Garde-t-on toute sa vie en soi l'enfant qu'on a été ?

Résolu
anonyme - 17 févr. 2011 à 16:01
 anonyme - 19 avril 2011 à 18:46
on a beau l'habiller de sérieux,de principes ,de responsabilités ou d'insouciance,il est là et nous regarde de son regard d' avant ..Vous ouvrez la fenêtre ,il passe;il sommeille dans ces parfums ,rit entre les larmes et quand on l'attend le moins un vent doux le porte jusqu'à notre coeur ...parfois il rêve de retourner au bas de la marelle ,à l'arbre aux quatre coins pour tout recommencer .. en mieux ?

46 réponses

bonjour DANIELE Ces enfants intérieurs ont deux facettes. Il y a l’enfant intérieur, gai et spontané, curieux et enthousiaste. Cet enfant veut apprendre, construire et maîtriser de plus en plus son environnement. Face aux difficultés il s’adapte, il est créatif, Mais il y a d’un autre côté, à l’opposé, l’enfant carencé affectivement, malheureux, triste ou en colère, angoissé par la peur de l’abandon ou du rejet et dont l’élan créateur est plus ou moins freiné ; L’enfant intérieur carencé affectivement, a stocké en mémoire d’innombrables sentiments d’impuissance qui amènent l’adulte-enfant qu’il est devenu à se recroqueviller sur lui-même et à fuir la réalité ou bien à s’installer dans des stéréotypes de révolte chronique. L’enfant intérieur carencé affectivement ne se comporte pas de façon rationnelle ni logique Notre enfant intérieur blessé fait de notre moi adulte un petit moi égocentrique. L’enfant blessé réclame à corps et à cris une mère ou un père de substitution, Parfois l’enfant intérieur est furieux, triste ou terrifié. C’est lui qui exige que l’on réponde à ses moindres désirs. Il tyrannise notre adulte, sa vision est catégorique et rigide. Avec lui c’est tout de suite ou jamais…L’enfant créatif est le plus beau visage de notre enfant intérieur Il nous donne le goût d’aller de l’avant, d’entreprendre et de rebondir sans cesse après les échecs inévitables dans tout chemin de vie; Il vit dans l’ici et maintenant sans ressasser le passé Chaque jour est un jour nouveau, Chaque découverte est une occasion de s’émerveiller, Sa passion première est la curiosité C’est cet enfant intérieur tout au fond de nous qui a soif d’échange et de partage. Chaque fois qu’il tombe il se relève, Il exprime ses émotions de façon simple par le rire ou les pleurs Il est capable de s’émerveiller vingt fois par jour, Il est sincère Il est authentique Mais pour beaucoup d’entre nous les ressources de cet enfant intérieur créatif ne sont pleinement accessibles pour l’adulte que nous sommes devenus qu’après avoir aussi retrouvé l’enfant triste au fond de soi, avoir fait le deuil de ses attentes inassouvies et guéri ses blessures affectives; Soyez authentiques, Cessez de fuir la réalité, Allez au fond de vous-même à la rencontre de votre « enfant intérieur blessé ». Car c’est lui qui vous a amené à construire des systèmes de défense dans vos contacts avec les autres pour vous protéger de la souffrance, Ces mécanismes de défense étaient utiles dans le passé, mais ils ne le sont plus! Ce sont eux qui vous empêchent de bouger,Ils ont eu leur utilité dans le passé mais désormais maintenant que vous êtes adulte ils sont des entraves ; Chaque jour est un jour nouveau, Chaque découverte est une occasion de s’émerveiller, Sa passion première est la curiosité. C’est cet enfant intérieur tout au fond de nous qui a soif d’échange et de partage Chaque fois qu’il tombe il se relève Il exprime ses émotions de façon simple par le rire ou les pleurs, Il est capable de s’émerveiller vingt fois par jour, Il est sincère, Il est authentique Mais pour beaucoup d’entre nous les ressources de cet enfant intérieur créatif ne sont pleinement accessibles pour l’adulte que nous sommes devenus qu’après avoir aussi retrouvé l’enfant triste au fond de soi avoir fait le deuil de ses attentes inassouvies et guéri ses blessures affectives Soyez authentiques, Cessez de fuir la réalité, Allez au fond de vous-même à la rencontre de votre « enfant intérieur blessé ». Car c’est lui qui vous a amené à construire des systèmes de défense dans vos contacts avec les autres pour vous protéger de la souffrance ; Ces mécanismes de défense étaient utiles dans le passé, mais ils ne le sont plus ! Ce sont eux qui vous empêchent de bouger, Ils ont eu leur utilité dans le passé mais désormais, maintenant que vous êtes adulte, Ce sont des chaînes dont il faut avoir le courage de se débarrassé. Amicalement Jean-Yves
2
Danièle ne changez rien:la merveilleuse petite fille que vous étiez est devenue l'adulte que nous connaissons pleine de générosité,d'élan,d'audace pour monter sur l'Himalaya,de prise de risque pour vous aventurer sur la passerelle que vous avez jetée sur l'autre rive.........! Pour participer à votre sujet je dirai ce que je dis toujours dans mon cercle d'amis (les vrais!):si je devais tracer une courbe de ma vie ce serait une ligne droite ascendante (optimisme oblige...) avec un premier pic (au sens du sommet de la montagne) qui représente ma jeunesse,mon enfance (pas si lointaine,tant elle est restée gravée en moi) où l'insouciance,la joie,les jeux,les bêtises parfois étaient notre seule règle avec mes copains (les vrais encore une fois,d'où ma présence sur ce site dont c'est la fonction première) copains que je revois fréquemment et où nous revivons ces moments euphoriques.Véritable élixir de jouvence....j'aurais tant à dire sur cette période.
1
en ce qui me concerne! je ne voudrais pour rien au monde refaire le chemin à l'envers !
1
Pardon pour la mauvaise qualité de la photo c'est une "rescapée " ..
0

