FIV à 47 ans

Résolu/Fermé
annabelle44 - 28 août 2009 à 13:43
Anna2253
Messages postés
8
Date d'inscription
dimanche 24 juin 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
27 août 2020
- 27 août 2020 à 08:40
Bonjour à toutes,

J'ai 47 ans, je n'ai jamais eu d'enfant ni connu le bonheur d'être enceinte. Durant la période où j'étais en âge de procréer, j'ai partagé ma vie avec un homme qui n'a jamais voulu avoir d'enfant avec moi (alors qu'il en avait un d'un premier mariage) et s'est perdu dans l'alcool et la dépression. J'ai fini par le quitter il y a 10 ans, il est décédé depuis, dans la misère, et avec le mépris le plus total de son fils de près de 30 ans.
J'ai refait ma vie depuis et suis remariée avec un homme responsable, magnifique, intelligent etc. Mon mari a 29 ans et nous aimerions tous deux avoir un enfant ensemble. Après deux années d'essais par voie naturelle, nous avons fait une tentative de FIV au Maroc cet été (pays dont est originaire mon mari). J'ai suivi 19 jours de stimulation, dont 10 jours à 200 UI de Purégon et 9 jours à 250 UI. Nous y avons cru, les trois premières échographies nous ayant laissé espérer 4 follicules sur l'un des ovaires et un sur l'autre. Mes taux hormonaux étaient très bons. Malheureusement, à la quatrième écho, et alors que nous pensions passer à l'étape suivante (la ponction d'ovocytes), le gynécologue s'est rendu compte que les 4 follicules étaient en fait des kystes qui se sont développés sous l'effet du traitement. Arrêt de toute la procédure, mise au repos des ovaires, et le médecin me propose de refaire une nouvelle tentative d'ici deux ou trois mois. Je compte essayer à nouveau, mais dans l'idée de ne pas m'acharner plus s'il y a un nouvel échec, je veux me préserver sur le plan psychologique.
D'autant plus que dans le cadre des FIV à l'étranger, on se retrouve bien seuls, qu'il faut affronter l'incrédulité ou la très grande réserve du gynéco français et éventuellement de l'entourage. En plus, financièrement, c'est pour notre pomme (1800 euros pour mes 19 jours de traitement y compris les échos et les analyses).
Voilà, j'y crois pourtant... L'une de mes meilleures amies a eu une petite fille à 45 ans (c'était sa première grossesse), tout à fait naturellement, grossesse et accouchement sans problème...
Je voulais juste dire que si en France les femmes de plus de 40 ans sont souvent culpabilisées dans leurs désir de grossesse, il en est tout autrement au Maroc. Les sages-femmes de la clinique où j'étais suivie m'ont beaucoup encouragée, m'ont donné de nombreux exemples de maternités tardives (les femmes là-bas vont jusqu'au bout de leur cycle hormonal, ma belle-mère par exemple a eu son dernier enfant à 47 ans), mais il y aussi là-bas des femmes qui mènent une première grossesse, naturelle ou assistée à 48 ans, voire plus, et personne ne leur jette l'oprobe.
Quant aux esprits chagrins qui pourraient dire qu'on est vieux à 47 ans ou à plus de 50 ans, alors là, il n'y a pas de règle. Je connais des personnes vieilles à 25 ans, et d'autres très jeunes à plus de 60. Pour ma part, je suis plutôt sportive, je fais beaucoup plus jeune que mon âge, je voyage partout dans le monde dans des conditions sportives et spartiates, et je me sens très jeune dans ma tête et dans mon corps, et tout à fait capable de courir, jouer, faire du vélo, rire avec mon futur enfant. D'ailleurs, j'ai tellement de valeurs, d'expériences à lui transmettre... et à partager avec lui.
Nous vivons dans une société bien triste qui place les gens dans des cases (alors que paradoxalement, nous n'avons jamais été aussi jeunes nous les femmes de plus de 40 ans).
Bon courage à toutes, il faut toujours garder espoir... même s'il est vrai que plus l'horloge tourne, moins elles sont nombreuses (il s'uffit d'une seule) !
Annabelle
A voir également:

28 réponses

Moi aussi je voulais répondre aux messages de Nicole qui m'ont beaucoup choquée. Et tout comme Marie, je me demande ce que vous faîtes sur un forum qui ne vous concerne pas, en dehors d'une curiosité mal placée, je ne vois pas... Tout le monde n'a pas eu une vie toute droite, tout le monde n'est pas adepte de faire un enfant dans le dos d'un homme, et quand nous nous retrouvons, à plus de 45 ans sans enfants, c'est en général dû à des accidents de la vie.
Et en plus chère madame, au risque de vous choquer à mon tour, je me pose une question, à quoi pouvez-vous donc bien ressembler à 47 ans, pour avoir une image aussi négative des femmes de nos âges ? Pour ma part, j'en ai 48, sans me vanter, c'est pas mon truc, on me donne 10 ans de moins, je suis partie il y a 3 ans traverser la cordillère des andes seule à vélo, j'ai une activité sportive très régulière, la pêche quoi, et je n'ai aucun problème à m'imaginer faire du roller avec un enfant, l'emmener en rando, à vélo, en bateau ou que sais-je, et surtout l'éveiller à la vie, lui transmettre des valeurs, une culture, une expérience, des connaissances... et surtout lui donner beaucoup beaucoup d'amour pour qu'il devienne un adulte autonome...
136
merci bcp et bravo
0
Merci pour votre témoignage positif et encourageant
0
Barbarelladoucette
29 nov. 2017 à 09:38
Ca fait chaud au coeur votre passé ressemble au mien. J ai 48 ans j ai en projet une fiv avec do au portugal avec fort taux de reussite. Je croise les doigts et bonne chance pour vous. Barbarella.
0
Aujourd'hui 01 avril 2018, j'ai 46 ans et je veux tant avoir un autre enfant. Mais mon médecin traitant me dit qu'il n'est pas autorisé à me faire un traitement de stimulation ovarienne. Je pleure de rage et je pleure dans une telle douleur quand je suis seule à la maison. Mais son message me donne un certain souffle et de l'espoir. Merci
0
Anna2253
Messages postés
8
Date d'inscription
dimanche 24 juin 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
27 août 2020
> Snoopy
27 août 2020 à 08:40
Bonjour,
Je suis dans la même situation, j'ai 48 ans Je ne me sens pas faire une fiv do. J'ai fait une fausse couche il y a quelques mois et j'ai du mal à faire ce deuil.
0