épaule gelée depuis huit mois

[Fermé]
Signaler
-
 mimi -
Bonsoir tout le monde,
Voilà, depuis le mois de septembre j'ai l'épaule gauche (je suis droitère) très douloureuse avec l'impossibilité de faire certains mouvements avec le bras.
Tout a commencé en septembre 2008 et après une année scolaire complètement chamboulée par un événement très douloureux. Un de mes frères aînés est décédé d'un cancer de l'oesophage. Il vivait en Polynésie. Il est venu à Villejuif en décembre 2007. Je l'ai raccompagné à Tahiti en février 2008. Rentrée en France début mars 2008, j'ai dû repartir pour Papeete trois semaines après parce que mon frère allait faire son dernier voyage. Je suis restée un mois avec lui, je l'ai raccompagné chez lui aux Marquises. Les conditions de retour à la maison n'ont pas été celles escomptées pour lui et j'ai dû le faire transporter sur l'île d'en face dans une structure hospitalière. Avant mon arrivée, la deuxième fois, les médecins ont pratiqué une petite intervention qui a allongé son temps de survie. Au bout d'un mois, j'ai dû rentrer en métropole pour mon boulot. Une fois revenue en France, fin avril, j'étais ici mais mentalement très loin. J'étais, comme on dit, complètement à l'ouest de savoir mon frère si près de la mort à 18 000 km de moi. J'avais des nouvelles de lui tous les soirs par skype grâce à ses amis à qui je l'avais confié. Un jour, il m'a fait savoir qu'il souhaitait que je prenne sa fille de sept ans avec moi. Complètement interloquée par le problème soulevé, après réflexion et conseils des amis de mon frère à Tahiti et aux Marquises, j'ai repris un billet d'avion pour début juillet. Le jour où j'ai payé le billet, le 7 juin 2008, mon frère s'en est allé. J'ai maintenu mon voyage parce que je lui avais promis de revenir. En juillet-août, j'ai dû m'occuper de ses affaires (testament, etc...). Je suis retournée aux Marquises pour aller sur sa tombe, voir ma nièce. Et je suis revenue en métropole avec, dans mes bagages, certaines de ses affaires.
Voilà ! Psychologiquement, il est évident que j'ai reçu une sacrée douche.
En septembre, je me suis dit "nouvelle année scolaire, nouvelle vie". Je voulais réintégrer ma vie, ce que j'avais laissé des mois durant pour entrer dans celle de mon frère. J'ai changé de cartable et dès les premiers jours, j'ai senti une douleur aux cervicales côté gauche. Je portais le sac en bandoulière côté droit. Auparavant, en juin, quelques jours après la mort de mon frère, alors que je portais à bout de bras un sac de terre de 40 litres, j'ai entendu et senti comme un "clac" sur le thorax (c'est devant je crois). Quelques jours après, un médecin a dû venir d'urgence au collège parce que j'avais mal dans la poitrine et au bras gauche. J'ai pensé à un infarctus mais le médecin m'a dit à ce moment-là que je m'étais sûrement fait une déchirure du... un nom en oïde me semble-t-il. Il m'a conseillé du doliprane et du repos. Bref ! en septembre, lorsque j'ai changé de cartable, c'est l'épaule qui s'est complètement bloquée. Je suis allée voir un osthéopathe, trois jours après c'était pire ! J'ai fini par aller voir mon médecin qui m'a fait de la mésothérapie, ça n'a pas marché. On a refait de la mésothérapie en décembre avec des séances de kiné (il est kiné-osthé). La première séance m'a enlevé 50 % de la douleur et m'a fait retrouver 50 % de la mobilité. En effet, ce jour-là, le kiné m'a dit deux choses, uniquement en touchant mon dos et mes épaules : "vous avez perdu quelqu'un" et "vous êtes allée très loin avec lui"... Mais ça n'a pas guéri. En février, on a refait de la mésothérapie, en vain. Fin mars, je suis retournée chez mon médecin qui m'a redonné des séances de kiné et un IRM à faire. Je fais l'IRM demain après-midi.
Mon kiné-osthé m'a dit la dernière fois que tout cela était lié au décès de mon frère et à tout ce que cela avait remué dans l'histoire familiale. Il pense même que je n'ai pas "laissé partir" mon frère et que l'épaule bloquée pourrait (il dit bien pourrait) signifier que je le retiens.
Si je poste un message sur ce forum ce soir c'est parce que depuis des semaines, je "gamberge" grave ! Bien sûr, parfois l'idée d'un cancer me traverse l'esprit, puis ce sont tous les problèmes de rotateurs, etc. etc. Mais surtout, d'après tout ce que je peux lire sur le sujet et dans les différents posts, je crains de ne jamais me sortir de cette affaire.
Je souhaiterais savoir ce que vous pensez de ce que peut me dire le kiné-osthéo. Bien sûr, je le sais... ce qui va parler, c'est l'IRM de demain... mais, depuis que ça traîne, je suis inquiète.
Je vous remercie d'avoir pris le temps de lire ce long message. Je vous souhaite une bonne soirée.

