Qu'est ce que la soufrance psychique pour vous ? [Résolu]

anonyme - 1 sept. 2011 à 23:47 - Dernière réponse :  anonyme
- 6 sept. 2011 à 08:35
Puisque la normalité psychique est caractériser par l'absence de souffrance psychique ....Qu'évoque pour vous la notion de souffrance psychique dans la vie courante (voire stressante).
Afficher la suite 

Votre réponse

17 réponses

Meilleure réponse
2
Merci
Normalité Cette notion désigne habituelement d'une part la conformité, a un type moyen, d'autre part l'absence de pathologie. La définition de la normalité par la moyenne est d'ordre stastistique : par exemple, l'age mental normal, le Q.I. normal. Bien que purement descriptive et opérationnelle, la moyenne tend a être considérrée comme NORME° et comme valeur °, d'ou l'ambiguité et les risques de ses utilisations : l'anomalie, la singularité, la dissidence sont facilement considérées comme anormale, donc pathologiques. L'absence de pathologie est un critére négatif nécessaire mais insufisant. Il requiert dans le domaine psychologique des critére du pathologique propre a fonder la légitimité des mesures psychiatrique imposées.En l'absence d'altération objective de l'organe ou de la fonction, on retient : la dangeureusité, la souffrance, la contrainte, la la rigidité, les limitations fonctionnelles, qui ne peuvent être évaluées en toute rigueur que par rapport a un individu d'âge, de sexe et de culture identiques, ayant vécu et vivant dans les mêmes conditions. L'insufisance du critére d'adaptation° a conduit a l'idée de normativité définie comme capacité a se donner des normes.De ce point de vue la créativité est un critére de normalité. La normalité s'oppose a la pathologie et toute deux impliquent inévitablement la référérence a des valeur. B. Brusset Pour claude Bernard, la norme référe au maintien, dans des limites physiologiques, de la constance du milieu intérieur : par exemple le processus d'homéostasie°, l'organisme régule les conséquences des changements souvent brutaux, inadéquats délétéres de l'environement : les phénoménes a l'état pathologique et a l'état physiologique ne différent que quantitativement. Pour Canguilhem, l'organisme est sain pour autant qu'il est normatif relativement aux fluctuation du milieu tandis que l'état pathologique traduit une réduction de ces normes de vie tolérée par le vivant : aucune guérison n'est simplement le retour a des normes physiologiques. Entre le normal et le pathologique existe un autre état, l'allostasie. M. le moal page 492" Normalité" Dictionnaire de PSYCHOLOGIE P.U.F.Quadrige 2007

