Cancer du poumon phase terminale [Résolu/Fermé]

incognito - 8 mars 2009 à 06:00 - Dernière réponse :  Lois
- 29 août 2017 à 23:02
Bonsoir,

J'ai 18 ans et j'ai appris il y a deux jours que mon père (47 ans) avait le cancer du poumon. Je suis très inquiet, j'ai passé mes deux dernières nuits a pleurer.

Sur la radio, on peut voir un trou dans le poumon gauche. Ma question est : quels sont les symptômes d'un cancer du poumon en phase terminale ? En gros, est-ce qu'en plus de la souffrance morale, on s'apprête à le voir souffrir le martyr ?

Mon autre question : est-ce que ça a vraiment de l'importance "la dernière chose qu'on lui a dit" ?

Merci pour vos réponses.
Afficher la suite 

28 réponses

Meilleure réponse
63
Merci
Bonjour,

Je suis nouvelle sur ce forum et pour moi c'est tres dur de parler de ma situation actuelle mais je vais me livrer a vous.

Voila, mon mari est atteint d'un cancer du poumon phase 4 donc, terminale, cela fait 3 mois maintenant que nous le vivons et cela est très dur, il est sous oxygène 24h/24h et 7j/7j. Mon mari a 54 ans et moi 39 ans, nous avons 2 enfants de 10 ans et 16 ans.

Mon mari en est à sa 2e chimio.

Il a perdu 35 kilo et a passé un cap difficile au début, où il souffrait beaucoup donc on lui a donné de la morphine ce qui le soulage énormément. Il vomissait beaucoup à chaque repas, nous avons eu une aide à la diététicienne, maintenant il remange normalement mais pas beaucoup.

il s'accroche chaque jour, pour moi et les enfants cela est très dure car nous nous sentons impuissants, nous sommes près de lui à chaque moment qui passe. Nous avons toujours peur qu'il s'endorme et ne se réveille plus.

Je voudrais s'avoir où il faut se renseigner pour avoir une aide a domicile car je n'arrive plus à suivre, je suis épuisée physiquement et moralement, la nuit je ne dors pas beaucoup. Je respire à chaque fois pour lui quand je sens qu'il a du mal à remprendre sa respiration cela est très dure pour moi et malgré tout je ne lui montre pas, je veux pas qu'il voit ma souffrance morale, ma tristesse de peur de le perdre à jamais.

Je ne souhaite à personne ce que nous sommes en train de vivre, cette maladie ne devrais pas exister.

Voila j'espere que vous me comprendrez et je vous dis courage a tous et ne jamais baisser les bras quoi qu'il arrive.

A bientot

Louloute

Plus d'informations sur le cancer du poumon : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/contents/cancer/07_le-cancer-du-poumon.php3

Merci louloute 63

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

journal des femmes avec santé médecine a aidé 13285 internautes ce mois-ci

Bonsoir, j'ai perdu mon papa il y a quatre mois d'un cancer des poumons. Une aide à domicile est normalement possible, il faut faire la demande auprès du médecin tratant ou du cancérologue de l'hopital. Ce service est normalement pris en charge a 1 00 pour cent. Renseignez vous. Courage je suis de tout coeur avec vous.
Nous ne vous connaissons pas mais nous vous vous aimons car nous sommes passés par là avec le départ de la soeur de mon épouse et en ce moment le combat de la soeur cadttte de mon père.
sabrinadonar 53 Messages postés lundi 10 janvier 2011Date d'inscription 24 février 2011 Dernière intervention - 10 janv. 2011 à 01:32
Bonsoir je vous souhaite beaucoup de courage moi c'est mon papa qui a le caver de l hosophage il a des metastase inpeu partout il et a sa 5eme chimio il s afeblie de plus en plus j'ai tres peur surtout que j'ai un frere de 15ans moi j'ai 24 ans et pas de famille pour me soutenir mis a par mon mari enfin pour une aide moi je suis auxiliaire de vie donc oui vous avez le droit sa depend vos revenu pour la prise en change mais vous demander a votre medecin c par lui que vous devez passer mais vous avez le droit et je vous conseille de prendre qu elle qun car c tres dur je suis de tout coeur avec vous
amicourage - 10 oct. 2009 à 11:02
17
Merci
chere Sissi030, Mhva, Setif7, Emy28, Stefgal38, Lolipops et surtout toi l’incognito de 18 ans dont le papa de 47 ans a le cancer du poumon et à tous les autres qui liront ce message

