Besoin d'en finir mais je ne n'ai pas le droit.

Signaler
-
 Nppv -
Bonjour,
Et de me pas avoir le droit de décider même de ça c'est encore bien pire. J'en suis plus à l'appel à l'aide, à qui de toutes façons. Je ne viens pas faire ma Causette mais c'est un fait je n'ai plus de famille, tous sont décédés depuis longtemps déjà. Ça n'arrange pas les choses mais j'ai très bien vécu avec ou plutôt sans jusque là. Je ne parle pas de ce que je traverse depuis presque 2 ans aux peux d'amis que j'ai. Puis à quoi bon.
J'avais tout. Pourtant sans parents ni aide depuis mes 15 ans c'était pas gagné, mais je trouvais que je m'en étais pas mal sortie et j'étais heureuse. Après 13 ans salarié j'ai monté ma boîte, ça marchait bien, puis une autre, rien d'énorme, mais dequoi bien vivre. J'étais fière de moi.
Puis un jour j'ai fait toute une série de mauvais choix. Ça s'est transformé en cercle vicieux.
J'ai décidé de devenir propriétaire et de faire construire une maison, Ça c'était le rêve d'une vie, j'ai acheté un terrain avec une maison à rénover dessus, tout était ok et prêt à être lancé, j'avais déjà une fille de 8 ans à ce moment là. Séparée de son père mais pas de problème particulier avec ça. Nous offrir un confort de vie et une maison à nous c'est tout ce que je voulais. Puis j'ai laisser entrer un homme toxique dans ma vie. Dans le sans ou pour faire court, on avait décidé de rester chacun chez sois. Surtout moi. Jusqu'a ce qu'il se fasse mettre dehors par sa mère. Évidemment je n'allais pas le laisser à la rue. Mais j'aurai du. Il était sans emploi à ce moment là. Mais je ne concevait pas qu'un homme de 38 ans s'y contente. Pourtant si. Très vite il a pris possession de chez moi, imposé son mode de vie, de mes biens, moi avec mes boîtes, j'avais pas trop l'oeil sur ça au début. Je voyais pas que je me laissait bouffer. Moi et tout ce que j'avais construit. Mais quand on à afaire à ce genre de personne professionnelle en baratin prête à tout pour juste avoir un confort de vie sans rien foutre, sur une longue période c'est tellement insidieux. J'ai dépensé beaucoup d'énergie à faire qu'il se fasse une vie en dehors du "couple", je lui ait payé des formations pour des milliers d'euros, pour qu'il puisse travailler, voitures ect, jusqu'à ses calçons à disposition pour qu'il s'y mettre, travaillé avec lui sur ses problèmes de blocage, payé des psys etc... Mais je je voulais son bien. Puis un jour caprice il a voulu garder un enfant arrivé par accident. Moi moins. Mais j'étais tellement surveillée, conditionnée, j'ai eu le choix de rien. Je voulais finir la maison avant de penser à ça. Sans que je le sache la chute était déjà enclenchée.
Il n'a toujours pas travaillé et a décidé devenir un genre de père au foyer sans me demander mon avis. A la fin je n'existait plus quoi que je fasse. Tant que je remplissait les comptes ça suffisait. Mais j'étais pas heureuse. J'étais déjà seule. La naissance de mon fils a fait fuir ma fille. Elle a voulu aller habiter avec son père. J'allais encore plus mal. Mon travail s'en est ressenti. J'ai fermé une boîte avant d'y perdre trop. Puis je n'arrivais plus faire tourner l'autre. Puis dans cette déclinaison on ex m'a envoyé le dernier électrochoc. Il voulait un autre enfant. Ça m'a réveillée. J'ai décidé de mettre un terme à notre relation, ça a été très dur à prendre comme décision par rapport à mon fils qui n'a rien demandé mais je n'en pouvais plus de cette relation. Il fallait stopper tous les dégâts. J'ai mis 1 an à le convaincre de partir.
J'ai été libérée sur le coup. Je me retrouve exactement dans la même situation qui n'était absolument plus envisageable pour moi: Encore mère célibataire, mais c'est fait. Mais par la suite, j'ai découvert que monsieur avait contracté des crédits à mon nom, m'a laissé des milliers d'euros de dettes, et que je n'avais plus rien. Ni pour faire la maison ni pour vivre correctement. J'ai du lâcher ma dernière boîte. J'ai retrouvé un emploi précaire insuffisant pour me refaire, juste dequoi faire vite mon fils, puis est arrivée cette année atroce pour mon secteur et ses confinements. Coup de grâce. Plus de travail. J'ai du vendre mes voitures, tout ce que j'ai pu. Maintenant je vais devoir vendre mon terrain, aucun espoir de construire maintenant. J'ai tout perdu. Aujourd'hui je "vis" avec le RSA, et je dois tout assumer pour mon fils de 3 ans. Et je suis fatiguée. Je n'ai plus la force de rien, je ne suis plus rien, je ne vois pas comment rebondir encore je suis tellement fatiguée de me battre pour que tout foire à chaque fois mais visiblement je sais pas faire autrement. J'échoue tout. Je ne prends plus plaisir à rien, ça va choquer, mais même plus à être mère. Ce n'est plus qu'un devoir. Et qui fait que je suis encore là aujourd'hui. Je ne peux plus faire ce que j'aimais. Je n'ai plus envie de rien de toutes façons. Chaque seconde n'est que souffrance atroce. Sans trouver de moyen, ni la force que quoi faire pour changer ça. Je suis trop fatiguée. Je suis devenue tout ce que je ne voulais pas. Tout ce que je dois faire n'est plus que contrainte et effort surhumain. Je ne peux plus décider de rien. Même mon choix de mourir. Mais ne peux pas faire ça à mes enfants. Si ça ne tenais qu'à moi... Je suis condamnée à subir. Je vois pas d'autre issue. Souffrir et subir. Mais c'est pas une vie.
Comment faire?
Merci d'avoir lu.
A voir également:

