POURQUOI SOMMES NOUS PARFOIS CULPABILISES DE NOUS JUSTIFIER ?

Résolu
anonyme - 29 juil. 2011 à 23:29
 anonyme - 31 juil. 2011 à 15:20
Bonjour. Le comble du paradoxe et de la contradiction. Une question à la formulation un peu complexe. Pourquoi sommes-nous parfois culpabilisés de nous justifier ? Nous sommes donc obligés de nous justifier de nous justifier. C'est vraiment très comique ! Merci . . .

22 réponses

Oublier de se justifier ? Quelle question universelle Tout d'abord, c'est la conséquence de l'éducation de chacun reçoit.Ensuite , au travail, c'est une manie afin d'apporter une preuve inutile de tes compétences. (D'ailleurs, le résultat est là. Le fait est accompli). Je pense qu'il peut s'agir surtout de remettre en doute même si les faits démontrent que 1+1=2, tes aptitudes à un poste. Pour moi, c'est une sale habitude d'incompétents (même au niveau hiérarchie professionnel) qui répondent au principe de Peter (théorie qui explique que plus tu montes en hiérarchie moins tu es compétent). Enfin, le doute que ces personnes veulent te donner est en fait le leur (parce qu'ils n'y connaissent rien) Donc pas la peine de t'inquiéter, les gens comme cela sont nombreux. Ensuite pour la culpabilisation, tu as trouvé le mot. C'est tout ce que ces gens veulent pour garder une emprise sur toi, une superiorité (qui est en réalité inexistante) Désormais, je te conseille de proposer à ton interlocuteur de relire ton CV, de dire à tes parents que tu as arrêter de mettre des couches et que tu es autonome à la maison comme au travail
1
Bonjour, tout est dans le rapport à l'autre. Et des sentiments que l'on porte sur ce que l'on fait ou ce que l'on est. Si le fait de se justifier nous culpabilise, c'est qu'au moment de le faire nous nous positionnons en état de subordination, se justifier génére une hiérarchie, la personne à qui nous rapportons étant la demandeuse, un peut comme un petit garçon devant ses parents. Même si nous n'avons pas le sentiment d'avoir mal fait, être sur la sellette nous fais penser que nous avons mal fait. Un peut le comportement que nous avons lors d'un contrôle de police.
0
Si tu te justifies, tu dois te sentir coupable!!!!!! Une conscience irréprochable ne demande pas de justification. Pas nécessaire d'en faire tout un livre ni un tel "charabia" de théories de bazar à 10 sous.
0
Je n'ai les moyens que d'aller dans les bazars à 10 sous, c'est qu'avec des phrases lapidaires on comprend tout de suite mieux.
0

Vous n’avez pas trouvé la réponse que vous recherchez ?

