TAUX PSA ELEVE _ Biopsie négative

Résolu/Fermé
en novembre comme chaque année - 19 mars 2010 à 15:00
 CHOUAN 85140 - 5 août 2012 à 10:07
Bonjour,
Comme chaque année, j'ai fait un test PSA en novembre 2009: un taux de 33 à affoler le biologiste, une 2ème analyse a donné un taux voisin; j'ai immédiatement fait une biopsie de la prostate: tous les prélèvements sont déclarés"indemnes".
En février 2010, j'ai refait une analyse PSA: taux de 65: affolement de l'urologue qui me pratique une nouvelle biopsie qui s'avère toujours négative.
Je n'ai aucun problème urinaire!
l'urologue ne comprend plus; il est prévu une IRM et une scintigraphie.
Qu'en pensez vous? connaissez vous des cas équivalents?

6 réponses

DCI
Messages postés
82118
Date d'inscription
mercredi 30 avril 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
3 août 2022
35 983
19 mars 2010 à 15:34
Bonjour,

Il y a débat mais certainement pas condamnation du dépistage par surveillance du PSA.

Les 3 derniers cas de cancer prostatique auxquels j'ai été confronté ont pu être diagnostiqués et confirmés par biopsies.

Seul signe d'alerte: une élévation inexpliquée du PSA, dont la valeur avait au moins doublé en 12 mois. Ceci chez les 3 patients.




108
La corrélation entre le taux de PSA et la probabilité de mourir d'un cancer de la prostate est à présent largement remise en cause par les organismes internationaux de santé. Selon wikpedia en anglais, 80% des hommes de 70 ans et plus ont des cellules cancéreuses dans la prostate et décèdent d'une autre cause. Il ne faut donc pas s'affoler car même en cas de cellules cancéreuses la médecine est incapable actuellement de prédire dans quel cas elles vont provoquer la mort du patient et dans quel cas elles resteront inoffensives (patient mourant en fait d'une autre cause). Ce qui me semble important est de pratiquer une actvité physique, ne pas fumer, boire modérément, éviter le stress. En ce sens les examens médicaux à répétition causes un stress important qui peut déstabiliser le patient afaiblir ses défenses immunitaires et avoir des effets délétères sur l'évolution de la santé du patient. En revanche, en cas de cancer grave avéré (voir test de gleason suite à biopsie) on doit avoir recours aux méthodes curatives (chirurgie...). Ceci n'est qu'un simple avis personnel exprimé par un non professionnel de la santé.
1