Est il bipolaire?

Signaler
Messages postés
1
Date d'inscription
lundi 14 septembre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
14 septembre 2020
-
Messages postés
99688
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
26 septembre 2020
-
Bonjour,
Voilà, je saute le pas, je ne m’exprime jamais sur les forums... car je sais que les avis ne sont pas toujours perspicaces ou bienveillants.
Pour celles qui ont vécu avec un homme diagnostiqué bipolaire officiellement, pourriez-vous me dire si l’homme dont je vais décrire les actes/paroles peut l’être.

Voilà, j’ai retrouvé un homme l’année dernière il y a tout juste un an, après ne pas l’avoir revu depuis 17ans.
J’ai 38ans, lui 43.
Je l’ai connu lorsque j’étais en vacances en Espagne et à l’époque je ne parlais pas l’espagnol et lui ni le français ni l’anglais. Notre rencontre fut furtive mais est passée par le regard, les gestes, nos baisers, nous avions eu des rapports et il m’avait profondément touché le cœur par ses yeux si doux, et ses baisers également.
J’étais rentrée en France et étant très touchée de cette rencontre qui m’avait fait très chaud au cœur.
Pendant plusieurs années, nous nous étions bipés sur nos téléphones mais jamais écrit ni parlé car... je ne parlais toujours pas espagnol et à l’époque il n’y avait pas internet ni traducteur faciles.
Je lui avais tout de même envoyé une très belles lettre lui parlant de son regard etc que des choses bienveillantes.
Lui Très peu sur facebook nous ne nous Parlions jamais.
Au fil des ans, nous nous envoyions quelques messages en nous disant que nous aimerions nous revoir. Mais, sans jamais le mettre en pratique car chacun dans nos vies et je n’avais pas de sentiment amoureux (ça datait de tellement longtemps...) c’était un beau souvenir de jeunesse. Il m’avait même présenté sa mère lors de nos 2jours « romantiques ».
Il m’avait à l’époque dit de très belles choses, que j’étais un « cielo » et que je ne devais pas changer. Cela m’avait profondément touchée à mes 20ans.
J’ai donc avancé dans ma vie en me disant qu’il était bienveillant et lui parlais toujours avec mon cœur dans nos quelques e-mails échangés.
Puis à mes 30ans j’ai failli aller le revoir, sans grande conviction car il était devenu un étranger.
Puis, après quelques échanges il y a près de deux ans, dans lesquels je n’étais pas en attente, nous avons parlé de nos vies amoureuses et que nous étions tous les deux célibataires car nous ne rencontrions pas la bonne personne, la personne spéciale. Je suis une personne très sensible, empathique, bienveillante, très humaine, et j’ai souvent tendance à vouloir aider l’autre, parfois à ma propre perte. Mon cœur s’attache aux personnes qui ont parfois une défaillance ou malheureusement aux manipulateurs que je décèle avec difficulté, enfin, si je les vois, mais pense toujours qu’ils sont meilleurs qu’ils ne le sont.
Il y a un, nous finissons par nous revoir, à Madrid, où j’étais partie seule quelques jours. Je lui ai proposé de me rejoindre. Sans grande attente. Il est venu. Et a passé 4jours avec moi. Il était très bienveillants avant d’arriver, dans ses messages. Je pense que je lui plaisais encore.
J’avais peur de le revoir après tant d’année et étant très émotive j’avais de fortes palpitations. Lorsqu’il est arrivé, nous étions un peu gênés mais heureux. Il paraissait bcp plus timide que moi, presque apeuré. Étant bienveillante j’étais très gentille et faisais en sorte de le mettre à l’aise. Nous ne parlions toujours pas la même langue mais avec les traducteurs de téléphone nous nous en sortions. Nous arrivâmes à mon hôtel, où là il s’est vite mis « à » l’aise. En quelques minutes il était quasi nu pour prendre une douche.. j’étais un peu gênée et timide. Puis en sortant de la douche, il est venu vers moi et il est vite passé à l’attaque. Nous avons fait l’amour et je le trouvais plutôt sur de lui. Il était plutôt dominant, dans son regard et sur moi. Comme s’il voulait me dompter. J’étais pas forcément très à l’aise. Mais je l’ai alors « reconnu » grâce à son regard.
Je le trouvais assez rapide et imaginais que nous allions plutôt flirter un peu avant de passer à l’acte.
Une fois reconnu je me suis réouverte à lui. Nous avons parlé énormément (par traducteurs de téléphones et mes baragouinements espagnols) Et je trouvais que nous avions pleins de points communs, d’intérêts communs, nous nous sommes vraiment confiés l’un à l’autre. J’étais enchantée de ce moment. Pendant les 4 jours nous avons été en harmonie, je me sentais comme sur un petit nuage, j’étais moi même. Bien qu’un peu timides nous faisions l’amour plusieurs fois.
Tout ce petit nuage était tout de même teinté de quelques pensées de ma part de choses que j’observais et que je trouvais étranges. Pendant l’acte, il ne semblait pas s’ouvrir, alors que c’était le moment de se laisser aller. Comme s’il y avait un blocage de la parole ou de l’ouverture à l’autre. Je lui demandais d’ailleurs: pourquoi tu ne dis rien ?
Puis, je le trouvais parfois assez autoritaire avec les serveurs des restaurants. Ou bien assez focalisé sur la propreté, comme s’il avait peur des microbes.
Je suis repartie de la bas complètement amoureuse, avec un sentiment d’être enfin reconnue par quelqu’un. Ces retrouvailles après 17ans et après avoir été toujours connectée à cette personne était digne d’un livre.
En revenant je n’attendais qu’une chose : que l’on se revoit, je ne pensais qu’à lui. Complètement transie.
Il m’avait dit que j’allais beaucoup lui manquer.
J’oublie de dire, qu’à Madrid il était pas très bien, pas forcément très souriant. Il avait des douleurs cervicales et au dos, il dormait mal (comme souvent chez lui apparemment) et il n’était pas bien gros. Il sortait d’une phase difficile apparemment. Et parfois, il se blottissait contre la nuque comme pour venir prendre de l’affection. J’avais l’impression que c’était un enfant. J’étais très câline et lui disais qu’il avait le visage d’un ange, il était touché et étonné. Disait que c’était la première fois qu’on lui disait cela.

