Pére alcoolique , ne sait plus quoi faire ...

[Fermé]
Signaler
-
Messages postés
1
Date d'inscription
dimanche 29 décembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
29 décembre 2013
-
Bonjour à tous ,

Alors voila mon pére est alcoolique depuis des années ( je me souviens qu'il cachait encore ses bierres il y a 10 ans encore ) et cela empire de jour en jour , il vole de l'argent pour payer sa consommation de bierre , il mélange l'alcool et les cachets ( valium et autre ) Il marche vraiment bizarrement des fois , il a fait plusieurs chutes graves ( escaliers , dans le barbecue , sur le carrelage ... ) et il a depuis 2 mois des gros problémes de memoires , ca arrive qu'on lui dise quelque chose et qu'il oublie 10 minutes aprés par exemple , il ment toujours : pour lui il n'est pas alcoolique et méme quand on trouve ses bierres cachés partout dans la maison il nie toujours , il devient meme violent depuis peu de temps ( une claque à ma mére , insultes , j'ai méme failli me battre avec lui ... ) Au mois d'aout nous sommes partis en vacances à 3 sans lui ( il ne voulait plus partir ) et il a passé + de 5 jours sans manger mais en buvant que de l'alcool , il nous a appelé en pleur et sa soeur a du venir lui faire a manger et lui donner a manger . Suite à ses graves problémes de memoire on a appelé son medecin traitant , qui ne fait rien et continu à lui prescrire des cachets . Je viens de regarder sur internet et il a tout les symptomes du syndrome de Korsakoff

https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2542668-syndrome-de-korsakoff-symptome-prise-en-charge/

et ca me fait encore plus peur !

On a essayé de lui parler quand il était sobre , essayé de le faire reagir , on a pleuré devant lui en lui disant qu'il finirait dans un fauteuil roulant et que son probléme de mémoire s'empirerait on a utlisé des mots forts , on lui à méme dit qu'on ne voulait pas qu'il s'en aille . On en a parlé a sa famille mais devant eux il continue le mensonge et dit qu'il n'est pas alcoolique et que tout va bien. Mais la situation continue toujours , en ce moment même il fait semblant de se faire soigner , en soufflant dans une ethylotest matin et aprés midi mais cela ne l'empeche pas de boire toujours et biensur il continue a mentir à nous à sa famille et aux infirmiéres . De plus ma mére à prit sa decision et va demenager et le quitter ...

Je sais vraiment plus quoi faire j'ai envi de l'aider mais comment il refuse toute aide , cette situation me pourit la vie à ma soeur et à ma mére aussi , on en peut plus . Si vous avez donc des conseils à me donner , si vous avez vecus des situation simmilaire et des temoignages à me donner merci de me les trasmettre car nous ne savons plus quoi faire pour qu'il prenne conscience de son probléme d'alcool . J'aimerais aussi savoir si une hospitalisation forcée peut être envisagable dans ce cas la ? Si oui comment faire .

Désolé j'ai été assez brouillon dans mon texte mais je ne savais vraiment pas par quoi commencé et il y a tellement de chose à dire et encore j'en ai beaucoup oublié
A voir également:

5 réponses

Bonjour Keiz, je comprends que tu as envie d'aider ton père pour qu'il guérisse mais sache qu'un alcoolique ne veut jamais reconnaitre qu'il est alcoolique. Tant qu'il se voilera la face il ne se passera rien car il n'y a que grace à sa propre volonté qu'il pourra se soigner. Sa famille ne peut rien pour lui. Hospitalisation de force je ne vous le conseille pas mais ta maman peux toujours en parler avec son médecin traitant. Il saura surement la conseiller au mieux sur ce sujet.
Ce que je retiens de ton histoire c'est que ta mère va franchir le pas et trouve le courage de le quitter. Elle pense à votre bien être et elle a tellement raison. Ma mère ne l'a jamais fait et pourtant on avait tant espéré que ça arrive car on vivait vraiment l'enfer.
Quand tes parents seront séparés tu pourras toujours revoir ton papa mais moins souvent et là il se passera peut-être quelquechose de son côté
Tu sais, ça va beaucouup le faire réfléchir à mon avis, et dans la situation que tu décris il n'y a pas d'autres issus. Pour que vous retrouviez toutes les 3 une vie tranquille , la séparation est surement la meilleure solution;
Quand à toi et ta soeur vivez votre vie , voyez vos amis, travaillez à l'école, trouvez votre voie et laisser faire le temps.
Un jour , votre papa se réveillera peut-être enfin et décidera de se soigner mais en attendant il faut vous préserver toutes les 3.

