PN, Manipulateurs : emprise télépathique ?

Résolu/Fermé
lblsi
Messages postés
3
Date d'inscription
jeudi 29 avril 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
30 avril 2010
- 29 avril 2010 à 14:01
Andy31200
Messages postés
135295
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
26 septembre 2022
- 2 févr. 2019 à 16:09
Bonjour,

Après avoir lu de manière boulimique tous les témoignages que j'ai pu trouver sur les PN, je n'ai à aucun moment croisé une question qui ne cesse de me hanter. Je m'explique : j'ai vécu cinq ans avec un PN que je finissait par appeler le rôdeur tellement je le sentait tourner de moi comme un loup autour de sa proie. Et récemment j'ai vécu Deux ans avec un manipulateur dont je ne sais toujours pas le degré de perversion. Bref, dans les deux cas j'avais et j'ai le sentiment d'être reliée mentalement. Comme si son omniprésence toxique qui opérait dans la coprésence spatiale continuait de manière « télépathique » une fois la rupture des corps effectuée. Ce type d'emprise est d'une tout autre puissante puisque à l'image de la violence psychique elle est invisible.
Plus précisément, je suis régulièrement obligée de remettre à l'endroit les émotions qui me traversent le concernant (dernière rupture ) car ce que j'éprouve n'ai pas mon ressenti. J'ai pu vérifier à plusieurs reprises lors de nos anciennes retrouvailles l'exacte Coïncidence entre ce que je captaid et ce qu'il éprouvé. Je l'ai même entendu dire une fois à ma mère : « avec elle c'est dingue comment la télépathie fonctionne, mais je n'arrive pas à lui faire faire à distance ce que je veux ». Je sais qu'il connaît la puissance de la pensée, moi-même j'en ai vérifier l'efficacité. Quant à « je n'arrive pas à lui faire faire ce que je veux », j'en doute, dans la mesure où plusieurs je l'ai appelé alors que je n'avais rien à dire juste pour me libérer de cette pression et avoir la paix émotionnelle (leurre qui ne dure que le temps des retrouvailles). Ma question est la suivante : l'emprise ne serait-elle pas aussi liée à la puissance de leur pensées (qu'elles soient agit consciemment ou non) d'où les confusions de sentiments autour de la souffrance que l'on éprouve (lors des ruptures) et les nombreuses réconciliations (6 ruptures en deux ans). Je suis convaincue de la disproportion entre je que j'éprouve à son égard et ce que j'éprouve dans son omniprésence émotionnelle (beaucoup dans la région du ventre et dernièrement s'est remonté jusqu'au yeux, sur l'échelle de Richter : puissance 10). Du coup j'ai téléphoné pour ne pas imploser. Inutile de vous raconter comment il en a profité pour me blesser dans la négation de mon être. Bref, je ne reçois aucune menace, aucun harcelement, tout est parfaitement « normal » même si j'ai dû lourdement insister et ne pas lâcher pour récupérer mes clés et lui qu'il reprenne ses affaires. En apparence aucun conflit, aucune explication juste une absence silencieuse depuis un mois. Pour l'observateur extérieur, en gros il a rompu. Mais je sais que cela est faux, il attend comme un serpent que je revienne et que je me plie à sa loi. Il en est même convaincu. Pendant ce temps il ne me lâche pas intérieurement.
Peut-être allez vous me trouver folle, mais mes nombreuses vérifications me disent le contraire. Ma question est double : 1) comment lui renvoyer ses émotions, ne plus être une éponge squattée par le grand absent
2) comment faire la part des choses entre l'émotion qui m'appartient et celle que je capte, sachant qu'effectivement, le jour où je ne le capterait plus je serait sortie totalement de son emprise.
Bref comment mener le combat sur un plan purement énergétique et télépathique ? ? (c'est un peu comme dans un conte pour enfant où les forces de l'ombre combattent celle de la lumière)
Avez-vous déjà éprouvé cela ?