Une fois à Paris, j’ai attendu de ses nouvelles mais j’ai senti comme un abandon. Comme une distance. Je ne comprenais pas qu’il puisse ne pas me donner de nouvelles après ce que nous avions vécu qui était très beau. Après quelques jours cependant il me disait que je lui manquait beaucoup. (Pourquoi avait il était si silencieux alors?). Ayant très peur de l’abandon et d’être rejetée, je n’osais montrer mes sentiments. Bien qu’il me dit le savoir car il le lit dans mes yeux.
Il me disait qu’il avait comme une faculté de savoir ce que les gens ressentent instantanément.
Mais je suis aussi comme ça, très intuitive.

Alors qu’il ouvre la porte pour dire que l’on se manque, bizarrement après il ne répond plus à mes messages gentils. Il devient même distant. Ce qui eu pour résultat de me faire me sentir très mal et perdue.
Puis il me renvoie une très jolie photo de moi prise ensemble (assez artistique), et alors que je réponds en étant très touchée il coupe quasiment la conversation.
Encore une fois étonnée je commence à me refermer et a ne plus oser parler normalement.
Je découvre qu’il a une attitude étrange par sms: il envoie qqc de gentil mais n’attend pas la réponse. Il coupe son tél en mode avion pour répondre une heure après ou carrément le lendemain matin.
J’ai alors été très vexée et décide de supprimer les dernier messages du soir non arrivés. Il le voit et me demande ce que je souhaitais lui dire. Puis l’annonce qu’il est une personne qui n’aime pas les routines de communications /sms, qu’il a toujours été comme ça même avec ses amis et sa famille. Et de plus il est electro sensible alors s’il pouvait se passer du téléphone il le ferait. Je prends ça comme une claque car à 1200km de distance sans s’appeler ni envoyer de message je me disais que mon histoire d’amour tombait à l’eau.
S’en est suivi de longues semaines de torture mentale, de déprime, de ne pas comprendre cet homme qui continue à m’écrire mais qui coupe en permanence les conversations, comme s’il claquait la porte après avoir été gentil. Cela m’a rendue malade, d’ailleurs je l’ai vraiment été pendant plusieurs semaines en attrapant tous les microbes et virus de l’hiver. J’étais affaiblie moralement et donc physiquement. J’ai perdu plusieurs kilos comme piégée dans une relation sans queue ni tête et surtout comme si j’étais sous emprise. Mes quelques amis proches m’ont conseillé d’aller dans le vif du sujet et du lui proposer de se revoir. J’étais prête à partir dans sa région d’Espagne pour le revoir et en avoir le cœur net. Et surtout j’avais terriblement envie de le voir.
N’osant proposer directement, je trouve une astuce rigolote pour qu’aboutisse une revoyure. S’en viennent les prises de dates de retrouvailles (janvier 2020) après les semaines de grèves parisiennes qui furent très difficiles.
Il m’invitait chez lui en Andalousie mais ne disait jamais qu’il était content. Avec le recul je me suis rendue compte qu’il ne disait jamais rien d’ouvert à l’autre ou ne me questionnait sur mon quotidien ou avait une vraie conversation. C’était toujours un mot gentil, l’envoi de truc rigolo, enfin toujours des trucs qui me maintiennent en haleine mais entrecoupés de « mode avion » qui me rendaient dingues et encore plus accro. Je m’en voulait d’être si faible, mais j’étais tellement attirée magnetiquement par tout ce que nous avions partagé à Madrid et notre harmonie que je ne comprenais rien. Je pensais aussi qu’il avait peut être des sentiments qu’il n’osait pas dire. En quelques sorte parfois je le protégeais car j’avais senti qu’il était assez reservé.
Mais bizarrement j’avais de lui une double image/de sa personnalité : à la fois très doux et sensible et attentionné et à la fois dur et autoritaire. Voire méchant. J’étais paumée.

