Vivre avec un borderline

[Fermé]
Signaler
Messages postés
1
Date d'inscription
vendredi 12 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
12 février 2010
-
 zab -
Bonjour,

Je vis à 30km de grenoble
J'ai 40ans, 1 enfant, je vis avec un borderline depuis cinq ans. En plus des nombreux troubles de la personnalité, il a une addiction pour l'alcool.
Isolée géographiquement de ma famille et de mes amis, je cherche des personnes qui vivent la même situation que moi et qui ont besoin d'échanger, de se soutenir, parler sans tabous, car il existe malheureusement pas d'association autre que virtuelle (le net) pour soutenir les proches.
A bientôt j'espère pour peut être créer un collectif amical et se rencontrer.

21 réponses

Je suis borderline, diagnostiqué depuis peu, mais je traine ce fardeau depuis un moment dejà, avec un bon traitement c'est vivable, mais c'est un désequilibre qui fatigue autant la personne qui en est atteinte, que certainement l'entourage.

le conseil que je te donne c'est d'être indulgeante car le moindre stress ou contrarieté declanche des crises, et empêche de maitriser et de garder le contrôle de ses emotions. alors il faut eviter de hausser le ton, la musique trop forte bref il faut privilégier les endroits calme, et serein, et créer un climat relaxe et de confiance.

ne pas hesiter à parler avec lui de cette maladie, lui rappeler à l'ordre car quelquefois quand tout va bien, le malade n'a pas conscience qu'il va faire des choix impulsif, et qu'il va ceder à ses emotions, plûtot qu'à sa reflexion.

n'hesite pas à me poser des questions, au plaisir de te lire, bonne soiree.
43
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

journal des femmes avec santé médecine 25507 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

je pense que je suis borderline je n'arrive pas a maitriser mes émotions, j'ai des idées suicidaires et je me sens au bout du rouleau. je fais une dépréssion depuis 15 ans ,je prend un traitement mais je ne m'en sors pas.aidez moi
Messages postés
102039
Date d'inscription
mercredi 7 octobre 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
23 juin 2021
17 584
Si tu n'as pas été diagnostiqué "borderline" par un spécialiste ,tu ne peux pas être sur d'avoir ce problème là.

Il y a beaucoup de maladie de la santé mental ,et un point commun à toute ou quasiment, les émotions...

Tu es suivi par un psychologue ou psychiatre ?
Quel que soit la maladie que tu as, tu peux trouver un équilibre ,à l'aide d'un traitement ,ou d'une thérapie.

Si ton traitement ne te conviens pas ,il ne faut pas hésiter à en parler au médecin qui te le prescrit.
Il existe beaucoup de molécules différentes , tu trouveras celle qui te conviens.
bonsoir voila je sais pas trop par ou commencer que dire de moi en résumé.....j'ai 30 ans j'ai 2 garçon et un 3 ème qui arrivera en février un mari tout ce qu'il y a de plus calme (un peu trop même) voila je suis nerveuse,maniaque, je ne supporte rien je prends jamais le temps de jouer avec mes enfants car je privilégie mon ménage quoi qu'il fassent je hurlent je ne supporte pas qu'il y ai du désordre dans leur chambres,je suis tout le temps en retard dépassé par tout ce que je fait même faire les repas deviennent une corvé horrible bref je sais plus quoi faire je deviens hystérique j'aime plus que tout mes enfants je leurs fait des calins leurs dit sans arrêt que je les aiment mais je les fait souffrir avec mes conneries de sautes d'humeure INGERABLE s'il vous plaît aidez moi je n'en peu plus e veux être normale
Messages postés
102039
Date d'inscription
mercredi 7 octobre 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
23 juin 2021
17 584
Le fait d'être enceinte peut provoquer des sautes d'humeurs, c'est un moment particulier avec les hormones qui travaille beaucoup.

