils rentre dans 8 jours pour 1 mois 1/2 si cela ne vous ennuie pas ,vous pourriez peut être vous téléphoner (enfin il faut que je lui demande), il a du mal à parler de tout ça
Merci de me répondre, si cela est pocible.
Très Cordialement.

Réponse à Jupaucha - message du 13/09/2009

Moi je comprends très bien ce que vous voulez dire. Moi aussi j'ai eu des moments de grand bonheur avec une personne présentant les troubles du pervers narcissique. Une relation de 6 ans avec beaucoup de ruptures, un comportement de sa part incohérent, et ses "délires" verbaux comme je lui disais.

Je suis quelqu'un de fort, d'assez intelligent je crois. Il me semble que si je me suis tant accrochée, c'est parce qu'il y avait une part de lui qu'on pouvait sauver. Tous ses défauts, je les voyais. Ses spirales de mensonges, aussi. Mais mon Dieu, qu'est ce qu'on doit être malheureux au fond de soi-même pour essayer de faire du mal à une personne qu'on aime... J'ai rompu sans un mot, du jour ou lendemain, sans répondre à un seul de ses sms, et je ne reviendrai pas, je le sais. J'ai tout décripté. Il est aller trop loin, a vraiment levé la garde, s'est entièrement dévoilé dans le pire. Il ne subsiste plus aucun doute dans mon esprit sur l'avenir d'une quelconque relation avec lui. Mais j'éprouve encore de la compassion devant cette vie nulle, ce refus de construire. Cà aurait pu être tellement bien nous deux, et longtemps je suis revenue à cause de cet espoir.

Je précise que je ne me sens pas détruite, pourtant je suis passée par mille souffrances et des périodes d'anorexie. Mais ces derniers temps, je savais que mon manque d'estime condamnait l'amour que je lui portais.
J'avais honte de cette relation. Ma raison me poussait toujours à y mettre fin, ce que j'ai fait finalement. Et bizarrement sans trop de bobos : j'étais mûre, comme le fumeur après plusieurs tentatives d'arrêt du tabac.
Je savais aussi à l'avance depuis quelque temps que je ne souffrirais pas trop, que cela ne signifiait pas la perte d'un être cher d'un amour, mais la fin d'une dépendance devenue grotesque à mes yeux. Et puis 6 ans sans avancer, ras le bol, on a envie de redémarrer, de retrouver la lumière.

Depuis quelque temps avant que je rompe, j'avais terriblement envie de nouveau d'harmonie, de me rapprocher des êtres que j'aime et que j'avais forcément négligés durant cette relation. Puisque tout tournait autour de lui. J'étais redevenue miraculeusement plus sereine.

Il ne m'a pas détruite, mes valeurs mêmes, le respect d'autrui, l'amitié, l'amour de la vérité ou plutôt l'abomination du mensonge, tout est plus fort. Bizarrement je sais mieux qui je suis. Je connais mieux mes valeurs.

Me reste cette compassion pour lui, de n'avoir pas su le sortir de ce cercle infernal dans lequel il est plongé. Mais je ne peux même pas lui en parler. Je ne veux en aucun cas reprendre un de ces dialogues forcément tordus avec lui. Il y a quelque temps je lui disais : "c'est bizarre avec toi j'ai l'impression de parler chinois"...
Pourtant parfois que d'amour entre nous et cela je ne l'ai pas révé.

Je plains beaucoup ces gens-là, leur vie, leur état d'esprit. Ce sont quand même pour moi des victimes avant tout.

