Mon père est mort d'un cancer du pancréas [Résolu/Fermé]

Messages postés
9
Date d'inscription
mardi 2 août 2011
Dernière intervention
16 septembre 2011
- - Dernière réponse :  popotine06 - 5 janv. 2012 à 21:21
Bonjour,
Mon père est mort d'un cancer du pancréas en 2005. J'avais 7 ans et j'aimerais savoir s'il a souffert et si oui a quel point ? Quel étaient les symptômes ? On est en 2011 et je n'arrive pas à m'en sortir : j'ai failli tomber en dépression. Je suis allée jusqu'à me convaincre qu'il était parti en voyage et qu'il reviendra. J'attend toujours son retour même si je sais au fond de moi qu'il ne reviendra pas... J'ai souvent des images de lui dans la tenue qu'il portait quand on l'a enterré en décomposition à plusieurs stades... Ça me donne envie de vomir... J'aimerai savoir comment ceux qui ont vécu de pareils horreurs font pour s'en sortir ! J'ai toujours les mêmes questions en tête : quelle est la dernière chose qu'il ai dite et a qui ? A-t-il souffert en mourant ? Pourquoi lui ? Il n'avait que 42 ans ! Ce cancer ne se déclare en général pas avant 70 ans !!! Il aurait pu vivre encore 28 ans !! J'aurai pu partager tant de choses avec lui ! Il ne serait mort pas avant mes 35 ans ! Ce n'est pas juste ! J'étais si petite ! Je ne comprenais pas ! Je ne réalisais pas ! Je pensait que mes parents étaient parfaits, qu'ils savaient tout et qu'ils étaient invincibles ! Ce cancer a détruit mon insouciance ! Massacré mon enfance ! A failli tué ma mère de chagrin ! IL A TOUT DÉTRUIT !!! Il ne nous reste presque rien... Je ne peux en parler avec personne ! Toute ma famille souffre... Personne ne pourra plus me comprendre... J'ai sombré, je suis morte au fond de moi... Une fille a qui j'ai raconté mon histoire a eu peur de moi, elle dit que je suis totalement folle, que je suis bizarre et que je suis une psychopathe de dire que je suis morte. Je ne sais plus quoi penser.
            
Afficher la suite 

2 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
40216
Date d'inscription
mardi 12 avril 2011
Dernière intervention
24 mars 2019
4765
4
Merci
si tu veux mon conseille, tu devrais demander a ta maman pour pouvoir consulter un psychologue a qui tu pourra te confier sans retourner le couteau dans la plaie (si tu en parlait avec ta famille) et lui pourrait t'aider a te retrouver a faire ton deuil . pourquoi ne va tu pas chez ton médecin traitant lui poser toute tes questions d'ordre médical lui seul pourrait te répondre , apaiser ton mal être par rapport a cela.

je tiens a te dire qu'il n'y a pas de honte a avoir si tu va consulte un psychologue ou un médecin pour avoir les réponses que tu as besoin pour pouvoir te reconstruire.

et puis les maladies/cancer et autre soucis grave s'attrape a tous les age certain bébé naissent malade, comme certain enfant l'attrape pendant leur enfance comme ton papa adulte a été malade , il n'y a pas d'age pour être toucher par ces chose là.

je ne peux pas te répondre pour toute les questions que tu pose car je ne l'ai pas vécu mais une chose pour laquelle je suis sur ces qu'il est fière de toi car même si tu es dans un passage compliquer ou tu te questionne, tu te bat pour être comme il le veux .
continue a te battre, et suis mon petit conseil.

si tu as envie de vidé ton sac tu peux le faire en MP je serai là pour t'écouter si tu en a envie.
;=)

Dire « Merci » 4

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

journal des femmes avec santé médecine 11987 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Publi-information
popotine06
Messages postés
9
Date d'inscription
mardi 2 août 2011
Dernière intervention
16 septembre 2011
4 -
Merci =) Je suis déjà allée chez un psy il y a deux ans mais ça n'as pas trop marché : il m'as juste fait la morale
1tibou
Messages postés
40216
Date d'inscription
mardi 12 avril 2011
Dernière intervention
24 mars 2019
4765 -
ces que s était pas une personne professionnel car un psychologue est la pour t'écouter, t'aider a trouver une solution, a comprendre ou se pose le soucis/blocage, et surtout il est la pour te rassurer mais jamais pour critiquer,juger.

je pense que tu devrais en parler avec ton médecin de famille afin qu'il te conseille sur un/une collègue (psychologue) qu'il connais et donc qu'il est sur que le résultat sera bon pour toi.