Le cancer de ma soeur a été diagnostiqué en 1996. Elle avait 42 ans et 2 enfants de 3 et 4 ans.
Elle a subi une ablation du sein et une hystérectomie. Puis les séances de chimio ont commencé. A l'époque, elle disait ''j'ai l'impression d'être visité par le diable'' tellement la chimio était insupportable. Aujourd'hui, ça a évolué. Mais, tout cela était très dur pour ma soeur, physiquement mais surtout moralement. Les médecins qui l'ont opérée et suivi tout au début lui ont annoncé, à elle ainsi qu'à notre famille, qu'elle ne survivra pas plus que 6 mois voire un an (Comme quoi, tous ceux qui font médecine ne deviennent pas forcément médecins. Rien qu’une parole peut tuer).

Mes soeurs ont alors décidé, et sans perte de temps, de changer de médecin.

Aujourd'hui, 13 ans après, grâce à l'amour de ses enfants et son amour pour ses enfants, grâce à l'amour de sa famille (frère et soeurs) mais aussi grâce à son médecin avec qui elle se sent bien car lui aussi se bat avec elle, ma soeur est toujours parmi nous. Au lieu de lui dire qu'elle n'en a plus pour longtemps, il lui dit ''on va essayer tel ou tel traitement, et le resultat c'est Dieu qui le décide''. (Et ma soeur a eu la chance de connaitre le médecin qui la soigne depuis env 11 ans car il a l'intelligence du cœur, celle avec laquelle on sauve au lieu d’achever).

Ma soeur n'a jamais voulu dire a ses enfants qu'elle avait le cancer. Pour elle, (consciemment ou inconsciemment) mettre ses enfants au courant de sa maladie aurait impliqué qu'elle baisse les bras et qu'elle laisse la maladie triompher. En ne dévoilant pas la réalité de sa maladie à ses enfants, ça lui a donné une force physique et mentale incroyable pour se battre et résister. A plusieurs reprises, je l'ai persuadée (en croyant que les psychologues avaient toujours raison) que ses enfants avaient droit à la vérité. De mon côté, j'avais peur qu'elle nous quitte en un temps court et que ses enfants prennent sa cachoterie pour une trahison et qu'ils en subissent les conséquences.... j'avais peur aussi que les enfants occultent leur souffrance car ils ne comprenaient pas pourquoi leur maman avait des fois un bonnet, puis une perruque, et perdait ses cheveux, et surtout, qu'il lui arrivait de quitter le foyer et de passer quelques jours chez mes parents, les laissant seuls avec leur père (c'était pendant la période de chimio, elle ne voulait pas qu’ils la voient souffrir). J'étais sûre que mes neveux, ces petits anges, occultaient beaucoup de souffrance, car ils n'ont jamais interrogé leur mère ni la famille à ce sujet, et pourtant, leur père (grand égoïste), tout au début (quand les mômes avaient 4 et 5 ans) leur a raconté sournoisement que leur mère avait le cancer et qu'elle ne vivrait pas longtemps.

Ils ont sûrement refoulé plein de souffrance. Mais l'amour de leur mère a été le plus fort et a triomphé sur la maladie et ses effets sur les enfants.

Ma soeur a commencé sa métastase depuis plus d'un an. Aujourd'hui, elle se bat contre un épanchement pleural dans le poumon gauche, dû à l'air conditionné dans les locaux où elle faisait sa physiothérapie. Sa pleurésie qui a débuté il y a plusieurs mois est restée sans traitement spécifique pendant des mois car le médecin a préféré attendre les résultats de la chimio. Elle a commencé à tousser quand elle parlait et a respirer difficilement avec des douleurs dans le dos. Il y a env 1 semaine, elle étouffait la nuit quand ma sœur qui partage la même chambre qu’elle s’est vite réveillée et elle a été emmenée d’urgence à l’hopital (un ange du ciel ayant envoyé son mari en travail a l'étranger, ca lui a permis de vivre chez mes parents).
A l'hopital : oxygène et examens.
On découvre une infection au poumon droit. Son médecin lui a retiré l'eau du poumon gauche pour qu'elle puisse respirer en attendant l'effet des antibiotiques. Pas d'évolution. Ma soeur se bat. Elle n'a pas baissé les bras. Mon frère et mes soeurs se relayent auprès d'elle (24h/24h) pour surveiller l'oxygène et un éventuel problème de respiration. Hier son médecin lui a mis un drain car l'épanchement s’est refait. Il parait qu'elle a passé une bonne nuit.