8 réponses

Bonjour, je suis dans le même cas que vous. J'ai trouvé une reponse sur le web ci inclus et je desire la partager avec vous. Bon courage.

Qu'est-ce qu'une Capsulite Rétractile

Qu'est-ce qu'une capsulite rétractile ?
La capsulite rétractile est une affection bénigne de l'épaule consistant
en un enraidissement douloureux progressif de cette articulation.
Son nom vient du fait que la capsule articulaire (membrane entourant
l'articulation) se rétracte et empêche ainsi le fonctionnement normal de
l'épaule. La capsulite rétractile est également appelée épaule gelée (du
terme anglais "frozen shoulder"). Pour certains, la capsulite rétractile
est l'expression sur l'épaule d'une algodystrophie. Il ne nous semble pas
souhaitable de confondre ces 2 pathologies car même s'il s'agit de
pathologies "cousines", les signes cliniques et surtout l'évolution
distinguent ces 2 maladies.

D'où vient la capsulite rétractile ?
La capsulite rétractile peut survenir sans cause, elle est dite
idiopathique. Dans un certain nombre de cas, il existe un facteur
favorisant comme un traumatisme au niveau de l'épaule ou toute affection
douloureuse de l'épaule, y compris les suites de chirurgie.
Certaines maladies favorisent les capsulites : diabète (la capsulite peut
alors être bilatérale), infarctus du myocarde, hémiplégie Enfin, certains
médicaments favoriseraient cette maladie : barbituriques, isoniazides,
antiprotéases) . Un terrain anxieux est classiquement avancé pour
expliquer les capsulites mais aucune étude scientifique n'a jamais pu le
démontrer.

Comment faire le diagnostic de capsulite rétractile ?
Une capsulite rétractile commence toujours par une phase douloureuse plus
ou moins longue (de quelques semaines à plusieurs mois). La douleur est
permanente, y compris nocturne, réveillant le patient. Elle est peu calmée
par les antalgiques simples (paracétamol) ou les anti-inflammatoires. A ce
stade, l'examen clinique est normal ou presque et les patient sont en
général traités pour une tendinite.
Après plusieurs semaines ou quelques mois, un enraidissement progressif
survient. Il devient de plus en plus de difficile de mettre une veste,
un soutien-gorge ou aller chercher un objet en hauteur. A ce stade, le
diagnostic doit être porté par le médecin.
Généralement, lorsque la raideur s'installe, la douleur disparaît ou
diminue fortement dans les semaines qui suivent.
Enfin petit à petit, la raideur va disparaître et l'épaule va retrouver un
fonctionnement normal. Il peut persister une raideur minime de quelques
degrés ne gênant pas dans la vie quotidienne.
Faut-il faire des examens complémentaires ?
Aucun examen complémentaire spécifique n'est nécessaire en cas de
capsulite rétractile typique. Des examens simples sont suffisants :
radiographies de l'épaule et bilan biologique.
Combien de temps dure une capsulite rétractile ?
L'évolution spontanée de la capsulite rétractile est la guérison. Dans la
grande majorité des cas, cette guérison survient dans les 18 mois mais
peut survenir plus tôt.
Exceptionnellement, l'évolution peut être plus prolongée nécessitant des
traitements particuliers.