Merci anonyme 2

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

journal des femmes avec santé médecine a aidé 12426 internautes ce mois-ci

Commenter la réponse de anonyme
1
Merci
J'ai malheureusement moi aussi une fibromyalgie invalitante.....J'ai aussi fait une dépression nerveuse grave, il y a 16 ans depuis je galére aussi pour en sortir, donc je connais les deux douleurs ; la psychique et la physique et c'est vrais que c'est horrible a vivre....Quand je parle du normal c'est évidemme en référence au pathologique...Car moi depuis 1995 je suis dans l'anormalité d'une vie pathologique avec cette maladie psychosomatique....ET c'est vrais qu'il faut connaitre cette souffrance pour pouvoir en parler ;- pour moi- "souffrance psychique" a le sens de cette maladie nerveuse grave suite a mon "burn out"_ (ça veut dire dépression d'épuisement)_ lié a un surmenage intellectuel et physique en 1995 et a une histoire d'amour non réciproque en master de psychologie (j'ai atteint mon point de rupture ; depuis aussi j'ai éssayer sans succés toute les thérapies chimiques et psychologiques malheureusement, j'ai encore trés mal psychiquement et physiquemment ...) ; pour moi aussi l'absence de souffrance signifie la_ "normalité_ : c'est a dire le bonheur de vivre ,la joie de profiter de son corps ( je ne peut plus courrir par exemple, je marche trés lentement... )- donc je sais de quoi je parle- , si pour certain la souffrance psychique ne signifie rien je m'en réjouie pour elle, vous avez de la chance d'être en bonne santé,_ c'est ça pour moi : la "normalité"_...ET je suis aussi désoler que vous ne comprenier pas ce genre de maladie, mais il faut parfois faire des expériences difficiles pour comprendre certaine chose..... La maladie est une épreuve térrible, que je ne souhaite a personne de vivre cela, elle a gacher les plus belle année de ma vie...Enfin le plus important pour moi c'est d'être encore en vie a 50 ans passé et tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir peut-être que la science guérira un jour cette "drole" de maladie psychosomatique, déja j'estime allez mieux qu'il y a 15 ans, car je suis plus conscient de la maladie qiui me pourrie la vie , je me suis mis a internet depuis 1 ans et je communique sur la psychologie car je ne pense pas être capable de reprendre des études pour devenir psychologue (mais je communique autours de la maladie nerveuse et j'aide des gens dans les groupes de parole comme "lueur d'espoir" (aide a la dépression nerveuse) a Rennes et a l'Union des Dépressifs et des Maniaco-Dépressif (U.D.M.D), ça aide aussi d'aider les autres merci pour vos témoignages et tants pis pour les gens qui ne comprenne pas ce genre de "probléme" c'est un signe de bonne santé de bonne" normalité" psychique ...
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
Normalité psychique ? Kézaco ? Toute souffrance qui n'a pas nos sens pour source est dite mentale. Je me pique à une rose, je souffre, mon cerveau produit certaines substances qui créent cette sensation. Je désire manger du chocolat, mon docteur me l'interdit, le conflit est source de souffrance psychique, le cerveau produit les mêmes substances que pour la piqûre. Le désir est une souffrance psychique. Quand il est assouvi, on retrouve le calme. Et pour qu'il devienne plaisir, il faut qu'il soit d'abord souffrance. "Il faut se donner le loisir d'avoir soif pour avoir le plaisir de boire." Montaigne.
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
Le manque c'est la souffrance, c'est une idée intéressante....
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
Comment peut-on parler de normalité spychique? Je pense que le psychique de chacun et comme les empruntes unique à chaque individu.
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
La normalité psychique est selon vous l' absence de souffrance ? Ce que vous dites là ne veut rien dire . Comment évaluer ce qu' est la normalité psychique ? Et puis, c' est quoi, la normalité , psychique ou pas ?
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
Nous sommes tous, un jour où l'autre confrontés à la souffrance psychique, souffrance qui ne se voit pas mais qui vous fait bien mal. Elle est présente dans notre quotidien, dès notre plus jeune âge. Rappelez-vous, les moqueries de vos camarades de classe lorsque vous étiez en difficulté pour réciter votre poésie. Il y a aussi la souffrance psychique suite à la perte d'un proche, ou suite à une rupture sentimentale. Il y a celle générée par le patron stressant qui passe son temps à vous mettre la pression pour obtenir plus de bénéfices. Elle fait partie de notre existence et peut revêtir différentes formes. L'idée de "normalité" dans l'absence de souffrance psychique n'est pas, à mon sens, une formulation adaptée.