Vous êtes comme ça depuis longtemps ?

bonsoir

Ma fille a été diagnostiquée borderline en 2008, après plusieurs séjours en psychiatrie
il faut savoir que cette maladie est très difficile à vivre pour le malade et pour l'entourage prcoche (on se sent coupable et impuissant), les penchants pour l'alcool, la défonce les mauvais traitements (scarifications et autres, passage à l'acte ts font partie intégrante de la maladie. C'est une maladie connue depuis peu par les psy, il ne faut pas se décourager et ne jamais baisser les bras meme si cela est très dur à vivre (les borderline finissent souvent seulsc ar ils bouffent votre énergie et vous ne vivez plus que par rapport à eux. c'est douloureux mais pour les aider il faut soi même arriver à poser des limites et ceci en consultant un psychologue. Pour ma part cela fait plusieurs années que j'essaie de comprendre et d'essayer de l'aider malheureusement sans trop de résultat. Il faut persévérer bon courage
bonjour, voila, il y a sept ans ma vie toute entiere s'est écroulée, mon ex épouse,maintenant, est partie, me laissant la, déboussollé et seul, j'ai deux enfants, au début elle les a repris, mais ca n'à duré que six mois, ils ont demandé par la suite à revenir avec moi, la vie de madame ayant tellement changé, elle en a d'ailleurs oublié tous les principes ,moraux, et surtout maternels, enfin, j'ai mis quatre années a remonter la pente, étant seul et essayant de tout faire pour bien m'occuper de mes deux enfants, j'ai "sacrifié" beaucoup de moi pour eux, je suis en plus oindépendant, donc, tres pris par le temps, et croyez moi, m'occuper des enfants, repas, courses ,ménage et travaux de renovation, ,et ma boite en plus....pas évident!
il y à trois ans, j'ai rencontré une femme, elle à 42 ans, comme moi, trés jolie, trés classe, bonne situation, de la culture, et un charme fou, bref, j'étais fou amoureux, car cette fille représentait tout ce que j'éspérais d'une femme, seul, hic, c'est qu'au bout de trois mois de connaissance et péripécies, je m'en retrouvai chez un psy, oui, moi, l'homme grand et solide, qui n'à jamais eu besoin de psy pour passer au dessus de 20 ans de vie, la moitié de la mienne, deux enfants et une famille perdue!

elle peut etre la plus merveilleuse des femmes, tendre, dynamique, trés caline, intelligente, enfin, la femme parfaite, sauf que cela ne dure que maximum, trois jours, et ce cycle persiste, rien ne change au fil des ans!
c'est incroyable, désarmant, et croyez moi, jamais je n'en ai autant bavé avec quelqu'un! elle passe de l'ange le plus merveilleux au démon , la garce la plus horrible, sans raison, et lorsqu'elle est bien, que tout va bien, il faut qu'elle provoque une dispute, tous les trois jours, voir moins, elle pete son plomb et dit que tout est fini, terminé que ca n'ira jamais et me balance plein de méchancetés au visage, elle est trés cruelle!
je crois qu'elle est soit atteinte d'un dédoublement de personnalité ou qu'elle est réellement la plus perverse des garces!
elle me manipule, elle fait tout pour que je fasse tout pour elle, normal, je l'aime, mais jamais un merci, jamais un geste tendre jamais de compassion, tout pour elle et rien pour moi!
parfois, elle sait etre bien, géniale ,même , mais c'est horrible de se dire que ca ne va pas durer, que demain, ou tout a l'heure , l'ange fera place au démon.
cette femme est un paradoxe, contradiction permanente tant en actes qu'en attitudes et paroles, on dirait qu'elle agit toujours en dépit du bon sens, qu'elle fait tout pour empirer les événnements, elle est ingérable, on ne sait jamais a laquelle des deux on a affaire, c'est vraiment jerkill & hyde.

elle a déja consulté entre 5 et 10 psy en trois ans que je la connais, elle manipule tout le monde, ment maladivement, trompe, trahit, utilise, et si je peux me permettre, lorsqu'elle s'est servie du clean ex, elle le jette.

j'ai déja essayé de rompre, plusieurs fois, c'est elle qui dit toujours que c'est fini, j'ai même reçu des mails et des messages, des preuves de son infidélité, de ses mensonges, mais elle est tellement manipulatrice, qu'elle vous fait douter de ce que vous voyez!

