J'ai envie de me suicider, à l'aide...

Résolu/Fermé
Messages postés
12
Date d'inscription
jeudi 7 novembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
11 novembre 2013
-
 Adrien -
Bonjour à tous. J'ai 21 ans et je suis -d'après mon entourage- une fille qui a tout à attendre de la vie. Seulement cette vie, je n'en veux pas. Je vais essayer de vous décrire ma vie de la façon la plus courte possible. Premièrement, je suis une enfant issue de couple mixte. Ma mère est marocaine et mon père est grec. Ce qui fait qu'il y a eu des conflits à ma naissance. Mes grands-parents maternels (musulmans) ne voulaient pas de mon père dans leur famille. Du coup, ils ont coupé les ponts avec ma mère et mon frère et ma soeur. Ma mère est issue d'une famille nombreuse contrairement à mon père (3 frères et 4 soeurs en tout). En fait, les seuls qui nous rendaient visite étaient mes tantes et leurs enfants (mes cousins, donc). Les autres ont nié ma mère pendant treize ans. Quand j'étais petite, cette situation ne me faisait ni chaud ni froid. Avec le temps, j'en ai gardé une rancune immense. J'ai grandi dans un beau quartier et tout allait bien à l'école, mis à part que les profs m'avaient prise en grippe lorsque mon papa, qui a obtenu un poste important, a voulu me changer d'école. Ceci étant car il gagnait beaucoup plus. Puis c'est là que tout a basculé. Je suis passée d'une petite école publique à une gigantesque école d'élite. Bien que j'aie toujours été considérée jolie (même mes camarades ne m'ont jamais insultée sur ce point), j'ai vite été cible de railleries. A l'époque, je ne comprenais pas pourquoi. Aujourd'hui, on m'a diagnostiquée comme étant très mature pour mon âge (j'ai un QI de 130), et du coup, personne n'aimait ma façon de penser. Vu que j'étais harcelée, je me réfugiais dans un monde imaginaire afin de ne pas pleurer. Lorsque certains ont essayé de lever la main sur moi, je ne me suis jamais laissée faire, et ma colère prenait tellement le dessus qu'ils s'en sont mordus les doigts. Je me sentais monstrueuse. A la maison, je revenais en prétendant que tout allait bien. Mon visage ne changeait jamais d'expression, comme une poupée. Ma mère souffrant de sa famille, elle s'énervait beaucoup et ne se rendait pas compte de l'effet que ça avait sur moi à l'époque. Elle s'en est excusée plus tard. Inutile de dire que je n'avais aucun ami. Une fille de ma classe m'a pourtant tendu la main, et elle est devenue ma meilleure amie, et la seule qui me défendait des moqueries des autres. Même ma prof ne m'aidait pas. Ma mère avait trop de problèmes, mon père -qui est pourtant gentil- n'a jamais fait attention à mes ennuis scolaires, et mon frère et ma soeur étaient bien trop jeunes. Déjà à l'époque, j'étais suicidaire. Je jouais à un jeu de try and die avec la mort. Je me mettais sans cesse en situation de danger, sans jamais avoir peur. Mes parents ne me comprenaient pas. Un jour lors d'un voyage en voiture en famille, nous avons failli tous mourir d'un accident. Les secondes avant ce qui aurait pu être un impact avait fait hurler ma famille de peur, et même mon père semblait avoir perdu le contrôle. Je suis la seule qui n'a eu aucune réaction. J'avais dix ans, et sur le coup, je n'avais pas peur, j'avais accepté cette fatalité. J'étais limite curieuse. Mais mon père nous a sauvés en dernière seconde. Aujourd'hui, je le regrette. A l'école, la fille qui est devenue mon amie (je la nommerai C.) est restée ma meilleure amie pendant quatre ans, jusqu'au début du secondaire. Puis elle m'a lâchée pour un groupe de pétasses superficielles et elle s'est retournée contre moi. Par le futur, beaucoup de soi-disant amies ont abusé de ma gentillesse, d'ailleurs. Je