3 réponses

Messages postés
106256
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
11 janvier 2021
16 127
Bonjour et bienvenue sur ce forum ,

Je ne vois ta question que maintenant car elle avait été supprimée par erreur par le robot de la modération.
Quoi qu'il en soit tu as très bien fait de te débarrasser de ce pervers narcissique
Ce qui m'inquiètes c'est que tu semble développer un état dépressif réactionnel à ta situation mais rassure toi, une dépression, ça se soigne et se guérit mais tu dois te faire aider.
Il faudrait absolument consulter rapidement un professionnel, le mieux serait un médecin psychiatre.
Tu peux prendre RDV chez un psychiatre en libéral consultation de 46,70 € remboursée mais il peut il y avoir dépassement d'honoraire par la suite en cas de psychothérapie, à voir, c'est au cas par cas et selon les revenus
Tu peux aussi prendre RDV dans un CMP ( Centre Médico Psychologique ) proche de ton domicile, service public, gratuité des soins, aucune avance d'argent. Il y a là des équipes pluri disciplinaires, psychiatres, psychologues, infirmiers(es) psychiatriques, assistante sociales, diététiciens(nes),ergothérapeutes, psychomotriciens et éducateurs spécialisés, mais les délais peuvent être longs .
https://www.annuaire-inverse-france.com/e635-centre-medico-psychologique
NB: Les psychologues en libéral ne sont pas remboursés
Messages postés
69270
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
11 janvier 2021
6 578
Bonjour

Je viens de lire ton message juste maintenant et me permet de t'indiquer en plus de la réponse donnée par Andy quelques numéros où tu peux aussi appeler en attendant de pouvoir contacter un ou une professionnel(le) de la santé dans un CMP proche de ton domicile.