elle a même reussi a manipuler la psy chez laquelle j'étais allé pour comprendre ce qui m'arrivait, elle s'est fait passer pour une autre personne et une fois installée sur le divant, elle a révélé etre ma compagne, elle savait que la psy ne l'aurait pas accéptée en tant que ma conjointe, elle ne peut soigner les deux!

la psy étant au pied du mur, a titre exceptionnel,l'a accéptée, deux séances , au bout de deux séa
nces, elle l'à viré , elle m'a telephonné en me disant ceci" elle m'à destabilisée, et mise en position d'échéc, je suis allé consulter mon coach" .

imaginez, oser et reussir manipuler un psy???

lorsque madame ne veut plus me voir, je ne peux rien faire, ni aller au resto avec un ami, ni boire un verre entre copains , ni sortir de chez moi! rien !!!

mais elle, on ne sait jamais ou et avec qui elle est, et en général, entre trois jours et une semaine apres m'avoir envoyé sur les roses, elle réapparait , me relançant , et si je ne craque pas , à ce moment, elle est blessée dans son orgoeuil et me harcelle sans cesse, mails, sms, téléphone etc, elle vient me harceller plusieurs fois par jour sur mon lieu de travail, bref, c'est infernal.
si je ne craque pas, elle passe aux violences verbales, voir physique.

si je craque, car , malgré tout, mes sentiments pour elle sont trés ( trop) forts, durant deux jours elle est de nouveau géniale, mais au troisième jour, paf, sans raisons,c'est reparti de plus belle.

elle est un peu comparable a une lame de scie, tout en pics, tres joyeuse/tres triste, tres gentille/tres méchante, etc, elle dit, se contredit, et ne supporte pas de me voir parler a une autre fille, mais elle....elle peut avoir plein d'amis , et même des ex, en plus , elle est aussi mythomane, mais nymphomane, et même cleptomane, c'est madame sans gène, elle peut tout faire, et surtout ne pas le lui dire ni reprocher ses agissements,
elle me réponds que cela ne me regarde pas, que ce ne sont pas mes oignons, enfin, c'est dingue, une histoire sans fin, je suis un peu prisonnier de cet amour, et pourtant il va falloir passer au dessus, car ma vie est devenue un enfer permanent, elle m'éspionne, me rabaisse, contacte mes amis afin de se renseigner sur moi, alors que c'est elle qui ment trompe, romp etc...

rien à comprendre, et je suis perdu!j'en parle a mon médecin, presque toutes les semaines, ma santé tant morale que physique s'est trés dégradée tellement j'en vois avec elle!
salut j'ai vecu la meme histoire tu peux me trouver sur facebook groupe borderline
laurent je pense que tu trouveras des mots qui te feront un bien fou!!
J'espère que tu vas bien aujourd'hui... parce que que là ça fait penser à une Perverse Narcissique et Borderline...
Moi je dis je préfère être malheureuse avec lui que malheureuse sans lui.
Bonsoir, je vis moi aussi avec un borderline.Mon compagnon est un homme merveilleux mais épuisant. En + de ce trouble il souffre d'alcoolisme, de dépendance aux drogues les plus diverses ce qui l'amène ensuite à se culpabiliser donc à s'autodétruire encore plus en se médicamentant de façon excessive et en se blessant, bref en faisant tt ce qui est en son pouvoir pour que je le rejète. Je me refuse d'entrer dans "son jeux " mais plus je resiste, plus ses crises augmentent en fréquence et en intenssité. Je suis aujourd'hui totalement desespérée car je ne vois pas quelle solution adoptée pour le sortir de cette souffrance qui le ronge. Nous vivons dans la région de Carcassonne (11), si l'un d'entre vous connait un traitement miraculeux ou un thérapeute capable de ns aider je vous serait extrêmement reconnaissante de m'en faire part.Merci à tous. Domi.
pour Loulou, je te remercie de ton mail mais je me suis désinscrite de FB car je ne supporte plus de voir les messages destructeurs de mon amis ni les commentaires encourageants de ceux qu'il appel ses "amis". Le sujet je l'ai étudié en large et en travers. En ce qui le concerne père Pervers Narcissique qui l'a mis dans l'alcool et la drogue à l'âge de 14 ans, qui lui a fait découvrir la sexualité dans une partouze avec lui et une mere et une soeur ultra protectrices qui l'ont infantiluisé pour le protégé et qui se sont contentés de le faire soigner pour son prob avec l'alcool par refus de voir que le problème est beaucoup plus profond. C'est l'horreur, , apreès une énième crise avant hier il a appelé sa mère et les 2 parents ont decidés de le "recupérer 1 semaine chacun chez eux (ils sont separer) et de lui trouver une clinique ou le faire hospitaliser toujours pour l'alcool. si on rajoute a cela une ex avec qui il a vécu 8 ans une relation de rupture et de réconciliation, qui passe son temps a lui envoyer des petits messages et qui est la meilleure amie de sa soeur avec qui il entretiens des relations fusionnelles ++++ et qui refuse de voir que son frere est malade, le tableau est complet.Quoi que je fasse il y a toujours quelqu'un pour me mettre les batons dans les roues et je suis complètement exclue de ce que sa psychologue lui et leur dit. C'est pour cette raison que je suis a la recherche d'un thérapeute capable de le suivre convenablement sur Carcassonne ou il "vit" avec moi. si tu peux m'aider, contact moi sur ma boite mail. Merci Domi