Posez votre question
Parfaitement Jean. Un prédateur ne se justifie pas, la brebis oui : elle demande pourquoi elle subit. Ce sont les faibles qui ont changé la notion de bien et de mal. Le bien des prédateurs c'est la satisfaction de leurs désirs. Le bien des prédatés, c'est quand ils sont épargnés.
0
Si nous nous sentons obligés de nous justifier ; c' est , soit, parce que nous sommes victimes d' une injustice, alors pas de culpabilité. Soit, parce nous nous sentons coupables , et à ce moment là, mieux vaut se justifier, au risque de n' être pas entendu. Il est vrai que se justifier nous met dans une situation de défensive ; Sans doute alors nous sentons nous agressés ? Etre sur la défensive n' est jamais agréable ; la meilleure défense étant l' attaque, de front. Le sentiment de culpabilité nous fragilise ; Se demander peut être pourquoi la culpabilité est là ; Que fait t' elle là, la traîtresse, à nous embêter. Tout dépend des raisons également, qui font que .......... Et tout dépend aussi de la ou des personnes concernées, puisque on ne se sent pas coupable comme ça ,tout seul, pour rien...... Si ????
0
La culpabilisation est aussi un moyen de manipulation et de manœuvre, pour déstabiliser la personne et lui faire croire qu'elle est coupable, alors qu'elle ne l'est pas. "Pourquoi as-tu fait ça ? ", "Pourquoi n'es-tu pas encore fait ça ? ", "Ou étais-tu ? ", etc. Ça revient à demander des comptes. Celui qui culpabilise autrui, essaye d'imposer son cadre de référence à celui q'il culpabilise, qui a un cadre de référence différent. Au culpabilisé de ne pas de culpabiliser, de ne pas se laisser faire, de ne pas se justifier, en affirmant son propre cadre de référence. Seulement, ceux qui culpabilisent autrui, manipulent et manœuvre très bien, pour imposer leur propre cadre de référence, qu'ils croient universel. Puisque la vrai défense, c'est l'attaque, celui qui culpabilise autrui, est peut-être le vrai coupable . . .
0
même si nous sommes accusés à tort pas la peine de se justifier car certains ne veulent rien entendre la messe est dite
0
François Féodor votre réponse du 30/6 à 13 H01 est à la virgule près celle que j'aurais voulu écrire .Permettez moi puisque je vis en ce moment cette situation même de prendre votre réponse à mon compte non par plagiat mais parce que c'est exactement ce qui se passe et ce que je ressent .Quelques soient les mots que j'emploierai il ne seraient qu'une pâle copie des vôtres .Cordialement à vous .
0
je suis également en accord avec votre dernière réponse François comme le dis aussi bien Danièle. Il y a des gens qui vous poussent à la faute donc à la culpabilité. Ils sont pas tranquilles et se sentent toujours agressés et ils retournent la situation en leur faveur enfin c'est ce qu'ils croient car ils ont très souvent tort mais ne le reconnaissent pas donc mauvaise foi. On a beau justifier ils n'entendent que leur propre voix.
0
La cupabilisation peut fort bien venir de gens jaloux. Sinon, comme on a tort d'avoir raison, on peut être coupable d'être innocent. Dans des affaires juridiques très graves, combien d'innocents ont été jugés coupables, et même parfois condamnés à mort ? ! . . .
0
et oui François.... en ai eu un exemple récent ....innocente mais incriminée....no comment
0
Certes que oui, Liliane, faible contre fort, pot de terre contre pot de fer. Je cite Christian Ranucci, l'avant dernier condamné à mort français. en 1976. Etait-il vraiment coupable ? "Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour, vous feront blanc ou noir". Jean de La Fontaine, Les animaux malades de la peste. Bien sur, vous avez tous compris que blanc ou noir, signifie innocent ou coupable. Si vous en doutez, téléphonez ou envoyer un Email à Jean de La Fontaine, ou encore, cherchez son compte sur Copains d'Avant ou Facebook. Il y est peut être. O Cédar de kabou schkaba . . .
0
Bonsoir...Je préfère le terme s' expliquer que se justifier...On n' est pas dans un tribunal...
0
Bien sur Nanou, mais même si les termes sont différents, ça revient presque au même, hélas tic. Si on n'a pas de comptes à rendre, on n'a pas à se justifier ni à s'expliquer. On fait ce que l'on veut. On est libre, non ? On dit : "Ne te justifie pas, je ne t'ai rien dit.". On dit très rarement : "Ne t'explique pas, je ne t'ai riein dit.". Toujours le force des mots, la symbolique des mots.
0
Tiens, je me rappelle, à propos de cette discussion, une personne m'a dit, ily a 20 ans environ : "A t'on le droit de culpabiliser une personne qui est vraiment coupable ? ".
0
pour autant as t’ont le droit de culpabiliser une personne innocente....?
0
Malheureusement, ça se fait souvent Liliane. Déjà les parents qui pratique lepetite soeur de la calomnie avec leurs nfants, cad l'accusation gratuite. "Tu as fait ci", "Tu as fait ça", "Tu était avec untel", ou encore le très connu : "Tu mens, ton nez bouge". (Cette dernière a traumatisé des jeunes enfants), etc. Si on leur demande des preuves, ils répliquent : "Je n'ai pas besoin de preuves, je le sais,c'est tout", : ". C'est souvent, prêcher le faux ou le vague, pour savoir le vrai. En justice, évidemment, il est terrible d'accuser un innocent et encore plus terrible, de le condamner . . .
0
Non..ça ne revient pas presque au même..Se justifier ( juridique) c'est apporter les preuves de son innocence ,le but étant de disculper un prévenu...Alors que s'expliquer dans la vie courante,c'est avant tout, faire comprendre un choix,une décision,un point de vue....sans vouloir persuader à tous prix que nous sommes dans le vrai...ni être obligés de prouver tout ce que nous avançons...
0
OK, Nanou. Cependant, dans la vie courante, les gens emploient beaucoup plus le terme justifier que le terme expliquer, même s'ils ne sont pas au tribunal. C’est peut-être inconscient. Justifier est plus fort qu'expliquer. Il déstabilise davantage la personne. C'est peut-être déjà de la manipulation ou de la manœuvre. Encore la force et la symbolique des mots . . .
0