Spondylarthrite Ankylosante.

Signaler
-
Messages postés
34
Date d'inscription
mardi 28 septembre 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
22 février 2015
-
Bonsoir à tous,
J'ai 35 ans, j'étais diagnostiqué par mon rhumatologue en 2011 que j'ai un (SPA).
Ma vie à beaucoup changer depuis. les douleurs sans en permanence.
Je suis une femme qui aime la vie, j'adore me promener voyager mes depuis que j'ai cette maladie c'est dur, la fatigue et les douleurs prends le dessus.
mon rhumatologue ma prescrit ARCOXIA qui ma pas soulager, ensuite j'ai pris un rendez vous avec mon médecin généraliste elle ma prescrit LAMALINE et PROFENID.
Ils ne soulage pas vraiment.
Vos commentaires me réconforte énormément est je ne mon sens pas seul.

2 réponses

Messages postés
2
Date d'inscription
samedi 2 août 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
2 août 2014

Bonjour,
J'espère que mon message passera car les premiers ont été censurés.
J'ai démarré mes problèmes , j'avais 7 ans. Toute ma jeunesse ,j'ai été entravée.
Je faisais 2 à 3 crises de 3 semaines par an. La localisation était le plus souvent les genoux, mais parfois le bas du dos. Les iritis ou uvéites se répétaient parfois bilatérales. LE diagnostic de SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE appelée aussi pelvi spondylite a été posé avec un HLA B27 positif : j'avais 27 ans.J'ai donc commencé un traitement en 1982 auprès d'un jeune médecin diplômé de 1981, et sensibilisé aux médecines homéopathiques et phytothérapies. Le suivi s'effectuait de 6 mois en 6 mois les premiers temps, puis rapidement 1 fois par an, voire tous les 18 mois depuis ces dernières années.
Ce qu'il faut que je précise, c'est que dès le début, les crises se sont espacées et furent moins longues, moins douloureuses. J'ai été affranchie de la maladie en 1990 en comptant large. J'ai pu travailler, reprendre le sport : ski, golf, rando et natation sans craindre de récidiver.
Je vous témoigne donc d'un recul de plus de 32 ans.
La SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE se soigne ou se stabilise (pour ne pas blesser les oreilles sensibles) mais, pour cela, il faut sortir des sentiers battus. Se déplacer, parfois loin de chez soi. Consulter des médecins qui prescrivent des analyses coûteuses, non remboursées par la sécurité sociale, mais indispensables pour faire l'état des lieux de l'organisme, et l'inventaire des déchets qui y traînent. Résister à la pression menaçante des institutions qui voudraient vous imposer des vaccinations. Il faut avoir la constance de poursuivre au long terme, ce que je fais car il se pourrait que mon organisme déraille et je ne veux pas en prendre le risque car mon confort de vie est exceptionnel.
Ce que je dois rajouter, c'est que je n'ai jamais eu d'effets secondaires.
Il est vrai que j'ai démarré tôt et qu'il est sans doute plus aisé de rattraper un terrain jeune.
Ne vous découragez pas, des solutions existent.
bon courage
sesame 03
Messages postés
34
Date d'inscription
mardi 28 septembre 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
22 février 2015
6
Salut Marie,

As tu essayer de changer ton alimentation?

J'ai été diagnostiqué il y a deux ans et cela a été très efficace pour moi.

Aymeric