Bonjour,
récemment j'ai appris que ma mère âgée était borderline mais certainement que d'autres pathologies s'y ajoutent.
très intelligente dans la manipulation, jamais tort, se sont les autres qui mentent, ne fait jamais de mal psychologique, toujours blanche comme neige, tout est insidieux dans ses paroles.
toujours en manque d'affection, toujours à en demander encore plus, plus d'attention, éternelle insatisfaite dans ce domaine. exemple "tu ne m'embrasses pas ce matin ?" insidieusement elle me rendait coupable de ne pas l'avoir fait. tout est prétexte à faire culpabliliser la personne si elle n'obtient pas ce qu'elle veut d'elle : un sourire, une attention, un coup de fil, une lettre, une attention d'amour, une présence prolongée
malgré la distance physique, et mes paroles explicatives, rien y fait, elle revient toujours à la charge. toujours dépressive, tout est de ma faute
une personne qui se rend compte de son état et bouge en conséquence c'est bien pour elle et ses proches, mais pour moi ce n'est pas le cas.
on prend plus en considération les personnes atteintes mais les proches c'est tout autre chose. bon courage aux 'borderline' et proches merci pour un éventuel commentaire merci bonne journée
Bonjour,

Je pense que votre mère souffre plutôt d'un trouble de la personnalité narcissique.
c'est mon instabilité qui a été le révélateur + dépression, mon psy m'a posé beaucoup de question, car j'etait incapable de reconnaitre et formuler mon instabilité, et mes changements d'humeur. Il m'a fallu du temps et une grosse dépression pour reconnaitre que quelques choses tournait pas rond.

Encore aujourd'hui j'ai encore du mal à te décrire les crises, car étant dans une bonne periode, je suis un peu amnésique de mes mauvaises périodes, cela remue trop d'émotion en moi, En fait, elles viennent progressivement, conflit dans mes relations, incompréhension, déprime, envie de tourner la page, de changer tout, de faire volt face. BREF pas facile de construire une vie avec de tel saut d'humeur injustifié.

