Histiocytose pulmonaire

Signaler
-
Messages postés
112499
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
10 avril 2021
-
Bonjour,
Je viens d’apprendre que j’ai une histiocytose pulmonaire mon oncologue m’a transféré à Québec car elle connaît pas vs cette maladie et se que j’ai lu sur internet n’est pas vrm rassurant et il y a beaucoup de terme que je comprends pas pouvez vs m’expliquer c’est quoi cette maladie si rare que personne connaît j’ai très peur merci
A voir également:

2 réponses

Messages postés
112499
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
10 avril 2021
18 477
Bonjour Nancy,
Cet article pourrait t'éclairer :
http://www.histiocytose.org/atteinte-pulmonaire-adulte.html
Et pourquoi un oncologue ?

J'appelle un chat un chat *
     *en Français dans le texte
Merci oui j’ai lu cette chronique mais j’ai de la difficulté à comprendre tout ces terme pouvez me l’expl Avec vos propre mot merci
Messages postés
112499
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
10 avril 2021
18 477
Cet extrait est assez simple :
"On observe des nodules, c’est-à-dire des masses constituées par des cellules langerhansiennes (= cellules qui participent à la défense immunitaire) qui au début de la maladie se trouvent au niveau des voies aériennes distales, donc des bronchioles. Les nodules ont la particularité de détruire les bronchioles, de faire des trous dans les poumons.
A la radio, la maladie apparaît donc sous la forme de petites boules (les nodules) et de trous dans les poumons.
Il est évident que le poumon avec beaucoup de trous ne fonctionne plus."


Quant à l'évolution :
"-pour 25 % des patients, l’atteinte va régresser spontanément ( avec arrêt du tabac),
-10 à 20 % des patients vont évoluer vers l’insuffisance respiratoire, avec parfois une évolution assez rapide – formes avec pneumothorax à répétition,
-50 % des malades vont rester stables avec une amélioration de la radio, ou parfois une pseudo amélioration.

Le suivi du patient sera donc effectué par l’étude du souffle.
Les patients stables peuvent le rester parfois très longtemps, sans toutefois pouvoir exclure dans un certain nombre de cas, une petite poussée un moment plus tard."