Comment avoir un esprit suffisamment "hautain" pour ne pas se fracasse

Résolu
anonyme - 9 avril 2011 à 00:59
 anonyme - 27 avril 2011 à 19:57
Je donne un plus de détail partant de ma propre vie, de ma propre expérience. Je suis ingénieur en Informatique, suffisamment belle, cultivée, fille unique dans ma petite famille (surprotégée en quelques sortes). Je suis tout le temps naïve avec les gens, voulant collecter des "frères" et des "sœurs". Je fais vraiment de mon mieux pour leurs bonheurs et par la suite pour gagner leur amour, leur sympathie et leur compagnie (Pfff, pour la compagnie je ne les retrouve jamais lorsque j'en ai besoin). Any Way, je donne sans attendre le retour qu'une loyauté et quelques "véritables" bons conseils lorsque je me perturbe. Mais je continue à donner et à donner et à donner avec une générosité infinie. Le problème, commence par ma percussion d'une "ingratitude ". "Ingratitude" depuis son sens le plus raffiné : lorsqu'une amie m'envie d'avoir eu un petit copain et qu'elle me lance un mauvais conseil. Lorsqu'une autre lui envoie une demande d'ajout sur le FaceBook. Lorsqu'une troisième me cache une information au moment où je lui donne tous les détails de cette même information (du genre je décris où je fais mon stage, lorsque je lui demande de me dire où elle fait le sien, elle me ment ! je lui dis mes notes lorsque je lui demande ses notes elle me donne des chiffres totalement inférieurs à la réalité ...). Je pense parfois que je donne trop de chances aux cas pathologiques ou bien à force de ne pas vouloir rester seule je les accueillis alors qu'elles ne se font presque jamais accueillies chez autrui.. Bref, je sens que je suis de plus en plus sensible à des petites choses auxquelles je donne de grandes dimensions : Je me sens mal à l'aise lorsque je détecte qu'une fille est entrain de m'envier. J'envisage du mal, trop de mal, des "filles" qui me l'ont fait auparavant et qui viennent de me récupérer via les réseaux sociaux ...En fait, avec la même chaleur de début de notre relation, je les ré-accueilli. Puis au fur et à mesure elles se révèlent encore (un peu) "mauvaises" (ingrates comme d'habitude). Je me plonge encore une fois dans un stress et voilà.... La présence de quelques unes qui se collent à moi et que je les accueilli pourtant me laisse sentir une grave dépendance à elles ! Et je ne sais pas pourquoi c'est moi, seule, qui ne me sens pas "libre" lorsque je suis amie avec une "certaine" catégorie de fille, pourtant, elles réagissent, pensent, se sentent totalement indépendantes ! Mon problème donc c’est de penser trop, parfois trop à : Mon indépendance et comment me sentir indépendante, Mon bonheur et comment ne pas être enviée et poursuivie par les autres, comment ne pas être trahie par les « dites » amies, comment échapper de quelques unes une bonne fois pour toutes … Vous voyez ? Je souffre de ce genre de réflexions alors que …. ! Bon merci de m’aider.

2 réponses

Ces "dites amies " n'en sont pas... surement. La grosse difficulté est que la seule position qui vaille est celle qui fait confiance aux autres, à priori. Le problème est que l'on rencontre souvent des gens qui ne soutiennent pas cette même position, et donc on se fait avoir en beauté, et plutôt plusieurs fois qu'une! Il faut bien aller chercher la solution dans ces quelques autres, plutot qu'en vous même, ces fameux "coucous" qui viennent régulièrement se nicher dans votre existence, ce nid confortable et prêt à l'emploi. Ces coucous sont usurpateur et sans vergogne... Les relations avec ces gens là sont sans solution, et on ne peut que s'y perdre à trop vouloir essayer que ça fonctionne. Une solution quand même pour s'en protéger: une fois qu'on les a bien repérés, il faut tout simplement cesser tout lien, et si les perdre peut être difficile, on peut se rappeler qu'il étaient "perdus" depuis toujours, et qu'une fois le tri effectué, on n'aura plus à essuyer leurs coups tordus. Facile à dire mais pas à faire! Votre question serait donc plus: Comment être suffisamment averti et éclairé, pour ne pas se faire "attraper" dans des relations qui blessent et détruisent?
1
La réponse est assez simple (oui je sais c'est facile mais c'est le but ,non ? ) Tu as l'air d'etre une belle personne et ta vie est suffisament riche pour que tu ne compte pas . La naïveté est une sorte de pureté qui vas si bien aux jeunes enfants. Je trouve que c'est une trés jolie couleur qui contaste avec le rassurant "noir ou blanc". Ma réponse n'est qu'une illustration qui a comme limite le point final .
0