Mon père est alcoolique

[Fermé]
Signaler
-
Messages postés
74652
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
14 octobre 2021
-
Bonjour, je m'appelle '' Juliette '' , j'ai 14 ans et je n'ai pas été chanceuse car j'ai un père alcoolique , depuis des années , mais son état a empiré .
Au début , quand j'étais petite , je ne voyais pas de problème , jusqu'a mes 8 ans environ , ou je commençais à voir mes parents se disputer souvent , mais je ne savais pas pourquoi . J'ai grandi et muri , et j'ai commencé doucement à comprendre quel était le problème et aujourd'hui , je suis perdue .
Mon père se laisse aller , boit et fume toute la journée car il est invalide .
Il est déja tombé plusieurs fois , et quand il est bourré , je pleure et je lui demande : mais pourquoi tu bois ? Il me répond bien sure , et même quand il est sobre : je ne bois pas , c'est les medicaments qui m'assoment !
J'ai honte de lui , je ne fête plus mes anniversaires et j'évite d'inviter mes copines de peut qu'elles le voient .
Quand je rentre le soir de l'école , je me demande toujours si il n'est pas tombé , si il est encore vivant et je me mets des fois à pleurer .
Ma mère est le reste de ma famille ne le supportent plus , et ma famille nous évitent , ne nous invitent plus à des fêtes de familles à cause de mon père .
Pourtant je l'aime , il a toujours été gentil avec moi , ne m'a jamais battu et je sais qu'il m'aime .
En fouillant dans des vieilles photos , j'ai trouvé une lettre de ma mère à son frère racontant qu'elle comptait sur la naissance de mon grand frère pour arranger les choses , qui a un peu marché , ensuite je suis arrivé 6 ans plus tard , mais mon père a de nouveau replongé .
Je me concentre sur mes études pour oublier , plus tard je veux un métier bien payé , valorisant et ne jamais ressembler à mon père .
Je le hais et je l'aime , mais je ne peux plus le supporter , je sais qu'il est bien trop tard pour le soigner , car ça fait des années qu'il est comme ça . Mais je me pose des questions.
Que faire ?
Esque je pourrais vivre normalement plus tard ?
A voir également:

8 réponses

Bien sur que tu pourras vivre normalement.. Ce probleme arrive a beaucoup de famille, on fait avec. Il n'est jamais trop tard, il existe de super medicament maintenant, il faut juste qu'il est la volonté d'y arriver !! Courage ;)
12
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