Bonne chance
4
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

journal des femmes avec santé médecine 21964 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Je suis un peu dans le meme cas mon père est alcoolique il a commencé des mon plus jeune age ...on l'a aider soutenue il a été aux alcooliques anonymes il a fait une cure et il a reussi à ne pas replonger pendant 10 ans on était très fier de lui avec ma soeur et ma mère
Mais malheureusement c'était trop beau pour etre vrai il a recommencer recemment...
POURQUOI c'est le seul mot que j'ai en tete ...Il a tout pour etre heureux on lui a pardonné cet enfer mais là c'est trop ...
il se rend compte sur le moment qu'il a fait une betise on pleur devant lui on lui fait comprendre et on voit qu'il se rend compte de ce qu'il a fait mais le lendemain c'est reparti il essaye de le cacher mais on le voit toute suite les effets de l'alcool alors il ment il nie il dit que c'est pas grave c'est juste une mauvaise passe ...
Sauf qu'en disant ca il nous manipule il nous dit ce qu'on veut entendre ... Est-ce que quelqu'un peut m'aider à trouver une solution
Messages postés
63
Date d'inscription
dimanche 8 juin 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
7 avril 2012
2
bonjour à toi, je comprend ton désespoir, je suis dans le cas de ton papa, je cache mes bouteilles pourtant il y à 15 jours j'avais promis à tout le monde d'en finir, j'ai meme dit à mon entourage ce que je faisais, je pensais que cela me soulagerait j'ai juré d arreter, je suis meme retourner chez le medecin à qui j'ai fait la meme promesse, et bien non je n y arrive pas
tu vois pas plus tard que ce matin mon ami à trouvé une bouteille donc là je pense qu'il ne va plus le supporter, et j'ai peur des conséquences, j'ai aussi des pertes de mémoires, je me souviens meme plus ce que j'ai mangé la veille, je me répète trop et tout le monde me le dit, en plus je tremble vraiment tres tres .....je voudrais m'en sortir car en plus je suis sous anti dépresseur............. il faut que tu lui parles sans lui faire trop la moral, plus on lui dit arrete plus il le fait, c 'est un cercle vicieux, la solution aime le et montre le lui fait des choses avec lui, ne l'ignore pas comme on est en train de me le faire
tu vois je viens d avoir mes résultat sanguin et j'ai le taux de vgm à 105 et le tcmh à 34 ce qui veut dire que je suis alcoolique avec peut etre un cancer..............................................................................................................bon courage et aide le
Messages postés
3
Date d'inscription
dimanche 31 octobre 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
1 novembre 2010
1
il est dur de reconnaitre et de parler surtout avec des proches ; un sevrage est indispensable ( tres dur physiquement ) oui ils y a des centres et crois moi ca n est pas la prison ,tu apprends a vivre sen l alcool et a te retrouvai en plus un sevrage sen traitement tres risquait ,il doit le faire; son mèdecin devrait lui conseillè ;tellement de chose a expliquè pour qu il comprenne ;sur il souffre mes plus le temps passe pire cè pour lui et vous ;je n y croyè pas pourten je sui la ; il est le seul a pouvoir avec volontè sen sortir et mieu vou retrouvè courage
Messages postés
1
Date d'inscription
dimanche 29 décembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
29 décembre 2013