Voilà ce que je voulais répondre.
Bonjour et merci à elysdebrooklyn et aux autres personnes, suite au message que j'ai laissé il y a quelques mois sur ce site.
Je reviens car j'avais attendu des réponses ici qui ne venaient pas en ce temps.
Alors dans mon doute et ma croyance, Je suis retourné encore une fois chez cette femme avant toute réponse, pour en repartir il y aura un mois demain.
J'ai cherché à recoller les morceaux, et à mettre les cartes sur table, mais en vain.
Je me sens encore mal. une chose m'échappe tout de même outre son comportement , c'est que durant toute notre relation cette femme jolie et séduisante ayant pris de l'assurance et de la confiance en elle par mon état amoureux et mon envie de la voir briller en lui donnant des "clefs" , elle passait du temps dans mon dos sur des sites de rencontres. Cette dernière fois elle avait jouée le jeu, lui demandant de faire du ménage dans sa vie. Mais, j'ai découvert dans son portable une soixantaine de N° de portables d'hommes, et elle c'était de nouveau réinscrite sur un site connu, 4 jours avant mon départ ! j'ai cherché à avoir des explications , mais je reste sans réponse. je ne comprends pas ce comportement, surtout que notre entente "physique" était réelle, mais plutôt "chaude" que tendre.
A ce jour et après quelques SMS échangés, elle m'a faire savoir qu'elle serait déjà donnée, qu'avec moi elle n'était pas elle (?)
je l'ai revu il y à quelques jours, sans voir une lueur de peine ou un reste d'amour dans son regard, c'était une fuite en avant.
Que cherches t-elle ? car j'ai peur de la perdre, même si je dois y laisser mon âme j'aime cette femme qui souffle le chaud et le froid, elle est au fond de moi et sans elle je ne respire plus.
je cherche à retrouver son attention et son regard, à la faire revenir vers moi, sans être faible.
Elle a fait des efforts et des progrès sur sa personnalité depuis ces années, sauf sur ce coté obscure de séduction.
si vous pouvez m'aider de conseil pour la reconquérir.
Merci
je trouve que ce que tu dis est tres veridique quelque fois je cherche mes mots n etant pas tres verbale etant un homme plus manuelle si l on peut dire mais ayant quand memme des sentiments tres humain bravo de ton honneteté et franchise rien de telle pour une bonne relation
Ce commentaire s'adresse à Jupacha du 16 mai et tous les autres ayant souffert dans leurs chairs et âmes d'une relation avec un /e PN . Votre message me touche particulièrement. Je pense que durant ces relations nous avons tous le souhait de retrouver l'homme ou la femme qui nous a fait vivre ces moments inoubliables peu importe la durée de la relation et le niveau destructeur. Mais ce dont il faut prendre absolument conscience et accepter, c'est même que avec l'aide de spécialiste et leurs immenses pouvoir intellectuels les "agresseurs" ne peuvent pas changer. il s'agit pour la plupart d'une structure psychique. Vous parlez de la sauvée d'elle même... pour retrouver l'éclat de cette rencontre inoubliable, de l'amour réel. Il est impossible et les spécialistes vous le confirmerons, la victime s'évertuera par tous les moyens de dosés, de se contrôler pour amener son agresseur à prendre conscience des actes. Seulement il vous faut réaliser que vous pensez à elle et non à la souffrance et des effets que ce cycle de destruction on sur vous. Si vous pensiez à vous sauver vous? de cette situation, et vivre un équilibre dans une relation dites saine, de vrai amour dans l'échange et la construction. Ne serait il pas temps de prendre conscience que cette tenacité dont elle vous parles vous restez dans ses mains comme objet à détruire. Vous lui êtes utile et surement dans ses discours paradoxaux vous avez sans doute encore de la peine à croire que cela est votre réalité. Votre abnégation et loyauté envers cette femme semble sans fin et il est dommage que vous ne réalisez pas que vous êtes l'unique concerné puisque vous mettez tout votre volonté à la sauver.
Connaissiez- vous son passé ses anciens partenaires sans doutes qu'elle a eu le même comportement. Il est malheureusement triste de dire que nous croyons tous pouvoir être celui ou celle qui les méneront vers la lumière et une relation saine. C'est peine perdue et vous avez lu deux livres qui devrait vous en convaincre. Vous souffrez et refuser de baisser les bras mais à quel prix ? Lorsqu'on parvient à accepter et souhaite vivre autre chose que la souffrance et les épreuves infligées il est temps de vous libérer et de vous diriger vers le vrai amour, car il existe, je vous souhaite beaucoup de force dans votre libération cela en vaut vraiment la peine , je vous l'assure!!!!
Bravo VIOLETTE votre analyse du sujet eston ne peux plus realiste !

Un ajout à ma réponse à Jupaucha :

J'ai été moi aussi très persévérante - c'est dans ma nature - et c'est vrai que c'est une qualité qui peut toucher, bizarrement, un pervers narcissique.

cependant je me suis aperçue (mon histoire est plus longue en durée que la vôtre) qu'il pouvait aussi retourner cela contre vous. Peu à peu, au lieu d'une quelconque estime pour mon endurance, cela se retournait contre moi et dans son esprit c'était comme s'il pensait elle je peux tout lui faire. Et il ne s'en privait pas cela a été crescendo, il était de plus en plus abject, il se transformait littéralement en bourreau, toutes ses attitudes étaient calculées froidement, jusqu'à ce que je mette un nom : sadisme. Oui l'homme que j'aimais était non seulement un menteur, un semeur de zizanie, un dresseur de gens les uns contre les autres, un insulteur vulgaire, mais là devant moi naissait littéralement un sadique. Il ne cachait plus son jeu du tout, et son but était bien de me faire le plus de mal possible, il se dévoilait complètement, sans vergogne, sans plus de masque du tout.