A savoir qu’il avait qu’à peine quelques souvenirs, enfin pas vraiment de souvenir, de ce que l’on avait vécu 17ans avant. Il avait oublié qu’il m’avait présenté sa mère, que nous nous étions bipé pendant des années etc. Il avait juste souvenir de moi comme une personne douce. Il avait toujours mon numéro 17ans après.
Il m’avait confié qu’il avait de gros soucis de mémoire et qu’il ne savait pas pourquoi.

J’ai d’ailleurs du lui rappeler quel jours et à quelle heure j’arrivais dans sa ville andalouse, ce qui me vexait profondément.
Avant d’arriver, son attitude tantôt gentillet tantôt tres froide voire méchante m’avait fortement déstabilisée. J’étais à la fois follement amoureuse et à la fois épouvantée.

Avant que je n’arrive nous n’avions rien organisé de mon séjour ni même évoqué ce que nous allions faire ensemble. J’avais bien essayé mais il disait que nous allions improviser. Combien de fois j’ai eu la sensation que ma venue lui était totalement indifférente. Mais alors pourquoi m’inviter ?

Jusqu’à la veille de mon arrivée, les plans ont changé. Je passe les détails mais je n’avais qu’à suivre et c’est tout.

Au fil de l’eau j’ai pris conscience qu’avec lui on n’avait pas de place à un souhait et d’ailleurs on ne me demandait jamais: ni même ce qu’on allait visiter, ni même ce qui me ferait plaisir, ni même ce qu’on allait manger etc.

En arrivant dans sa ville, il l’a accueilli un peu gêné en le faisant une bise rapide sur les deux joues. Je me suis dit ok il s’en fout.
Il n’a pas parlé pendant les deux heures de trajet de voiture.
En arrivant chez lui. Où il vit avec sa mère et son chat, il était à ce moment là seul pendant toute la semaine de présence sa mère était partie. Coïncidence parait il.

Puis, alors qu’il avait été relativement muet dans la voiture. Il dit à son chat que je suis une amie de la famille... euh... pour moi non ce n’était pas du tout ça. Puis encore une fois, comme à Madrid, il se sert de léxcuse que l’on va se doucher et après, nous faisons l’amour. A peine arrivés!
Mais la bas, je découvre que je vais dormir dans une chambre seule et lui dans une autre! Alors que nous avions dormi l’un avec l’autre à Madrid 4mois avant..!
J’étais choquée mais j’ai pris sur moi. Soi disant les lits étaient trop petits pour dormir à deux et qu’il avait besoin d’espace pour dormir car il bouge car il a mal à la nuque et au dos.

