Hospitalisation à domicile après AVC

Signaler
Messages postés
1
Date d'inscription
mardi 22 avril 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
23 avril 2014
-
Messages postés
79272
Date d'inscription
mercredi 30 avril 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 novembre 2021
-
Bonjour à tous,

Mon père a fait un AVC il y a maintenant 2 ans et demi. Il était alors en vacances en Grèce. Son retour a était compliqué et il est revenu avec une bactérie qui l'a empeché de faire de la reéducation pendant 6 mois.

Il a était dans différents centres de reéducation pour soigner son hémiplégie (coté gauche) mais sans grande évolution.
Il est aujourd'hui dans un fauteuil roulant dans une maison de retraite (il a 64 ans!).
Le problème étant qu'il n'est pas autonome. Il ne peut pas aller aux toilettes seul, il arrive à manger seul mais pas à se faire à manger. Et il ne sait pas passer du lit au fauteuil tout seul.

Aujourd'hui, il est encore jeune et il s'ennuie profondément en maison de retraite. Il a peu de visites (pas de familles proches à oins de 100 km), mais une assistante qui vient le voir deux fois par semaine.

On se pose donc la question, que peux t-on réellement faire pour qu'il se sente mieux ? Mais on sèche un peu... On voudrait étudier la possibilité d'un retour à domicile même si ca parait complexe.
Il faut évidement voir avec le médecin traitant, l'accessibilité de la maison.

En terme de matériel médical, savez vous que faut-il ? A quel prix ? Est que c'est remboursé par la Sécu ?

Pour les repas, le ménage, le lever, le coucher : Que faut il prévoir ? Combien de visites ? Vers quel organisme ? A quel prix ? Est ce prix en charge par la Sécu ?

Merci de vos conseils.

1 réponse

Messages postés
79272
Date d'inscription
mercredi 30 avril 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 novembre 2021
34 277
Bonjour,

Un retour à domicile reste tout à fait possible.
Le patient étant en ALD, les soins infirmiers, soins médicaux, soins para- médicaux seront entièrement pris en charge par les organismes d'assurance maladie. Quelle que soit la fréquence d'intervention quotidienne, notamment pour les soins infirmiers.
Idem en ce qui concerne la prise en charge des accessoires médicalisés (lit, potence, fauteuil roulant, etc...)

La ou les caisses de retraite peuvent également intervenir dans la prise en charge de certains intervenants (auxiliaires de vie et aide-ménagère par exemple)
Reste à savoir si les locaux familiaux seront adaptés à cette "organisation". Si des travaux sont à prévoir, ils seront à la charge de l'entourage.

A noter également les conséquences fiscales de l'hébergement d'un ascendant en situation de dépendance.

Un contact avec une assistante sociale serait utile afin d'être guidé dans les "méandres administratifs" parfois complexes.