Quels traitements proposer dans la capsulite rétractile ?
S'agissant d'une affection bénigne qui guérit spontanément, aucun
traitement spécifique n'est nécessaire.
Sauf exception, aucun traitement agressif ne doit être entrepris dans la
mesure où ces traitements peuvent entraîner des complications graves
(infections, fractures...) et par la même des séquelles invalidantes.
Néanmoins, la douleur doit être contrôlée par des antalgiques adaptés en
fonction de son intensité. Des infiltrations peuvent aussi être proposées.

Quelle est la place de la kinésithérapie ?
La kinésithérapie a sa place dans le traitement de la capsulite d'une part
à la phase de raideur et d'autre part à la phase de guérison.
A la phase douloureuse stricte, la kinésithérapie a peu d'intérêt, les
mobilisations d'épaule aggravant les douleurs.
A la phase d'enraidissement, la kinésithérapie va :
contribuer à lutter contre la douleur par les massages et la
physiothérapie (chaleur, électrothérapie,)
entretenir la fonction du complexe de l'omoplate permettant, même avec
une épaule raide, de pouvoir bouger son épaule
éviter une atrophie musculaire de l'épaule grâce à un travail actif de
tous les muscles de l'épaule
Par contre, il ne sert à rien de vouloir récupérer les mobilités de
l'épaule à cette phase car la rétraction capsulaire empêche tout gain
d'amplitude. Par contre, forcer en kinésithérapie entraîne une
recrudescence des douleurs.

Il est très important d'agir avec douceur et de ne jamais déclencher de
douleur pendant ou après les séances de kiné.
Le travail en piscine chaude, en associant l'effet antalgique de la
chaleur et la suppression de la pesanteur, est particulièrement indiqué
tout au long de l'évolution de la capsulite.
A la phase de guérison, la kinésithérapie prend toute sa place en
permettant une récupération la plus complète possible de l'épaule. A cette
phase, l'accent est mis sur la récupération des mobilités puis du
fonctionnement actif de l'épaule afin de retrouver une épaule normale dans
la vie de tous les jours.

La capsulite rétractile est une affection bénigne de l'épaule qui guérit
spontanément avec le temps
mise à jour 30/08/2009


Accueil Qui sommes-nous ?Charte QualitéContactez-nous

Avertissement : Tout diagnostic et traitement repose sur un examen
clinique nécessitant la présence physique du patient. En
conséquence, aucune consultation par l'internet ne pourra être
donnée.Ce site est un site indépendant qui ne bénéficie d'aucun
financement extérieur.
Copyright © 2001 by Bertrand Rousseau. All rights reserved
15
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