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
Oui c'est vrais que nous sommes tous confronter a la souffrance psychique par les deuils , les ruptures affectives, etc...C'est vrais que le mot norme peut choquer ; j'ai trouvé cette définition sur un forum internet de psychologie elle est surement mal adapter ...Je m'en excuse, la santé mentale se caractérisait par une absence de souffrance psychique mais le vocabulaire est mal adapter a la vie humaine et a ces cotés tragiques ...C'est un jargon de psys un peu indigeste....
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
La vraie souffrance psychique découlent de la vraie souffrance physique. Le souffrance physique que les médécins ne peuvent résoudre devient alors une souffrance psychique. On peut aussi l'appeler la souffrance sous silence. Quand la souffrance physique est trop forte, trop intense, que l'on arrive même plus à maîtriser son corps et à vouloir conserver un peu de dignité, sans pour autant le pouvoir, alors le psycho défaille parfois... Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort! Je vous cite un exemple précis : Connaissez vous les MICI ? La maladie de Crohn et la RCH. Deux maladies très invalidantes, handicapantes et malheureusement incurrables à ce jour. Oui malgrè la recherche médicale qui a bcp avancé, à ce jour, on ne guéri toujours pas de ces maladies qui touchent 200 000 personnes en France, et 20 cas diagnostigués chaque jour, des jeunes et des enfants...comment un enfant d'à peine 8 ans peut 'il avoir une croissance? Ces deux maladies du nom de MICI sont des saloperies de maladies qui peuvent vous pourrir la vie et dégénérer en cancer. Une MICI ça ne se voit pas forcément, les autres peuvent penser que tout va bien, enfin petitement, mais ça peut être tout à fait le contraire...Traitements, nutrion entérale, pathologies extra digestives, interventions chirurgicales, cancer.... Les MICI c'est "La souffrance sous silence", l'incompréhension de certaines personnes... Si la souffrance physique est incomprise, vient alors la souffrance psychique, et la souffrance sous silence. Je m'appelle Sophie, je fais partie de l'AFA (Association François Aupetit) je suis atteinte de la maladie de crohn depuis 26 ans. Sur ma page d'accueil vous trouverez aussi Alain O. notre directeur, car le siège de l'AFA est sur Paris, il y a 22 délégations régionales pour vous aidez, vous soutenir. J'invite toutes les personnes qui le souhaitent à jeter un coup d'oeil à mes albums photos AFA et un Mont Blanc pour y croire qui sont sur ma page copains d'avant. Et bien sûr, il y a aussi sur le Net toutes les coordonnés et mentions légales de l'AFA, et bcp d'informations qui peuvent peut être vous intéresser, alors je vous invite à y jeter un oeil, voici 3 adresses Net : afa.asso.fr vaincrelesmici.fr defimici.fr L'AFA et les MICI ont pour marraine Clémentine Célarié et comme parain Taïg Khris. Courage à vous, Sophie
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
Bonjour Sophie. Tu as raison la souffrance physique est accompagnée de douleurs spychique. Et encore plus quand l'apparence donne l'image d'une personne en bonne santé. Je suis atteinte de fibromyalgie invalidante. Et il me serai facile de dire qu'elle est cause de toutes les souffrances psychiques, et c'est en grande partie vraie. Mais il y a des personnes qui souffrent psychiquement sans pour autant être malade physiquement et ceux là rencontrent souvent le même problème de reconnaissance de maladie. Ou eux même la refuse et c'est encore pire car sans aide la souffrance avec le temps peu s'accentuer tout dépend de son origine. Pendant des année j'ai fais une soupe de médicament pour pouvoir aller travailler, jusqu'au jour ou j'ai basculé, la souffrance spychique a pris le dessus, alors là et seulement je me suis fait aidée. Grave dépression que j'avais nié et surmonté avec une soupe de médoc. Et dans mon cas il est vrai que la douleur psychique quand elle c'est appaisée cachée une douleur physique. Mais elle était loin d'être majoritaire dans cette dépression. Voilà ils y a beaucoup de maladie physique sans réelle traitement, et sans vraiment de solutions qui malheureusement crée une souffrance spychique car on ne gère rien et que l'on subit. Mais ce n'ai pas plus facile pour les malades souffrants spychiquements et beaucoup sont comme nous dans un tunnel sans fond. Merci à toi.
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