On ne sait pas ce que l'avenir lui réserve, ce qu’il nous réserve, mais le plus important c'est que nous lui donnons tout l'amour dont elle a besoin, et ça fait du bien à tout le monde.

j'ai beaucoup pleuré en pensant que ma soeur n'aura pas le temps ni la chance de savourer le fruit de tant d'années de sacrifices à élever ses enfants toute seule (le père étant plus absent quand il était à la maison que quand il n'y était pas, pire encore, aucun soutien de sa part pour ma soeur malgrè ce qu'elle endure depuis 13 ans a cause de sa maladie, mais le pire du mal qu'il lui a fait, seul Dieu le sait. Heureusement, un ange du ciel a envoyé son mari à l'étranger depuis env. 1 mois pour qu'elle ait un petit répit).

Ses enfants ont aujoud'hui 15 et 17 ans (ma nièce fête ses 16 ans le 13 de ce mois. Elle tient à couper le gateau avec sa mère a l'hopital). Ma sœur ayant peur que ses enfants soient perturbés en la voyant sur son lit d’hopital, avec tous les tuyaux et sa faiblesse et souffrance… a refusé qu’ils aillent la visiter. Sans rien dire a personne, ils sont allés directement à l’hopital tout de suite après l’ecole.
Ma sœur a été très éprouvée (moral et santé). Quand elle s’est senti mieux, elle a demandé à les voir. Ses enfants lui ont dit : tu es notre maman et tu ne peux pas nous empêcher de te voir.

Moralités : 1) il ne faut jamais baisser les bras
2) si ton médecin ne se bat pas avec toi, va voir un autre qui fait son métier avec amour,
celui qui est doué de cette intelligence divine, celle de vouloir sauver, et non celui qui se
prend pour Dieu en croyant savoir quand ton heure va sonner.
3) quand on est gravement malade, il faut avoir le courage de garder à distance les
personnes négatives et de se faire entourer de ceux qu'on aime et qui nous aiment.
4) chacun a ses propres défenses et les enfants sont plus forts qu'on ne le croit à condition
qu'ils aient de l'amour.
5) il ne sert à rien d'angoisser pour notre maladie ou celle de nos proches. Il faut justement
éviter de leur montrer angoisse, tristesse et inquiétude.... (au moment où je passais mon
temps à pleurer, et ce, pour plusieurs raisons dont celles de ne pouvoir être auprès de ma
soeur, de ne pouvoir être utile pour elle et prendre le relais avec mes soeurs et mon frère
qui sont auprès d'elle quand ils ne sont pas à leur boulot, les soutenir moralement
etc ...etc... moi vivant en France, eux à l'étranger, les quelques mots qu'elle a pu
chuchoter dès qu'elle a ouvert les yeux furent un conseil pour moi). Donnez plutôt de
l'amour, et ne lésinez pas. Certaines maladies viennent et évoluent à causes d'un mal
d'amour. L'amour est le meilleur remède et calmant de certaines maladies et le seul de
beaucoup d'autres.
6) certaines personnes ont besoin d’être utiles pour vivre. Avec attention et amour,
on peut percevoir ce besoin et leur en laisser la liberté d’expression et d’action au lieu de
vouloir les assister en tout. (je pense a ma sœur qui dans le pire moment de sa maladie,
pense à mon bien et a me donner conseil. Cette attitude exprime le besoin d’aimer pour
se sentir vivant)
7) Ma soeur a un cancer avancé, moi je n'ai rien, mais puis-je prétendre qu'elle partira
avant moi? Dieu seul connait le destin de chacun. Alors, je remets à Dieu tout ce qui me
dépasse et je lui demande de nous aider et nous accompagner. Je lui fais confiance.

Je suis avec vous tous de tout coeur.