Donc, ce n'est pas faute d'avoir essayé de tout mon coeur, ce n'est pas faute d'avoir manqué d'amour à son égard, ce n'est pas faute d'avoir essayé de le comprendre, ce n'est pas la peine d'être intelligent : il n'y a rien à faire.

6 ans quand même !!!
Je suis d'accord sur le fait que les rôles s'alternent et ils nousembarques dans la pervertions. On passe de sauveur à victime puis bourrea (harceleuses) selon eux en cherchant à comprendre en vain. Puis quand o dérange de trop, on fini proche dela mort pour les plus (je ne sais pas comment le dire, je ne sais plus)
MOI 30 ANS que ça dure, je souffre.......................
.... ma mere en est morte comme ça !!!
Je suis un homme de 58 ans qui sort d une relation desastreuse d avec une femme plus jeune qui n a eu de cesse de m abattre meme si je me suis rendu compte assez rapidement de certaines bizzareries j'ai insiste pendant 6 ans pensant que l amour et le bon sens seraient de mise.Et bien rien a faire les personnes atteintes de ce genre de problemes sont malhereusement irrecuperables . La bonne volonte et l abnegationne servent a rien.
je suis mois aussi victime d un pn depuis 6ans dont 5 ans de vie commune, je m apprete a le quitter d ici peu j'ai rendez vous demain chez l avocat car en plus il y a 2 ans no s est maries . j'ai tout essaye pour arranger la situation je confirme il n y a rien a faire . il se pensent superieur et parfaits . je ne pensais pas qu une personne puisse avoir autant de haine et de mechancete en elle. quitter un pn est egalement terrifiant je m attends au pire . j'ai tres tres peur.

j'ai vécu une histoire du même genre il y a quelques années... (enfin, peut-être pas trop du même genre finalement, a vous d'en juger...)

je sortais avec une fille, j'étais fou amoureux
naturellement je lui ai présenté mon "meilleur amis"
Celui-ci a tout fait pour me rabaisser en sa présence, quand je réagissais il me répondait que je n'avais pas d'humour, que je n'était pas cool...
il s'amusait avec des mises en situation humiliantes, (je me souviens par exemple du visionnage d'un film que je ne connaissait pas, mais que lui avait déjà vu, ou il s'était mis dans la position géographique d'un personnage, entre moi et ma copine. Dans ce film il était justement question d'un pervers narcissique qui manipule un jeune gars, innocent, amoureux comme je l'étais moi même...
et lui, le "pote", reproduisait les mimiques du pn du film et m'insultait avec les mêmes vocables, cherchant à obtenir une complicité avec ma copine à mes dépends... et elle marchait...
j'essayais de sourire, de ne pas afficher mon malaise je ne pense pas qu'elle se rendait compte de ce que j'étais en train de subir là.. surtout que cet Harcèlement insidieux avait déjà commencé depuis des mois...
ensuite ces remarques n'ont jamais cessée, les références a ce film était continue mais surtout en présence de ma copine

ca a duré des mois comme ca.

quand lui disait quelque chose, c'était "drôle" même si c'était de la nullité la plus plate, et quand moi je faisait un petit jeu de mot marrant c'était pitoyable, j'étais la "honte" de son entourage... (ceci dit j'étais toujours invité aux soirée ou il se rendait car je lui servait de "faire-valoir" et de "soufre-douleur", mais ça, je ne m'en suis rendu compte que trop tard)

bref, cela m'a conduit petit a petit a une perte totale de confiance et d'estime de moi-même... et forcement, au bout de deux ans d'humiliation continue, j'ai fini par me faire plaquer...
par dessus cela , ajoutons une situation familiale compliqué, (mon père m'a menacé physiquement quand je leur ai appris la rupture alors que je cherchait a parler avec eux et que, dans ma détresse, j'avais voulu prendre ma mère dans mes bras )
je suis carrément devenu suicidaire..

j'ai appris plus tard que mon ex et le pn s'étaient mis ensemble
souffrance indicible, partagé entre l'envie de le tuer lui, de les tuer tous les deux, de me tuer moi, de la mettre en garde etc...)