Mon séjour sur place fut effroyable: il était très étonnant et très différent : assez autoritaire, dur, peu souriant, nous avons même eu des engueulades où il m’a parlé violemment. J’étais apeurée. Choquée. Triste. Je me disais qu’il était fou. Je ne comprenais pas cette différence de comportement entre le moment de nos retrouvailles, et maintenant.
J’ai aussi vu qu’il n’avait aucune empathie : je pouvais souffrir devant lui il n’en avait rien à faire.
J’ai aussi vu qu’il retournait les situations, que même quand c’était moi qui souffrait c’était lui la victime.
Je le voyais changer d’attitude plusieurs fois dans la journée : tantôt très froid fermé muet le visage fermé et d’un seul coup, hop il jouait avec son chat et devenait tout foufou à rigoler avec lui et à lui dire à quel point il l’aimait.
Il aimait son chat mais il l’embêtait tellement sans comprendre qu’il y avait une limite que le chat finissait par le griffer ou le mordre. Alors il le punissait et le frappait sur la tête et les pâtes. J’étais choquée et voyait à quel point il était méchant et sans empathie envers son animal, que je prenais alors dans mes bras pour le câliner.
Je me disais mais mon dieu ce n’est pas possible, avoir un tél visage d’ange et devenir aussi méchant ???
Il a pourtant pleins de belles choses en lui mais on dirait un double face: ange et démon.

Ce qui m’a marqué c’est également ses changements rapides dans la journée ou ses trous de mémoire :
Il dit qu’il va faire un truc et d’un seul coup il passe à autre chose, comme s’il avait oublié la première chose. Par exemple : viens on va regarder les photos que l’on a prises aujourd’hui. Alors je vais à côté de lui et attend qu’il allume l’appareil photo pour regarder. Mais voilà qu’il commence à chercher sur son téléphone portable des chaussures qu’il voudrait acheter! Pendant 30minutes, comme s’il avait oublié les photos !! Il fallait que je le lui rappelle.
Et ça ça lui arrivait tout le temps.

J’ai remarqué aussi qu’il ne supportait pas la moindre contrariété. Même si on exprime son opinion c’est comme si on ne pouvait pas en avoir. Si mon avis était opposé au sien il me disait que j’avais tort et surtout je sentais son jugement négatif ou réprobateur.

J’ai remarqué aussi qu’il était tout le temps en conflit avec tout le monde. Où allait au conflit. Pour tout et n’importe quoi.
Pour toujours avoir le dernier mot jusqu’à ce que l’autre soit écrasé et se soumette.

Il ne travaille pas, à vendu son affaire de location de vélos il y a deux ans. Et depuis il vit de la location d’un appartement et il semble totalement à côté de la société.

Il ne respecte pas les règles. Ne fait que comme lui le souhaite.

Il peut nous dire de nous taire si il parle au téléphone.

Il peut nous faire attendre devant la porte alors qu’il a mis la clé dans la serrure et que finalement il finit par écrire un sms ou un appel, alors qu’il pourrait faire les deux en même temps.

Il est très méticuleux, obsédé par la propreté et le rangement.

Il a des rituels ou presque des tocs ou obsessions.

Alors qu’à Madrid je l’avais vu tout mince, en 4mois il avait repris de la masse musculaire et semblait en pleines forme (alors que moi j’avais dépéri).

Il ne mange que bio et rien d’industriel

Il est dans le contrôle de tout et de tout le monde.

Il n’avait même pas compris que j’étais venue pour lui parce que j’avais des sentiments. Il a même paru étonné.
Il m’a dit que je ne devais pas l’aimer et quand je lui avait dit que je l’aime il a eu un regard et une moue réprobatrice. Comme si c’était une infamie de l’aimer.

Je le sentais aneantie. Invisible. Nulle. Humiliée. Apeurée.
Alors que je claquais la porte après ses paroles ultra blessantes, je suis partie dans la rue pleurer. Pendant une heure.
Il m’écrivait non pas pour me de revenir mais pour me faire comprendre que c’était de ma faute. Qu’en gros j’étais bête de l’aimer que nous vivions dans deux pays différents et que c’était impossible.
Il n’a pris aucune pincette et n’a eu aucun mot gentil.
Il m’a dit qu’il n’y avait pas de raison qu’il se sente mal alors qu’il n’avait rien fait.
Je me demandais comment il pouvait être aussi aveugle et Insensible ??
C’est comme si nous n’avions rien vécu. Je n’étais rien, j’étais là pour rien, j’avais fait tout ce voyage pour rien.
Je n’avais pas le courage de rentrer en France car je l’aimais. J’ai pleuré dans ses bras mais encore une fois c’était moi qui était gentille et compréhensive. Il disait qu’il était bien seul et que c’était important pour lui.