journal des femmes avec santé médecine 22477 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Bonjour mon histoire est identique a la tienne j'ai perdu mon frere en FRANCE début janvier j'ai du faire venir ses cendres içi en nouvelle calédonie et depuis avril mon épaule gauche est gelée au point qu un rhumatologue m a dit c'est la premiere fois que je vois une épaule aussi gelée.Jai tout éssayé et rien n 'y fait Je te conseille et c'est ce que je fais la BOWEN THERAPIE (médecine australienne) c'est relativement long dans mon pays ce n est pas remboursé mais... A toi de voir
voir mon commentaire ci-haut, ça prend une arthro-distension de l'épaule.
Bonsoir à tous,
voilà, cet après-midi, j'ai fait l'irm et rien n'a été mis en évidence. Tout semble aller très bien côté tendons, coiffe des rotateurs, etc...
Ce matin, mon kiné-osthéophathe m'a dit qu'il pensait à une capsulite rétractile. J'ai dit ça au médecin qui a fait l'irm. Celui-ci m'a répondu "effectivement". Le kiné-osthéo persiste à dire que c'est à la suite du choc émotionnel de la mort de mon frère.
Puisque cela semble être une capsulite (je vais le faire confirmer par mon généraliste), je me demande ce qu'il y a à faire. Il me reste dix séances de kiné pour arriver à la 20e et j'en ai eu 20 déjà en octobre-novembre. Quels conseils pourriez-vous me donner ? J'ai lu sur la toile qu'il fallait attendre entre 6 et 18 mois pour que ça disparaisse.
Merci pour vos réponses à venir. Je vous souhaite à tous une bonne soirée.
ca prend une arthro-distension de l'épaule. voir ce terme sur internet. J'ai eu ça il y a 1.5 semaine et mon épaule est revenue à 60%. Plus de douleurs ou presque. Avant je prenais des anti douleurs comme des bonbons. La clinique Rockland de Montréal peut faire ça en dedans de 2 semaines
Bonjour Iaorana. Ne t'inquiètes pas outre mesure pour la capsulite. J'ai vécu aussi, étrangement, une "séparation" en déménageant très loin de ma famille et j'ai eu une capsulite dans les semaines qui ont suivi. Le médecin voulait me proposait une injection à la cortisone dans l'épaule quand j'aurais suffisamment de mobilité après la physiothérapie ( mon bras était collé à mon corps, totalement figé ). Je suis allée en physio et j'ai consulté un ami qui avait vécu la même chose. Après, j'ai décidé de prendre les choses en main. J'ai pu m'éviter l'injection et ma physio a été très étonnée des résultats.

Voici ce que j'ai fait:

J'avais vu une émission sur les blessures sportives et que les soignants avaient réalisé qu'en mettant à l'activité tout de suite un membre blessé, ils ont constaté qu'il récupérait plus vite. Je me suis donc dit que je n'avais rien à perdre d'essayer. Et mon ami m'a dit d'essayer de dépasser ma douleur dans l'effort ( sans me blesser ). Je me suis entrainée à ces exercices 6 fois par jour. 3 semaines après, la différence était énorme.

La poulie:Je me suis installé une poulie avec une corde, au dessus de ma tête, fixée sur une poutre. Avec ma main gauche, je tenais un bout de la corde et je tirais vers le bas pour faire monter ma main droite qui tenait l'autre bout de la corde. Doucement. Très doucement, selon la douleur. Tout en continuant de monter en douceur malgré la douleur. Puis redescendre la main doucement en retenant par l'autre bout.

L'araignée: Se placer à moins d'une distance d'avant-bras au bord d'un mur. Faire marcher les doigts en montant le mur comme une araignée. Encore là, doucement. Ne pas trop écouter la douleur. Continuer jusqu'à ce que tu puisses monter ton bras au dessus de la tête. Si c'est impossible au début, tu verras des progrès rapidement les jours suivants.

Le bâton: Couchée sur le dos, les genoux pliés. Tenir un bâton avec ses deux mains au niveau des cuisses. Monter le bâton avec les bras tendus en aidant le bras blessé avec le bras sain. Envoyer le bâton le plus loin possible au dessus puis derrière la tête et ramener doucement.

La rampe. Poser la main du bras blessée sur un rampe, à une distance de bras. Se pencher par en avant doucement pour étirer le bras de sorte qu'il s'enligne avec l'oreille après quelques efforts.

Voilà. Tu trouveras l'araignée et le bâton sur cette courte vidéo: http://www.docvadis.fr/...