Amicourage
12
Merci
moi aussi j'ai un cancer et j'ai peur des resultats de touts les examens qui ont ete faits c'est dur d etre devant cette evidence. je voudrais que l on me reponde à mon desarroi je ne dord plus je ne mange plus j'ai peur de la souffrance
9
Merci
J’ai également 45 ans et un cancer du poumon,
Tu ne donnes pas d’infos sur l’état de santé de ton père.
Cependant, vu son âge, il devrait bien réagir au traitement et pouvoir surmonter sa maladie.

Les symptômes sur les phases terminales sont variables et peu prévisibles.
Aujourd’hui, le traitement de la douleur est au point et les médecins ne laissent pas souffrir leur patient. Mais je n’ai pas l’impression que ton père soit à ce stade.

Cependant, la route est longue vers une rémission. En attendant les effets les plus fréquents sont l’écoeurement, vomissement et fatigue.

Il ne faut pas dramatiser les évènements. Une vision positive et l’attente d’une issue heureuse sont le plus que tu pourras personnellement apporter.

Courage.
7
Merci
salut,
mon papa a eu un cancer des bronches a petites cellules donc un des plus mauvais car a progression rapide. il avait 50 ans. il a quand meme combattus la maladie pendant presque 5 ans ce qui est enorme pour ce cancer a petites cellules. son état de santé fluctuer suivant ses cures de chimios qui forcement l'affaiblissait. mais il a toujours travailler jusque un mois avant son départ. en mai 2008 son cancer s'est généralisé au foie. De la tout est allé trés vite. en octobre il a été hospitaliser une premiere fois pour un epanchement pleural , une toue qui ne le quitter plus et le fesait enormement souffrir. suite a plusieurs ponctions pour evacuer le liquide en vain ils ont décider de lui poser un drain au niveau du coeur pour evacuer, il n'a pas suporter l'operation , il est parti il y a 3 mois.
je pense que mon père a souffert c'est indéniable cela du aux traitement ect... mais sa plus grande douleur était psychologique. jamais il n'a souhaité aborder la maladie avec nous, c'était tabou, il a donc vécu sa maladie et son désarrois seul... mon papa souffrait terriblement psychologiquement et c'est cela le plus dur a accepter, comment soulager moralement une personne qui sait qu'elle va mourir? c'est horrible!

donc voila garde espoir, le diagnostic de ton pere est tombé il n'y a que deux jours. ses crises de toux sont normales etant donné qu il a un poumon endomagé! mon pere a tousser tout au long de sa maladie et plusieurs annees meme avant qu il ne soit malade cale ne l a pas empeché de vivre 4 ans. tout depend du type de cancer, sachant qu'a petite cellules c'est un des pires!!
bon courage a toi
5
Merci
Bonjour à tous,
J'ai 17 ans et hier ma grand mère est décédée d'un cancer du poumon.
Elle s'est battue pendant deux ans, nous étions tous à ses côtés et l'amour qu'on lui portait l'a beaucoup aidé moralement. Il y avait des jours où on pouvait presque oublié sa maladie, tellement elle rayonnait.
Dimanche elle semblait bien aller, mais le lendemain elle a été amenée aux urgences. Je n'ai été prévenue que le Mardi, elle était déjà inconsciente, sous morphine et assistance respiratoire. C'est très difficile à vivre, surtout quand on a loupé la dernière occasion de lui parler.
Je ne réalise pas encore qu'elle est partie, je pleure par phase et culpabilise de continuer ma vie, de rire, de voir mes amis...
Je tiens à apporter mon soutient à toute ses familles touchées par cette maladie.
Particulièrement aux "enfants" à qui on ne dit pas tout.
journal001 1453 Messages postés mercredi 25 août 2010Date d'inscription 21 mai 2011 Dernière intervention - 20 nov. 2010 à 22:21
Bonsoir,
Merci Alex, votre témoignage est très profond.
Moi aussi, je souhaite bcp de courage à toutes les familles qui sont face à des êtres chers et qui qui savent que la fin est proche.C'est vrai aussi, aux enfants on cache bien des choses, mais comment parfois leur expliquer s'il sont encore petits? ( C'est très triste)
Amicalement.
4
Merci
Son êtat de santé : trou dans le poumons gauche et crise de toux très forte. il l'a décrit comme si il n'avait plus d'oxygène ça peut prendre 20/30 minutes le temps que ça revienne à la normal.
je comprends bien ton desarroi et ton angoisse face au cancer de ton papa. le mieux sera d'etre present pour le soutenir dans ses examens et le traitement mis en place. tu ne dois pas t'oublier pour autant et essayer de continuer ta vie de jeune homme, te faire aider par un medecin pour dormir car sans sommeil tu risques de craquer. Mais il est normal que tu sois sous le choc de la nouvelle pour l'instant. Va sur les forums comme tu l'a fait là, l'experience et le soutien des personnes qui sont passées par là est inestimable dans des moments comme ça. Plein de courage à toi
4
Merci
Salut, moi jai 28ans t j'ai accompagner ma mère qui était en phase terminal a cause du cancer du poumon. Les soins palliatifs étaientofferts en instituts et a la maison ma mère a préférée que moi ma soeur s'occupe d'elle jusqua la toute plutot que des spécialistes dans une hopital...Elle est décédée 4jours après son anniversaire de ces 47ans...il ya de ca que 5 mois.
La douleur la pire qui les habitent c certainement celle morale, mais la douleur physique, même si les médecins disent qu'ils ne sentent rien vu les médicaments, mais c monstrueux de dire ca. J'aivu ma mère souffrir et s'éteindre et ce n'est pas facile...
Et pour la dernière question jte dirais oui c important les dernières choses que leur dit car c par ca qu'il reposent en paix. Bonne chanc a toi....
amicourage - 10 oct. 2009 à 11:07
3
Merci
chere Sissi030, Mhva, Setif7, Emy28, Stefgal38, Lolipops et surtout toi l’incognito de 18 ans dont le papa de 47 ans a le cancer du poumon et à tous les autres qui liront ce message