Nous devions aller passer la soirée aux bains turques de la ville. Ce fut un moment effroyable alors que cela devait être un moment magnifique s’il avait été normal.
Pendant toute la soirée il ne m’a pas adressé la parole. Je me sentais mal, triste, choquée, humiliée. J’étais invisible transparente.
Je me demandais ce que j’avais fait au Bon dieu pour être dans cette situation moi qui suis si gentille et douce.
Il m’a ignorée.
Le soir j’étais tellement mal que j’en pleurais en cacher dans le lit de sa chambre.
Et tout ça n’a jamais été ré abordé.
Malgré le fait qu’il disait qu’il n’y aurait plus de sexe entre nous, comme si j’étais punie, et bien il y en a eu quand même. Le pire c’est que c’était incroyablement bon.
Mais même dans ses rapports sexuels on dirait qu’il ne se donne pas, qu’il est comme non expressif, je le trouvais étrange et pourtant c’était divinement bon, très délicat et intime. Mais c’est moi qui allait vers lui et il se laissait faites. Il était toujours gêné de montrer qu’il avait envie.
De quoi perdre la boule.

Je suis repartie. Il me dit que maintenant que je n’étais plus là je laissais un grand vide. Que je lui manquait et que son chat voulait que je revienne.
Il parle toujours à travers son chat. Comme s’il n’osait pas dire directement les choses.

Comment puis je laisser un vide alors qu’il a eu un comportement effroyable avec moi.
C’est comme s’il ne s’en rendait pas compte. Le dernier soir il m’a même prise dans ses bras, et que j’allais lui manquer et me demandait quand étaient mes prochaines vacances !?!
Et ça trois jours seulement après avoir été odieux avec moi?
Mais j’ai remarqué que quand il parlait « avec émotions ou cœur » cela semblait faux, comme s’il ne le ressentait pas vraiment, comme s’il mimait cela comme le font les autres. Cela semblait très étrange.
Je me demande s’il comprend les émotions humaines et s’il ne les joue pas en mimant les autres.
J’ai lu énormément sur les psychopathes, les bipolaires, les schizophrènes, les autistes aspergers etc... je sens que chez lui quelque chose ne tourne pas rond.

Bizarrement une fois a disante il ne me laisse pas tranquille. Il me demande souvent de mes nouvelles comme s’il ne voulait pas me laisser m’échapper. Pourtant je l’ai é vite revu cet été et cela a été pareil. Il dit qu’il n’a pas de sentiment, qu’il en a pour personne (aucune fille) même si je suis celle qui serait le plus à même d’être sa petite amie.
J’ai parfois l’impression qu’il joue avec moi. Qu’il me manipule volontairement.
Mais dernièrement j’ai vu encore une fois qu’il souffrait.
Je lui ai fait admettre qu’il était en dépression chronique.
J’ai aussi appris que son group d’amis m’avait rejeté. Il dit d’eux qu’ils sont mauvais mais en réalité c’est lui qui cherche toujours le conflit et qui est beaucoup trop direct dans ses paroles et dans ses actes sans jamais se soucier de ce que l’autre ressens.
C’est comme si on n’existait pas, que ce que l’on ressent n’a pas d’importance, que notre opinion ne compte pas, que nos souhaits non plus.
Et pourtant, il essaye de toujours faire les choses bien, me faire découvrir de beaux endroits, m’emmener en moto dans de magnifiques lieux, le faire manger dans de jolis et bons restaurants.
Mais je ne vois jamais aucune joie chez lui.
De même, il n’est pas capable d’entrer en communication: on peut être assis en face l’un de l’autre il ne nous adresse pas la parole. On lui parle lais il répond à peine. Il est dans ses pensées et se prend la tête sur le conflit avec le groupe qui l’a rejeté. Pendant toute une semaine je l’ai vu se prendre la tête, car il sentait qu’il était victime.
Par rapport à janvier il avait de nouveau perdu 5 kilos.
J’ai compris qu’il ne s’aimait pas, qu’il disait être une mauvaise personne, qu’il n’a pas d’amis et qu’il me fait souffrir.
Que c’était une erreur qu’il n’aurait pas du me dire de venir. Alors que pour la deuxième fois j’étais allée le voir.

