Comment surmonter un deuil??

Fermé
anonyme - 26 mai 2009 à 22:45
 ISABELLE - 17 juin 2012 à 16:43
CEST terrible de perdre un être...

18 réponses

Bonjour, On ne surmonte pas un deuil, on le subit et on finit par accepter l'absence de l'autre. J'ai perdu le papa de mes enfants dans un accident de moto, il y aura 3 ans en septembre.... et j'ai mis un an pour me convaincre qu'il ne passerait plus la porte. Tom avait 2 ans et Elise venait d'avoir 4 ans. Encore aujourd'hui, il est là dans nos pensées, où que nous allions. L'un ou l'autre, moi ou les enfants avons toujours un mot pour lui, un regret qu'il ne soit pas présent pour profiter du soleil sur le balcon de l'hôtel à notre dernier voyage à l'étranger, à chercher son étoile dans le ciel quand la nuit tombe, se remémorer son dernier fou rire... Mon coeur est toujours en deuil, il avait 28 ans et des tonnes de projets ! Il laisse un grand vide.... mais la vie continue et de son poste céleste, il nous observe et sourit à nos petits mots quotidiens, aux colères de ses enfants... Ses enfants sont le plus bel exemple de ce qu'est la vie après la mort.... c'est une nouvelle vie sans l'autre en chair et en os mais avec lui continuellement dans nos coeurs. Je ne connais pas le lien de parenté de l'être cher que vous avez perdu... le meilleur conseil que je puisse vous donner c'est de parler de lui, de continuer à le faire vivre en vous remémorant tous les moments passés avec lui. le pédopsychiatre que j'ai vu pour tom et elise m'a félicité pour l'attitude que j'avais avec eux. La mort n'a jamais été un sujet tabou, ils savent ce qui est arrivé à leur papa, que c'est un accident, qu'il ne reviendra pas, qu'ils ont le droit de le pleurer, de parler de lui, d'exprimer la souffrance de l'absence... je ne les élève pas dans le souvenir de leur père. Je suis à leur écoute quand ils en ont besoin et eux aussi sont à mon écoute quand j'en ai besoin ... Si vous souhaitez parler, exprimer ce que vous ressentez, n'hésitez pas à m'écrire.... le deuil est long et passe par plusieurs étapes : le dénie, la colère et l'acceptation. Ne vous isolez pas, prenez votre temps .... n'ayez pas honte de votre chagrin, n'ayez pas honte d'être en colère après la terre entière, n'hésitez pas à saouler votre entourage.... c'est un bon moyen de tester aussi les vrais amis ! Sollicitez votre entourage les premiers temps pour assurer le quotidient, car la paperasse et la douleur du deuil ne font pas toujours bon ménage et vous prennent beaucoup de temps. Je vous souhaite beaucoup de courage et surtout,.... dites à ceux que vous aimez que vous les aimez, n'attendez pas demain.... Florence
61
Je vous rejoins dans vos propos...Félicitations pour votre courage. Vos propos me confortent dans mes opinions et mes valeurs. Les mauvais moments doivent ns faire grandir et nous ameliorer et c'est cela le positif de la situation je pense.... Meme si notre chagrin reste c'est le seul moyen de rendre hommage à la personne disparue...... ISABELLE.
1
J'ai perdu mon papa il a maintenant 7 mois, il n'avait que 53 ans. Le deuil pour moi on ne le surmonte pas, on vit avec chaque jour que Dieu fait. Mon papa est toujours dans mon coeur mais la blessure est toujours là et reste encore insurmontable.
5
Bsr des deuils j'en ai connu depuis ma plus jeune enfance .en 1962 mon petit frere 2 ans , 1963 mon pere ( 42 ans ) MOI J'AVAIS 8 ANS ---1985 mon grd frere ( 35 ans ), en 1998 ma mere ( 70 ans ) ; en 2003mon petit frere ( 47 ans ) , en 2005 ma chere belle soeur ( 67 ans ) et voilà !! je suis toujours là , j'avance , je me projette vers l'avenir . DES MOMENTS TRES DOULOUREUX !! ha que oui ! Bon courage , j'ai 54 ans MICHELINE
5
J'ai perdu mon Frere voila 5 ans et demi, et son absence, ce vide est toujours aussi grand, meme si pour les autres, on doit avancer . Il avait 22 ans ...
4

Vous n’avez pas trouvé la réponse que vous recherchez ?