Ma vie se résume à des hauts tres hauts et des bas tres tres bas, fatiguant epuisant, et lassant pour moi comme pour mes proches.
Je crois que nous avons une méconnaissance sur ce type de pathologie et c'est effectivement très difficile pour l'entourage. Mais ce que tu explique m'aide a comprendre pas mal de choses. A moi de savoir si je peux être assez forte pour vivre avec ça, sachant que contrairement a toi, mon conjoint ne veux aucune aide par peur d'être dépendant des médicaments.
Bonne journée.
J'aime un bordeline mais je ne vis plus avec ! trop d'épuisement et c'est le tonneau des danaïdes (c'est sans fin jusqu'à la prochaine crise) car prochaines crises il y a toujours! je ne sais plus quoi faire, il a pris RDV chez une thérapeute mais il faudrait l'associer à un médicament mais je crains qu'il refuse le traitement. Et puis ce sera long chez la thérapeute et lui doit penser qu'en 3 séances cela va être réglé ! j'ignore comment faire ! pr le moment je l'ai quitté mais j'ai toujours ses clefs d'appart. il ne me les a pas demandées ???? étonnant ! je suis sûre qu'il souffre autant que moi car sans ses crises il est génial !!!!!!! mais les crises sont de + en + rapprochées! et je supporte de - en - ! je suis fatiguée physiquement et moralement ! plus de piles dans la machine ! j'ai mal de ne plus le voir mais je dois me protéger et penser à me reconstruire pour vivre autre chose !
j'ai aimé mon ami 9 années.Je l'aime plus que tout.Depuis 4 ans il me fait des crises,il passe de l'amour a le haine,il s'en va pour rien,me fait des scandales sans raisons.J'en ai beaucoup souffert,et ce n'est qur depuis quelques jours que j'ai découvert qu'ilétait borderline.Il m'a quitté depuis 2 mois,il me hait.Je suis bien triste car quand tout allait bien c'était merveilleux.J'aimerais tellement l'aider,mais il me repousse.J'ai appelé sa mere pour lui expliqué le fait que je pense que son fils est malade .Elle m'a repondu que c'était moi qui devait l'être.Nous ne nous sommes jamais entendues.C'est une mére possesssive.J'ai lu des articles sur cette maladie;et je suis sure que c'est ce qu'il a.Je ne sais plus quoi faire sauf prier pour lui pour qu'il réalise et qu'il accepte de l'aide ou qu'il le fasse tout seul.Je suis triste que l'on ne puisse pas en parler tous les deux.
Messages postés
10
Date d'inscription
samedi 18 décembre 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
18 décembre 2010
2
etonnant !
voici un site interressant https://aapel.org/
Bonjour,

Je vis depuis maintenant quelques années avec une personne qui souffre de ses troubles de personnalité, lui pensais qu il était bi-polaire mais depuis quelques jours il a mit enfin un nom sur tous les symptomes et les troubles qu il ressent! il souffre du syndrome borderline!

Nous ne parlons pas suffisament des conjoints qui sont toutefois aussi malheureux et pertubé des choses a quoi il font fasse chaque jours, et dans mon cas il ya des periodes ou je fais face et j essai de l aider, et d autres periodes ou je me remet en cause, je doute de moi et je me dis que je ne sais pas l aider et qu on ne sent sortira jamais!

Je suis loin de ma famille et je fais face chaque jours du mieux que je peux au troubles de mon mari , si vous avez un peu de solutions pour m aider dans mon quotidie car c'est un long et grand combat mais quand il y a de l amour, beaucoup d amour ne peut t on pas faire face à tous cela?
Je vis le même calvaire et je suis épuisée !
je vis la même chose que toi nous avons en plus deux enfants de bas ages et croyez moi c'est trés dur.moralement je suis totalement détruite je pleur des que je me retrouve seul ou encore en pleine nuit .je crois qui ce qui est le plus dur est de savoir qu'on s'aime et que sous le coup de l'énervement il balance des méchanceté.a chaque engueulade monsieur veux tout quitter , il a changer près de 6 fois de boulots en 3 ans!j'en peu plus! j'aimerai parfois m'endormir et ne jamais me réveiller.pendant ses crise il va même jusqu'à m'insulter au près de sa famille des qu'une engueulade commence il s'empresse d'appeler sa mère comme s'il devait avoir la permission de me quitter! je culpabilise énormément car je suis épuiser de dévaler ces montagnes russes tous les jours.si je ne lui dis pas je t'aime a chaque appel j'ai droit a une réflexion si je ne respecte pas sa volonté il se met directement en conflit et choisit a chaque fois la fuite.je ne sais plus quoi faire ma famille est loin aussi mais heureusement que j'ai mes filles avec moi.c'est en surfant et en tapant sur internet "incompréhension dans un couple " que je suis tomber sur le syndrome borderline (c'est quand même triste d'en arriver là).je suis quand même soulager de pouvoir mettre un nom sur ce comportement.c'est vraiment dur d'être considère comme de la mèrde par le père de ses enfants.tout a leur encore il m'a dis qu'il ne ferait pas sa vie avec moi alors qu'hier soir encore il me disant qu'il m'aimait.j'en suis même à douter de son amour pour moi puisqu'il se comporte de la sorte.le plus dur maintenant sera de lui faire faire une thérapie sachant qu'il ne veut pas entendre parler de psy.c'est un homme adorable mais trop instable et j'ai l'impression de l' être également a force.mais il faut que je sois tres patiente car je sais qu'il a vecu une enfance très difficile.
Messages postés
2
Date d'inscription
dimanche 17 octobre 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
18 octobre 2010