Vous n’avez pas trouvé la réponse que vous recherchez ?

Posez votre question
Je crois que l'on va, les années, les décennies passant, opérer un grand tri et ne conserver dans notre mémoire "active" que ce qui nous plait, que ce que nous acceptons comme souvenirs. De plus, le temps embellit tout et surtout ces périodes et nous avons besoin de ces repères, positifs ou négatifs, pour cimenter notre vie. Ce sont les fondations de notre existence, d'une certaine façon. Mais on ne garde pas tout, on ne pourrait pas, il y a trop de choses négatives dans une vie, même d'enfant, pour pouvoir humainement les supporter aussi longtemps. Personnellement, j'ai tiré un grand trait sur toute mon enfance et n'en ai conservé que l'essentiel, le primordial : ELLE !
0
J'irai plus loin ,nous sommes encore cet enfant !bien souvent on se surprend à penser comme lui dans certaines circonstances, à agir comme lui et plus le temps passe, plus on se rapproche de lui par nos souvenirs nostalgiques ,on le retrouve sur de vieilles photos jaunies et l'on éprouve une certaine tendresse ,on revit ses angoisses.A la fin de notre vie ,il est encore là dans nos dernières pensées en revivant dans l'ultime instant nos premières années.
0
C'est très beau ce que vous écrivez, Danièle, et tout à fait exact ! Nous avons tous dans le coeur, un petit espace réservé à cette période ne notre vie, bonne ou mauvaise!
0
oui absolument, le passage à l'age adulte est fixé à 18 ans par la loi mais, nous sommes et restons tous de grand enfants...certains se prennent au sérieux mais, sont-ils dupes ? rien n'est moins sur...nous apprenons à jouer la comédie humaine dès notre plus tendre enfance...c'est là le point le plus délicat car, certains traumatismes influent sur nos vies et la modifient à jamais... heureusement, il y a le processus de résilience qui permet d'évacuer les douleurs enfouies profondément dans la mémoire et le subconscient. la vie se déroule un peu comme un train dans lequel nous voyageons, les fenêtres nous permettent d'apprécier le paysage...mais pour certains, ces fenêtres sont fermées...le paysage qui n'a pas pu être apprécié est perdu à jamais car, le train avance inexorablement... il nous faut nous contenter, parfois, du peu que nous ayons pu apprécier... on peut construire une vie grâce à ce "paysage" mais elle est souvent fragile...nous ne somme pas à égalité devant le destin... tachons d'en apprécier le plus possible...car en fin de compte : ça vaut vraiment la peine ! Bien à vous, Fred.
0
MERCI Fred!
0
Il reste toujours quelque chose de sonenfance
0
Danièle, pas de Merci...c'est une question de grande qualité...elle mérite une réponse à la hauteur...Fred.
0
Le coeur ne vieillit pas, mais pour rien au monde je ne voudrais refaire le même chemin!
0
Merci déjà à vous toutes et tous .Claude j'espère avoir l'occasion de vous entendre racontez vos péripéties enfantines où adolescentes .Ce doit être merveilleux d'avoir de tels souvenirs pour se construire .