restais seule à chaque pause de midi avec personne à qui parler ni partager mon repas. Une misérable. Puis, lors d'un séjour au Maroc avec ma mère, le destin a voulu que nous tombions sur mes grands-parents. Choc. Humiliation. La fille indigne avec sa petite-fille bâtarde. Finalement, ils se sont réconciliés et j'ai obtenu le droit de voir mes Oncles et cousins. Ce qu'ils ne savent pas, c'est que je ne leur ai jamais pardonné leur traitement envers ma mère. Ceci explique mon comportement froid et méprisant envers eux aujourd'hui, ce qu'ils ne semblent pas comprendre. Contrairement à mes grands-parents grecs que j'adorais et qui avaient toujours été là pour moi, je voyais ces nouveaux papy et mamy comme des ersatz de ce qu'on pourrait appeler une "famille". Mon grand-père marocain est mort juste après. Je n'ai pas versé une seule larme pour lui. Nous n'étions que des étrangers, au fond. Revenant à l'école, je m'étais faite une amie allemande géniale, mais elle dut partir au bout d'un an en Allemagne à cause du travail de son père. Retour case départ pour ma solitude. Mais pire encore: les garçons me harcelaient sexuellement, ces mêmes garçons qui me rejetaient auparavant. Ils voyaient bien que je m'embellissais. Ils m'ont tellement mise hors de moi à faire leurs commentaires salaces sur "qui vas se la taper" que j'ai explosé en pleine classe et leur ai crié leurs quatre vérités en les laissant en état de choc. Plus tard, un garçon que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam me prend en grippe dans un couloir et tente de me jeter un chewing-gum au visage. Il échoue. Il tente de s'enfuir en riant avec son ami, mais je le rattrape très vite et je le frappe de toutes mes forces au mur. Lorsqu'il s'en va, je me mets à pleurer. C'est un jour comme ça où j'ai fait une TS chez moi, mais j'ai échoué. J'avais 14 ans. J'en avais ras-le-bol de tout le monde, je voulais tuer mes camarades de classe sans remords, j'étais pleine de haine. Puis j'ai doublé à cause de mes problèmes. J'ai doublé après et j'ai atterri dans une classe où les gens m'aimaient enfin. Après 7 ans de maltraitance, enfin la sortie. Je suis tombée amoureuse d'un camarade de classe, et bien que beaucoup de garçons voulaient sortir avec moi, je les ai tous refusés pour lui. Mais ce n'était pas réciproque. Chagrin d'amour, donc. Puis je remarquais mon potentiel attractif, car même le gars le plus beau de ma dernière année (qui sortait avec la plus belle fille) avait des vues sur moi. Mais je n'ai jamais eu de copain. Encore aujourd'hui c'est une des raisons qui me dépriment. J'obtins enfin mon bac, mais sur la photo de remise des diplômes, je le vois bien que mon sourire est factice. Ce n'est qu'après être sortie de l'école que mes problèmes de dépression se sont déclarés, que j'ai pu enfin tomber le masque de ces années de misère. Aujourd'hui, je suis à l'unif, je fais des études qui me plaisent, j'ai beaucoup d'amis (pas de petit ami mais bon), je hais la vie et les gens. Je ne supporte pas la foule, ni les soirées, rien. Et on m'a brisé le coeur cet été une fois de plus. Je n'attends plus rien de personne. On a trop abusé de moi. Je fais aussi de la dépersonnalisation, ce qui fait que tout me semble plat et banal. Et je hais ça. Je pensais que l'unif ce serait génial mais en fait non. Nul. Nul. Nul. Je veux crever mais je ne peux pas à cause de ma famille et de mes quelques VRAIS amis. Mais j'en ai tellement envie... Je me lève et je me couche comme un robot, plus rien ne m'intéresse. Je sais que beaucoup de gens sur ce forum ont subi pire, même parmi mes amis, mais je méprise la vie et la religion. Je ne crois plus. Je veux juste sauter de la fenêtre. Aide svp?