bonsoir à vous . si je vous comprend bien vous vivez avec quelqu'un de borderline et vous vivez isolèe et coupée de votre famille ? En fait, j'aimerais vous faire réfléchir à la question suivante : le fait d'être ainsi coupée du monde ne risque -t-il pas de vous couper du monde plus que lui encore finalement et en tout cas de vous faire souffrir tant que vous êtes encore en état de prendre du recul par rapport à cela ?
il s'agit alors par rapport à cela de savoir si vous devez rentrer dans ce processus d'enfermement psychologique votre réalité devenant celle de vos quatre murs ou si au contraire vous désirer sortir " du bocal" si je puis dire comme hélas si peu de nous le faisons en se laissant enfermé dans un modèle préétabli par d'autres ?

voici en tout cas deux pistes de réflexion que j'ai eu plaisir à vous offrir car il n'existe hélas pas de réponse toute faite.

j'espère que ma réponse aura pu vous être utile ?

cordialement

LAURENT DURIEUX
merci de ta réponse mais je me suis deconnectée de FB, je ne supporte plus ni ses messages autodestructeurs ni ses prétendus amis qui s'en delectent et les alimentent. je préfère si tu veux continuer a communiquer par mail ou via ce site. merci
Bonjour,

L'addiction à l'alcool fait partie de sa maladie. entre autres
Les border line ont toujours besoin de subsituts pour combler leur grand vide. J'ai une fille atteinte de borderline (décrypté lors d'un de ses nombreux passages en hp, depuis elle est suivie et a un traitement mais ce n'est toujours pas évident, elle ne s'intéresse à rien la seule chose positive depuis 2 ans est qu'elle ne s'automutile plus et qu'elle ne fait plus de ts.
Elle a elle même des enfants, elle les voit occasionnellement. Vivre ave cun borderline est très compliqué, dans la mesure où ils n'acceptent aucun discours. Son Pschy me dit qu'il ne faut pas la brsuquer car c'est la dévaloriser encore plus mais pas évident à faire quand on vit au quotidien avec eux. Moi aussi, je dis toujours qu'elle est manipulatrice mais apparemment ce n'est pas vraiement de la manipulation, c'est une façon de se prouver qu'ils existent car leur souffrance est incompréhensible à nos yeux
bon courage
Dans mon cas c'est mon fils de 15 ans qui est borderline, difficile au quotidien, renvois des établissements scolaires, addiction a la marijuana, alcool, il a une image de lui déplorable, avec moi il reste "gentil" mais en dehors ses rapports sont très fluctuants, des hauts et des bas...avec à la clé les idées noires et la ts...C'est dur de le voir souffrir autant...je l'aime mais je fatigue....
J'ai une fille de 31 ans qui est borderline. Cela fait 6 ans que cela c'est confirmé par les agissements et attitudes renversants et "étranges" . Epuisée au quotidien, partagée entre le sentiment d'amour pour elle, le sentiment de fuite et celui de culpabilité, je ne parviens que très difficilement à gerer ma vie de femme et ma vie professionnelle. J'aimerais tant pouvoir m'éveiller le matin sans cette oppression qui m'étouffe et sans devoir me poser la question: qu'est ce quíl va encore arriver aujourd'hui ?