La souffrance psychique n 'est pas forcément liée à la douleur Physique. Il est des êtres beaux, en parfaite santé, sans soucis financiers, jeunes, qui souffrent dans leur âme . Comment l'expliquer ? La souffrance physique ajoute au désarroi ; voir souffrir perturbe énormément . Mais , il n' y a aucune normalité ; ce mot me gêne . Ou alors, on s' en tient à la norme Standard , qui veut dire quoi Quand il s' agit d' êtres vivants Cela ne veut rien dire !! Désolée !!!!
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
Bonjour, La fibromyalgie n'est plus reconnu comme une maladie spychosomatique, mais comme une maladie à part entière. http://www.toutnancy.com/ufla/fibro.php Mais tu as raison sur tout le reste. Les médecins l'appellent la maladie fantome. Je ne suis pas sur qu'elle soit si fantome que cela. Mais la c'est un autre débat. http://www.carenity.com/ http://affinitiz.net/space/fibromyalgiefrance Je me suis permisse de te mettre 3 adresses de site sur la fibro,
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
Merci pour les adresses sur la fibromyalgie , j'en ferai bonne usage....C'est vrais que le mot normal choque toujours , mais dans son sens psychologique il a malheureusement son utlité comme j'ai tenter de l'expliquer : être normal c'est être en bonne santé pour moi , cela n'a rien de péjoratif c'est avoir un fonctionement normal de l'organisme, c'est comme une voiture qui roule normalement sans panne ....Le pathologique (l'anormal) c'est quand ça ne fonctionne plus ; c'est donc la maladie psychique ou corporel...Cela n'a rien d'un jugement de valeur c'est juste en référence au fonctionnement normal du cerveau et du reste de l'organisme...Merci encore pour vos réponse trés intéressante et trés pertinente.
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
une maladie ou des symptômes physiques douloureux-non expliqués- et non visibles peuvent conduire à une souffrance psychique...... la fibryomalgie et ses nombreux symptômes en est un parfait exemple. les MICI , maladies de l'intestin , elles, s'accompagnent de douleurs physiques, parfois atroces et invalidantes mais qui s'expliquent par l'état des intestins..... non "parlées" car difficile à vivre pour des enfants ou des ados en raison de diarrhées intempestives et continues dont on ne peut faire cas des jours et des jours, elles isolent et rendent pénible le quotidien; donc le psychisme : toujours être à l'affut de wc dans son entourage! ......la souffrance psychique, nul ne peut dire qu'un jour il n'en souffrira pas; ça vous tombe dessus un matin, vous ne ressentez plus rien que souffrance; un vide abyssal vous habite et vous essayez de le chasser mais il est là à vous" narguer". Dans la nausée de JP Sartre , vous en avez un exemple. c'est toutefois possible de souffrir moins un beau matin, quand ça revient vous avez des réflexes de "protection" qui aident à souffrir un peu moins;
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
J 'ai lu la nausée de Sartre , c'est un des ouvrages qui m'a le plus marqué, c'est vrais que la souffrance psychique est une maladie épouventable, lié a milles causes, pour en sortir il faut éssayer de bouger quelquechose dans sa vie, moi j'ai déménager récemmment et je me suis éloigner de la faculté de psychologie , lieu me rappelle trops quelqu'un qu'il faut que j'oublie si je veux vivre "normalement", je me suis rapprocher réelement et symboliquement de l'hopital psychiatrique ...(C.H.S.) ça a soulager en partie ma douleur , c'est bizarre de bouger, ou de rester paralyser par le poid du sympthome écrasée par la douleur, (un gros chagrin d'amour), oui désormais ça vas mieux , je ne suis pas guérie mais je peut a nouveau faire des éfforts...Bizarre aussi la topograhie des villes donc je conseille au personne qui souffre d'éssayer de bouger ça soulage c'est en tout cas mon expérience de la souffrance psychique ...Et physique (la fibromyalge). Merci de votre témoignage.
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
Tu as raison cela peut marcher ou y aider pour une maladie 100% psychique comme la maladie d'amour, Mais pour tous ceux qui on écrit sur cette question, nous serions obliger d'emmener avec nous la maladie physique, et par conséquent la maladie psychique qui lui est attribuée. Et cela est bien dommage.
Commenter la réponse de anonyme
0
Merci
Je ne suis pas sur d'avoir a 100 pour 100 la maladie d'amour...Cela a été la cause de mon éffondrement "final" en 1995 mais j'était malade déja depuis longtemps c'est un choc émotionnel comme cause , mais mon organisme était fragile déja depuis longtemps (je pense a des cause chimique de cette malatie car notre organisme est imbiber de divers substance chimique lié a une pollution généralisé depuis notre enfance: le plomb, le mercure , les perturbateurs hormoniens sont trés nocif pour notre corps).Merci de ta réponses. Bouger c'est vital.
Commenter la réponse de anonyme
Publi-information