;=)
Merci =)
1tibou
Messages postés
40216
Date d'inscription
mardi 12 avril 2011
Dernière intervention
24 mars 2019
4765 -
de rien
et prend le dessus,fais toi aider car je suis sur a 100% que ses le désir le plus profond qu'aurai ton papa ;=)
Je le pense aussi =)
1
Merci
Chère popotine06,

Je ne crois pas que tu sois folle. A vrai dire je comprends plutot bien ton cheminement psychologique.
J'ai 18 ans, et les medecins ont diagnostiqué un cancer à la tete du pancréas et au foie de mon père. Il sera hospitalisé demain, 3 semaines après cette annonce, dans l'hopital spécialisé en pancréatologie, à Clichy.
Jusqu'il y a 3 jours, les douleurs venaient surtout de son testicule (inflammation qui n'a, apparement rien à voir avec le pancréas) Il se forcait à manger, malgré les douleurs récurrentes après la fin du repas. Fatigué mentalement après l'annonce qui fut trop brutale, il s'enfonçait dans une sorte de dépression. Hier pour combattre ses mauvaises pensées il m'a demandé de l'aider à remonter sa moto dans le salon: mon père est fan d'Harley Davidson. Or il a trop forcé. Il a passé le reste de la soirée casi inconscient, immobile, à ne pas vouloir montrer à ma mère et moi sa souffrance. Aujourd'hui il n'a rien mangé depuis 24H, et là après quelques pas dans notre jardin, il a vomi ses trippes.
Voilà, tu souhaitais savoir ce qu'était un cancer du pancréas, c'est ça. Mon père aura 46 ans en octobre 2011.

Je comprends ce que tu ressens.
Je ne me sens plus du tout en phase avec mes amis. Je ne me sens plus du tout en phase avec le monde. Qui aimerait entendre ce genre de choses ? Tant que l'on ne vit pas le cancer de près, on ne peut pas le comprendre.
Je souffre intérieurement de voir mon père dans cet état. C'est tous les jours pire. Tous les jours, il ressert un cran à sa ceinture. Tous les jours, il me dit quelque chose "au cas où il devrait partir" ... Je vois une psy, et c'est ce que je lui ai dit: "le pire c'est d'être dans une situation où c'est comme commencer à faire son deuil pour se protéger, et ne pas pouvoir le faire parce que la personne est encore là, le tout surmontée par le désarroi face à une personne que l'on aime et que l'on voit souffrir"
Pour ça, j'ai la "chance" d'avoir une mère formidable. Elle est devenu le pilier de notre famille. Elle a perdu sa mère à 8 ans, et lors des 3 jours cruciaux où l'on attendait le resultat du petscan, elle nous a préparé au pire. En nous disant que notre vie allait continuer quoi qu'il arrive. Que c'était l'ordre des choses. Que bien que la douleur serait insoutenable, elle a réussi à avancer, elle a réussi à re-aimer, chose qu'elle ne s'en veut plus de faire, car sinon ma soeur et moi ne serions pas nées.

Nous étions heureux et insouciants. Ce n'est pas juste. Notre principale préoccupation était "qui n'a pas rangé sa chambre" et "où part on cet été" ...

Aujourd'hui nous vivons au jour le jour.

Tu n'es pas morte à l'intérieur. Tu es surement malheureuse. Tu es perdue.
Mais tu n'es pas morte. Je ne sais pas quel âge tu as. Mais la vie, même si c'est horrible à dire, même si c'est le genre de choses pour lequel on s'en veut à vie, mais la vie continue. A toi de trouver la force de continuer. A toi de te poser les bonnes questions... Est ce que ton père aimerait que tu sois dans cet état ? Trouve qlq chose qui te donne l'envie de continuer... Fait du drame que tu as vécu une force !

C'est une fille qui est dans le désarroi et dans une tristesse profonde qui te dit ça.
Crois moi, la force tu l'as en toi.

Bonne journée.
Publi-information
De rien, j'espère juste que je ne t'ai pas vexé... Parce que je comprends que dans ce genre de situation c'est vraiment chiant d'avoir l'opinion de quelqu'un d'autre.
N'hésite pas à demander à aller voir une psy. Ca ne veut pas spécialement dire que tu es folle. Ca veut juste dire que quelqu'un va etre payé pour t'écouter, quelqu'un qui sait ce que c'est, et c'est totalement remboursée par la secu. (merci la France :)

Tu as 13 ans, donne toi les moyens d'aller mieux. Parce que l'homme préfère s'enliser dans la tristesse et le désespoir... Et oui, quand on pleure on aime bien repenser à toutes les choses horribles qui nous sont arrivées, encore et encore. C'est un phénomène naturel. ;)

Tu as le droit d'être heureuse malgré ce drame. Pars de ce principe. Et va parler à quelqu'un dont c'est le métier :)

@1tibou : Les parents essaient de préserver l'innocence de leurs enfants jusqu'au dernier moment... Ce que popotine vit en ce moment, ce ne sont pas les conséquences d'une mauvaise information, enfin je ne pense pas. Elle a de la rancoeur, mais c'est tout un bagage qui fait parti du deuil...

