C'est invivable : Peur de l'échec

Résolu
Signaler
-
 Utopie -
Bonjour,
J'ai l'impression que je vais craquer , depuis toujours je veux être la meilleure , faire de mon mieux ou plutôt faire mieux que mon mieux. Je ne suis jamais satisfaite , je peux être première je trouverai toujours quelque chose à redire à ce que je viens de réaliser. J'ai l'impression que ce n'est pas dans quoi je travaille qui m'intéresse mais juste le fait de réussir.
Cette année je viens de rentrer dans un grande école , j'en suis très fière mais pendant ces premières semaines ça a été très dur , pas à cause du travail à fournir ni à l'internat , je n'ai jamais était aussi heureuse mais à cause de cette peur de l'échec qui grandit. Pour l'instant ma moyenne est très bonne , je suis même la première de mon niveau , mais rien n'y fait , je stresse sans cesse , chaque examen refait le même scénario , blocage , pleur puis je commence. Mais je perd énormément de temps. je ne supporte pas de baisser même si reste la première et être battue est comme un complexe. Même si le deuxième est à un point derrière ( en moyenne générale) à chaque fois que je baisse et qu'il augmente je ne le supporte pas. Je n'arrive pas à rentabiliser mes échecs. Et j'ai l'impression de me détruire moi même. Je n'arrive pas à me convaincre que être deuxième n'est pas grave , au fond de moi c'est comme si tout s'écroulait.
Que faire ? :S

5 réponses

Messages postés
4
Date d'inscription
dimanche 4 novembre 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
13 novembre 2012
1
Bonjour Lune,

J'écris un mot pour dire que peut être ce n'est pas en te disant que tu es têtu ou prétentieuse que tu régleras ce petit problème.

Petit problème tel que présenté car en fait je penses que toute la question d'être le meilleur ou pas, tout ça c'est un peu secondaire, demain tu peux faire une grande découverte dans ta vie et te mettre à faire de la peinture et exprimer ta vie d'une façon complètement différente que tu l'a imaginé jusqu'à maintenant.

L'idée que nous vivons dans un monde de compétition et de lutte pour le meilleur est un conditionnement bien implenté dans la société du paradigme dominant actuel alors il n'y a pas d'affolement, c'est des comportements et de réactions que l'on retrouve souvent.

Si tu navigues bien dans cette vision du monde, continu, il n'y a pas de problème, dans les concours, le deuxième, le troisième et le correcteur acceptent tous de jouer à ce jeu du meilleur.

Par contre le vrai problème, vu que tu es là à essayer de communiquer, c'est certainement qu'au fond, quelque chose te dis qu'il doit y avoir une autre solution si tu souffres. En effet je penserais à calmer le jeu et m'observer un peu moi même. Tu ne cherches pour le moment pas de réponses. J'ai l'impression que tu cherches à te formuler à toi même la bonne question.

Qui suis je ?
Suis je heureuse dans ce mode de pensé ?
Qu'est ce que je veux vraiment derrière mes croyances qui me mènent dans le mur et l'auto destruction ?

Avec les bonnes questions, les réponses et la guérison apparait d'elle même.

