Je ne veux pas le traitement à l'interferon

Signaler
-
 Bintou -
Bonjour,
J'ai 54 ans cette année (2009). En 1986 j'ai subi une intervention qui a nécessité plusieurs transfusions de sang. Malheureusement, à ce moment là on m'a transmis le virus de l'hépatite C. J'ai fait une jaunisse en réanimation, deux jours après les transfusions. Mon hépatite à été diagnostiquée en 1991 alors que je voulais donner mon sang. Depuis cette date, je surveille chaque année mes transaminases et mon score METAVIRE. Jusqu'à présent, l'hépatologue qui me suit était plutôt rassurant, me disant que tant que je n'arriverai pas à F2, il est inutile de prendre le traitement. Aujourd'hui le suis à F1-F2 et A2 et mes transaminases sont quasiment normales et cela fait maintenant 23 ans que je vis avec le virus génotype 1.
Je suis en pleine forme, je pratique du sport, j'ai un travail passionnant qui me prend largement 50 à 60 heures par semaine.
Un médecin que j'ai consulté pour autre chose m'a adressé à un grand spécialiste de l'hépatite, qui lui m'a fait très peur, en me disant que lui m'aurait déjà traitée depuis un an, que si je ne prenais pas le traitement dans 10 ans ce serait trop tard. J'ai lu depuis 3 mois maintenant sur tous les sites des centaines de messages. Je pense que depuis 23 ans mon virus n'est pas très actif, il occasionne simplement des désordres immunitaires (anti nucléaires, maladie de Reynaud, etc....), il ne m'empêche pas de vivre. Je ne me soigne que par Homéopathie, et je ne suis jamais malade. Est-ce que quelqu'un est dans le même cas que moi ?? est-ce que quelqu'un vit avec ce virus au même stade depuis plus longtemps ??
Je ne veux pas prendre de l'interféron, Je suis sûre que ce médicament va mettre un terme à ma santé et ma vie!!! D'avance merci pour vos réponses.
A voir également:

4 réponses

Bonjour, mon père âgé de 65 ans est également contaminé par l'hépatite C. Il a été victime d'un accident de la circulation (1986 également il me semble) et a été infecté suite à une transfusion de sang... Il n'a jamais voulu se soigner, refusant les hôpitaux. Il est souvent fatigué mais bien jusqu'à présent. Son médecin lui avait conseillé de commencer par faire une biopsie du foie puis de suivre un traitement mais il n'a jamais voulu.
Cordialement
Merci lili pour votre réponse !
votre père pourrait faire simplement un fibrotest, il s'agit d'une prise de sang classique en laboratoire qui indique le stade ou nous en sommes qui s'appelle le score METAVIRE. C'est un test très fiable et c'est à partir de ce résultat que les médecins décident ou non de traiter. Savez-vous s'il a déjà pratiqué cet examen ? si oui quel est son score ?
d'avance merci !!
Bonjour Orlane,

Mon HVC génotype 3A a été détecté il y a quelques mois. D'après l'hypothèse la plus probable, je vis avec depuis 30 ans et j'ai 50 ans. Mes niveaux Fibrotest et Actitest avant le début du traitement étaient F1-F2 et A1-A2. Mes transaminases modérément élevées et ma charge virale de 2.978.000 UI/ml, soit 6,47 log. Mon hépatite était asymptomatique et je n'étais jamais malade. J'ai aussi, comme toi, un travail à responsabilités très prenant. Mon médecin a été catégorique dans mon cas : il faut traiter. Donc bithérapie Interferon Alpha 2A + Ribavirine démarrée le 6 juin dernier. 28 jours plus tard, l'ARN viral n'était déjà plus détectable dans le plasma sanguin. Je fais donc partie des très bons "répondeurs" au traitement qui durera tout de même 6 mois. Certes, le traitement est lourd et contraignant et il convient d'être humble et d'adapter son mode de vie. Dans ton cas, tu serais surement amenée à réduire la dose de sport mais sans l'interrompre totalement. Un arrêt de travail plus ou moins long est aussi envisageable (c'est mon cas) mais souvent indispensable pour gérer les premiers mois de traitement. Dans mon cas, ce traitement a prouvé sa grande efficacité mais c'est vrai que le pronostic de réussite avec un génotype 3A est meilleur qu'avec un génotype 1. Je voulais aussi te dire que vivre avec le HVC, c'est avoir une épée de Damoclès suspendue au-dessus de soi dont l'issue morbide ultime peut être cirrhose et cancer. Ce n'est pas parce que ta fibrose a progressé lentement en 23 ans, comme pour moi, que le processus ne risque pas de s'accélérer sans prévenir. Le HVC silencieux est un ennemi intime qui te veux du mal. La médecine propose des solutions intéressantes pour s'en débarrasser, il faut en profiter.
bonjour JF,

Merci pour ton message clair et précis. Il m'a apporté des réponses aux questions que je me pose, je l'ai trouvé très encourageant. Je ne suis pas prête pour le traitement je me sens tellement bien que les effets secondaires que j'ai pu lire sur d'autres messages me paralysent totalement. Je ne souhaite pas être indiscrète, mais j'aimerais savoir si tu as des effets secondaires, si oui lesquels ??? je comprendrai si tu ne souhaites pas répondre.
c'est vrai que la sensation d'épée de Damocles ne me quitte pas, mais un an de traitement !! il faut bien réfléchir.

D'avance merci !!!
bojour moi je suis au niveau f1 et j,ai suivi un traitement a l.interfero et la ribavine malheuseument mon virus genotype 1 n,a pas disparu et mon medecin m.a conseille de reprendre un tt apres 3 ans qd un nouveau medicament sera sur le marche. j,ai 50 ans maintenant et je pratique le sport musculation, velo.... moi je consellerai de suivre un tt pour tanter ta chance car ce tt fait 50% de chance. sais tu qlq chose sur le nouveau medicament dans 3 ans?
Bonsoir,

Je vis également avec l'hépatie C depuis une transfusion sanguine lors d'une opération en 1986 en Afrique, donc génotype F4. J'ai découvert que j'étais atteinte de ce virus lors d'un contrôle de routine en 2005 à Genève. Je me porte très bien et je fais le contrôle chaque année. Après biopsie et fibroscan je suis à F2 et mon médecin me trouve en parfaite forme. J'ai voulu faire un traitement, il m'a adressé chez un spécialiste pour avis, qui m'a dit que ce traitement est très lourd et me rendrait malade, pourtant je suis suis en pleine forme actuellement. Il me demande juste de surveiller mes transaminases chaque année. Je mange sainement, je ne bois pas d'alcool et fait du sport. Parfois j'oublie que j'ai le virus. Après ce traitement lourd, par sûr que le virus disparaîtra. C'est l'ncertitue des médecins face à l'évolution de la maladie qui fait peur. Il faut être positif

Courage.

Bintou