Le cancer de ma soeur a été diagnostiqué en 1996. Elle avait 42 ans et 2 enfants de 3 et 4 ans.
Elle a subi une ablation du sein et une hystérectomie. Puis les séances de chimio ont commencé. A l'époque, elle disait ''j'ai l'impression d'être visité par le diable'' tellement la chimio était insupportable. Aujourd'hui, ça a évolué. Mais, tout cela était très dur pour ma soeur, physiquement mais surtout moralement. Les médecins qui l'ont opérée et suivi tout au début lui ont annoncé, à elle ainsi qu'à notre famille, qu'elle ne survivra pas plus que 6 mois voire un an (Comme quoi, tous ceux qui font médecine ne deviennent pas forcément médecins. Rien qu’une parole peut tuer).

Mes soeurs ont alors décidé, et sans perte de temps, de changer de médecin.

Aujourd'hui, 13 ans après, grâce à l'amour de ses enfants et son amour pour ses enfants, grâce à l'amour de sa famille (frère et soeurs) mais aussi grâce à son médecin avec qui elle se sent bien car lui aussi se bat avec elle, ma soeur est toujours parmi nous. Au lieu de lui dire qu'elle n'en a plus pour longtemps, il lui dit ''on va essayer tel ou tel traitement, et le resultat c'est Dieu qui le décide''. (Et ma soeur a eu la chance de connaitre le médecin qui la soigne depuis env 11 ans car il a l'intelligence du cœur, celle avec laquelle on sauve au lieu d’achever).

Ma soeur n'a jamais voulu dire a ses enfants qu'elle avait le cancer. Pour elle, (consciemment ou inconsciemment) mettre ses enfants au courant de sa maladie aurait impliqué qu'elle baisse les bras et qu'elle laisse la maladie triompher. En ne dévoilant pas la réalité de sa maladie à ses enfants, ça lui a donné une force physique et mentale incroyable pour se battre et résister. A plusieurs reprises, je l'ai persuadée (en croyant que les psychologues avaient toujours raison) que ses enfants avaient droit à la vérité. De mon côté, j'avais peur qu'elle nous quitte en un temps court et que ses enfants prennent sa cachoterie pour une trahison et qu'ils en subissent les conséquences.... j'avais peur aussi que les enfants occultent leur souffrance car ils ne comprenaient pas pourquoi leur maman avait des fois un bonnet, puis une perruque, et perdait ses cheveux, et surtout, qu'il lui arrivait de quitter le foyer et de passer quelques jours chez mes parents, les laissant seuls avec leur père (c'était pendant la période de chimio, elle ne voulait pas qu’ils la voient souffrir). J'étais sûre que mes neveux, ces petits anges, occultaient beaucoup de souffrance, car ils n'ont jamais interrogé leur mère ni la famille à ce sujet, et pourtant, leur père (grand égoïste), tout au début (quand les mômes avaient 4 et 5 ans) leur a raconté sournoisement que leur mère avait le cancer et qu'elle ne vivrait pas longtemps.