Amicalement,
M
Messages postés
37954
Date d'inscription
vendredi 21 décembre 2007
Statut
Webmaster
Dernière intervention
30 novembre 2021
27 086
Je ne pense pas que ce soit un petit problème et je persiste à penser que les mots que j'ai employé volontairement, et non sortis de leur contexte, feront leur chemin plus tard.
Messages postés
37954
Date d'inscription
vendredi 21 décembre 2007
Statut
Webmaster
Dernière intervention
30 novembre 2021
27 086
Apprendre à mettre la barre moins haut, comprendre la pression qu'on du te mettre tes parents, lâcher prise.. C'est un long chemin que tu dois faire pour ne pas souffrir toute ta vie en raison de la peur permanente de l'échec.. Tout ceci s'est joué il y a des années .. mais il faut parfois se faire aider et consulter un psy quand ça devient intenable ou avant que ça ne le soit.
Le problème c'est que mes parents ne me mettent pas la pression , ils sont fiers de ce que je fais mais je me la met moi même. J'ai l'impression que si je ne met pas la barre haut , même si au fond de moi je sais que je n'arriverai pas à atteindre ce but , je n'arriverai à rien ou je serais médiocre.
On m'a conseillé de voir un psy , pour les crises de stress :S , mais je n'ai absolument pas envie de parler de vive voix à quelqu'un . Vu qu'à mes yeux essayer d'atteindre la perfection est naturel et que l'inverse est bizarre. J'ai l'impression que ne pas avoir peur de mes échecs est un échec en soi même. Mais j'aimerai vraiment être plus forte du moins sur ce plan là , même si au fond de moi je n'arrive toujours pas à être satisfaite, j'aimerai au moins ne pas le montrer mais au bou d'un moment je craque.

PS : Merci pour vos réponses
Messages postés
37954
Date d'inscription
vendredi 21 décembre 2007
Statut
Webmaster
Dernière intervention
30 novembre 2021
27 086
Tu sembles assez têtue et sûre de toi: relis quand même les mots que j'ai écrit. Quand à la pression de tes parents, elle existe forcément , inconsciemment peut être.
Écoutes moi, tu gagneras du temps et fais preuve d'un peu de souplesse. D'autre part, tu as beau être excellente en cours, tu peux être moins pertinente sur les questions psy. Et apprend un peu la modestie et à écouter ceux qui ont de l'expérience dans ce domaine. Je pense quand même que tu te souviendras de cet échange meme si tu nacceptes pas ce que je te dis ce jour.
Bonne chance!
D'accord ^^ Et j'avoue que je suis têtue :S
Je n'en doute pas, excusez moi si j'ai paru prétentieuse. Il est vrai que j'ai assez de mal à écouter les autres quand je suis bloquée sur quelque chose.
En tout cas merci de m'avoir répondu. Je n'ai plus qu'a essayé d'améliorer tout ça.
Messages postés
37954
Date d'inscription
vendredi 21 décembre 2007
Statut
Webmaster
Dernière intervention
30 novembre 2021
27 086
C'est très positif d'avoir répondu ceci, et cela montre que tu es capable d'accepter que tu te trompes. Laisses passer un peu de temps et repenses à cet échange et quand tu seras prête, tu pourras consulter.
Bon courage.
D'accord , merci pour votre aide.
Bonjour Lune,

depuis quelques semaines, je ressens la même chose que toi. J'ai toujours eu de la facilité en cours. L'année passée, j'ai décidé de me donner un défi, puisque tout ce que j'entreprenais était systématiquement couronné de succès. Je suis partis plusieurs mois seul à l'étranger pour apprendre une nouvelle langue.

Ayant manqué plusieurs mois de cours, j'ai eu de la peine à raccrocher en rentrant. Des gens que je considérais comme médiocre se sont mis à avoir une meilleure moyenne que moi. Je place toujours la barre au plus haut, mais je n'ai jamais l'impression qu'elle est trop haute.

Finalement, mes résultats remontent, ce n'était qu'une mauvaise passe... Mais je crois que j'en ressors grandi. J'ai reçu une leçon d'humilité. Le fait d'être deuxième ou troisième ne doit pas être angoissant mais plutôt réconfortant : tu restes humaine. Imagine une vie ou tu ne connaîtrais pas l'échec : un cauchemar !

Je crois deviner que, comme moi auparavant, tu considères qu'un bon 98% de la population est idiote : ça n'est pas le cas. Peut-être que tu fait partie du 2% le plus intelligent, mais ça ne veut pas dire que le seuil de médiocrité est à 97%. Ce seuil, tu ne dois pas le situer par rapport à toi. Je te conseilles de ne pas t'inquièter : il n'y a pas beaucoup de différence entre être première au deuxième. Peut-être que le deuxième est même plus sage, moins orgueilleux ?