Lichen vulvaire

Signaler
-
 Zouzou -
Bonjour,
Merci de me déstresser, s'il vous plaît.
On vient de me diagnostiquer un lichen vulvaire, juste quelques rougeurs et démangeaisons, et des petits boutons rouges qui ont disparu sous pommade econazole 1 % , j'ai été ménopausée à 48 ans, j'en ai 56 aujourd'hui. Je n'ai pris aucun traitement hormonal. Je n'ai pas de bouffées de chaleur, je vis seule sans compagnon actuellement , je suis atteinte d'ostéoporose sévère (TScore du rachis à - 3,6 ). Le gynécologue ne m'a pas dit que ça pouvait évoluer en cancer vulvaire.
J'ai peur de mourir du cancer vulvaire à l'avenir, et si je prend de la cortisone même locale à vie maintenant betamethazone 0,05% , j'ai peur d'accentuer la ménopause.
Quand je vois sur photos, l'état nécrosé de certaines vulves , j'angoisse je ne dors plus, aidez moi svp , à l'avance je vous
remercie. Je n'ose en parler à personne et je ne reverrai mon gynécologue que dans 6 mois, il m'a prescrit une hormone gydrelle 0,1% qui elle aussi peut favoriser un cancer.

1 réponse

Bonsoir
J'ai par mauvaise manipulation fermé la discussion sur les problèmes de lichen scléreux vulvaire , j'en suis désolée. J'aimerais l'ouvrir à nouveau d'autant plus que je suis énormément stressée par cette maladie que l'on vient de me diagnostiquer. J'ai peur de son évolution, d'avoir un jour le cancer vulvaire et avant ça, une vulve nécrosée , ça fait un an que je l'ai attrapée mais sans le savoir (en mars 2020). Au départ je voulais consulter mon gynécologue mais mon rdv à été annulé à cause du covid et du confinement de mars, je me suis soignée seule avec de l'econazole 1 % que m'a vendu la pharmacie puis j'ai stoppé le traitement et recommencé quatre fois .Ce jeudi dernier le verdict est tombé , je suis angoissée ce qui n'arrange rien avec cette maladie. J'espère avoir vos témoignages espérant qu'ils me rassureront , je vous remercie toutes à l'avance.