Qu'est ce que la paranoia ? [Résolu]

Signaler
-
 anonyme -
Je vous soumet une réponse à une question que j'avais posé il y a un certain temps déjà sur le souvenir terrible du 11 septembre 2001. Je ne participe plus que rarement sur ce site pour des problèmes de mauvaises interprétations et abus . Je me vois resurgir un plat froid. Dites moi si vous le trouvez digeste ou non. J'hésite à donner une suite de par les mots + les sous entendus....Seuls ceux qui me connaissent depuis le début pourront répondre ,je pense, objectivement.Merci. Voici le texte : "vous,vous êtes mis meilleur réponse au nom de quoi on en sait rien,a part un seul dérapage sur le sujet bien mince a mon avis il n y a eu aucun dérapage sur le sujet je crois que vous êtes parano et que vous voyez de l agression de la part des gens ou il n y en a pas et je crois savoir pourquoi . Réponse de Jose Plumecocq 19 mai 2011 à 21h59

15 réponses

Merci Muriel. Bise
Publi-information
florence au point ou on en est , quelle importance ? moi aussi, on m'a accusée de plein de choses , d'être parano , et aussi, de mettre mise, en meilleur réponse, beaucoup, prennent le site pour un défouloir , si celà, peut leur faire prendre moins de cachets pour les nerfs, c'est toujours ça de gagner
Publi-information
Obsessions, confusions mentales.
bonjour Florence La paranoia est de l'angoisse, de la peur de tout, de voir le mal partout, de pratiquer une victimisation constante sans forcément être attaqué.
si je te dis bonsoir, à midi, cela ne va pas le faire..( rire) Je rectifie, bonjour Florence
Comme les précédentes intervenantes, je dirais qu'il ne faut pas tenir compte de tout ce qui se dit ou s'écrit sur le site !!!!!!c'est souvent un défouloir pour névrosés etc......Je ne sais pas vraiment ce qu'est la paranoïa, mais cela doit être lourd à porter de se sentir toujours persécuté, épié, suivi etc.....
Et des bisous amicaux pour toi !
C/A est le reflet de toute Société: il y a les bons, les gentils, les moins bons et les tout-à-fait mauvais. Et les commentaires des derniers glissent comme les gouttes d'eau sur les plumes des canards. On les voit un instant et après ils disparaissent... Florence, reste avec nous contre vents et marées. Nous savons bien qui écrit quoi.
D' autre part, et aucune intention de ma part, de viser qui que ce soit, (donc à prendre avec mesure). Eviter les MP en cas de problèmes. Cela peut porter à confusion de part et d' autre et provoquer les pires histoires. Donc à utiliser avec modération, lorsqu' on n' est pas d' accord sur un sujet. Quitte à refuser le MP.
bonjour florence paranoia troubles caracteriels delire de persecution orgeil demesure pouvant deboucher sur la maladie mentale voila ce que c'est malheureusement mais pas de soucis florence vous en avez vue d autres faite donc comme d habitude et surtout reste nous fidele gros bisou
JOURNAL DES FEMMES Paranoïa Fiche pratique "Le métro est parti quand je suis arrivé : c’est bien qu’ils veulent que j’arrive en retard." "Comme elle a mangé une quiche en rentrant, c’est qu’elle me trompe." La paranoïa est une véritable pathologie basée sur des délires de persécution auxquels le patient adhère totalement mais qui l’handicapent, lui et son entourage. Dernière mise à jour : mai 2011 Qu’est-ce que c’est ? Maladie mentale chronique du groupe des psychoses, elle est souvent considérée à tort comme une propension exacerbée à la méfiance. La paranoïa, du grec «para», à côté et «noûs», l’esprit, est définie comme un délire chronique, organisé, structuré, logique dans son développement, comportant un sentiment de persécution auquel le malade adhère totalement, mais n’altérant pas ses capacités intellectuelles. Elle survient généralement chez les personnalités paranoïaques, chez des sujets masculins d’âge moyen (entre 30 et 40 ans). D’autre part, certains individus ont une personnalité paranoïaque, trait de caractère à différencier de la paranoïa car il n’existe pas chez ces personnes de délires. Quelles sont les causes ? Comme dans la plupart des affections psychiatriques, il est