Ils ont sûrement refoulé plein de souffrance. Mais l'amour de leur mère a été le plus fort et a triomphé sur la maladie et ses effets sur les enfants.

Ma soeur a commencé sa métastase depuis plus d'un an. Aujourd'hui, elle se bat contre un épanchement pleural dans le poumon gauche, dû à l'air conditionné dans les locaux où elle faisait sa physiothérapie. Sa pleurésie qui a débuté il y a plusieurs mois est restée sans traitement spécifique pendant des mois car le médecin a préféré attendre les résultats de la chimio. Elle a commencé à tousser quand elle parlait et a respirer difficilement avec des douleurs dans le dos. Il y a env 1 semaine, elle étouffait la nuit quand ma sœur qui partage la même chambre qu’elle s’est vite réveillée et elle a été emmenée d’urgence à l’hopital (un ange du ciel ayant envoyé son mari en travail a l'étranger, ca lui a permis de vivre chez mes parents).
A l'hopital : oxygène et examens.
On découvre une infection au poumon droit. Son médecin lui a retiré l'eau du poumon gauche pour qu'elle puisse respirer en attendant l'effet des antibiotiques. Pas d'évolution. Ma soeur se bat. Elle n'a pas baissé les bras. Mon frère et mes soeurs se relayent auprès d'elle (24h/24h) pour surveiller l'oxygène et un éventuel problème de respiration. Hier son médecin lui a mis un drain car l'épanchement s’est refait. Il parait qu'elle a passé une bonne nuit.

On ne sait pas ce que l'avenir lui réserve, ce qu’il nous réserve, mais le plus important c'est que nous lui donnons tout l'amour dont elle a besoin, et ça fait du bien à tout le monde.

j'ai beaucoup pleuré en pensant que ma soeur n'aura pas le temps ni la chance de savourer le fruit de tant d'années de sacrifices à élever ses enfants toute seule (le père étant plus absent quand il était à la maison que quand il n'y était pas, pire encore, aucun soutien de sa part pour ma soeur malgrè ce qu'elle endure depuis 13 ans a cause de sa maladie, mais le pire du mal qu'il lui a fait, seul Dieu le sait. Heureusement, un ange du ciel a envoyé son mari à l'étranger depuis env. 1 mois pour qu'elle ait un petit répit).

Ses enfants ont aujoud'hui 15 et 17 ans (ma nièce fête ses 16 ans le 13 de ce mois. Elle tient à couper le gateau avec sa mère a l'hopital). Ma sœur ayant peur que ses enfants soient perturbés en la voyant sur son lit d’hopital, avec tous les tuyaux et sa faiblesse et souffrance… a refusé qu’ils aillent la visiter. Sans rien dire a personne, ils sont allés directement à l’hopital tout de suite après l’ecole.
Ma sœur a été très éprouvée (moral et santé). Quand elle s’est senti mieux, elle a demandé à les voir. Ses enfants lui ont dit : tu es notre maman et tu ne peux pas nous empêcher de te voir.

