La provocation...

Résolu
Signaler
-
 anonyme -
... à votre avis, faut-il y répondre ou faire "l'impasse" ?
A voir également:

15 réponses

Y répondre, c'est se mettre à niveau de la personne qui provoque est c'est exaucer son souhait . faire l'impasse, demande beaucoup de maîtrise de soi et d'élévation et on n'en sort que grandi par sa retenue.
Ouille ! Terrible question. Pour bien faire il est plus adéquat d'ignorer l'auteur de ladite provocation ... mais c'est très souvent plus facile à dire qu'à faire.
le silence est d'or comme le dit Ghislaine....On ne répond pas à ce genres de choses....
tout depend qui est le provocateur ou la provocatrice,comme disait je ne sais plus lequel des contrerévolutionnaires : "le mépris doit être le plus silencieux de nos sentiments".
Tout dépend du contexte. J'ai pour principe de répondre aux imbéciles par le silence. Mais quand c'est trop, çà déborde. Sur le site, des provocateurs se font remettre en place, même s'ils persévèrent. Répondre par l'humour, le sarcasme, l'ironie, un petit dicton régional !
En toutes circonstances , il faut rester dans L'HUMOUR ! , pas la rancune - C'est à quoi je m'applique !
Vertu ,tues-tu le Vice Pour faire la police ? Provocation de nul Faut-il en faire une bulle ? Que le doute soit permis Pour donner un avis ! Et que l'on passe enfin Avec ou sans dédain. Poete Poete place au sourire Rangeons nos poêles à frire.
je pense aussi que le silence c'est le mepris.
Autre réponse: Dans l'aboslu, il est vrai que débuter une rencontre par une agression, une provocation c'est perdre une grande part de sympathie. On ne débouche jamais quelque part en se tapant sur le torse pour se faire une place. Quand on est brillant, qu'on a de la classe (comme demandé dans une autre question) on le voit dans l'éclat du regard de l'autre. La reconnaissance se mérite, elle est un doux et implicite deal. Or quand on "violente" l'espace où on arrive sans ménagement il ne faut pas être étonné d'être traité de la même façon en réation (logique d'équilibre). Cependant, la sagesse impose d'analyser l'incongruité de la situation et là, on aboutit bien souvent au constat d'un MAL patent de l'agresseur. Tout un chacun peut bien admettre ce point de vue. Alors ensuite que faire: croiser le fer ? il y en a pour tous les avis; certains comptent sur leur force pour dissuader, d'autres usent d'ironie, d'humour, seuls les thérapeutes s'attachent à nouer un contact . En tout cas, seule l'exemplarité dans la maîtrise de soi peut donner la puissance requise pour détendre de telles atmosphères.
Je rajoute tout de même, pour ne pas laisser au croire que mon propos ne préconise que PEACE and LOVE, que lorsque certains outils n'ont pas réussi, quand la diplomatie échoue,qu'il n'y a pas moyen d'en revenir à la raison, c'est comme avec les enfants qui provoquent pour détecter les limites, eh bien il ne faut pas hésiter à sortir les armes lourdes. Il manquait cette mise en perspective pour information complète sur les règles du jeu.
répondre à la provocation, c'est s'abaisser au niveau du provocateur.
En ce moment, je crois que nous devrions tous faire l'impasse sur cette dame à qui il semble manquer une case, et qui perturbe le site. Ne pas argumenter à ces réactions n'est-il pas le meilleur moyen de la calmer. L'ignorer et ne plus lui répondre. Mais qui est-elle ?. Bizarre son apparition et son comportement. Bonne semaine.
Et pourquoi ne pas la pratiquer ? C'est vrai quoi, en avant mesdames et messieurs ! Amusez-vous un peu !
Je dirai : qu'on axe !
Pas terrible la pagination, tant pis , vous pardonnerez sans doute à la technique.