difficile de trouver une ou des causes bien déterminées expliquant les troubles observés. Pour certains psychanalystes, la paranoïa trouve son origine dans une blessure narcissique précoce : une personne plus ou moins fragile évoluant dans un environnement où il se sent vulnérable. D’autre part, la paranoïa survient souvent chez des personnalités paranoïaques. Le DSM-IV (outil de classification publié par l'Association américaine de psychiatrie pour définir les troubles mentaux) définit une personnalité paranoïaque comme un "état de méfiance soupçonneuse envahissante envers les autres dont les intentions sont interprétées de façon malveillante". Les personnalités paranoïaques se caractérisent par une surestimation pathologique de soi-même, une susceptibilité démesurée associée à une méfiance extrême à l’égard des autres, un jugement faussé, une absence d’autocritique et un certain autoritarisme. La prise de certaines substances psychoactives peut favoriser l’émergence d’un épisode paranoïaque transitoire, souvent expérimenté comme un bad-trip. Quelles sont les symptômes ? Il existe trois types de délires paranoïaques. - Délire passionnel. Tous les délires passionnels résultent d’une exacerbation du sentiment de passion. Il existe plusieurs types de délires associés : • Erotomanie : généralement plus observé chez les femmes, ce délire se caractérise par la conviction d’être aimé sincèrement et secrètement par quelqu’un d’autre. • Délire de jalousie : les malades qui l’expérimentent ont tendance à se nourrir d’événements anodins et quotidiens pour entretenir leur conviction selon laquelle l’être aimé est infidèle. Il touche plus particulièrement les hommes et est favorisé par l’alcoolisme. • Délire de revendication : comme son nom l’indique, il a trait à une croyance solidement ancrée chez le malade selon laquelle il serait le héraut d’une cause méconnue que lui seul a pu comprendre. La volonté de "faire éclater la vérité au grand jour" ou bien encore de punir les coupables est souvent associée à ces délires. - Délire d’interprétation de Sérieux et Capgras. Dans ces cas, le malade s’appuie sur des arguments tangibles et sur ses propres interprétations de la réalité pour aboutir à des idées de persécution, de préjudice et de sa propre victimisation. C’est la théorie du complot : tout est dirigé contre lui. Ce type de délire est dit "en réseau" car il s’étend peu à peu à toute la vie psychique et concerne tous les domaines de la vie du sujet. Le hasard est jugé intentionnel et malveillant par le malade. - Délire de relation des sensitifs. Généralement limité au cercle des proches, ce délire apparaît souvent suite à des échecs ou déceptions. L’état délirant s’installe chez le malade, déjà fragile à la base, qui développe lui aussi une théorie selon laquelle son environnement complote contre lui pour l’empêcher d’arriver à ses fins. Contrairement aux autres délires paranoïaques, celui-ci est rarement accompagné d’épisodes de violence ou d’agressivité, mais au contraire de dépressions. Quelles sont les complications possibles ? La personnalité paranoïaque peut tout fait vivre normalement sans que ces troubles ne virent au délire paranoïaque constitué. Le risque principal pour les personnes de ce type est donc de tomber dans une véritable psychose paranoïaque. Une fois la paranoïa bien installée, la psychose du malade peut le conduire à adopter des comportements dangereux pour lui (risque suicidaire) et/ou pour les autres (agressivité, allant jusqu’au meurtre du persécuteur). Ces risques sont réels et certains signes doivent alerter de la dangerosité psychiatrique du sujet : - Existence d’un persécuteur bien déterminé. - Délire de longue date et évoluant dans le temps. - Troubles de l’humeur. - Alcoolisme. Qui consulter ? Un psychiatre. Comment faire le diagnostic ? Dans la mesure où il existe plusieurs types de délires paranoïaques et que d’autre part il ne faut pas confondre une personnalité paranoïaque avec une personne atteinte de paranoïa, le diagnostic est très difficile à réaliser. Cela est