Voilà des numéros

SOS Amitié : 01 4009 15 22 - https://www.sos-amitie.com/nous-connaitre

https://www.sos-amitie.com/web/internet/nous-connaitre


SOS Femmes (difficultés ou violences) : 03 25 06 50 70
Bonjour, merci pour vos reponses. et bonne année pour vous.
Je savais qu'on allait me répondre d'aller voir des psys, des organismes d'aides d'état etc. Mais c'est déjà fait. Ça n'a rien donné. Pour résumer, que ce soit psychologue, psychiatres et tout ce monde, j'ai été en voir plusieurs différents, pour eux en gros je suis pas folle, j'ai été courageuse et rationnelle toute ma vie, je suis forte, c'est une mauvaise passe, j'ai jusque là rebondi face aux difficultés, alors il suffit de laisser faire le temps, recommencer! Un peu blabla habituel... Je connais. Facile! Aller hop courage, au revoir, suivant. Je le dis que je n'en peux plus, personne n'en prends vraiment la vraie mesure ou alors je n'arrive pas à me faire comprendre mais la réponse est toujours la même. Personne n'entend c'est pas possible. Pour eux j'ai su faire, donc je peux le refaire, un ordo de benzo pour la forme ça ira mieux. Tu parles! J'en suis dégoûtée je ne vois plus d'intérêt à me tourner vers des "spécialistes". Eux aussi me laissent tomber. Mai là je suis à bout. Tout ce une je trouve pour me soulager pour 1 min de toute cette merde de vie de merde de mère célibataire sans un rond avec un gamin très très difficile depuis sa naissance, maintenant pourri par son malade de père qui le détruit lui et tous mes efforts en 1 week end puisse que pour lui c'est un jouet, au mieux un petit frère, pas de rythme de retour en ni repas coucher sieste que dalle, encore moins de transmission de valeurs de base Come je le casse la cul à lui apprendre depuis toujours, il y fait ce qu'il veut quand il veut il a tout ce qu'il veut on répète que je suis une m.... , méchante, et lui fait croire une sa dernière copine qui change tous les mois est sa vraie mère, quand je le récupère ik me parle comme un chien, tout est est foutu en l'airw ça me bousille, alors je vais dehors taper dans les veux meubles à coup de masse dans la maison je devais refaire et chialer mais ça aide pas longtemps, quand je me demande comment on va bouffer la semaine et payer le factures, les dettes de ce connard, entre autres, je sens une je suis au bord, un jour je vais plus arriver à me contrôler et il va se passer quelque chose, et bassement c'est d'aller péter la gueule à mort du connard qui a foutu la vie en l'air, et maintenant continue à travers le petit, il a pas le droit. J'ai plus rien je me dis. Et je le dis. Mais personne comprend
pourquoi maintenant? A cause d'un con! Au bout de 35 ans de choses "bien plus graves" Come la mort de toute ma famille les uns après les autres; on me dit? Malgré tout ce qui m'est arrivé dans le passé j'ai toujours bien géré, tout bien fait, pour le autres surtout, pourquoi je le referai pas? Et courage! Bisou démerde toi! On me dit la bouche en cœur, mais je reste seule. Je suis fatiguée j'ai plus envie de cette vie pourrie de merde, je me demande si ce serait pas mieux de prendre le gosse le laisser devant un foyer, pas chez son malade de géniteur qui va le détruire comme tout ce qu'il touche, il mérite mieux, puis me tirer et sauter d'un pont ou n'importe quoi, même si je dois souffrir rien à faire pourvu que tout s'arrête, la délivrance !!!!!!!!!! Franchement j'y pense tout le temps. J'ai encore passé la dernière semaine vacances scolaires à préparer le petit pour sa rentrée en maternelle, il rentre en janvier vu qu'il est de fin d'année, sur les conseils éducatrice pourrie à qui j'ai fait appel et confiance en pmi et qui m'a finalement laissée tomber aussi, mais pour le petit a l'époque ca allait, mais revenu de cette saloperie de Noël chez son père, je l'ai retrouvé encore plus transformé, décalé, insupportable, ne voulait plus aller à l'école, je sais pas ce qu'on lui a foutu ans la tête, c'est pas l'enfant pour qui je me suis cassé le cul depuis que j'ai du me résoudre à ne pas avorter. Il a même pas pu faire sa journée d'adaptation préparée depuis septembre, on s'est fait jeter à cause de la crise de nerfs qu'il a faite, alors qu'à la visite il était super content. Mais entre temps il est passé chez sa folle de bipolaire de grand mère qui m'insulte moi et tout ce que je fais devant lui, et le reste bref, j'en ai vraiment marre. J'ai plus envie envie de cette vie j'en peux plus c'est trop. Je veux en finir.