4 réponses

Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 7 novembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
7 novembre 2013
18
moi ce que je pense c'est que tu es forte .
Le Suicide ,il faut le comparer a ces mauvais camarades de classe qui te harcèlent toujours et tu te pose la question a toi même ,est ce que je vais les laisser me vaincre? .
la réponse est non .c'est la même chose avec le suicide ,s'il te vaincra ,(ce que je pense pas ),tes amis t'auront donc vaincu.
eh ,la vie est belle et tu es encore jeune .
Messages postés
12
Date d'inscription
jeudi 7 novembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
11 novembre 2013
1
J'ai été forte pendant longtemps mais je commence à craquer pour de bon. Je suis perdue avec ma vie... La plupart de mes anciens bourreaux ont mal fini ou n'ont pas réussi à s'adapter au système universitaire qui est différent de leur petite mentalité de bourgeois fils à papa pseudo racaille. Mais le malheur des autres ne me rend pas plus heureuse, loin de là. Mais merci malgré tout. C'est juste devoir se relever à chaque fois qui est dur.
etoile 666, donc tu t'en est remise??? tu veux plus te suicider ??? car moi je veux me suicider mais je peux pas le faire a cause des consequences ..et cela me rend encore plus dépressive !!!!!
j'ai 50 ans plus d'argent jen veux disapraitre proprement ccomment faire ?
Messages postés
1
Date d'inscription
dimanche 19 octobre 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
19 octobre 2014

Salut j'do, comment puis je te contacter par message privée, j'aimerais discuter
Messages postés
76385
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
28 janvier 2022
9 616
Bonjour à pseudo track et j'do

Je viens de lire vos messages respectifs.

Vous vous trouvez ici sur la question d'une autre personne.
Merci d'ouvrir vos propres questions ce qui permettra de recevoir des réponses personnels SUR LE FORUM.
Pour ouvrir une question, clique donc sur un des deux boutons en couleur verte qui se trouvent à droite de la page, en haut et en bas.

Cela permettra aussi à pseudo cadbob de discuter SUR LE FORUM en toute tranquillité.

Donc, à bientôt.
Cette question ici va se fermer.