journal des femmes avec santé médecine 21672 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Il m'est arrivé a peu pres la meme chose a vrai dire... je viens de voir ce site et cela m'a touché. Mes parents se sont séparés quand j'avais 3 ans, mais mon pere venait souvent mais pas pour moi, pour parler juste avec ma mere. Du coup pendant des années j'avais la sensation de ne pas compter pour lui. Vers mes 6 ans j'ai compris son addiction pour l'alcool, notamment le jour ou en rentrant de l'école on la vu allongé sur le paillasson devant notre porte d'entrée sentant l'alcool a plein nez. A cette epoque je n'allais pas passer mes week end chez lui par praticité. En plus d'etre alcoolique il lachait ses boulots des que ca l'ennuyait (2 ou 3 mois maxi), donc il avait une situation financiere instable. Ma mere me protegeais beaucoup... etant un alcoolique ponctuel et non chronique j'oubliais vite les moments ou je l'avait vu rarament saoul. Vers mes 9 ans j'ai commencé a aller chez lui les week end.
Je me rappelle de 2 episodes chocs dans ma vie
1) j'avais 9 ans j'étais aller dormir un week end chez lui et ma mere m'avait donné en cachette un tocket de bu et de l'argent pour au cas ou plus son numero de portable. je comprennait pourquoi mais je me cachais la face en m disant qu'il n'oserait pas boire en ma presence. le soir il a commencé a prendre 1 apéro 2 apéro etc... je ne les comptaient plus. il m'a ft a manger completement saoul et a tout fait brulé, donc je suis partie me coucher le ventre vide. en pleine nuit vers 1h du matin il était encore saoul avec la tv a hurler je me suis levée en lui hurlant d'arreter de boire. JE me suis mise a pleurer, il m'a poursuivie dans l'appartement et me suis enfermée dans la salle de bain. Sur le moment on ne sait pas ce qu'il va se passer, je me suis dit qu'il allait me frapper. il a reussi a defaire le verrou de l'exterieur et j'ai mis toute ma force pour ne pas que la poignée s'affaisse et qu'il puuisse rentrer... A ce moment la je me suis dit qu'il allait me tuer ou meme me violer (les gens tres saoul on ne sait pas ce qu'il peuvent faire). 1h plus tard je suis sortie en courant pour aller dans mon lit et la il vient me chercher en me disant qu'on allait vider les bouteilles tout les 2. J'ai hurler en disant non (dans la panique j'avais cru qu'il voulait que je boive toutes les bouteilles avec lui). Il s'est endormi 2h plus tard compltement angoissée je susi allée dormir avec mon chien. Mon pauvre chien qu'il a donné qlq mois plus tard... sans me lme dire, j'en ai beaucoup souffert ca aussi. Vers 6h du matin le service des bus commencaient j'ai donc fait mon sac, ai essayé d'appeler ma mere avant mais le code pin s'est bloqué car je ne le connaissais pas. Donc j'ai mis mon manteau mes affaires mon pyjama etc... et j'ai ouvert la porte d'entrée. La mon pere s'est levé m'a retenu en me disant de pas partir qu'il etait desolé qu'il recommencerait plus qu'il m'aiamait en pleurant, et que si je disais ca a qui que ce soit je ne le reverrais plus jamais. en pleurs !!!)
2) il habitait en pleine campagne a cette epoque il avait fait la fete avec des voisins (12 bouteilles comptabilisées par mes soins) et est venu me reveillé pour que j'aille garder le mome du voisin (4h du mat) pour qu'ils puissent aller en boite de nuit. bien sur je n'ai toujours rien dit a ma mere.
3) un noel avec lui meme voisins alcool a gogo, mon cadeau de noel, mon pere l'a offert a l'enfant des voisins. je lui ai dit d'arreter de boire, il m'a hurlé dessus. les voisins ont senti le dangers lui ont dit de se calmer, et mon pere a voulu prendre le volant et partir avec moi. merci aux voisins tres stupides mais qui l'ont forcés a rester et qui m'ont gardés pres d'eux.
4 et dernier (oui y en a eu plus qu prevu) j'ai 11 ans, week end dans son nouvel appartement. mon pere vit avec une amie aussi delabré que lui. il veulent aller au resto, je les suit donc (ils avaient bu quelques verres avant d'y aller) on part , au resto ils accelenrent la cadence, apres nous allons dans un karaoké. une fois la dedans je me met a pleurer a chaudes larmes (et personne trouve bizarre qu'une enfant de 11 ans soit a 2h du mat dans un karaoké!!!)
enfin bref on sort de la mon pere et sa copine raide mort, je dois soutenir mon pere pour retrouver la voiture. Et la je refuse de monter dedans vu son etat. Il s'énerve me hurle dessus je cede. Je monte et la je suis prise de tremblements convulsifs... j'ai peur de mourir. je veux ma mere, qu'elle vienne. on rentre je vais me coucher, et la ils ocntinuent a se saouler. J'attends qu'ils se couchent. Une fois endormi je prends mes affaires m'isole dans la salle de bains et prend le telephone de la maison et appelle ma mere. son telephone est coupé je laisse un message. Je retourne me coucher bien obligée. Le lendemain a 7h ma mere debarque en hurlant me rechercher. Et pendant des années j'entendrais la voix de mon pere qui me disait qu'a cause de moi je le reverrais plus et qu'il ne faudra pas que je me plaigne.
j'ai été 2 ans sans retrouver sa trace. c'ets ma mere qui a fait les demarche il avait changé de ville car poursuivi par des huissiers.
Enfin je vais pas tout faire les details de cette vie de debauche, mais je pense qu'il y a une differnce entre alcoolique qui peut se soigner pas violent pas dangereux pour les autres... et alcoolique manipulateur, dangereux, mechant , toxique, mythoman, qui s'inventais une vie illusoire....

