Expulsion d' embryon

Fermé
didn - 20 mai 2008 à 22:25
 Cecile - 24 oct. 2017 à 07:48
Bonjour,
je voulais savoir si quelqu'un avait déjà pris du cytotec ou autre médoc pour expulser un embryon dûe à une grossesse arretée car je suis en plein "dedans" et je trouve que je ne saigne pas beaucoup caillaux mais si non pas de sang qui coule j'ai peur de ne pas tout évacuer car si c'est le cas, demain je dois faire un curtage après l'echo de contrôle
merci de me rassurer ou de me livrer vos expériences

16 réponses

Bonjour à toutes.
Je voudrais vous donner un message d'optimisme.
Je sais, en ces circonstances, vous risquez de hausser les sourcils. Mais lisez cela :
Je suis en plein dans une fausse couche, ma 1ère""ex-grossesse". Il y a 6 jours, j'ai appris au cours de la 1ère échographie, alors que j'étais dans ma 12ème semaine d'aménorhée, que "ça n'allait pas", que l'embryon était beaucoup plus petit pour la date. J'ai compris tout de suite que c'était une mauvaise nouvelle, "il n'y a pas d'activité cardiaque", m'a dit l'échographiste. On m'a donné un rendez-vous pour une échographie de contrôle 5 jours plus tard, mais je savais déjà que c'était foutu. Le lendemain de la 1ère écho, j'ai commencé à avoir des saignements comme des règles. Le jour de l'écho de contrôle, l'échographiste voit que l'oeuf est toujours là et me dit que ça peut se décoller jusqu'à la 14ème semaine d'aménohrée.
En accord avec l'échographiste et ma gynéco, j'ai décidé d'attendre que l'expulsion se fasse naturellement, sans médicament ni intervention. Les 2 jours qui ont suivi, j'ai expulsé 3 fois des caillots. J'attends le ok de ma gynéco pour aller faire l'échographie de vérification et contrôler que tout est bien parti.
Je ne pensais pas que cela m'arriverait, et pourtant ça arrive 1 fois sur 5 ! c'est beaucoup !

Je voulais vous dire qu'il ne faut pas trop "se projeter" dans l'imaginaire durant les 3 1ers mois. En fonction de ce que vous vous direz, si vous commencez à parler ou non à l'embryon ou au foetus, vous aurez plus ou moins mal si jamais vous deviez faire une fausse-couche.
Je ne minimise pas ce que l'on peut ressentir mais j'essaie de vous dire que ce que l'on ressent dépend aussi de ce que l'on se dit. Faites attention aux mots que vous employez même quand vous vous parlez à vous-même. Les mots ont un impact puissant sur le mental (l'esprit) et donc sur vos émotions.
Je ne me suis pas dit à la mauvaise nouvelle : "mon bébé, il est mort, il me manque, je lui manque, etc" je me suis plutôt dit d'un point de vue des faits : "l'embryon n'a pas pu continuer son développement, ça arrive très souvent, ça ne veut pas dire que ça ne marchera pas la prochaine fois".
Bon, ça me "fait chier", oui, parce que ça reporte à plus tard (3 mois d'attente avant de retomber enceinte si ça marche tout de suite).

J'ai eu de la peine, mais je préfère relativiser plutôt que de tomber dans un état de tristesse qui aura des conséquences émotionnelles négatives. Je ne connais pas l'avenir, qui sait ce qui va m'arriver dans les mois qui suivent? Il faut s'efforcer de voir les choses avec optimisme et toujours garder espoir.
218
Merci tu m'as booster à me relever je l'ai perdu à 5 mois c'etais mon premier!!!
0
Merci pour votre témoignage très sincère et plein de bon sens sur les conseils émotionnels que vous donnez. J'ai vécu également une fausse couche à 2 mois de G au mois de septembre, et comme j'attendais cette grossesse depuis plus d'un an, je l'ai hypersomatisée et je suis rentrée en contact émotionnel de manière importante avec l'embryon (lui parler, me caresser le ventre, etc). La chute fut d'autant plus rude. Je sais que si j'ai la chance d'être à nouveau enceinte dans le futur, je m'efforcerai d'être un peu plus sur la "réserve". Maintenant que je sais que "ça m'arrive à moi aussi"!
0