mamaone
Je vie avec un borderline depuis près de 6 ans mais il a eu le diagnostique il y a 2 ans, je peu juste que ses difficile , je n'ai pas d'enfant une chance mais je suis très fatiguer, je demeure au Québec mais mon conjoint viens de Bruxelles, je l'aime mais il me fais vivre pleins d'émotions que des fois j'en ai des mots de têtes...a bientot
Bon couRage à tous je vis la même chose que vous...
Messages postés
1
Date d'inscription
mardi 29 novembre 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
29 novembre 2011

ma mère est borderline et j'en suis une. ce n'est pas facile, je suis facilement bouleversée et je n'ai presque aucune estime de moi.
Bonjour, j'ai 41 ans je suis marié et père de trois enfants. Ma femme âgée de 33 ans souffre de borderline. Je viens de découvrir ce soir que ses syptomes récurents (insultes et violences soudaines pour des futilités) font partie d'un trouble du comportement auquel je n'avais pas encore associé une patholgie. les crises partent généralement d'un état déjà installé genre de mauvais humeur puis vient se greffer un fait, petit fait qui commence à faire monter d'un échelon l'énervement. Les réponses ou les questions agressives surviennent pour déclencher une atmophère hostile. Et sur des explications vient alors les insultes venues de nul part. Un état alors de destruction s'installe qui se manifeste par un désintéret de l'autre accompagné d'insultes et de mauvaise foi. La suite arrive par le lancé d'objets à porté de main puis de coups directement sur l'autre par des coups de pieds de mains de morssures.... Il s'agit d'un état hyper destructeur qui demande un recul sur la situation qui se fait dans un premier temps, sur le moment par le départ de l'agressé pour calmer l'ambiance. Le second temps généralement se fait par le retour et la tentative du dialogue (sans agression plutôt dans l'idée de calmer les esprits). Il faut alors développer tout un état psychologique afin de la rassurer. Des résolutions ont alors prononcées pour suivre une thérapie par des personnes compétentes... Voilà actuellement ce que je vis.... et pourtant je l'aime comme un fou. Que puis je faire si ce n'est la persuader de suivre une théapie adaptée.
Depuis plus d'un an, j'aime un homme de 51 ans qui est bordeline ! j 'ai vécu quelques temps avec lui mais je ne faisais que repartir chez moi ! depuis le début de l'année je suis chez moi et je le voyais de tps en tps !

J'ai bcp lu sur le comportement des bordelines (au début je pensais qu'il était bipolaire) et malheureusement, il "colle" aux comportements décrits ! je me suis effondrée ! mais la réalité est là ! c'est invivable ! de plus lui aussi se réfugie le soir dans l'alcool et là les barrières sautent et la semaine dernière il a testé un passage à l'acte suicidaire ! Suite à ce geste trop grave, je l'ai quitté mais j'en souffre terriblement car c'est quelqu'un de très très bien quand il n'est pas en crise !

Je sais qu'il m'aime et moi aussi je l'aime mais je l'ai quitté pour ne pas sombrer. Il a l'air d'avoir pris conscience de sa pathologie et d'ailleurs il est allé sur le net pour faire un test et il avait 8 réponses sur 10 qui correspondaient au profil BL! et là le constat a été rude pour lui car moi je l'avais diagnostiqué (mais je ne suis pas psy) il a pris RDV chez une thérapeute ( il ne voulait jamais le faire) peut être a-t-il vu que ma décision de mettre fin à notre relation était sérieuse car nous l'avons fait souvent !

Il pense peut être que s'il pouvait diminuer un peu ses crises noires, il pourrait me reconquérir ! j'ignore ce que je ferai ! mais c'est quelqu'un de très bien quand il est "normal" même plus que cela il est idéal !!!!!!!!!!!!!!mais il n'en est pas convaincu du tout ! il l'ignore même.
Ticrob, je trouve que vous décriver exactement bien le commencement de ses fameuses crises et tous le climat qu il installe délibérément afin de déclencher le climat hostile, moi mon mari cela se manifeste seulement avec les insultes, les reproches, la mauvaise foi la mauvaise humeur, il peut etre bien le matin et l apres midi changer du tout au tout, mais par contre il n a aucun geste déplacé et aucune violence physique, votre femme a t elle conscience de sa maladie? Accepte t elle la thérapie?
Messages postés
1
Date d'inscription
mardi 30 novembre 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
30 novembre 2010