Pour le reste, le temps arrangera les choses, l'important c'est de dégeler le mouvement et réduire la douleur. Ensuite, ne pas abuser de son épaule dans les mois qui suivent et la douleur disparait rapidement. Bonne chance!
Bonjour,
Tu as fait une démarche très belle avec ton frère, et il est sûr que l'aspect psychologique est pour beaucoup dans ta souffrance de l'épaule, mais pas seulement.
Comme toi, je suis enseignante et il y a quelques années, j'ai eu l'épaule droite gelée à force de porter un cartable trop lourd (je ne savais pas le porter de la main gauche et il me cognait dans les jambes).
J'ai acheté un cartable à bandoulière et j'ai appliqué le conseil qu'un kiné avait donné à une collègue : ne jamais écrire au tableau plus haut que les yeux. La douleur a disparu progressivement, le mouvement est revenu sans traitement, mais cela a été très long : 3 ans !
Un jour où mon cartable était particulièrement lourd, pour ménager mon épaule droite, je l'ai porté en bandoulière sur l'épaule gauche, et là, j'ai commencé à souffrir de l'épaule gauche ; j'ai essayé de la ménager pour guérir comme la 1ère fois, mais une imprudence il y a quelques mois a relancé le phénomène et depuis mon épaule se bloque de plus en plus et devient très douloureuse. Malheureusement, je crois qu'il n'y a que la patience comme remède, et connaître les mouvements à éviter : rotations trop larges sur l'arrière, port de charges trop lourdes etc.
Donc ne désespère pas, ne dépense pas des fortunes chez des "soignants" qui ne souhaitent que garder le client le plus longtemps possible. En revanche, la microkinésithérapie ou le magnétisme peuvent soulager, mais seul le temps peut guérir, comme ta douleur morale. Tu es allée avec ton frère le plus loin que tu pouvais aller : maintenant, il faut accepter, toi et lui, qu'il fasse son chemin dans l'autre monde. Courage ! je t' embrasse.
arrêter vos soins psycologiques et bizarre, ça prend une arthro-distension de l'épaule donné par un professionnel(docteur)
bonsoir IONARA en ce qui concerne ton épaulel, il y a effectivement différentes causes mais la cause pyschologique n'est pas à écarter. Il te faudra de la patience car c'est une pathologie qui peut durer 6 - 12 ou 18 mois dans certains cas + J'ai moi-même ce problème depuis décembre 2008, je n'ai rien vu venir si ce n'est qu'une petite douleur, j'ai pensé que cela passerait. Erreur car en attendant on aggrave notre cas et d'une petite tendinite de l'épaule on peut passer à une capsulite rétractile vite fait. Il te faudra beaucoup de séances kiné, c'est la seule solution, il faut qu'elles soient bien gérées et répétitives c'est à dire minimum 3 fois par semaine. C'est contraignant mais si tu veux que cela progresse il faut en passer par là. Si tu ne fais rien ton épaule va se raidir de plus en plus et à terme tu pourrais ne pas récupérer toutes les amplitudes de ton épaule. Je parle en tout état de cause, je suis d'une famille de médecins et mon conjoint et kiné. Je peux te dire qu'il ne me ménage pas et la progression passe par la douleur lors des séances, je sais cela peut parraître "barbare" mais c'est ainsi. Si on veut récupérer, il faut se faire violence. Mon rhumato voulait que je fasse les séances en centre de réadaptation pour progresser + vite, parce que trop souvent les kinés ne prennent plus le temps de faire la kiné traditionnelle, celle qui se fait "artisanalement" c'est à dire manuellement, ce que pratique "mon kiné". Lorsque j'ai donné le nom de mon conjoint, mon rhumato m'a donné le feu vert et m'a dit que j'avais de la chance. Mon rhumato m'a également conseillé entre les séances kiné de faire des mouvements seule, autant de fois que je pouvais. ce sont des mouvements pendulaires : tu te penches vers l'avant tu laisses tes bras pendre surtout tu relaches bien les épaules surtout celle qui est malade et du fais des ronds dans un sens et dans l'autre et tu essaies à chaque fois de les faire plus grands. çà marche bien j'ai également vu la progression. Tu peux les balancer ainsi de gauche à droite et inverse. N'oublie pas une chose, pendant les séances si cela est bien fait, tu auras mal mais TU NE RISQUE RIEN, le kiné sait ce qu'il a à faire, fait lui confiance.
bon courrage.
Bonjour Mathilde,
Merci pour ton message et pour tes conseils.
Aujourd'hui j'ai appelé mon médecin, je lui ai donné les résultats de l'irm et ce que pensait mon kiné à propos de la capsulite... mon médecin m'a demandé si on la voyait à l'irm, j'ai répondu non, il m'a dit alors que ce n'était pas ça !!! J'ai RdV avec lui lundi soir et mardi matin, je vois le kiné. J'avoue que je suis surprise par la réponse de mon généraliste. Comme lui et mon kiné se connaissent puisqu'ils travaillent ensemble pour une institution, j'ai demandé à mon généraliste de discuter de tout cela avec le kiné.
Personnellement, je pencherais pour ce que m'a dit le kiné mais bon... mon médecin a un bon diagnostic aussi. Je ne sais plus trop quoi penser...
Par contre, mon kiné-osthéo me disait hier matin qu'on ne pouvait pas passer deux ans en soins (la capsulite peut durer deux ans) !!! Alors, pour avoir des soins remboursés, ça va être chaud j'ai l'impression !
Le comble, c'est que depuis quelques temps, je commence à avoir des sensations à l'épaule droite ! Pfff ! qu'une galère !
Merci pour tes encouragements, j'en ai bien besoin en ce moment !