Moralités : 1) il ne faut jamais baisser les bras
2) si ton médecin ne se bat pas avec toi, va voir un autre qui fait son métier avec amour,
celui qui est doué de cette intelligence divine, celle de vouloir sauver, et non celui qui se
prend pour Dieu en croyant savoir quand ton heure va sonner.
3) quand on est gravement malade, il faut avoir le courage de garder à distance les
personnes négatives et de se faire entourer de ceux qu'on aime et qui nous aiment.
4) chacun a ses propres défenses et les enfants sont plus forts qu'on ne le croit à condition
qu'ils aient de l'amour.
5) il ne sert à rien d'angoisser pour notre maladie ou celle de nos proches. Il faut justement
éviter de leur montrer angoisse, tristesse et inquiétude.... (au moment où je passais mon
temps à pleurer, et ce, pour plusieurs raisons dont celles de ne pouvoir être auprès de ma
soeur, de ne pouvoir être utile pour elle et prendre le relais avec mes soeurs et mon frère
qui sont auprès d'elle quand ils ne sont pas à leur boulot, les soutenir moralement
etc ...etc... moi vivant en France, eux à l'étranger, les quelques mots qu'elle a pu
chuchoter dès qu'elle a ouvert les yeux furent un conseil pour moi). Donnez plutôt de
l'amour, et ne lésinez pas. Certaines maladies viennent et évoluent à causes d'un mal
d'amour.
6) certaines personnes ont besoin d’être utiles pour vivre. Avec attention et amour,
on peut percevoir ce besoin et leur en laisser la liberté d’expression et d’action au lieu de
vouloir les assister en tout. (je pense a ma sœur qui dans le pire moment de sa maladie,
pense à mon bien et a me donner conseil. Cette attitude exprime le besoin d’aimer pour
se sentir vivant)
7) Ma soeur a un cancer avancé, moi je n'ai rien, mais puis-je prétendre qu'elle partira
avant moi? Dieu seul connait le destin de chacun. Alors, je remets à Dieu tout ce qui me
dépasse et je lui demande de nous aider et nous accompagner. Je lui fais confiance.

Je suis avec vous tous de tout coeur.

Amicourage
j ai ete tres touchee par votre message, je me suis reconnue dans votre parcourt, quoique un peu different, ma petite soeur adoree a une maladie tres rare, des tumeurs dans la moelle epiniere et dans le cerveau, dans le cas de ma chere soeur c'est inoperable.....voila. Je n ai rien d autre a ajouter, juste que dans c'est moment la, on n a juste besoin de l amour de nos proches. De l amour c'est juste ce qu on a besoin.
merci encore pour votre temoignage et donner nous des nouvelles de votre soeur.
2
Merci
Bonjour à tous,