A voir également:

4 réponses

Bonjour il faudrait un peu démysthifier tout ca :)

les "vampires psycho affectifs" n'ont aucun pouvoir surnaturel malgré le nom qu'on leur donne parfois et ne sont pas plus doués pour une quelconque télépathie que le commun des mortels.

ils mettent en place une stratégie longue et complexe, volontaire ou pas mais très efficace consistant à dévaloriser l'autre jusqu'à une perte totale de confiance et une soumission absolue et à passer après pour son sauveur sans qui il ne serait rien et que lui seul peut sauver, et qui fait que l'autre se sent et est sous son emprise.

Jusqu'à en perdre toute lucidité.

Ils sont si peu surs de leur pouvoir de séduction que pour eux il ne peut s'exercer que par la crainte et et la soumission

Et m^me quand les relations sont finies ils continuent leur harcèlement d'une façon ou d'une autre, longtemps, ne pouvant supporter de ne plus exercer ce pouvoir, et très peu ont les facultés mentales de s'arrêter tout seul sans faire appel à la justice.

Comme vous le dites il s'arrange pour "laisser des affaires" ce n'est pas innocent c'est sa façon de dire je suis là et je te surveille et vous êtes tellement sous son emprise psychologique que vous y voyez de la télépathie.

Si votre appartement semblait plus clair à votre amie c'est que vous étiez mieux, que vous l'aviez sans doute réarrangé et que peut être elle aussi se sentait mieux du départ de votre compagnon.

Et s'il redevient terne c'est que vous avez des périodes de pas bien, et l'expression "voir tout en noir" prend là tout son sens...

Si vous n'arrêtez pas et n'essayez pas de rendre cartésien ces choses vous resterez sous son emprise,vous n'êtes pas folle ni ne sentez son esprit vous êtes juste très marquée par des années de terreur et de soumission et n'en êtes pas entièrement sortie, la preuve.

Il faut vous éloigner définitivement de lui géographiquement et mentalement, ne répondre à aucune provocation, à aucune gentillesse qui finit pareil vous le savez bien, déménager si vous le pouvez.
SI vous n'êtes plus ensemble il n'y a aucune raison qu'il rentre encore chez vous ni ne vous écrive ni ne vous adresse la parole.

Quitte à faire appel à la police pour cela.

Il faut par contre consulter vous pour comprendre pourquoi vous avez pu endurer et surtout qu'inconsciemment vous avez encore besoin de cette pression psychologique sur vous au lieu de tirer définitivement un trait et reprendre confiance en vous m^me si c'est dur.

Que vous y croyiez ou pas le problème est là, il n'est plus lui mais vous, il est encore dans votre esprit simplement parce que malgré toutes les souffrances vécues vous ne pouvez et/ou ne voulez pas l'en chasser.

Je lis plus haut "quand les hasards de la vie me ramènent à lui"

Êtes vous bien sur que ce sont les hasards de la vie ou bien vous ou lui qui avez fait en sorte que vous le recroisiez ?

Arrêtez enfin de jouer son jeu ou de rentrer dedans.... vous avez tout à y gagner. Je m'adresse aux deux personnes

Un psychiatre, l'aide de proches et la police ca sera bien plus efficace que des poupées vaudous...

Pour la police je peux témoigner avec ma compagne qu'à force d'insister un jour ca marche, et
s' il n'est pas criminel d'avoir aimé un pervers, il est criminel de le laisser continuer impunément plus tard avec d'autres

Tant qu'on fait rire, c'est des plaisanteries. Dès que c'est pas drôle, c'est des insultes.
[Coluche]
<
7
begonie
Messages postés
79751
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
26 septembre 2022
9 783
16 nov. 2010 à 11:49
Bonjour baluze.

Analyse très intéressante.

C'est sûr que c'est plus confortable de mettre "la cause" en dehors de soi, alors que le problème profond se trouve à l'intérieur de soi.
Cette dépendance affective peut se soigner et l'aide d'un(e) professionnel(le) compétent(e) dans ce domaine est souvent le seul issu possible pour la personne qui se vit comme
" victime " et qui a besoin d'arriver à dire : STOP afin d'entrer dans un processus de reconstruction.
0
cioccolata
Messages postés
1
Date d'inscription
mardi 16 novembre 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
16 novembre 2010
1
16 nov. 2010 à 12:21
Super bien decrit!!