Posez votre question
bonjour a toute et a tous , j'ai une fille decedé en 1993 . Des beaux parents decedes suite a des maladies injuste et mon papa décedé en 2005 de maladie injuste. on ce remets jamais de leurs disparaition . On apprends a vivre sans eux , mais dans mon coeur ils sont tous la . je vous souhaite a tous beaucoup de courrage pour avancé dans la vie joel s
3
J'ai perdu mon père ; ça fait mal ; je n'ai pas perdu d'enfant , mais j'ai peur de perdre ma mère ( elle a 86 ans ) elle souffre physiquement , elle pense toujours à mon père . oui , c'est la seule racine qu'il me reste ! je vous comprends toutes et tous.surmonter un deuil !? on doit vivre avec ! pas évident ! ma mère a peur pour mon jeune frère ! il répète toujours qu'il partira , le jour où elle ne sera plus !et il lui dit ! alors pour elle , entendre régulièrement ces mots , la font souffrir ! mon père était un être extraordinaire ! et tous les jours , je le vis! annie
2
je suis d'accord lorsque l'on dit que l'on ne surmonte pas 1 deuil, on vit avec, "faire le deuil "c'est 1 expression dénuée de sens,seul le temps atténue le chagrin et il ne reste que les bons souvenirs auxquels ont pensent avec tendresse.
2
continuer a faire des projets pour se prouver qu'on existe encore, être forte pour ne pas pertuber l'entourage, et se dire qu'il faut y arriver, mais ce n'est pas facile tous les jours. "un seul être vous manque....."mais se dire qu'on a eu une part de bonheur.
1
ses tres dur meme 20 ans apres perdu un garson de 10 ans puis un mari 3 ans apres le petit dans un accident puis le papa dune long maladie comme ont dit voila mon histoire car rester avec 7 enfant ses tres dur je pence toujour a eu ses vrai il faut toujour parler meme qui son plus la
1
Il faut laisser le temps adoucir les mauvais moments, et faire ressortir les bons souvenirs.
1
On ne surmonte pas un deuil,on fait avec,il faut parfois plus de 10 ans pour l'accepter,surtout si la personne était jeune.............et parfois jamais............Quant c'est un enfant,jamais ça vous poursuit nuit et jour............................
1
ou la c'est dur comme question pour moi je suis tres sensible il etre bien entourer avec plein d amour mais pas toujours evidant surtout qu on ce sens bien seule apres un deuil d un proche
1
Repenser aux bons moments, il faut du temps car on oublie jamais un être cher et se dire que chaque jour qui passe, on se rapproche davantage.
1
On n'oublie jamais les êtres décédés mais il faut se dire qu'on a eu la chance de les connaître et de faire un bout de chemin avec eux. On doit penser aux vivants qui n'ont pas à subir notre chagrin. Voilà comment j'essaie de faire mes deuils.
0
J'ai perdu mon petit frère qui aurait 30 ans aujourd'hui... La douleur est là, tous les jours, certaines fois c'est un peu moins difficile, d'autres fois c'est terrible. Mais ça change la vie, tous les jours, pour tous : parents évidemment, mais aussi frères et soeurs. Dominique est parti, on ne peut rien y faire, alors je pense à lui quand il était heureux, ici avec nous ; et je lui demande un petit coup de pouce quand j'ai besoin de lui (bah oui, ça sert à ça un ange, non ??) bon courage à tous et toutes....
0
il faut laisser le temps au temps la blessure diminu mais ne cicatrise pas
0
j'embrasse très fort ceux qui ont perdu quelqu'un! ma mère avait 61 ans lorsqu'elle est morte- pour endiguer mon chagrin, je suis partie plusieurs jours dans la campagne avec mes deux fox et j'ai marché sans arrêt jusqu'à épuisement- je souhaite partir avant mes enfants - ce qui sera normal-
0
dur question, je pense que cela dépend de la personne que l'on a perdu, et de l'entourage que l'on a , pour ma part j'ai perdu mes parents et une soeur, a chaque fois ce fut terrible mais différent, je suis passé par les pleurs, la colère, les allergies, mais le pire c'est le MANQUE de la personne,on n'oublie jamais mais en pensant a eux et en leur parlant cela me fais du bien plus que si je voulai ne pas en parler
0