Témoignage d'une pré-adolecence traumatisante. Besoin d'aide [Résolu]

Signaler
Messages postés
6
Date d'inscription
dimanche 28 juin 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
29 juin 2020
-
Messages postés
95137
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 juin 2020
-
Bonjour,

Voilà. Je m'étais promise de ne jamais en parler mais c'est trop lourd à porter. Je ne l'ai dis à personne et j'ai du mal à le reconnaître à moi-même ... .

Ma soeur a eu une maladie grave quand elle était en cm1 et moi j'étais en cm2. (Je ne veux pas partir dans les détails mais rassurez-vous aujourd'hui c'est fini depuis longtemps.) Pendant cette période je me suis sentie très seule, trop même. Au début c'était la nourriture, puis comme c'était un âge pas très fastoche je me suis beaucoup remise en question, me suis détestée, cette époque est aujourd'hui révolue mais j'ai un secret défense qui me poursuit encore, malgré que j'ai voulu durant un nombre incalculable de fois tourner la page.

Avec ma sœur on s'est caressée, nue. C'est très dur de poser les mots tellement je ne vais pas y repenser, mais je ne peux plus avancer et j'en suis obligée. On s'est fait des caresses un peu partout quand notre mère partait, puis quand c'était fini je me sentais mal à un point. Je me permettais de ne jamais recommencer et rebelote. En fait, je me sens et sentais très responsable car je suis l'aînée, c'est moi qui l'a guidait vers ça. J'ai l'impression de l'avoir violée ... . Je ne suis pas lesbienne. Mais même si elle ne me disait pas d'arrêter je sais qu'elle était jeune et que jamais elle n'aurait souhaité que ses premières caresses viennent de sa grande soeur. J'aime énormément ma petite soeur, mais je n'est jamais étais juste avec elle. J'ai prié le ciel de faire un flash back histoire que j'efface tout mais c'est impossible. La seule solution qui ne requiert pas du miracle est de faire le "deuil" de cette époque révolue. J'étais jeune, mon corps changeait, elle était souffrante d'une maladie et moi je l'ai touchée. Aujourd'hui c'est fini. Ça ne se reproduira plus jamais. Mais dans mes rêves mon inconscient me rappelle que ça a eu lieu, que c'est une part de mon histoire, une vérité cachée, mise au silence.

Ma soeur, en 6e, en a parlé à ma mère. J'aime ma mère et je ne voulais pas risquer que son regard sur moi change. Alors j'ai tout nié, j'ai accusé ma soeur, à qui j'avais fait déjà assez de tord, de menteuse. Qu'elle devait avoir honte de dire des choses comme ça, qu'on était soeur et que c'était malsain ... . Aujourd'hui je vis, j'essaie de vivre bien, mais c'est dur. Je sais que je dois le dire à ma mère, en parler à une psy. Mais je me refuse à moi-même que c'est réel, comment voulez-vous que j'affronte le regard de quelqu'un et que je lui dise "J'ai violé ma soeur". Je n'ai aucune idée de quel terme chosiir, je ne sais pas ce qui c'est vraiment passer. Ma tête à tout brouiller mais me rappelle a l'ordre dans mes rêves. Le sexe est devenu une appréhension douloureuse et quand je vois des scènes dans des films (involontairement) je ne peux pas supporter tellement ça me rappelle mes premières expériences à moi.

Pourquoi tout n'est pas plus simple ? Pourquoi a-t-il fallu que je fasse ça ? Je ne suis pas en dépression, loin de là, mais ma vie a changée et j'essaie de vivre dans le déni ce que, je sais, ne dure pas éternellement.
Internet est pratique aujourd'hui, ça nous permet d'affronter nos soucis dans un parfait anonymat. Vous ne savez pas qui je suis, qui c'est derrière ce clavier ces mots, voyez-vous, je refuse encore que cette personne soit moi, qu'elle soit liée à mon passé, mon présent, mon futur et ma vie entièrement.
J'ai besoin de parler, de savoir ce que je dois faire ça je ne crois pas que ce soit bien de garder un secret comme ça pour soi. Je ne peux pas m'auto-guerrir même si je l'ai longtemps cru.

Il y a eu autre chose durant ces petites années si importantes aujourd'hui dans ma vie. Mon rapport au sexe est très douloureux, ... . Avec mon ancien PC portable, je me filmais en Skype avec des inconnus exhibant mon corps à la caméra. J'avais tellement honte de mon corps que je crois que là où je savais que j'allais être appréciée serait avec mon intimité et ma poitrine. Je me sens si mal d'avoir fait tout ça, ce n'est pas celle que je suis aujourd'hui. Je ne sais pas si c'était moi. Tout c'est arrêté le jour où un d'eux m'a menacé de dévoiler mes photos en live sur youtube et de les partager à la police si je ne disais pas mon adresse. Je n'ai pas fermée l'oeuil durant une semaine et j'ai cassé mon ordinateur portable. J'ai vérifié mille fois et rien de moi est présent sur internet. J'en ai fais des cauchemars, me disant que s'il le fallait, un jour, ma famille tomberait sur une photo de moi nue à 12 ans.

