Atrophie cortico sous corticale marquée [Fermé]

Signaler
-
 chaours -
Bonjour,
Mon père de 61 ans est devenu très lent dans ses mouvements, a des troubles de l'élocution, bave, perd l'équilibre... Au début nous pensions qu'il était constamment en état d'ivresse, mais il ne bois plus qu'un verre de vin aux repas et ses analyses sont formelles, ce n'est pas ça.
Il vient de passer un scanner avec la conclusion que son cerveau présente une "atrophie cortico sous corticale marquée pour son âge".
De plus il a perdu l'usage d'une main qu'il devrait retrouver après opération, mais il lui semble que le problème ne se résume pas à son canal carpien mais qu'il concerne toute la partie gauche de son corps (bras, main, jambe gauche, qui lui fait défaut parfois au point de tomber.)
Il est diabétique de type II, a de l'hypertension et a nagé dans l'alcool toute sa vie.

Quels sont les risques, existe-t-il un traitement ? J'ai lu que cette atrophie était un signe de dégénérescence ; peut-on l'enrayer ou la ralentir ?

2 réponses

Messages postés
77387
Date d'inscription
mercredi 30 avril 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
17 juin 2021
30 288
Bonjour,

Compte tenu de l'âge (même si celui ci n'est pas trop avancé...) , de l'alcoolisation ancienne et chronique et du contexte diabétique, il n'est malheureusement pas étonnant de voir apparaitre une telle évolution.

L'idéal serait une abstinence totale vis à vis de l'alcool et surtout un équilibre diabétique très strict.

A ce prix là, peut être y aura t'il une stabilisation ou un certain degré d'amélioration des troubles existants.

Mais si l'on s'en tient à ta description, il ne faut pas être trop optimiste.


Pourquoi... ? ...Parce que...C'est comme ça...Et pas autrement...C'est la vie...
15
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

journal des femmes avec santé médecine 25507 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

diagnostic : maladie de Parkinson...
Quelque part il est content car il peut maintenant mettre un nom sur sa maladie et c'est très important. Mais rien à faire sinon freiner l'évolution de la maladie avec un traitement à vie régulièrement réévalué.
À proiri, pas de lien direct avec son passé alcoolique. Mais rien n'est sûr en la matière.