Bonsoir/Bonjour
J'ai survolé un peu tous ces messages, qui sont chacun bien différent. J'ai pas pris le temps de tout lire car je crois que ma douleur ne va pas attendre.. J'ai moi même un père alcoolique et cette situation me brise la vie, je n'arrive plus à vivre. Comme tous les alcooliques, il contredit, ma mère a essayé de le résonner pour qu'il consulte un médecin mais rien y fait. Il est tellement têtu ! Et je me tais, j'en ai parlé à quelques professeurs dans mon ancien collège mais je suis entrée en seconde et je suis allée dans un lycée privé avec un grand nombre d'élèves, j'ose donc peu en parler.
C'est étrange car il y a un an, environ, j'ai rencontré de façon amicale un garçon de 27 ans, j'avais l'impression que j'essayais de remplacer la place de mon père par cet homme ?!
Voilà, c'est dit, je me sens un peu soulagée.
Bonne journée/soirée ;) Et bon courage à tous !!
Moi aussi j'ai un père alcoolique mais je l'ai toujours connu comme ça. Étant la plus jeune d'entre mes frères et soeurs, je suis la seule encore à la maison aujourd'hui. À cause de cette situation je fais des crises d'angoisse, de panique, et j'ai tout le temps peur. Mon père est tout le temps affalé sur le canapé avec sa bière ou son vin a coté, il ment tout le temps et des fois il me met ses fautes sur le dos (par exemple ma mere lui demande s'il a fumé...il lui dit non et il dira que c'est moi, alors que je ne fume pas voyez-vous). Il ne sort jamais, il dort tout le temps, matin, midi, soir. Il ne me parle jamais. Quand il n'a plus d'alcool sous la main il fait un malaise, enfin bref c'est devenu invivable. J'ai raté mes études car je me préoccupai trop de son cas...mais lui ne veut pas changer malgré mes crises, mes études ratées il sans fiches. Je hais les médecins car ce qu'ils ne comprennent pas c'est que des fois l'alcoolique n'est plus en mesure de vouloir partir se faire soigné ou non, mais surtout parce que certaine personne dont moi sont en train de gâcher leur santé pour des gens comme lui.
Messages postés
74367
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
25 septembre 2021
8 728
Bonjour tulipe.
Ce sera plus confortable si tu ouvres ta propre question.
Copie celle-ci et colle la dans un nouvelle question en cliquant sur " Posez votre question" qui se trouve en haut de cette page à droite (couleur bleue).
Messages postés
1
Date d'inscription
jeudi 1 novembre 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
1 novembre 2012

C'est douloureux de lire tous ces témoignages, dans lesquels je me reconnais... Nous sommes si nombreux à souffrir de cette pathologie! Que ce soit l'entourage ou la personne dépendante elle-même...

Tulipe, ayant vécu la même chose que toi, ce que je peux essayer de te dire, c'est que tout ce qui arrive chez toi, ce n'est pas ta faute. Ce n'est pas à cause de toi que ton père boit, ce n'est pas pour t'oublier. Même si tu es une des premières à être touchée durement par sa maladie, sache qu'il ne boit pas pour te faire souffrir volontairement. Il boit car il est rongé par une souffrance certainement lointaine, et qu' aujourd'hui il préfère la noyer dans l'alcool plutôt que de l'affronter.

Aujourd'hui, le plus beau cadeau que tu peux lui faire, c'est de penser à toi, trouver une orientation, avoir un objectif professionnel qui te tient à coeur, t'y accrocher. Essaie de te projeter dans le futur, lorsque, toi aussi tu auras ta famille, avec tes enfants. Car c'est ça le plus important. Tout est à créer aujourd'hui!
Je te parle en connaissance de cause. Quand j'ai compris à 14 ans que mon père était alcoolique, mes notes ont chuté, j'ai moins travaillé, j'ai redoublé ma seconde, ce qui a été pour moi un électrochoc. Aujourd'hui, j'ai 28 ans, le problème de mon père n'est toujours pas résolu, mais j'ai une maison, un BAC+5, avec un bon salaire, j'ai trouvé un chéri qui me respecte, qui n'a pas de problème avec l'alcool, avec qui rien n'est tabou, et nous avons des projets d'enfants. Il y a un an, j'ai décidé d'aller voir un psy pour ranger et classer mes souvenirs. Je me suis prise en mains pour avancer dans ma vie de manière sereine et détachée des douleurs de mon enfance et de mon adolescence, et ça fait un bien fou!
N'hésite pas à demander de l'aide à des professionnels autour de toi, qui peuvent t'aider à désactiver toute la haine et la rancoeur qui te pourrit la vie afin que tu trouves ton chemin, et que tu te donnes les moyens d'avoir la vie que tu mérites.
Je te dis bon courage à toi, et ne perd pas espoir, ce qui compte aujourd'hui c'est toi, et ton bonheur.

Libé.