Bonjour,
Merci pour vos commentaires qui me touchent et m'aident à voir un peu plus clair. L'attitude de mon mari semble répondre aux symptômes que vous décrivez à différents degrés. Sa mère est maniaco dépressive en maison de soin depuis qu'il a six ans et il a lui-même la descente plus que facile (pardon, je parle ici de l'alcool ;-) ce qui semble être un facteur déclarant.
Ce qui me préoccupe pour l'instant, c'est de savoir si je peux, d'une façon ou d'une autre améliorer son bien être et peut-être, le nôtre. Nous sommes très amoureux, mariés depuis peu, et je n'ai jamais voulu voir ce côté qui pourtant était bien là sous mes yeux. Je crois que je dois maintenant affronter la réalité de façon constructive. Vous m'avez aidé à comprendre pourquoi il ne me désire pas pendant de longues périodes, pourquoi il ne cesse de me répéter qu'il m'aime quand je reviens d'une période de déplacement professionnel, pourquoi il tend à séduire d'autres femmes quand nous sortons. Je me dis que c'est trop bête de le prendre pour moi et ne pas essayer de le comprendre mieux. Je suis quelqu'un de nature indépendante bien qu'il sache me rendre jalouse, et je me rends compte en vous lisant que ça ne l'aide peut-être pas beaucoup. J'essaie en général de lui proposer des petits voyages, un après midi au spa ou autres choses relaxantes quand je vois qu'il est tendu, mais malheureusement, cela aboutit rarement. Il trouve mille prétextes pour repousser. Peut-être saurez-vous m'éclairer sur la façon d'y arriver, d'aménager des moments qui lui font chaud, de parler ensemble, de faire renaître le désir, bref, de se retrouver quand on se perd...
Je précise qu'il n'est pas suivi.
Un grand merci à ceux ou celles d'entre vous qui voudront bien me donner quelques conseils sincères et vécus.
R
bonjour,

je vis avec un borderline depuis 13 ans. il a été diagnostiqué depuis 9 ans seulement et a débuté, à ce moment là, un traitement psy.
ces dernières années ont été chaotiques , entre crises, abus en tout genre, incapacités à gérer son travail, imaturité, amour passionnel et haine...

il y a 1,5 an, j'ai décidé de prendre du recul en vivant seule, ce qui m'a permis de me protéger un peu mais a acceleré sa maladie. Aujourd'hui, il semble désireux de s'en sortir et se bat. Pour combien de temps ? il faut prendre les bons moments, fixer les limites de ce qu'on peut accepter, être solide et déterminé.
on se voit plus souvent, on refait l'amour après plus d'un an d'abstinence .

il faut garder espoir et ne rien lacher : aimer beaucoup aussi et se dire que si tout marchait mal, on aura appris beaucoup de choses, sur soi, sur les rapports humains, sur ses limites
Rose thé, c'est très riche ce que tu dis. J'en retiens qu'il ne faut pas baisser les bras, ce que je souhaitais entendre je crois. Un immense merci.
Bonjour,

Je suis mère d'une borderline, je l'ai fait hospitalisée sous astreinte en 2008 et c'est là que le diagnostic est tombé. Depuis, son mari l'a mise dehors et je l'ai donc récupérée et je sais ce que vs vivez car je le vis tous les jours et ce n'est pas facile du tout, j'ai essayé la méthode douce, la méthode où je la secoue et essaie de la responsabiliser, rien ne marche, de temps à autre des dérapages (prise de ts ces médocs en une seule fois, une bouteille d'alcool ...). J'ai essayé via son pschy de trouver une juste mesure mais elle me dit que je ne dois pas la brusquer et que pour l'instant le positif est là (elle n'a pas refait de tentative depuis sa sortie, même s'il y a des dérapages). C'est vrai que cela serait bien de 'pouvoir communiquer et d'essayer de voir quelles sont les meilleurs approches pour aider les borderline via votre vécu à ts et toutes
bon courage , ne pas baisser les bras