Il y a encore un autre épisode de ma vie, trop quand j'y pense mais je dois tout debaler. Durant cette époque des vidéos Skype j'ai créé un compte twitter. Une fille m'a écrit et on a discuté pendant plusieurs jours. Elle m'a dit un jour qu'elle avait honte de son corps, tout comme moi. On s'est partagé des photos. Une semaine après je reçois un message de Christian Quesada parceque j'avais fait un poste sur je ne sais plus quoi. Je connaissais bien l'émission dans laquelle il était passé et je l'a regardais quand j'étais petite. Alors j'ai discuté avec lui. Un jour il m'a dit de "faire attention" car on ne sait pas sur quel genre de personnes on tombe sur Twitter. Il m'a demandé si j'avais partagé des photos de moi et j'ai nié. Je n'avais pas fais le lien entre lui et la fille. J'étais admirative de son intellect et du fait que je discutais avec lui.

Puis un jour j'apprends qu'il est condamné a cause de ses photos pédophiles. J'ai fais une dépression dès lors. Puis ma mère, un jour, regarda un reportage sur C8 sur lui, je m'en rappelle comme si c'était hier. Je me suis réfugiée dans ma chambre et j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps voyant ce qu'ils faisaient et ce qu'il m'avait fait. Son visage ne me quittait plus.
Le sexe et moi c'était fini. Je ne voulais entendre aucuns termes salaces, aucunes scènes critiques ... . Je ne voulais plus en parler.

C'est un témoignage long mais lourd surtout.

Je crois que j'ai plus besoin d'aide que je ne le crois, quand je lis tout ce que je viens d'écrire.
Merci pour vos futures réponses.

2 réponses

Messages postés
95137
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 juin 2020
11 991
Bonjour et bienvenue sur ce forum ,

Tu as grandement besoin d'en parler, je te propose d'aller dans une "maison des adolescents "( reçoivent les jeunes de 11 à 25 ans pour certaines) en souhaitant qu'il y en ait une près de chez toi, tu y rencontreras des professionnels compétents dans ce type de problèmes, neutres, bienveillants et ils pourront t'écouter, t' aider, te conseiller voire t'orienter.
C'est anonyme et gratuit, clique sur ton département «  :

https://www.filsantejeunes.com/carte_mda
Messages postés
6
Date d'inscription
dimanche 28 juin 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
29 juin 2020

Bonjour,

Hier après avoir rédigé ce message je suis allé en parler à ma mère. Ça a été très dur à dire, je pleurais et je tremblais mais j'ai pu enfin libérer ce que je gardais. J'ai l'impression que ce que j'ai vécue est comme un lourd sac qui appartient à mon passé et pourtant il m'accompagne partout où je vais, dans tout ce que je fais, dis et pense. Ma mère m'a écoutée d'une oreille attentive et bienveillante et m'a incité à aller voir ma sleur' je l'ai fais aujourd'hui, je me sens d'une certaine façon soulagée.
Je vais aller consulter un psychologue pour faire un travail sur ce que j'ai fais et vécue. Quand je disais précédemment que je n'avais pas l'impression que c'était moi qui ait fait ça ma mère m'a corrigée et m'a dit que j'étais victime de mon malheure et qu'à présent je dois parler au passé de ce que "j'avais" fais.
Il faut à présent que j'apprenne à vivre avec. Je m'entends mieux avec ma soeur et je me sens si bien, si soulagée.

Si des gens ont des lourds secrets qu'ils portent tout seuls : ne vous les nids pas et parlez-en, ça fait plus de bien qu'on y croit.

Merci pour votre écoute et désormais je poursuis mon chemin en savant que ça eu lieu mais sans me priver de vivre a cause de ça.
Messages postés
95137
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 juin 2020
11 991
Mais de rien et en première intention, il serait préférable de consulter un médecin psychiatre .
Tu peux prendre RDV chez un psychiatre en libéral consultation de 46,70 € remboursée mais il peut il y avoir dépassement d'honoraire par la suite en cas de psychothérapie, à voir, c'est au cas par cas et selon les revenus
Tu peux aussi prendre RDV dans un CMP ( Centre Médico Psychologique ) proche de ton domicile, service public, gratuité des soins, aucune avance d'argent. Il y a là des équipes pluri disciplinaires, psychiatres, psychologues, infirmiers(es) psychiatriques, assistante sociales, diététiciens(nes),ergothérapeutes, psychomotriciens et éducateurs spécialisés, mais les délais peuvent être longs .
https://www.annuaire-inverse-france.com/e635-centre-medico-psychologique
NB: Les psychologues en libéral ne sont pas remboursés