A cadbob.
Les discussions se font de préférence sur le forum. Merci de tenir compte de cela.
begonie, modératrice
Bonjour à toi, demoiselle pseudonymée Etoile 666.
Je sais que je n'ai quasiment aucune chance de réponse étant donnée l'ancienneté relative de ton post.
Mais voilà, je tenais à te dire que je comptais trimarder à partir de cet été. Je me suis rendu compte que ce n'était pas moi qui tenait les rênes de ma vie. C'était le système scolaire hypocrite et destructeur, la ville et son urbanisation forcée détestable, l'hyper-consommation dévorante, la famille sclérosante, le système capitaliste hédoniste, la religion qui se ment à elle même, et mes pseudos amis bornés qui restaient dans leur confort que la chance matérielle issue de la génétique leur avait donné.
Cela faisait quelques semestres que j'y pensais vaguement, quelques mois que j'y réfléchissait sérieusement, et me voilà maintenant en train d'essayer de préparer mon projet spirituellement et pratiquement, pour que tout se passe pour le mieux psychologiquement et vitalement.
Je n'ai pas vécu pendant 20 ans, j'ai pensé trop de fois au suicide. Je ne veux pas revivre cela. Je ne veux pas que ce soient les autres ou bien des systèmes qui dictent ma vie. Non. J'ai gâché ma jeunesse, maintenant je veux vivre tant qu'il est encore temps.
D'où ma volonté de tout lâcher pour un temps pour mieux réfléchir, pour mieux vivre, pour être vraiment libre, pour pouvoir enfin respirer la vie à pleins poumons.
Étant de nature très sociable, je n'exclue jamais de faire la route avec quelqu'un.
Je pense que cette expérience peut s'avérer beaucoup plus efficace que celle que tous les psychiatres psychologues et autres psychopathologues peuvent proposer ... Une expérience vitale, enrichissante et humaine.
Si jamais tu serais intéressée, n'hésite surtout pas à me répondre.
A bientôt peut-être, qui sait ?
Cordialement,
Quelqu'un qui veut du Bien au Monde.
Messages postés
21
Date d'inscription
mercredi 6 novembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
7 novembre 2013
2
salut,
je suis plus jeune que toi mais mes experience ressemble au tienne quand je raconte mon histoire tout le monde me dit tu as pas fais de TS!
non j'en ai pas fais je comprenais pas pk... maintenant sa s'arrange mais si j'ai un conseil a te donné moi quand je n'en pouvais plus de la famille des cours des autre de la societe je m'imaginais se monde imaginaire! j'en ai ecris une histoire et quand ca va pas je continu d'ecrire l'histoire ca avance une centaine de page:) enfin voila je pense que tu es jeune que tu vas devenir libre et prendre gout a la vie! tu n'imagine pas voyager pour te changer les idées?
Messages postés
12
Date d'inscription
jeudi 7 novembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
11 novembre 2013
1
Moi aussi je disparais dans mon imagination comme exutoire, mais ce n'est pas toujours bon... J'ai de gros problèmes d'inattention et de mémoire à cause de ça. Les gens n'aiment pas ceux qui rêvent trop et se moquent d'eux, ce qui m'a encore plus marginalisée, en fin de compte. Moi aussi j'écris beaucoup et je compte publier un roman :) j'espère que tu parviendras à finir ton histoire. Pour ce qui est de voyager, j'aimerais aller au Japon ou en Thaïlande avec ma famille mais on a quelques soucis financiers récemment et mon père est difficile à convaincre... :/
Messages postés
21
Date d'inscription
mercredi 6 novembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
7 novembre 2013
2
je pensais que tu devais partir seule ou avec des potes à l'étranger... lol Moi c'est un projet! et par contre suis pas d'accord avec toi sur le compte des reves se qui se moquer de moi, sont pas intelligent car sans reveur il y a pas d'imagination et sans imagination le monde aurai pas evoluer!! alors je te dis libère toi de toutes ses années et pense comme tu veux pensé, vois le monde comme tu le voir! :) enfin je sais c'est facile de l'ecrire mais il y a que ca qui me fais avancer maintenant, apres on est tous different on a chacun sa source de motivation chacun sa facon de penser! :)
Messages postés
12
Date d'inscription
jeudi 7 novembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
11 novembre 2013
1
Bah j'ai déjà fait des voyages en Espagne ou quoi avec des amis mais finalement ça m'a encore plus déprimée parce que mes amies parlent de leurs copains et tout et moi que dalle... Je sais que c'est pas le plus important, mais quand on ne se sent pas désirée à mon âge, on en prend un sérieux coup... Je les considère comme de vraies amies, mais contrairement avec celles dont je suis proche depuis des années, on ne s'entend pas si bien que ça. Je n'aime que ce qui est irréel en fait: les films, les légendes et tout. Je hais le monde de tous les jours. S'il y avait moyen de me transporter dans un autre monde ou dans une autre époque, je le ferai certainement et je ne dirai adieu qu'au peu de gens qui en vaut la peine. Je rate ma vie de toute manière, alors pourquoi pas?
Messages postés
21
Date d'inscription
mercredi 6 novembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
7 novembre 2013
2
non tu rate surement pas ta vie, crois en se que tu veux moi j'adore le monde imaginaire les legendes aussi, et mon pere me reproche souvent d'arreter d'ecrire je peux pas... mais on a tous quelques chose de bien en nous!! faut le trouver quand le trouvera tu sera heureuse et je suis sur que le bonheur ne vient pas facilement.... c'est pas les autre qui vivent pour toi c'est toi!! alors ne vois plus par les autre mais dis toi que tu es la tu existe et tu n'as pas a vouloir faire ca...
Messages postés
12
Date d'inscription
jeudi 7 novembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
11 novembre 2013
1
Je ne vois pas ce que je pourrais faire de plus dans cette chienne de vie... Quand je ne vois que le malheur autour de moi, j'ai envie de me planter un couteau dans la poitrine. Peu de gens me connaissent vraiment, les autres CROIENT me connaitre. En ce moment je suis censée bosser mais je n'y parviens pas. J'ai déjà gaché une année à cause de ça. Ma famille m'aime, mais leur amour n'est pas suffisant pour combler mon mal. Du coté de ma mère, je n'ai aucun scrupule à perdre contact avec mes oncles et ma grand-mère parce que je ne ressens pas d'affection envers eux. Ils sont vides. Je leur ai déjà ouvertement montré mon mépris envers eux et leurs disputes incessantes et minables dignes du primaire... Pathétique. Je n'en peux plus, tout le monde me nargue avec sa belle vie, le monde est pourri. Tous les jours je prie pour mourir mais Dieu.. (s'il est dans un coin) refuse de m'entendre. C'est dégueulasse car j'ai jamais choisi de vivre, et je suis là. Sur les millions d'individus qui auraient pu naitre, il a fallu que ce soie moi! Parfois, ma chance me joue des sales tours...
Messages postés
76385
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
28 janvier 2022
9 616
Bonjour.