Je suis piégée dans cette relation qui me fait bcp de peine, et pourtant je nàrrive pas à en sortir. Je suis encore bienveillante pour lui car il me fait pitié. Je sais qu’il est seul et je sais qu’il souffre. Il me dit que je suis une bonne personne. Une personne magnifique. Avec beaucoup de valeurs.
Lorsque nous nous voyons nous faisons l’amour.

Et pourtant, malgré tout ça. Quand je suis trop gentille et que je l’aide à s’ouvrir et bien il me dit que je ne me relationne pas bien, que notre relation est impossible, Il emploie des phrases qui me font beaucoup de peine, je me sens rejetée et invisible, et pourtant malgré tout il continue à m’écrire.
S’il ne m’aime pas alors pourquoi ne me laisse t’il pas tranquille ??
Il me dit qu’il veut qu’on soit amis pour toujours.
Mais moi je ne considère pas que nous sommes amis !! Puis au lorsque nous nous voyons nous sommes amants mais sans tendresse (en tout cas de sa part).
Il a une attitude vraiment étrange. A la fois très doux avec un regard qui nous fait tomber et parfois complètement l’opposé et ceci peut changer plusieurs fois dans la journée.
Il dit qu’il n’a jamais eu d’affection dans son enfance. Il vit pourtant avec sa mère comme s’il ne prenait pas son envol. Son père est mort depuis ses 19ans. Il ne s’entend pas avec son frère.
Il est très solitaire, a la fois de choix et à la fois comme si c’était parce que les autres le rejettent.

Je me suis demandée s’il n’était pas bipolaire car plus je lis sur cette maladie et plus je trouve des similitudes.

Il a un avis très tranché sur les gens: ils sont tous nuls, les andalous pour lui sont basiques et bêtes, la jeunesse est une horreur, les gens sont nases. Il a une haute opinion de lui même.

On dirait que les autres ne l’intéressent pas. Et leurs émotions il y reste totalement froid.
J’ai parfois pleuré de tristesse de l’aimer, et de savoir qu’encore une fois j’allais être séparée de lui car dans un autre pays, et aussi car je vois qu’il ne m’aime pas et qu’il est étrange, et pourtant parfois il a de très beaux gestes et paroles envers moi. J’ai l’impression d’être un objet, une chose, qui a la fois il aime bien mais qu a la fois il maltraite.

Une amie à moi a qui j’ai tout raconté pense qu’il a une maladie psychiatrique et que ce n’est en rien de ma faute et que je dois tourner la page.

Mais je suis tellement bête que malgré le recul que j’ai pris et la peur que je ressens quand on s’écrit car je me demande toujours à quel moment il va me tomber dessus, je pense quand même à lui tous les jours, ai envie de le revoir et suis dans l’attente. J’ai honte de moi, mais il a tellement représenté une belle personne à mes yeux pendant 17ans que je n’arrive pas à tourner la page et dire de lui que ce nést qu’un connard de plus. Je sens qu’il est victime de lui même et j’ai quand même envie de l’aider. Mais cela me coûte bcp trop d’énergie et j’ai envie de le guérir même si je sais que je ne le peux pas.
Je ne lui jamais dit tout cela ni même évoqué la bipolarité ou autre avec lui car je sais qu’il m’assassinerait avec ses mots, mots qu’il emploie très bien d’ailleurs quand il s’agit de faire la leçon aux autres.
S’il m’avait aimé j’aurais été la femme la plus heureuse qui soit car je l’aimais vraiment.

Je voudrais avoir votre avis. Je n’ai pas cité la multitude de détails qui me font penser qu’il est étrange et peut être bipolaire.
Parlez moi de vos vécus avec de telles personnes pour que je puisse avoir votre avis et vos expériences.

Merci de m’avoir lue jusqu’ici.

1 réponse

Messages postés
99688
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
26 septembre 2020
13 785
Bonjour et bienvenue sur ce forum ,

Extrait de la charte de ce forum :
"Les questions posées doivent être courtes et précises et ne pas donner lieu à un long exposé d'une situation personnelle trop complexe, qui risquerait d'être à la fois mal expliquée et mal comprise. "
https://sante-medecine.journaldesfemmes.fr/contents/150-charte-d-utilisation-de-sante-medecine-net

Et pour répondre à ta question, seul un médecin psychiatre pourra infirmer ou confirmer un trouble de l'humeur après entretien de vive voix et en face à face

NB : Tout mot grossier => suppression automatique par le robot de la modération