Moi idem pour mon brave père avec ce fichu cancer des poumons diagnostiqué il n'y a que deux mois. Radiothérapie au niveau de la tête du fait que des métastases se baladent partout, au thorax, perte de cheveux, mal au dos et quintes de toux avec traces de sang. Pertes de poids ( 20kgs), bref que du bonheur guâché à cause de cette fichue maladie. Je ne vois pas les choses se stabiliser, bien au contraire. Le médecin m'a dit que son évolution était fulgurante mais dans le mauvais sens. Voilà, je me prépare au pire, je ne sais plus quoi faire.
Bonsoir Fred,
Je ne sais pas trop quoi te dire pour te redonner un peu le moral car c'est vrai que nous sommes vraiment impuissant face à cette maladie. Moi pour mon père le plus important pour lui à l'hopital c'est qu'il ne voulait pas rester tous seul car avait peur et peut-être qu'il sentait qu'il allait mourir alors ma mère a eu le droit de rester et passer les nuits avec lui. Ca la réconforter un peu. Quoi te dire à part qu'il faut profité au maximum des derniers instants. Des gestes pour mon père ma fille de 8 ans lui passait un gant de toilette humide sur le visage pour le rafraichir et il adorait ça car quand elle aretait il lui disait encore. Faut prendre vraiment soin d'eux voila ce que je dirais même si je sais que c'est pas une solution miracle pour guérir de cette maladie. Donner de l'amour c'est ce qu'il faut pour partie en paix.
Bon courage
2
Merci
bonsoir, j'ai 36ans j'ai perdu mon mari attein du cancer des poumons métastases au cerveau il y à 1ans j'ai 3enfants la seul chose que je peux vous dire à tous soyez tous très fort viver à fond tout les instans qu'il vous reste avec la personne atteinte de cette maladie ,malheuresement quand le le diagnostic du cancer des poumons tombe il est généralement toujours trop tard bater vous tous ensemble.
setif 7 2 Messages postés lundi 9 mars 2009Date d'inscription 9 mars 2009 Dernière intervention - 9 mars 2009 à 07:08
1
Merci
jai un ami er mon pere qui lon u , mon pere na pas survecue er mon ami a survecue , je pense que ton aide er ta bonne humeur seron tres precieuse pour ton pere , er que rien nes perdue , la medecine progresse a grand pas sur le cancer , je vous souhaite un tres bon retablissement er beaucoup de courage ,er garder le moral es une chose tres importante ,qui aide a combatre la maladie, er souvent la volonter gagne sur la maladie
1
Merci
Bonsoir,
Mon père est décédé il y a 3 semaines d'un cancer du poumon. Nous avons appris qu'il avait un cancert mi-mai et le 30 juillet il c'est étaint. La dernière semaine à été super rapide il est entré à l'hopital le lundi pour commencer ça 1ère chimio et comme sont taux de plaquette était trop bas il l'ont gardé pour la faire le lendemain. Le soir je l'ais eu au téléphone et il allait super bien. Or le mardi sans savoir pourquoi son état c'est détérioré et il à été mis sous oxygène et 3 jours aprés il est décédé et par éttouffement car c'est comme ça qu'ont meurs quand on à un cancer des poumons. Nous étions à ces cotés quand il est décédé mais c'est horrible c'est la pire des morts et chaque soirs que je me couche je revois ça. J'espère ne pas te saper le moral mais moi aussi j'ai chercher des réponses clair et je n'est pas trouver. La c'est du réel et je te souhaite beaucoup de courage à toi et ta famille en espèrant que si c'est pris à temps ça puisse ce guérir
J'ai oublié de vous dire qu'il avait 55 ans.
bonsoir, mon papa est deceder a la suite d un cancer des poumons avec metastases au os et cerveau il en est deceder a 67ans deux mois apres le diagnostic les medecins nous ont proposer de faire des seances de radiotherapie qui lui ont tout a fait bruler l oesophage et qui ont fait que mon papa ne savait meme plus parler ni manger papa etait fort et costaud mais la maladie l a emporter le 1janvier 2009 nous avons ete a son chevet ma maman et moi jour et nuit et je peux vous dire que mon papa a fort souffert psychologiquement de ne plus pouvoir s exprimer sur ses craintes et ses angoisses car croyez moi il en avait des angoisses papa je ne t oubliai jamais
suxanne 4 Messages postés jeudi 21 octobre 2010Date d'inscription 22 octobre 2010 Dernière intervention - 21 oct. 2010 à 18:06
je suis tellement triste de vous lire moi j etais pas venu sur ce site juste hier j'ai commencer a regarder le forum car le medecin m a annoncer que j avais le cancer du poumonet la faire une histoire courte il m en voie passer un test qui s appelle teptomographie c es la medecine nucleaire pour voir si le cancer n es pas ailleurs je vous donne d autre nouvelles je suis vraiment sur les nerfs et je pleure
suxanne 4 Messages postés jeudi 21 octobre 2010Date d'inscription 22 octobre 2010 Dernière intervention - 22 oct. 2010 à 00:07
merci d etre la
Bonjour Suxanne,
L'annonce d'un cancer c'est une grosse claque, c'est normal que tu craque. Je ne connais pas la teptomographie mon père na pas passé cet examen. Maintenant sache que des cancers du poumon ce soigne si il son prit à temps. Pour mon père c'était déja trop tard quand nous l'avons appris car il avait des métastases partout . Surtout ne lache rien et il va falloir être courageuse. Mais je sais pas que c'est pas facile. Je suis de tout coeur avec toi et donne nous vite de tes nouvelle. Et une dernière chose si je peus me permettre c'est ne garde rien pour toi il faut parler car lui mon père est décédé mais nous à jamais rien dit de ce qui ressentait de son cancer son moral si il avait peur et depuis je me pose milles questions alors discuter c'est important. Gros bisous et prend soin de toi.
journal001 1453 Messages postés mercredi 25 août 2010Date d'inscription 21 mai 2011 Dernière intervention - 3 oct. 2010 à 21:19
1
Merci
Bonsoir,

Très triste la nouvelle que tu viens d'apprendre.
Tous les cas de cancer du poumon, peuvent être différents,
Je m'explique:, tenir compte du stade de l'évolution de ce cancer.
Comment la personne réagit au traitement, certaines personnes supportent mieux les traitement, la douleur, sont plus fortes physiquement et mentalement.
Pour ce qui est de l'entourage, c'est très important d'être le plus souvent possible auprès de ton papa, parle-lui de tout ce que vous avez fait ensemble, parle lui de ton avenir, tout lui fera plaisir et à toi aussi, tu pourras lire sur son visage, son contentement,
N'oublie jamais de lui dire que tu l'aimes...
Bon courage à toi et à ton papa, qui j'espère ne devra pas trop souffrir avant de vous quitter.
Amitiées.
Publi-information