J'ai 23 ans y a 2 ans il a habité quelques mois chez moi, il mentait achetais de l'alcool et le cachais dans les wc, dans la cave... et vidais mes bouteilles, il ne voulait pas partir.
J'ai eu beaucoup de mal a couper les ponts, mais il y a des moments dans la vie ou il faut penser a son bien etre et non a celui des uatres. cela a été mon cas. Je me susi rendue compte qu'il me faisait plus de mal que de bien. Que je ne pourrais jamais me construire, que je me mettais en danger (tendances a me faire et a se faire des dettes aussi) si je gardais contact avec lui. Je l'ai aimé pendant tres longtemps, mais la ca a été trop. Il a eu 23 ans pour changé et il n'a pas saisi cette chance alors tant pis... maintenant je vais beaucoup mieux, la seule chose qui me manque c'est de ne pas avoir eu un VRAI pere. mais le deuil est fait. j'espere apporter une meilleure vie a mes enfants plus tard! donc TA decision sera la bonne, pense a ce qui te rendra le plus heureux, ou te posera le moins de probleme surtout.
Desolé pour ce long long long message mais ca m'a fait du bien de partager tout cela.
Merci pour ce message, ça me touche beaucoup et moi aussi j'éspère avoir une autre vie plus tard.
Mon père , je le sais très bien n'aura pas le courage d'arrêter , ça fait bien trop longtemps , c'est vital pour lui , ça fait parti de son quotiidien ...
Tu t'en sortira biensur! Je suis maintenant adulte, j'ai vécu des choses semblables. Si tu as des questions n'hesite pas (.......) adresse supprimée
Bonne soirée
Moi c'est exactement la même situation :(, quand il est saoul, je suis super triste. Mais le pire c'est que il a déjà tapé ma belle mère ! Et aussi ma mère... Du coup des fois je le vois plus pendant 2 mois de suite, et je l'aime pourtant mais, quand il est saoul ce qui est très souvent, il a le mauvais alcool, donc il devient méchant ce n'est plus du tout le même ! Il prend des medicaments pour les nerf en plus... Ce qui fais qu'aggraver la situation j'ai beau essayer de le raisonner, mais rien à faire !
Et c'est aussi dure pour moi car je commence à ne plus l'aimer car je ne le reconnais plus... Mais le pire c'est qu'avant il était pas du tout comme ça !
Même qu'un jour j'ai invité une amie, mais il était saoul ! J'avais honte mais à un point, je lui est dit "vient ont sort", et depuis je n'invite des gens que chez ma mère !
Donc je te comprend, je te souhaite beaucoup de courage !
Vos témoignages m'ont beaucoup touché. Je suis aussi dans ce cas. J'ai aujourd'hui 19 ans et mon père est alcoolique depuis presque 30 ans. En ce qui me concerne je l'ai compris toute seule, en trouvant régulièrement des flashs d'alcool dans la poche interne de son manteau à l'âge de 10 ans. J'ai très peu de réels souvenirs de mon enfance. Pourtant elle a été heureuse, et j'étais très proche et complice avec mon père. Ma mère, consciente de sa dépendance , avait beau essayer de lui en parler: Déni, déni, déni. Il a nié pendant 10 ans, je me souviens des disputes à répétition, parfois même en pleine nuit, des nuits que je passais à pleurer dans mon lit car ma mère rentrait très tard du travail, ou pas du tout pour fuir mon père.
Il s'est fait hospitalisé d'urgence il y'a quelques années maintenant. Il était entre la vie et la mort, son foie était complétement détruit, il a développé une hépatite C et un début de cirrhose. Les médecins étaient très sceptiques quant à sa survie. Il s'en est finalement sorti, en grande parti, je pense, grâce au soutien de ses amis et de sa famille et il a, pour le coup, été obligé de faire face à sa maladie. Il a arreté de boire pendant quelques années, mais il rechute souvent maintenant mais ma mère est toujours derrière lui pour l'aider à surmonter ces moments de faiblesse. J'admire son courage et sa force quotidienne, et pourtant, qu'est ce qu'elle en bave...
Quant à moi, ce sujet est tabou dans le sens où jamais je n'en ait parlé avec lui, je ne fais jamais aucune réflexion quand je remarque qu'il a bu.C'est souvent quand il rentre du boulot et l'épreuve la plus dure de la soirée, c'est le repas pendant lequel je n'ouvre pas la bouche et que je fuis le plus rapidement possible pour finalement sortir ou m'enfermer dans ma chambre toute la soirée. Je me deteste à chaque fois que j'agis de cette façon, mais c'est plus fort que moi. Lui non plus, ne m'en a jamais parlé d'ailleurs. Nous sommes bloqués tous les deux à ce niveau là. Depuis son hospitalisation tout a changé. Complicité envolée. Comme si une ENORME barrière s'était foutue entre nous. J'ai beau essayé de comprendre, je n'y arrive pas. J'ai beau essayé d'y remédier, rien n'y fait. Nous sommes froids l'un envers l'autre. Nous ne communiquons quasiment plus. J'ai l'impression d'être face à un inconnu. J'ai peur qu'il croit que je ne l'aime plus, que j'ai honte de lui...Ce qui n'est absolument pas le cas.
