état limite ou borderline

icc gulli - 18 févr. 2010 à 21:48
 Coquelicot - 9 mars 2011 à 16:38
Bonjour,
Je suis état limite ou borderline.....Je vais voir un psychiatre depuis plus d'un an mais elle n'a jamais voulu donner de diagnostique précis alors que suis en demande permanente. Récemment, je lui ai donc dit que je pensais être borderline. Elle m'a dit et bien, oui, enfin, vous pouvez l'appeler comme vous voulez. En tout cas, elle ne reconnait pas le nom borderline ou état limite.
Je me suis confiée à mon généraliste qui lui, pense que je suis fausse, pervers, manipulatrice.............
Je ne suis pas tout ça. Je lui ai demandé pourquoi il pensait ça. En fait j'ai tjs le sourire même lorsque j'en ai pas envie, parce que je suis mal à l'aise. J'ai beau lui dire que c'est pour dissimuler mon envie de pleurer, lui pense que c'est parce que je suis fausse. Pour le reste, c'est pareil. Je ne suis pas violente avec ma famille, ni verbale ni physique, mais je retourne cette violence contre moi, enfin, je ne me fais pas du bien. La plupart du temps, j'en ai pas conscience sur le moment, mais j'en prends conscience après parce que j'analyse tout ce qui me parait pas normal. Pour mon médecin, je suis maso, alors que je sais que ça n'a rien à voir. La plupart du temps, je suis absente dans ma tête, on me parle, mais je suis à 40 000 kms de là. C'est extrêmement fréquent en fait. Je ne me souviens pas de mon passé, comme si j'étais amnésique. Mon médecin, pense que je le fais exprès. Il me dit que ce que je raconte n'a aucun sens. Avec la volonté, on arrive à tout. Bref
La psy comprends assez bien, enfin, je pense, mais dernièrement elle était un peu en colère. Elle me dit qu'elle n'est pas payée pour que les choses n'avancent pas. Elle me dit que j'ai des mécanismes de défenses importants et qu'il faut dépasser tout ça, mais lorsque mes mécanismes de défenses se mettent en place, c'est évidement de façon inconsciente. J'en prends tjs conscience, mais après et, c'est trop tard. Ma famille n'est au courant de rien. La psy me dit que je suis une victime, mais je ne me sens pas victime. Je ne sais pas si je vais bien ou mal, en fait, je n'en sais absolument rien.

4 réponses

tu as souffer avec tes ex?
0
Utilisateur anonyme
19 févr. 2010 à 17:55
Merci de me répondre, non, je n'ai pas eu de problème particulier avec des ex mais j'ai eu quelques soucis dans mon enfance. Je ne m'en souviens pas vraiment, mais il me vient comme des flaches. Je suis mariée et mère de 3 enfants avec une petite fille handicapée. Mon médecin ne me prend pas vraiment au sérieux, tout ça le dépasse. J'aimerais le laisser tomber, mais, j'ai fait un transfert affectif avec lui (pas amoureux) et ça me frêne beaucoup. Je n'aime pas qu'il ait une mauvaise impression de moi surtout que je suis gentille, une vrai gentille, je ne fais pas semblant, et tout ce qu'il me dit de pas très sympa, il le pense vraiment et j'en suis vraiment désolée.
0
Miss Mallory
2 mars 2010 à 02:56
C'est étrange ce qui se passe avec ton psy.Je demeure au Québec et toi?(remarque c'est personelle si tu ne veux pas me réponde c'est pas grave).En 97 on m'a dignostiquée bipolaire type 1....et dernièrement,parce que j'en ai vu des psy....tu peux me croire!!!Et j'ai presque que tout essayé dans les méd.Là j'ai un nouveau Psy,et lui m'a diagnostiquée TPL(Trouble de la personnalité limite) et j'ai un SSPT(syndrôme de stress postraumatique).Moi je n'accepterais pas de me faire dire que je suis une victime,bien au contraire les psy cherche à nous dévictimisée.Et ici il y a l'hôpital Louis-H Lafontaine a Montréal qui est spécialisée dans le domaine.C'est d'une thérapie ou psychothérapie chaleureuse que tu as de besoin,selon moi.Il doit exister quelque chose dans ce genre là,où tu demeure.Tu ndemande une référence de ton psy et tu l'envoi là où l'on peut te soigner et non te juger...Oui moi aussi j'ai un côté maso,et moi se sont des tattoo que je vais me faire lorsque j'ai envie de transférée ma douleur psychique en physique....car il a été prouvée que lorsque l«,on agit de la sorte on sécrète de l'endorphine,ce qui nous relaxe et nous appaise...étrange mais bel et bien vrai.C'est sûr que je ne t'encourage pas à te faire du mal...non...non...non...Mais il faut qu'au lieu de t'accusée et de te prêter toute sortes de défauts inexistants,que ton psy pense à mieux te comprendre,prévenir les effets négatifs du TPL,et éventuellement te soigner.Et si c'est hors de ses compétances et bien qu'il est la gentillesse de te référée au bon endroit.Pour la mémoire moi c'est le contraire elle est phénoménale...mais dans ton cas aurait-tu fait un blocage suite à un évènement "X"?En tout cas il faut aller en profondeur car le TPL remonte souvent à la petite enfance...exemple:carence affective,insécurité familile,etc....Et de plus il y a plusieurs types de TPL renseigne-toi auprès d'un site Internet.Alors bonne chance et lâche pas si tu soupçonne quoique se soit qui porte atteinte à ton intégrité consulte ailleurs...Tu es quelqu'un et tu vaux beaucoup.@+
0
GabrielleV Messages postés 10 Date d'inscription samedi 18 décembre 2010 Statut Membre Dernière intervention 18 décembre 2010 3
Modifié par GabrielleV le 18/12/2010 à 23:24
tu parles d'amnésie.Je crois que cela fait partie du trouble borderline. perso, je pense que ton médeçin manque d'empathie à ton égard, je ne suis pas sûre qu'il soit un bon médecin pour toi.
0
Bonjour à tous,
J'ai un peu honte d'écrire aujourd'hui ici... J'étais avec un homme que j'aimais profondément depuis un an et demi... C'était un homme sensible, dévoué mais qui pouvait être capable des pires réactions impulsives (colère, susceptibilité un peu excessive selon moi...). Il se battait très fort pour s'apaiser et comprendre ses émotions, notre couple comptait beaucoup pour lui...!

Fin juillet malheureusement la femme qui l'a élevé est décèdes d'une grave maladie... Cette nouvelle a ravagé sa vie, il est tombé en dépression, la douleur été telle qu'il disait ne plus savoir s'il m'aimait... Une semaine après, il me quittait, j'essayais de reprendre contact doucement... Il redevenait mais dès qu'un moment de réel bonheur arrivé je n'avais plus de nouvelle!!! Des mois de souffrances, de larmes et d'angoisse pour moi... Reviendra-t-il ? Ne reviendra-t-il pas ?

Fin, octobre il me quitte pour un autre... Je suis dévastée par la trahison... Un mois et demi après, il revient vers moi, je pardonne et nous passons un mois et demi de pur magie... Surtout le dernier week-end!!! Mais là, l'angoisse de l'engagement revient et me quitte à nouveau parce qu'il a revu son ex et qu'il a ressenti certaines émotions incompatibles avec l'idée que je sois la femme de sa vie...

Depuis, j'analyse et décortique ses attitudes, ses regards doux qui se succèdent à la plus grande des froideur... Ses changements d'humeur sont rapides et soudain... Deux semaines plus tard il venait me serrer dans ses bras, m'avouer à demi mot ses sentiments... Puis, le voilà que quelque jours plus tard il invite une fille pour la saint valentin... Il se comporte comme un adolescent complètement contrôlé par ses impulsions, étant incapable de prendre du recul...

J'ai appris qu'il était avec quelqu'un, je suis abasourdie face à tant de mal-être et d'indifférence par rapport à mes propres sentiments... L'homme que j'ai aimé semble mort avec sa grand-mère, il revient de temps en temps à la vie, sinon ma douceur, ma bienveillance n'y ont rien fait...

Il m'a dit ne plus vouloir me faire souffrir que c'était pour cela qu'il préférait couper les ponts... j'ai la sensation que cette autre femme lui fait OUBLIER NOTRE HISTOIRE!!! Il m'a dit qu'il irait voir quelqu'un mais j'ai bien peur que cette démarche ne l'effraie que de trop... Il m'a dit qu'avec moi il devait regarder son passé, son enfance (très violente) en face et qu'il n'en avait pas envie... On a vécu plus d'un an ensemble, il y a eu pas mal de bas dû à son mal-être, bien qu'au début c'était lui qui me soutenait... Et puis là, plus rien... Silence radio total... Il se fiche complètement de moi...

Je suis résignée... J'aime une personne qui fait tout pour me fuir...!
0