IVG malgré moi...

Signaler
-
Messages postés
34843
Date d'inscription
vendredi 21 décembre 2007
Statut
Webmaster
Dernière intervention
20 novembre 2020
-
Coucou les filles,

je viens vers vous pour vous écrire suite à mon mal-être et mon desespoir car la situation que je traverse est compliquée ... j'ai avorté il y 1 mois par médicament et je n'arrive pas à m'empêcher de culpabiliser et d'être triste au quotidien, sans parler de l'amertude et de la colère que j'ai envers mon compagnon avec qui nous sommes ensemble depuis 1 ans et demi ..

Tout commence en mai 20, il y 6 mois , cela faisait 15 jours que nous avions posé nos valises dans notre premier appartement ensemble, j'ai découvert que j'étais enceinte de manière imprévue malgré la pillule ... le test est positif et tout de suite un vent de panique m'envahit ... avec les jours qui passent je me raisonne et me dit que je souhaiterais finalement le garder et que ça peut être un don du ciel ... mon compagnon lui est mort d'inquiètude, d'angoisses et de tétanie ... pendant 10 jours je vois qu'il n'arrive pas à prendre le dessus et que cette paternité soudaine lui fait très peur .. je ne veux pas mettre à mal notre couple et décide avec lui d'avorter par IVG médicamenteux ... L'épreuve a été dure mais nous avons été malgré tout relativement soudés dans cette épreuve

3 mois après, en juillet, je suis encore très triste de cet IVG et lors de l'annonce de la grossesse d'une de nos amie du groupe d'amis je file pleurer dans la salle de bain éprise de tristesse et de remords. Mon compagnon me voyant ainsi est désolée et nous avons par la suite une discussion où je lui dis souhaiter un enfant car cet IVG m'a rendue très malheureuse et que je souhaite devenir maman à mon tour ...

La discussion finit sur le fait que c'est acté j'arrête la pillule et nous laisserons le temps nous porter ...

Le mois de septembre arrive et la fin du mois vient m'apporter une nouvelle : je suis enceinte ... je suis heureuse et ressentait en moi cette nouvelle avant même avoir pu lire les résultats du test .
Le soir mon compagnon et moi avons une discussion et je lui annonce la nouvelle : résultat : stupéfaction , léger petit choc car cela a été très rapide selon mon compagnon mais soit, nous n'en parlons plus trop du weekend ensuite ... Je pense alors qu'il lui faut du temps .... Le weekend passe et le dimanche soir viennent les pleurs de mon compagnon qui , pour la deuxième fois, angoisse , se met à pleurer , et me dit que les choses sont allées trop vite et qu'il pense ne pas être prêt, que cela pourrait fragiliser le couple car nous n'avons pas les bases... je suis abasourdie, je suis sous le choc et lui dit qu'en aucun cas je ne lui ai forcée la main et que nous étions deux à savoir que j'arretais la pillule et que cela pouvait arriver...

Les jours passent et les disputes commencent, mon compagnon essaie tantôt de faire comme si de rien n'était tantôt est pris d'angoisses, de pleurs ... Moi qui suit au milieu de tout cela , je décide d'aller m'exiler un logn weekend end voir des amies afin de lui laisser le temps ... mais en rentrant il est perdu, dit ne pas vouloir me perdre , ne pas vouloir que l'on se sépare mais être tétanisé de la venue de cet enfant ... je suis complétement perdue , désemparée et n'arrive pas à m'imaginer seule physiquement ou psychologiquement pendant cette grossesse à venir ... je prends la décision d'avorter une deuxième fois ... La décision a été terrible, sans doute la plus dure de ma vie... un mois après j'ai toujours la boule au ventre d'y repenser, je me sens en colère et en même triste , je culpabilise d'avoir pris cette décision , je me sens si vide .... Mon compagnon s'en veut terrriblement et suit une psychothérapie car il est évident qu'il a un problème avec l'engagement, la prise de décision ... Nous essayons de réparer tant bien que mal notre couple, mais j'ai l'impression que c'est impossible pour moi, que la confiance est partie , que la douleur est si présente ... j'ai enduré quelque chose d'impossible à mon corps ... Je suis désemparée les filles

1 réponse

Messages postés
34843
Date d'inscription
vendredi 21 décembre 2007
Statut
Webmaster
Dernière intervention
20 novembre 2020
18 365
Ce serait bien de parler de tout ceci à un psychologue ou un psychiatre
Tu as besoins d’être accompagnée
Bonjour, merci effectivement je me fais suivre depuis 3 seances par une psychologue qui m'a été conseillée par la sage femme qui m'a suivie et qui a été très bienveillante ....
Messages postés
34843
Date d'inscription
vendredi 21 décembre 2007
Statut
Webmaster
Dernière intervention
20 novembre 2020
18 365 > rhomodra29
Excellente initiative
Il faut maintenant être persévérante et faire aussi du sport, du yoga et/ou de la relaxation