Suite à une rechute récente, ma mère a fait ses bagages et est partie, chose qui n'était jamais arrivée. Cet evenement m'a boulversé et je me suis enfin laché devant ma mère. Elle a compris à quel point j'avais souffert de la maladie de mon père (même devant ma mère je restais très pudique face à mes émotions et mes sentiments). Elle a finalement décidé de rester pour moi mais a forcé mon père à en parler avec moi. Discussion que j'aurai voulu éviter, tant elle me mettait mal à l'aise. Ca a fini dans les pleures et dans des promesses éphémères, il a pris conscience que j'avais souffert, et que je ne fuyais pas parce que je m'en foutais, mais parce que ca m'était insupportable.
Je pense que mon père ne guérira jamais. Ca fait parti de lui, c'est comme ça. Vivre avec une personne alcoolique use à la longue et c'est vrai qu'il faut d'abord penser à son bien être.
Néamoins, sans ses proches, il ne serait peut etre plus là aujourd'hui.
J'ai aussi un père qui boit beaucoup (1 a 2 bouteilles par jours) ça a commencer y'a quelques années maintenant ... (J'avais 11 ans j'en ai maintenant 15 bientôt 16 ans) contrairement a toi quand mon père est soûle il frappe ma mère ... Plusieurs fois j'ai intervenus, je préférais qu'il me frappe moi que ma mère ... Ça calmait la chose pendant quelques jours il n'y avait plu de discussions entre nous. Ma mère disait qu'elle se vengerait en le quittant et qu'elle en parlerait pour essayer d'arranger ça ... Mais depuis que ça a commencer elle n'a JAMAIS rien dit et a chaque fois elle a pardonner au bout de 2 ou 3 jours ... Sauf que moi je n'arrive pas a lui pardonner, je fais tout pour être le moins possible chez moi pour ne pas le voir dans un état pitoyable. Je ne ressens plu de l'amour pour lui mais de la haine, j'en veux aussi un peu a ma mère parce qu'elle ne dit rien et ne fait rien de ce qu'elle m'avait dit ... Je n'invite plu personne chez moi nan plu par peur ... J'aimerais bien intervenir pluss mais je ne sais pas quoi faire a mon âge !! Je sais que je peux porter plainte mais je ne veux pas parce qu'il reste quand même mon père ... Lui et moi on se parle plu alors que lorsque j'étais petite on était "super" proche (on jouait ensemble, regardait des films le dimanche sous la couette, on fesait des puzzles etc...) moi aussi ma famille nous évite parce qu'il ne sait pas boire ni se comporter en public ça me fait vraiment mal parce que pour moi la famille c'est très important ça une grande place dans ma vie... Je ne pense pas qu'on s'en émet vraiment de ça et que plus tard j'aurais une vie normal tranquille parce que je me suis tellement forger une carapace, sans laisser resortir mes sentiments ... Je ne fait plu confiance a personne... Je me sens en sécurité avec personne ... Les garçons je les évites alors que j'aime les garçons (j'ai déjà eu des petits amis, mais vu que je n'ouvrais pas assez mon coeur qu'il n'y avait pas de confiance entre nous ... Mes relations ce sont toutes finies). Le soir j'entends ma mère crier de douleurs et pleurer mais je reste dans ma chambre comme si de rien n'était... Je me mets a pleurer. Enfin tous ça pour expliquer ma "petite histoire" et montrer aux gens qu'ils sont pas les seuls dans cette situation horrible ... Je garde espoir qu'un jour je me vengerais de mon père c'est ce qui me permet de tenir malgré tout cela
Messages postés
74652
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
14 octobre 2021
8 854
Bonjour Anonyme.

En cas de problèmes de santé liés à ton histoire, ouvre plutôt une question car ici tu te trouves sur une question datant déjà de 2010 et qui va se fermer.
Pour ouvrir une question, clique sur " Posez votre question, en haut de la page, à droite (couleur verte).
il n'est jamais trop tard pour se soigner.
tu peux rejoindre les alcooliques anonymes ; il y a des réunions pour l'entourage ça s'appelle alanon.
courage
Martine **********
Messages postés
27
Date d'inscription
samedi 8 janvier 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
16 novembre 2011
1
Cela doit être vraiment difficile à vivre certes, je pense que pour lui aussiy ça ne doit pas être facile. Mais plus tard tu vivras normalement.. Tiens le coup . (: Bisous
Messages postés
1
Date d'inscription
lundi 5 mars 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
5 mars 2012

Bonjour Mariyne moi j'ai 10 ans et mon père est alcollique mes parent se sont et je ne lui parle plus ...Mon frère ki à 4 ans ne comprend pas encore , ma mère ne veut plus voir mon père et donc mon frère se retrouve seule avec lui et j'ai très peur que mon père boive avec lui ... merci de mécouté (: