Sevrage effexor help !!

Résolu/Fermé
bloublou49 - Modifié par Jeff le 3/03/2014 à 15:54
 Nat - 1 mai 2018 à 04:15
Bonjour,
ca fesat 3ans environ que j'étais sous effexor 75 mg, il ya quelques mois mon médecin me la diminué a 37.5mg que je prenais tous les deux jours, cela se passait bien. quand j'ai terminé mes plaquettes, je savais que c'était le syndrome de sevrage qui allait arriver. Depuis une semaine d'arret, j'ai des vertiges, je suis très fatiguée, je vois tout "au ralenti" (c''est une sensation étrange,comme ci le cerveau était brouillé (effet tête dans les fesses ,pour être polie), ailleursquoi) des courbatures, mal de dos a cause de la fatigue, bref, pas envie de sortir, envie de pleurer pour rien, bref tous ca! je me demandais si ca venait du sevrage, et si d'autres personnes avait eu es symptomes. merci

53 réponses

Bonjour, non le sevrage peut être tout à fait réussi s'il est bien mené. Il faut absolument se faire accompagner par un médecin. le faire seul est dangereux. J'ai fait mon sevrage d'Effexor sur plusieurs mois (huit mois en fait) et je ne me suis aperçue d'aucun changement. C'est long et ennuyeux parce qu'il faut faire très attention aux doses et aux jours (un sur deux, etc...), mais en étant scrupuleux, ça marche, et sans aucun effet secondaire. J'étais à 200 mg par jour et 2 barres de Lexomil (gros craquage puisque 200 mg est la dose maximale en ville, au-delà, le dosage nécessite l'hospitalisation). et cela pendant près de deux ans. Alors, oui, huit mois, c'est long, mais mon corps, mon mental et moi-même avons eu aussi tout ce temps pour se récupérer.
Patience donc, et vous y arriverez. Mais, sinon, oui, on peut passer sa vie à en prendre et ça n'est pas plus grave que de prendre d'autres médicaments pour votre foie, vos reins ou vos migraines. Un sourire le matin et se projeter dans l'avenir vaut bien un médoc!
215
Depuis un an je prenais EFFEXOR 37,5, depuis 10 jours j'ai tout arrêté car j'avais des effets secondaires importants extrasystoles, tension élevée, prise de poids,. J'avoue que c'est dur et j'espère que je vais retrouver ma santé, car je pleure de nouveau facilement, j'espère avoir la force. Je vais continuer de consulter mon psychiatre, j'ai besoin d'un suivi, la volonté ne suffit pas, quand on est démolie. Je dois faire une exploration des reins dans les prochains jours pour écarter tout mauvais fonctionnement. Ensuite, j'espère être assez forte pour reprendre le travail, ça fait plus d'un an que je suis en arrêt de travail en raison de problèmes graves au travail justement. Travailler dans de bonnes conditions serait primordial. En attendant je ne m'écoute pas mais j'ai des vertiges, des troubles visuels, des nausées, je suis fatiguée, parfois irritable; C'est bien triste...
Courage à tous
3
Bonjour, moi aussi je suis sous effexor et je suis crevee,est ce le médoc?
2
loulou48
Messages postés
10
Date d'inscription
mercredi 12 octobre 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
1 juillet 2012
3
21 févr. 2012 à 20:47
bonsoir OUI mais il faut en passer par là j'arrete doucement au bout de 16 mois par paliers(25mg)
0
Bonjour,
J'ai été sous effexor 150mg pendant un peu plus de deux ans. Cela m'a causé beaucoup d'effets secondaires (sueurs nocturnes intense, cauchemars, prise de poids) que je croyais causé par la dépression et l'anxiété, mais quand j'ai commencé à aller beaucoup mieux, c'est effets secondaire devenait très dérangeant. Disons aussi que la prise de poids ( 25lbs) n'aide pas beaucoup à retrouver sa confiance en sois. Donc j'ai décidé d'arrêter la médication.

Je venait de déménager dans une nouvelle ville, pas de famille, pas de médecin et je n'avais plus de prescription, je me suis dit c'est le temps. De 150mg à 0mg à ne jamais faire, après 3 jours je croyais que j'allais tout simplement mourrir de nausé, de douleur, de maux de tête. Donc j'ai recommencé a 75mg, donc de 75 à 150, les effets on duré 2 semaines environ, c'était dure je l'avoue, mais depuis ma concentration est revenue, je me sens redevir moi même, les sueurs nocturnes et les cauchemars disparues, je doit quand même faire attention aux émotions trop intense. Je me défoule dans le sport intense (spinning, jogging, vélo de montagne) et je me motive quotidiennement à rester active, car moi la dépression me rendait ''léthargique''

Je voulais en venir à ce point, j'ai diminuer à nouveau de 75 à 62.5 et les effets n'étaient pas moins douloureux et intense, je ne pourrais jamais faire un sevrage comme ça sur plusieur mois. Donc depuis hier je suis à 50mg et je compte bien descendre à moins 25mg pour cette été. Rendu là je vais me faire suivre pour la fin, question de ne pas retomber dans les mavaises habitude et dans la dépression.

Mais c'est faisable, courage à tous, il faut tenir bon, car les premiers jours de sevrage sont horrible, mais vous allez les voirs diminuer assez rapidement dès la premiere ou deuxièmes semaines pour certains.

Ça vaut le coup!
1
Merci
0