PS : le coup de balancer le bras, j'ai commencé à le faire sur les conseils de mon kiné. C'est vrai que ça soulage aussi, ça détend.
> Iaorana
Re-bonjour Mathilde,
J'ai oublié de te demander... est-ce que sur le plan alimentaire, il y a quelque chose de particulier à faire ? On m'a dit à plusieurs reprises qu'il fallait beaucoup boire... c'est mon problème ! Je bois très peu ! Et pour la douleur qui est présente encore, même si c'est moins que les mois précédents, que me conseilles-tu ? Actuellement, je prends du doliprane 1000 mais hier soir par exemple, cela n'a pas servi à grand chose ! En plus, j'avais un concert en soirée (je joue de la flûte traversière... oui, je sais... ça n'arrange peut-être pas !) et comme j'ai passé la journée à me dépêcher tout le temps, j'ai bousculé un peu le bras... forte aussi du résultat de l'irm qui n'a rien mis en évidence !
Est-ce qu'il y a des précautions à prendre pour l'utilisation du bras en question ? pour les postures ?
Merci encore pour tes conseils. Je te souhaite une bonne soirée.
> Iaorana
bonjour IONARA
tout d'abord à ce stade tu devrais être suivie par un rhumato, qui est spécialisé, pas le généraliste. Je prends mon cas, j'ai un médecin généraliste, qui n'est pas de la famille car je n'aime pas tout mélanger et je veux un avis sans influence, celui-ci m'a dit en premier lieu : tendinite de la coiffe, comme cela persistait, je suis allée chez mon rhumato qui lui m'a dit : non pas tendinite mais capsulite rétractile, diagnostic après une série de mouvements bien spéfcifiques. J'ai des anti douleurs très forts, le doliprane à ce stade ne l'est pas assez. Certains rhumatos conseillent même de prendre ces anti douleurs 1 h avant la séance kiné, ce qui est mon cas. Mon rhumato m'a bien expliqué que si les séances n'étaient pas faites dans les règles et de façon très suivie, cette pathologie peut durer jusqu'à 3 ans. En ce qui concerne la kiné, les grands spécialistes sont unanimes, la kiné dans cette pathologie n'est pas discutable, j'ai vu leurs conclusions à l'issue de colloques. Au niveau alimentaire, rien de particulier, mais pour un état général surtout au niveau articulaire, il est vrai qu'il faut boire beaucoup. Pour ce qui est de "forcer" sur ton épaule lors de certains gestes, si tu n'y vas pas violemment, tu peux faire. Dès l'instant ou tu restes dans une une amplitude que fait ton autre bras tu peux forcer doucement. Pour d'autres mouvements, il te faudra impérativement l'aide du kiné. Pour ma part, je ne pouvais plus rassembler mes cheveux derrière ma tête avec mes deux mains, depuis 3 jours, je peux, je n'ai pas retrouvé la même amplitude que le bras droit mais j'y arrive, les premières semaines, j'étais incapable de mettre ma main gauche à plat sur l'arrière de ma tête. Pour les séances kiné, normalement pas de souci, il y a une jeune femme dans mes connaissances qui a le même problème, les séances de kiné n'ont pas été menées correctement, cela fait 2 ans qu'elle fait de la kiné sans souci de remboursement. Son rhumato vient de lui demander d'aller en centre de réadaptation afin que les choses avancent.
voilà j'espère que j'ai su te convaincre et que tu vas perséver et ne pas te décourrager.
> mathilde
Bonsoir Mathilde,
je te remercie infiniment pour tous tes conseils. Lundi, je vois tout de même mon généraliste et je vais mettre les choses bien au clair avec lui ainsi qu'avec le kiné mardi. Je te tiens au courant de ce qui m'aura été dit et de ce que je ferai à la suite de tout cela.