j'ai fait des tentatives de suicides a plusieurs reprise a chaque fois en montant les doses de médicaments espérant vraiment crever, mais j'en ai rechapé car je n'étais pas assez "patient" pour "collectionner" suffisamment de "médicament"

la dessus je voudrais ajouter l'incompétence criminelle des psy a qui j'ai eu affaire...
d'une part, a aucun moment ils n'ont pris le temps de me demander ce qui m'arrivait
je n'ai donc pu parler de ce pn a aucun psy
ils se sont borné a m'assommer de "médicaments" avec des effets secondaires effrayants (des boules dans les tétons, des montées de "lait", absence d'éjaculation et d'orgasme, vertiges, sur salivation, révulsions involontaire des yeux,raideur corporelle générale, lenteur de la pensée qui entraine une perte de spontanéité, de la volonté, torpeur permanente et insomnie ...)

en plus de ça ajoutez la souffrance et l'humiliation de l'internement psychiatrique.se retrouver à déambuler en pyjama bleu sans aucune activité possible si ce n'est fumer et s'abrutir devant TF1 (pas question de mettre une autre chaine dans ce genre d'institution... et vous seriez effrayé de voir le niveau des livres proposé dans leur pseudo bibliothèque...)

je rajouterai aussi que les chaines de tv du genre de TF1 ont un pouvoir déprimant incontestables, en effet leurs programmes ne sont que des prétextes a la pub et pubs qui ne sont rien d'autre que de la manipulation de nos instincts, sexuel entre autre, le but visé par les putlicitaire étant justement de nous faire déprimer en nous promettant que pour nous sortir de cet état inconfortable le meilleur moyen est d'acheter le produit en question...

bref, je me suis éloigné un peu du sujet
cette histoire date d'il y a 10 ans
mais je ne m'en suis pas encore remis car je me suis retrouvé isolé a cause de la terreur que m'inspirait la psychiatrie et l'incompréhension totale de mes parents
(ils faut dire que je n'avait aucune envie de raconter tout ça dans les détails a mes parents, même s'ils connaissent le gros de l'histoire... ils y a des donnée d'ordre intime et sexuelles qui entre en jeu, donc pas simple de parler de avec eux)

donc me voila, 10ans plus tard, encore en vie grâce a mes amis qui m'ont toujours soutenu du mieux possible, me laissant me mettre en retrait quand j'en avais besoin tout en étant présent quand il le fallait...

toujours est-il que je garde d'importante séquelle de tout ça
je suis incapable de me sentir en sécurité et d'avoir suffisamment confiance en moi avec quelqu'un qui ne soit pas un ou une ami(e) de longue date...
ce qui entraine un célibat forcé et douloureux...en 10ans je n'ai embrassé qu'une fille avec qui je suis sortie un an...
évidement c'est elle qui m'a sauté dessus... sinon rien ne se serait passé...

bref, je suis sorti un peu du sujet...
je garde de tout ça un malaise profond
j'essaie de lutter contre ma peur des psy, des médicaments et de l'internement et je retourne voir un psy depuis peu...
ça a ravivé des mauvais souvenir et des angoisses , comme je le craignais, mais je vais tenter de persévérer un peu...
ma vie est tellement invivable
il ne peuvent pas être tous aussi incompétent, il y en a forcement qui croient a leur boulot... c'est comme dans tous les métiers...

voila
je parle un peu dans le vide...
un gros sac a vider...
Bonjour,je viens de lire votre témoignage qui me touche et moi je ne suis pas dans la meme position mais en lien,car j'ai connu une personne ya bientot 5 ans qui est victime de PN? ce qui l'a fait sortir du chemin pour éviter la dépression et pouvoir se confier a l 'extérieur dans 1 terrain inconnu,et il est tombé au 1er coup sur moi sur 1 réseau de tel et la tout de suite ça été le coup de foudre entre nous 2.15 jours après il le dit a sa femme et la elle change son comportement d1 extreme a l'autre et il se trouve déstabilisé,incapable de faire 1 choix prisonnier et puis a l'époque c'était sa fille qui était prise aussi avec la situation(ou elle a sombrer dans l'alcool et la drogue) elle est partie de la maison avec ensuite 1 opération aux seins a 20ans. moi j'avais beau lui expliquer que ce n'était pas normal et donc il a commencé a consulter un peu ,arreter , repris arreter puis a a fini par recontacter 1 autre psy depuis quelques mois 1 fois par semaine et la 2 fois par semaine régulièrement et enfin il a pu identifier que sa femme est PN et il s'identifie en victime se reconnais dans les descriptions qu'il consulte auusi sur internet. Seulement c'est didicille pour lui de constater ça et d'accepter ,il culpabilise beaucoup mais a envie de se sortir de ça. et moi je lui donne beaucoup d amour de compréhension pour lui redonner des bouffées d'oxygène qu'il a besoin pour gérer son travail important de chef d'entreprise ce qui lui permet d'etre très peu chez lui et ce qui ne resous pas le problème, connaissez vous des personnes qui sont amants de victime de PN?
Je veux bien continuer de communiquer avec vous pour vous expliquer beaucoup plus.