d’autant plus vrai pour les psychiatres qui doivent différencier la paranoïa de nombreuses affections psychiatriques où des délires du même style peuvent être observés. Enfin, les arguments employés par le malade, quel que soit le stade d’évolution de la maladie peuvent souvent paraître valables et pertinents, ce qui fait que le paranoïaque peut parfois arriver à convaincre de la "véracité" de ces propos. Quels sont les traitements ? Le traitement peut commencer à partir du moment où le malade accepte de se faire soigner. Or pour cela, il faut qu’il puisse reconnaître l’existence de ses troubles, ce qui semble incompatible avec la nature de cette affection. Le délire ou la personnalité paranoïaque devient indissociable du caractère même de la personne. Ainsi, le malade ressent comme une agression le fait de se faire soigner, s’il ne le voit pas comme un complot visant à lui porter préjudice. Dans des cas de dépression ou de risques d’homicide, notamment lorsqu’existe une persécuteur désigné, l’hospitalisation, contrainte ou non, peut être nécessaire. Cela peut aller jusqu’à l’internement psychiatrique. La prise de neuroleptiques est souvent associée à l’hospitalisation. Avertissement:les fiches Maladies sont des fiches informatives qui ne peuventêtre considérées comme exhaustives et qui en conséquence doiventfaire l’objet de vérifications. En aucun cas, ces informations nepeuvent se substituer à un avis médical. Pour diagnostiquer ou soignerune maladie, il est indispensable de consulter un médecin.L’InternauteMagazine ne pourra être tenu responsable des conséquencesrésultant de la consultation des fiches Maladies. Yamina Saïdj
Être parano, c'est une sorte de peur, de frustration, du renfermement. Quand une personne vit rien qu'un cauchemard, elle croit que tout le monde lui en veut. Cette vie cauchemardesque finit par occasionner une sorte de psychose qui de jour en jour lui cerne un mur autour de lui et rien ne peut le casser à part lui. Une sorte de cocon qu'on peut détruire, en l' aidant qu'il voit un psy.
Un mot inventé par des psy.
Merci pour vos commentaires. Je garde au fond de moi le temps passé entre nous tantôt simple, tantôt d'avis différents mais sans méchanceté gratuite pour la plupart. Je ne vous lâcherais pas Claude ,je reste présente comme je l'avais stipulé,uniquement pour des questions "utiles" et judicieuses. Je ne dévierais pas de ma ligne de conduite. Je suis là pour ceux qui en ont besoin même en privé.Sans me mettre en avant, mais tendre la main, ce qui ne coute que de l'amour pour l'humanité. Ce monsieur a touché un point qui est désolant. Heureusement je vois avec bonheur ,et cela me fait chaud au cœur, que vous ne m'oubliez pas et avez su comprendre qui est derrière l'écran et ma petite photo pour m'imaginer, sans tricher.Encore merci.Vous avez presque tous mon adresse mail perso ou si vous le souhaitez comme je le répète ,je ne suis plus très présente ici, mais derrière mon écran tout de même.....alors passez par cop. Je vous embrasse tous.
Bonsoir Florence. Je vois que votre question a soulevé bien des réponses, je ne ferai que vous apporter un témoignage... Ce témoignage ne me concerne pas, mais il s'agit d'une personne que j'ai bien connu. Cette dame était la maman d'un membre de ma famille, un membre par alliance. Elle était atteinte d'une forme de paranoïa aigus plutôt terrible, dont les symptômes étaient plutôt impressionnants. En effet, cette dame (très gentille par ailleurs) voyait des caméras partout ! Elle se sentait sans cesse épiée, absolument partout, et toujours par des caméras cachées et disséminées autour d'elle ! Ce devait être très difficile à vivre... Cette personne était d'une grande gentillesse, et j'ai appris par la suite qu'elle avait réussit à atténuer voire à guérir ses symptômes paranoïaques assez efficacement, et cela m'a fait plaisir. Cette maladie est terrible, car elle coupe totalement de la vie en société, et, hélas, notre époque invite parfois à ressentir ses effets, sans pour autant que cela deviennent pathologique mais tout de même.