C'est tout à fait ce qu'on ressent par rapport à ces etres.
Je pense que nous y sommes pour qq chose dans cette relation.

Cette demande d'affection intense masque le reel des sentiments que l'autre peut nous apporter......
C' n'est pas de l'amour envers cet homme mais de l'amour pour la relation qu'on idealise et sublime.
Je n'ai pas eu besoin d'un professionnel; je me suis reveillée à temps et analysé la situation malgré tout.
La souffrance de cette relation me detruisait peu à peu; je n'etais plus moi meme, au point de me dire les hommes sont tous pareils.
Un amour doit etre vecu dans la serenité non dans la tourmente.Si c'est le cas, c'est de la perversion et de l'avilissement.
Pour y voir + clair plusieurs livres à lire:"Manipulation" ne vous laissez plus faire de Jacques regard
"Ces femmes qui aiment trop" de robert Nouvod.
"Plus jamais victime" pierre Pradewand editions Jouvence
1
Tout d'abord même s'il s'agit le plus souvent d'hommes il y a aussi des femmes manipulatrices et harceleuses m^me si c'est plus rare

.Le danger est que la pathologie est des deux cotés et que ces personnes peuvent être parfaitement charmantes comme tyranniques et violentes d'une seconde à l'autre.

Ils sont de plus assez charmeurs souvent voire galants avant d'être violents peu après ce qui déstabilise son partenaire.
Le "pardonne moi je ne recommencerai plus avec le bouquet de roses classique du mari violent"

Leurs pulsions leur sont parfois incontrôlables,mais ils s'en rendent compte la crise passée et ils mettent souvent leur comportement outrancier sur le compte d'un passé douloureux ou d'expériences amoureuses précédentes ratées.

Il s'instaure alors un sentiment de pitié de la victime envers son bourreau.
"Ce n'est pas de sa faute, il m'aime tant que c'est plus fort que lui entend on souvent".

Ils répondent souvent "c'est toi qui me force à agir ainsi, je n'étais pas comme ça avant"
Et là s'instaure le sentiment de culpabilité, et si c'était de ma faute, et s'il avait raison et que je ne mérite pas mieux qu'il me traite de la sorte car lui seul me connaît.
C'est le monde à l'envers, la victime devient responsable et n'a que ce qu'elle mérite

Tout est alors en place pour que la relation bourreau victime semble presque "normale" voire "exceptionnelle" de passion

Et comme tu dis bien une telle passion qui peut conduire à de tels débordements pour soi flatte quelque part au point d'en oublier que l'amour est le respect de l'autre et non pas d'être sa chose.
L'important est de savoir que ces personnes ne changeront qu'après traitement psy ou procédure judiciaire si ca va trop loin, on ne change pas un pervers en l'aimant, on le conforte au contraire dans son délire que l'amour est soumission et possession.

Puisque celle qui l'aime l'accepte, c'est que c'est acceptable, il n'a donc aucune raison de changer de schémas de pensée ou de comportements et de se remettre ne question.

La seule façon de les arrêter est qu'ils prennent conscience de gré ou de force que non, on n'aime pas comme ça, qu'ils n'aiment pas mais veulent posséder,et qu'ils ne seront jamais aimés comme ça

Et oui bien sur de la m^me manière qu'on ne rentre pas dans une secte si tout va bien dans sa vie, on. n'entre pas dans la vie d'un harceleur sans terrain favorable au départ de sa part,c'est à dire manque affectif et manque de confiance en soi

c'est à cela qu'il faut réfléchir pour en sortir et ne pas retomber dans le piège avec un autre car dans la vie on a tendance à reproduire ces choses et un harceleur sent et sait en une seconde et un regard que la personne sera réceptive ou pas à sa domination
0