Mon kiné-osthéo semble bon quand même parce que la première fois que je suis allée le voir, en octobre, il m'a enlevé 50 % de la douleur et m'avait permis de retrouver 50 % de la mobilité... et tout cela en une séance. Seulement, parfois, je trouve qu'il est instable dans sa vision de la chose. Par exemple, un coup il va me dire "n'ayez pas peur, on va régler le problème" et un autre jour il dira à mots couverts qu'il faut patienter et qu'il n'y a plus grand chose à faire... Là, on m'a indiqué une kiné qui ne fait que de la "manipulation"... pas de massage... et qui organise dans son cabinet des séances de gym style mézière une fois par semaine. Une flûtiste qui joue avec moi dans l'orchestre me l'a recommandée parce qu'elle a eu un problème similaire il y a trois ans, on lui avait dit aussi plein de trucs, genre arthrose, capsulite rétractile, etc... en dix séances, cette kiné a réglé la question et depuis, la flûtiste fait de la gym une fois par semaine. Elle me dit avoir retrouvé une souplesse d'il y a 25 ans, ne plus avoir la sensation de grains de sable dans les cervicales, etc... Et je reconnais que je la vois toujours en super forme !!! Cela fait un moment que je la connais et j'ai vu dans quel état elle se trouvait au moment où elle a eu le problème à l'épaule !
Donc, je vais discuter très sérieusement de tout cela avec mon généraliste, lui demander une ordonnance pour un rhumato.
Je ne ferme pas le fil de la discussion, j'attends mardi après le kiné.
Je te souhaite une bonne soirée et un bon week-end... et encore, un grand merci pour tes réponses ultra précises et tes conseils.
Bonsoir à tous les "capsuleux" et à Mathilde en particulier...
Alors voilà, j'ai vu mon médecin hier soir et le kiné ce midi. Le médecin, vu ma dégaine un peu penchée (!!!) a confirmé ce que pensait le kiné. Du coup, il m'a prescrit, pour commencer, 30 séances supplémentaires avec anti-douleur avant chaque séance et pose d'un coussin de glace après. Le kiné, ce midi, a commencé un autre type de travail puisque jusque là le diagnostic n'avait pas été posé officiellement. Sur les recommandations de mon médecin avec qui le kiné a discuté, on passe de deux à trois séances par semaine avec, à chaque séance, massage traditionnel pour détendre tout le système des cervicales au bas du dos en insistant sur les épaules et les omoplates ET mobilisation douce avec exercices doux de mobilisation. Selon le kiné, j'entre tout juste en phase d'enraidissement donc, il faut y aller doucement... Pffffff !!! La phase chaude aura duré près de huit mois ! Un record non ?! Si je suis aussi longue pour les autres phases, ça promet !!! Voilà ! Après la séance d'aujourd'hui, j'ai posé un coussin de glace sur l'épaule et ça m'a fait du bien ! Je me sens plus active (impliquée) dans le processus qui devrait me conduire à la guérison.
Depuis que je sais qu'il n'y a rien d'autre, je suis tout de même soulagée. Mon inquiétude, avant l'IRM, était qu'on découvre une tumeur quelconque... Le kiné pense toujours très fort que cette affaire est liée au décès de mon frère il y aura un an le 7 juin... Je le pense aussi.
Mathilde, je ne manquerai pas de te tenir au courant si une évolution plus rapide se produisait. Je te remercie encore pour tes conseils et pour l'attention que tu as porté à mes messages chaque fois. Je te souhaite une bonne soirée, @ bientôt pour t'annoncer que je suis guérie... je l'espère fort !
Bonne soirée à tous les "capsuleux" du forum !!!
bon, j'espère que tout est rentré dans l'ordre ... sinon j'ai juste une piste aussi ésotérique que l'hypothèse du kiné, allez sur le site de lafeuil278.com . J'ai lu son livre et pas mal surfé, c'est très intérressant.
vous pouvez juste demander un bilan vibratoire. Il arrive parfois que les défunts reste à proximité des vivants pour veiller sur eux mais cela peut perturber leur énergie et entrainer des troubles.

