Douleurs testiculaires

Résolu/Fermé
RD - 30 avril 2008 à 21:45
 Abc - 6 mai 2018 à 13:06
Bonjour,

Je souffre depuis deux ans de douleurs testiculaires qui sont apparues en lien avec ma pratique intensive du cyclisme. Elles se sont manifestées le lendemain d'une sortie au cours de laquelle je me souviens de m'être particulièrement comprimé le périné dans une côte raide.

Depuis, ces douleurs sont intermittentes. Je conserve en permanence une forte sensibilité et, ponctuellement, des crises aiguës se déclenchent. Ces crises se manifestent en général à la suite de postures particulières (ex : accroupissement) par de vives douleurs testiculaires, plutôt à l'épididyme, tantôt à droite, tantôt à gauche. Depuis peu, j'ai identifié un prolongement des douleurs dans l'aine.

J'ai consulté des urologues à deux reprises. Des échographies avaient identifié une très légère inflammation de l'épididyme, mais rien de spectaculaire. Des analyses de sang n'ont révélé aucune infection. Par la suite, les medecins m'ont prescrit des traitements antibiotiques, anti-inflammatoires et neurologiques difficiles à supporter. Mais les maux n'ont jamais vraiment disparu.

Des recherches sur internet m'ont indiqué que des douleurs testiculaires pouvaient être liées à plusieurs problèmes (névralgie pudendale, syndrome du piriforme, dérangement intervertebral mineur...). De quoi s'y perdre...

Aujourd'hui, je souhaite vraiment aller plus loin dans les investigations. Tout conseil ou toute aide me seront utiles...

Merci d'avance...

RD
A voir également:

9 réponses

Salut,
Mon experience peut peut-etre te repondre.
J'ai 29 ans et ai souffert d'une prostatite chronique pendant 1.5an. J'ai rencontré une quinzaine de médecins avant de tomber enfin sur le bon, pour vous dire qu'il ne faut pas desesperer, ecouter un maximum d'avis, et ne pas insister avec un medecin quand vous sentez qu'il tatonne dans sa methode. Ils sont visiblement relativement desemparés sur ce sujet, et j'ai entendu de tout. Le dixieme medecin m'a meme doignostiquer finalement une torsion du testicule car il ne savait plus quoi dire.
J'ai du attendre environ un an pour qu'on me preconise une spermoculture (analyse de sperme), qui a ete pour moi determinante car le germe n'etait pas decelable dans les analyses urinaires classiques. On avait à ce moment enfin mis un nom sur le coupable: un germe tout à fait courant et responsable de la plupart des infections de l'appareil genital nommé Enterococcus Feacalae (il vit surtout dans l'estomac et les parties fecales).
Comment ce germe s'est retrouvé dans ma prostate: on n'a jamais pu me le dire. Le medecin qui m'a finalement permis de m'en sortir et en lequel je fais le plus confiance me dit que ca peut venir d'un frottement lors d'un rapport avec ma partenaire qui fait souvent des infections urinaires (bien que le canal chez les femmes est different).
NB: Il serait plus courant chez les gens qui pratiquent la sodomie.
Apres donc une quinzaine de tatonnage, voici comment je pense m'en etre sorti, alors que je ne sens plus rien depuis 2 mois, ce qui est inedit, et que mes analyses pratiquees a l'issue de mon traitement ont ete negative:
- Premier rendez-vous avec l'urologue: prescription de 30 jours de l'anti-biotique ciprofloxacein 500 (2 comprimés par jour). C'est un anti-biotique classique pour ce genre d'infections et de germe, que les femmes prennent egalement. Il penetre egalement bien dans la prostate, puisqu'on a du vous expliquer que cet organe est tres difficile a atteindre par les medicaments.
- suite a ce traitement: 3 semaines d'anti-inflammatoires specialises pour cette zone: permixon.
- 3 semaines apres la fin du premier traitement de cipro, une fois que les analyses pouvaient etre faites sans risquer d'etre faussées, j'ai effectué de nouvelles analyses de spermo culture et urinaire. Qui ont donc ete negatives, pour la premiere fois depuis que mon je sens mon infection depuis 1.5 an.
- depuis, comme je vous disais, je ne souffre plus. Je devrai revoir mon medecin dans les prochaines semaines pour un controle de routine, mais a priori je n'aurai pas de mauvaise nouvelle.

Mes symptômes ont évolué au cours de la duree d'infection.
- Au debut, j'avais périodiquement mal a l'épididyme droit, que les médecins me soignaient avec des anti-biotiques generiques. En fait, il me soulageaient mais ne me soignaient pas, car il faut au moins 30 jours de traitement pour ce débarrasser de cette saloperie.
- progressivement j'ai commencé à faire des prostatites chroniques, parfois aigues (rejet de pus et de sang par l'urètre) accompagnées de fièvres qui me clouaient au lit. Au bout de 9 mois d'infections, je suis rentré dans un cycle infernal et épuisant de prostatite toute les 2-3 semaines, soulagées par des génériques, mais jamais soignées. J'étais désemparé, et me faisait à l'idée de souffrir de cette maladie pendant des années, jusqu'à ce que ca passe tout seul.

NB: Suite à la deuxième spermo-culture, pour contrôler que j'étais toujours infecté, j'ai également demandé un spermogramme qui m'a analysé la qualité de mon sperme, et coup de tonnerre, mon sperme était dans un état tel que je n'était quasi plus fécond. Seuls 7% de mes spermatozoïdes étaient normaux. Si ca vous arrive, ne vous inquiétez pas: c'est à ce moment que j'ai essayé de faire un bébé, et ça a marché du premier coup. Ensuite il faut quelques semaines pour que les choses reviennent à la normale. Cependant, TOUS les urologues me disaient jusque-là que l'infection n'avaient aucune influence sur la fertilité, ce n'est donc que moyennement vrai.
NB2: en fonction du pays ou vous vivez, on vous prescrira peut-être un massage de la prostate (on me l'a proposé au Japon) en vous enfonçant un doigt par l'anus, pour contourner le problème d'inaccessibilité de la prostate et aider le germe a être évacué. Ca se pratiquait beaucoup en France avant. J'ai refuse et en suis tres heureux aujourd'hui.

Bon courage et ne lachez rien, on s'en sort.
173
merci julien
je crois avoir trouvé la réponse.
je me croyais fou!

je vais continuer...
24
Bonjour,

Pourrai tu stp me donner le contact du medecin qui aurait déceler ton problème.
J'ai presque les mêmes sympthomes depuis 5 ans et g vu un nombre incalculable de médecins aussi sceptiques sur le sujet les uns que les autres.
Merci de ta réponse
1