0
Enfance merveilleuse, 3 familles sous le même toi et moi l'enfant roi. Comment ne pas y penser avec chaleur et bonheur
0
Ton allégorie sur le train Fred est tout à fait de circonstance et décidément que de trains depuis le début de notre Amitié certains que nous avons pris d'autres ratés ,car nous ne savions pas qu'ils passaient par là ,et celui où nous sommes où règne la confiance .C'est un grand frère comme toi qu'il m'aurait fallu ..
0
Oh la la que oui et je ne voudrai pas refaire le chemin à l'envers ( de la naissance à 18 ans )
0
Malgre une enfance de guerre, exode, occupation, bombardements, privations, je garde le meilleur souvenir de cette enfance ou la lutte pour la vie prenait son sens premier. Le gamin de Paris de cette epoque ne m' a pas quitte, c' est ma racine frondeuse. Il a meme tendance a pousser le vieux que je suis devenu parce qu' il s' accroche a vouloir partager sa vie avec lui...
0
Danièle, un grand frère ? voilà qui fait remonter en surface bien des souvenirs... aurai-je été à la hauteur ?...rien n'est moins sur... il nous a fallu du temps pour s'apprécier l'un l'autre... c'est une tragi-comédie comme le destin en a le secret...je pense que ce destin est assez facétieux... en tous cas, il nous été bénéfique...Oh combien !
0
chère danièle que je ne connais pas...je trouve ta questions très opportune car elle touche aux fondements de la psychologie ( c'est un peu mon domaine) et de la psychanalyse... En fait je ne le dirais pas tout à fait comme cela , on ne garde pas forcément en soi la totalité de l enfant qu on a été....par contre on est la parfaite résultante à l âge adulte de l'enfant ou plutôt de ce qu a été notre enfance. Rousseau résume bien tout ça dans la formule " l'enfant est le père de l'homme". Cela signifie bien que en tant qu adulte on "hérite" de l enfant qu on était en sachant bien que cet itinéraire personnel agit de façon binaire sur la construction de la personnalité. Dit plus simplement la personnalité de l'adulte peut se construire en réaction ou en opposition à ce que l on a connu ou bien au contraire ce qu on a connu est enfoui et influence plus ou moins consciemment nos actes d'adulte. Tout ceci mériterait d'être développé et surtout illustré par des exemples mais qu on ne peut prendre que dans l histoire personnelle de chacun. A ta disposition pour aller plus loin... Bien cordialement Claude Brunet
0
j'allais aller dans le sens de claude avec une nuance : Nous sommes toujours cet enfant. enfin, j'entendais la question comme cela. cet enfant a été étouffé parce qu'on nous disait "t'es adulte maintenant" mais il n'y a pas d'adulte qui naisse spontanément, il faut une base, un passé et c'est ce passé qui est nous, c a d l'enfant. on joue un rôle de grand parce qu'il le faut mais nous sommes cet enfant que nous étions. un enfant qui a grandi et vieilli mais un enfant.
0