voili voilà (suis arrivée ici car mon épaule s'est complètement bloquée en qq mois et là je sais plus lever le bras plus haut que l'horizontale, ça bloque... j'ai rdv la sem prochaine)

bonne continuation,
nathalie
Bonsoir,

tout d'abord, je suis d'avis de ton kiné sur ce qui est arrivé, la mort de ton frère, y est pour beaucoup. j'ai une capsulite rétractile de l'épaule droite depuis mon opération en janvier 2010, en novembre 2009 je soufffrais d'une névralgie cervicale et en décembre on me fait passer un scanner et on découvre une hernie discale, on me dit il faut opérer, j'ai du donner une réponse vers noel, je souffrais à martyr, la nuit l'horreur, tout mon bras et mon épaule me faisait mal je ne pouvais m'en servir, rien faire, ni me laver.j'attendais le jour j avec une grande angoisse, le jour de l'opération j'en ai pleuré;j'avais peur. je me fais opérer le 28 janvier; une semaine apres moin de douleur vu le traitement que l'on me donnait mais toujours a pas pouvoir se servir de mon bras droit comme une paraplégie, il était là contre moi et ses douleurs dans tout le bras étaient toujours là; j'en par le à mon médecin et me dit que c'est trop tot par rapport à l 'opération et de continuer mes anti douleurs, comme je faisais de la réduc pour mes cervicales j'en par le au kiné, et pense à de l'algodystrophie vu ma main et peut etre une capsulite;fin mars je retourne voir le médecin car je sens cette douleur mais une raideur, et surtout que je ne peux monter mon bras aller derrire le dos pour accrocher mon soutien gorge, me laver les cheveux; il m'envoie chez le rhumato, qui me fait une petite infiltration qui ne me fait rien, j'y retourne au bout de 15 jours; et me faire une infiltration sous scanner, et là on découvre la capsulite; cette infiltration ne me soulage pas mais permet de faire la kiné que j'ai commencait au mois de mai 2010, j'ai demandé à aller en centre pour etre plus suivie; j'ai commencé plusieurs exercices dont un appareil le kiné teck, qui m'a fait bien progréssé, je suis restée trois semaines , j'ai du sortir à cause d'une grève et j'ai continué chez un kiné, aujourd'hui j'en suis à 70 scéances je leve mon bras, je me lave seul, je refais mon ménage ,je reconduis, je revis; les douleurs sont minimes mais un peu de raideur, il me reste à récupérer le geste d'aller derrière comme attacher son soutien gorge; je voulais arreter mes scéances mais mon kiné à insister; il m'a fait peur en disant que ça pouvait revenir, que j'étais encore trop tendue qu 'il fallait que je me détende et que je continue à m'occuper de moi. l'année 2009 avait été pour moi dure je souffrais beaucoup des cervicales et de l'épaule; le soucis au travail et des petis soucis de la vie; et toujours à pensser à sa petite famille sans m'occuper de moi, pas un moment de détente, des fois j'aurais vouler crier j'en ai marre. aujourd'hui j'essaie de relacher mais ca m' ai difficile, ce n'est pas de mon tempéramment; et j'angoisse pour rien. Une chose que j'ai essayé d'oublier c'est la mort de maman en décembre 2001, on ne peut oublier un être cher, je crois beaucoup sur un traumatisme, un état de détresse......... il faut beaucoup de patience, alors bon courage à vous.