Séparation dépendance affective

natmam
Messages postés
8
Date d'inscription
lundi 10 octobre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
10 octobre 2016
- 10 oct. 2016 à 15:56
Andy31200
Messages postés
133869
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
6 août 2022
- 10 oct. 2016 à 18:08
Bonjour,
Je traverse actuellement une séparation avec mon conjoint après 20 années de vie commune et j'ai une fille de 8 ans et demi, qui pour l'instant n'est pas au courant de la situation; ce qui rend les choses encore plus douloureuses. Nous continuons à vivre sous le même toit et mon ex-conjoint essaye de m'aider de son mieux pour traverser cette épreuve. Tout est comme avant au niveau du quotidien, sauf que moi je ne suis plus la même. Après les différentes étapes du au choc émotionnel ( colère, prostration, déni, crise de panique et angoisse etc... re-déni... ) je suis actuellement dans une phase où le suicide m'apparait comme la seule solution. J'ai l'impression de plus en plus m'enfoncer et je n'arrive plus à m'attacher à ma "mission" qui jusqu'alors était le bonheur et l'équilibre de ma fille, me sentant mal moralement et perturbée par la souffrance que va lui occasionner cette séparation. Ayant grandi auprès d'une mère dépressive, je tenais à tout prix lui éviter le contact avec" le monde" des troubles psychologiques. Hors cette situation me plonge dedans. (Me replonge car lors de ma 1ère rupture amoureuse, il y a 25 ans j'ai fait une dépression avec plusieurs TS. Et je ne suis sortie de celle ci qu'en raison d'une relation amoureuse qui a duré 3 ans et consolidée par cette dernière relation de 20 ans. ) Je suis donc dans une impasse avec une envie de fuite : me faire hospitaliser (« schéma » de solution déjà connu) pour avoir de l'aide mais cela m'est inconcevable car je ne veux pas que ma fille soit perturbée par mon absence ( nous vivons quasiment depuis sa naissance en "huit clos" (en raison de multiples mutations et de mésententes familiales), mon conjoint serait seul pour s'en occuper alors que son statut de cadre supérieur lui laisse peu de temps... sachant aussi que le retour à la réalité après l'hospitalisation n'en serait que plus dur et compliqué... ou mourir car n’étant plus moi je ne vois pas d’autre issue, mais à nouveau ma fille serait en souffrance... En sus de ma dépendante affective, je suis isolée socialement, familialement et sans emploi. L’avenir me fait plus que peur et m’apparaît insurmontable. Depuis quelques jours, je suis désespérée et je cherche des solutions partout, sans cohérence ni efficacité : vidéos d’hypnose, et de méditation, appels à SOS amitié et Phoenix suicide… J’ai même appelé des membres de ma famille alors que l’on était sans contact depuis des années…Je me raccroche de plus en plus à mon « ex » conjoint qui malgré sa bonne volonté n’arrive plus à m’aider et est parfois est dépassé, fatigué, par mon état car pour lui pour l’instant tout est quasiment pareil…, ne comprenant pas que de mon côté je me projette dans un futur où je suis incapable de tout… Depuis une quinzaine de jours je ressens des troubles d’implusions ( liée notamment à ma gêne concernant la libido) et ils m’enfoncent encore plus dans le mal être. J’ai consulté un médecin qui m’a prescrit du Paroxétine mais pour l’instant je ne l’ai pas pris étant réfractaire à ce type de traitement. J’ai aussi un rendez-vous avec une psychologue cette semaine, mais j’ai peur que cela ne fonctionne pas tant mon cas me semble désespéré et que cela va être long et fastidieux. Je n’ai plus vraiment d’espoirs… La seule solution serait un retour en arrière. Que faire d’autre? Merci pour vos conseils et votre soutien…

1 réponse

begonie
Messages postés
79005
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
6 août 2022
9 783
Modifié par begonie le 10/10/2016 à 16:24
Bonjour.

C'est important de consulter au plus vite.
Comment est-ce que tu a été mis en contact avec
le psychologue ?
Si tu ressens ce mal-être bien trop présent, appelle le de suite.
Bonne journée, bonne soirée ou bonne nuit !
begonie 
1
natmam
Messages postés
8
Date d'inscription
lundi 10 octobre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
10 octobre 2016

10 oct. 2016 à 16:47
Merci pour votre réponse! J'ai été mis en contact avec la psychologue dans le cadre du contrat RSA par l'assistante sociale qui m'a trouvé "fragilisée"
La situation dure depuis 3 mois et j'ai pensé jusqu'alors que je pourrais traverser cela avec juste le soutien de mon "ex"conjoint tant je suis réfractaire à tout suivi et médicaments. Mais là je n'en peux plus, et pourtant j'ai si peur que de cela n'aboutisse à rien. Que pensez vous du Paroxétine? Je compte le commencer ce soir... et la consultation aura lieu le 13/10 pour 30 a 45mn ce que je trouve léger vu ma détresse... J'ai peur d'être orientée vers le CHU
0
begonie
Messages postés
79005
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
6 août 2022
9 783
10 oct. 2016 à 16:49
Tu as vu un médecin-psychiatre ?
Qui a prescrit ce médicament ?
0
natmam
Messages postés
8
Date d'inscription
lundi 10 octobre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
10 octobre 2016

10 oct. 2016 à 16:52
c'est un médecin généraliste qui me l'a prescrit en m'orientant vers un psychiatre du CHU et voir si ce dernier allait m''orienter vers une psychologue, ou continuer avec lui
0
begonie
Messages postés
79005
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
6 août 2022
9 783
Modifié par begonie le 10/10/2016 à 17:08
Et qu'est-ce que le psychiatre a décidé pour la suite en dehors de l'orientation vers une psychologue ?
0
natmam
Messages postés
8
Date d'inscription
lundi 10 octobre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
10 octobre 2016

10 oct. 2016 à 16:57
non je n'ai pas voulu consulter au CHU c'est l'assistante sociale qui m'a mis en contact avec une psychologue d'un CMP
0