Je vous souhaite beaucoup de belles choses et de vivre le véritable Amour
ainsi qu'un trè joyeux noel et 1 belle fin d'année
a bientot
Pivoine

(j'ai fais la correction des fautes de l'envoi précédent, excusez j'ai envoyé trop vite)
Bonsoir,

Je suis séparee de mon mari depuis quelques mois.Il a demandé le divorce quand il a su que je l'avais démasqué. je sais depuis peu que c'est un pervers narcissique il ne ressent rien et m'a toujours rabaissé humilié allant jusqu'à la violence physique. Aujourd'hui il ne veut pas que je passe à autre chose alors il ne cesse de venir frapper à ma porte.Il me manipule au point ou je le fais parfois rentrer chez moi tellement il me fais culpabiliser .Pourtant c'est lui qui a demandé le divorce!et je suis soulagés car je pense pas que j'aurais eu le courage de le faire.
je sais pas pourquoi je ne parviens pas a l'oublier même si je n'ai aucun souvenir de bonheur avec lui je crois même qu'il ne m'a jamais aimé.
Je suis mal je vois un psy je veux comprendre pourquoi j'ai accepté de subir subir et subir
Messages postés
168
Date d'inscription
mercredi 30 septembre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
20 août 2010
104
ok... mais quel est la question dans tout ca ?
Messages postés
37
Date d'inscription
mardi 20 octobre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
9 novembre 2010
25
Bonsoir,

j'ai trouvé un blog très intéressant à propos de cette maladie pour ceux que cela interesse:

http://profil-pervers-narcissique.blogspot.com

Bon courage à tous ceux qui vivent cela...
bonjour et bravo !
je viens également de découvrir que mon mari (nous sommes mariés depuis 13 ans avec deux garçons) présentait des signes de manipulateur ....Nous lisons beaucoup de choses impartiales et horribles sur ce sujet ....
Je suis dans le même état d'esprit que vous : cela est trés difficile mais je me libère actuellement d'une dépendance amoureuse , conséquence de son attitude. Je ne sais pas encore comment notre histoire se terminera
après le chantage du divorce, et l'éloignement dans sa famille (le père était manipulateur , sa soeur est névrosée ......tout ça lié à une enfance trés difficile : violence de la part du père); je ne sais plus ce à quoi je dois m'attendre ....C'est somme toute, un homme charmant , intelligent et que j'aime .
Arrêtez de vouloir vous sauver à grandes enjambées devant ces personnes, le chose à comprendre c'est qu'elles ont en elles une grande souffrance .Pour s'en protéger elles se sont construites une carapace qu'il est trés dur de percer certes.
Comme beaucoup de "victimes" j'ai cru que tout était ma faute, que je ne le comprenais pas, je me remets actuellement en cause : c'est moi qui vais suivre une psy comportementale et cognitive .
Le risque est grand : si je change de comportement face à lui, les liens qui nous unissent risquent également d'être modifiés mais je prends ce risque .
S'aimer en s'acceptant et se respectant ou se séparer : c'est le grand dilemne ! bref, un conseil pour ceux qui vivent avec ces personnes : occuper vous de vous ; vous verrez bien ensuite .....
il faut se retrouver, réapprendre notre estime de soi, ne plus culpabiliser bêtement face à lui,
lorsque nous nous serons retrouvé alors l'histoire pourra continuer ou s'arrêter.
Bien sûr, c'est trés difficile mais chacun à sa part de responsabilités !!!! attention de ne pas les accuser de tout non plus : on dit souvent qu'un fonctionnement de couple tient tant que les deux y trouvent leur compte....alors réfléchissez aussi à votre part de responsabilité dans votre histoire: c'est sur celle ci que vous pouvez agir : il ne sert à rien de vouloir changer l'autre , surtout eux qui ne reconnaissent aucunement leur travers !
bonne chance à tous et lorsqu'il y a de l'amour, je reste persuadée qu'il y a de l'espoir !