Fracture vertèbre accident de travail

Résolu
Pat34500 Messages postés 28 Date d'inscription mercredi 23 janvier 2013 Statut Membre Dernière intervention 15 juin 2015 - 6 mars 2013 à 22:43
DCI Messages postés 82714 Date d'inscription mercredi 30 avril 2008 Statut Modérateur Dernière intervention 6 octobre 2022 - 7 mars 2013 à 09:49
Bonjour,

Etant militaire parachutiste j'ai eu un accident de parachute ce qui m'a value une très douloureuse fracture de vertèbre T12 avec tassement et déplacement du bassin ainsi qu'une grosse entorse a la cheville gauche. Depuis j'ai des douleurs terrible dans tout le dos je suis sous traitement anti douleur (tramadol 100 et 200 mg) j'ai pourtant fais tout ce que l'ont ma dit de faire repos ,kiné, etc... mais rien y fait je ne peux pas me passer de c'est maudit cachets qui me mettent dans le cirage mais qui me perment de mieux vivre au quotidient, je doit passer devant un médecin expert(rhumatologue) pour que ce dernier puisse établir un pourcentage de je ne sais quoi en vue d'une pension d'invalidité.
Ma question est la suivante , comment ce docteur peux il évalué une douleur sur moi sachant que je suis anesthésier 24/24 à grand coup de tramadol ??? Je n'est pas trop confiance à c'est personne qui son mandaté par l'etat car mes camarades qui ont était gravement blessé en Afgha n'ont eu qu'une misère comparais à leurs blessures (perte d'un oeil , polycriblage du aux mines anti personnelles et autre syndrome post traumatique, j'en passe est des meilleurs .... )
Si quelqu'un peux m'aiguiller , dois-je arrêté de prendre mes cachets la veille ou bien ???? Sachant que je ne serai pas en mesure de tenir trop longtemps sans cela.
A voir également:

3 réponses

DCI Messages postés 82714 Date d'inscription mercredi 30 avril 2008 Statut Modérateur Dernière intervention 6 octobre 2022 36 126
6 mars 2013 à 23:05
Bonjour,

Habituellement, le médecin expert estime le degré et les conséquences de la douleur en fonction des réponses du patient à un questionnaire spécifique et en fonction d'un barème particulier. Toutefois, la juridiction militaire en la matière a tendance à largement négliger le préjudice lié à la douleur (pretium doloris) et ses conséquences psychologiques.

Lire ce très intéressant document qui concerne principalement les victimes d'essais nucléaire mais qui met en lumière les carences en matière de prise en compte de la douleur et de ses conséquences => http://www.google.fr/...
5