J'espère que je ne vexe personne. Et je ne suis surement pas qualifiée pour t'aider, (seulement en premiere année de médecine...) alors mon conseil le plus précieux: ne t'enferme pas dans ta tristesse, et arrête d'intérioriser.

Journée d'un cancéreux. Mon père est entrée dans le service à 8h. Douche de désinfection. Biopsie. Cela fait tellement mal que l'on administre un calmant très puissant au malade. Puis dans la foulée scanner du pancréas pour comparer à celui fait il y a deux semaines.
Interdiction de manger jusqu'à la pause du cathéter, toujours pas faite et il est 6h30. Mais il ne sent rien, il est totalement dans les vappes...
1tibou
Messages postés
40216
Date d'inscription
mardi 12 avril 2011
Dernière intervention
24 mars 2019
4765 -
tu ne me vexe pas aucun soucis la dessus, j'ai moi aussi conseillé de consulté se qu'elle a déja fait mais pas dans une bonne entente(message en dessous);=)

je souhaite a ton papa tous le courage qu'il aura besoin pour passer se mauvais cap
.;=)
Chachoune tu ne m'as absolument pas vexée. Tu as su trouver les mots justes pour que je puisse voir mon problème sous un autre angle =) Merci beaucoup de ton aide et bon courage a ton père
On vient de diagnostiquer à mon père un cancer primitif du pancréas, metastasé au foie, par une echographie..Hop, ça y est, on bascule dans un autre monde, celui des malades du cancer...moi qui regardait ça de loin en me disant les pauvres... ils n'ont pas de chance..J'y suis, et c'est terrible. la boule au ventre ne me quitte plus, moi qui a horreur des medicaments, je me suis mis à prendre du lexomil, ça me rend plus détendue..Je suis dégouté car mon père traine ça depuis au moins 2 ans et aucun toubib n'a été foutu de le detectér il avait des gGt elevées, des ASAT, ALAT elevées depuis 2 ans, une fatique et 1 déprime inexpliquée; on mettait ça sur le compte de la retraite: il s'ennuie un peu,...etc... il boit peut-être un peu trop de rosé,...Et puis là, d'un coup, il y a 1 mois: mal de ventre, mal au dos, mal aux pieds, plus faim, vomit, deprimé, irritable au plus haut point...et ça traine, confusion mentale, se trompe de chemin en voiture, on se dit ça y est, Altzeimer le gagne....et ben non,pas tout ça, c'est le pancréas. Il était pourtant suivi par un cardiologue qui voyait bien ces résultats depuis 2 ans: tu parles...aucune exploration du foie..J'ai vu aussi que l'Amiodarone , l'atenolol, le crestor provoquaint des pancréatites, élévation des enzymes hépatiques, cholestase: et en plus les produits pour le coeur lui ont bouzillé la thyroide...!! bref tout ce qu'il a eu..!!
Cette semaine, on essaie de faire faire une biopsie: quelle galère: tous: "overbookés", en vacances, etc... on a le temps de mourir...une honte sur ces soit disants grands pontes de la Medecine de Montpellier...Aux urgences du Millénaire: on a pas voulu le garder; on nous a dit: mais votre père ne se plaint de rien, on ne le garde pas!!!!
Voilà, c'était mon témoignage.Surtout si vous avez quelqu'un de votre famille comme ça: prenez les devants, n'attendez pas, ne lachez pas; et regardez vos bilans biologiques: verifiez les anomalies, ne laissez pas trainer. Nous on a fait trop confiance aux toubibs; si j'avais su, j'auaris mis mon nez plus tôt dans les dossiers médicaux de mon père et je j'aurais vu toutes ces valeurs anormales, mais je pensais que tout allait bien puisque mon père me disait qu'il a vu un tel et un tel et que ses traitements ne changeaient pas..
Je te souhaite beaucoup de courage à toi, à ton père et à tous tes proches. Je n'ai pas vécu ce que tu as vécu (j'étais trop petite). Je sais que je ne peux pas te dire je comprend, ou je compatis car c'est faux. J'ai toujours détesté qu'on ai pitié de moi ou bien toutes ces petites poufs qui me disaient :"t'en fais pas, ça va s'arranger, je comprend ce que tu ressent." C'était faux, rien ne s'est arrangé et elles ne m'ont jamais comprise.