Et tu n'as pas encore rechercher une aide professionnelle ?

Cela me paraît important de pouvoir discuter avec un(e) professionnel(le) de la Santé reconnu(e) qui pourra t'aider à te trouver un peu mieux dans ton trajet de vie.
Ce que tu décris donne l'impression que tu vis une déprime importante.
Messages postés
12
Date d'inscription
jeudi 7 novembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
11 novembre 2013
1
Oui, j'ai été voir psychologues et psychiatres renommés, je suis encore en thérapie pour le moment et mes problèmes de dépersonnalisation s'amenuisent. Mais je refuse de prendre des médicaments car ils n'ont aucun effet sur moi et peuvent m'affecter psychiquement mais dans le mauvais sens.
Messages postés
76385
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
28 janvier 2022
9 616
Les médicaments représentent aussi un soutien durant la thérapie.
Tu vis avec des idées plutôt sombres.
Si tu te sens si mal dans le sens de la présence d'idées suicidaires, pourquoi ne pas faire appel à ton psy pour le voir plus vite ?
Messages postés
12
Date d'inscription
jeudi 7 novembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
11 novembre 2013
1
Je compte le voir dans une demi-heure en fait. Parfois il m'aide, mais tout finit toujours par redevenir pareil. Je crois que je deviens folle... :'( j'aimerais tellement qu'une voiture m'écrase sur le chemin...
Messages postés
76385
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
28 janvier 2022
9 616
Si tu le vois d'ici une demi-heure, explique un peu en détail ton état d'âme actuel.
C'est un psychiatre ou un psychologue ?
Il a son cabinet près de ton domicile ?
Messages postés
12
Date d'inscription
jeudi 7 novembre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
11 novembre 2013
1
C'est un psychiatre qui vit tout près. Il est très renommé. Je paye 95 euros la séance. Pour le moment, je me sens extrêmement triste, colérique et pleine de haine. Je sais que c'est choquant, mais c'est la vérité. Je n'en peux vraiment plus de vivre. Mon existence même m'apporte haine et rancoeur et aussi envers ceux qui sont autour de moi. Je rêve de vivre dans un monde seule et isolée de tous. Je hais l'humanité à part quelques rares exceptions. J'étouffe.