Que ce passe-il à douze ans dans ma tête ?

Résolu
Messages postés
20
Date d'inscription
samedi 5 novembre 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
31 octobre 2013
-
 marie jo -
Bonjour,
j'ai aux alentours de 12ans, je suis au collège à Paris, mes parents font tout pour moi et pourtant tout est triste pour moi, ou tout me semble triste. Je viens de m'en rendre compte il y a deux/trois ans environ. Je vais vous raconter un peu ma vie mais c'est le seul moyen pour que ceux qui lisent ce message me comprennent.
Ca a commencé à l'école primaire. Jusque là j'avais deux meilleurs amies, mais une qui faisait un peu sa chef commença a m'ignorer et comme elle influence beaucoup les autres, ils l'ont suivis et se sont désintéressé de moi. J'avais encore toute ma classe en ami mais un jour, je ne sais pas comment cela m'est tombé dessus, mon ancienne meilleure amie qui faisait sa chef décida de dire aux autres de ne plus me parler du tout. Je me sentais seule ce jour là, je me suis isolé dans un coin et ils sont venus vers moi, m'ont regardé puis m'ont jeté des feuilles (mortes) et des boules de neige. Je n'ai pas pleuré mais j'ai eu envie. Deux personnes n'avait pas participé à ça. Un garçon et une fille. Ils se sont dirigés vers moi et m'ont réconforté. Ca m'a aidait en effet, mais je me souviendrai toujours de ce jour. Puis ma situation c'est amélioré et j'avais toujours à côté de moi les deux personnes qui m'ont aidé. Mais l'image de la fille isolé, ne faisant rien pour se défendre, est resté dans la tête de chacun. Alors ils continuaient à me faire des mauvais coups. J'essaie de les oubliés mes ils sont bien trop marquant pour les effacés. Un soir, en CM2, j'avais le premier rôle d'une pièce de théâtre, mes parents n'étaient pas là car ils travaillaient, et au moment où j'allais monter sur l'estrade, une fille jalouse de moi m'a lancé une balle (dure) dans les pieds et je suis tombé sur les marches, j'avais la tête en sang (un petit peu, j'exagère) et j'ai vu le sourire de cette fille, j'ai eu envie de mettre le monde en pause et de crier haut et fort, de la frapper, mais non, elle est monté sur scène et a pris mon rôle, pendant que je restai la soirée sur une chaise avec de la glace sur la tête (j'avais beaucoup trop mal). J'aurai voulu me faire disparaître. J'avais le sentiment d'être naïve. De ne pas exister.

Ensuite est venu un soir trois semaines avant la fin des vacances où on mangeait tous à table (mes deux frères, mon père, mon grand-père, ma mère) et ma mère nous a dit qu'elle était muté à l'autre bout de la France, je l'ai suivie avec mon frère, mais mon père, mon autre frère, et mon grand-père sont restés. Là-bas (dans ma nouvelle "vie"), comme les gens de ma classe de 6ème ne me connaissaient pas je me suis fait tout de suite des ami(e)s, des petits amis, tout et tout... Mais j'ai du revenir (pour la 5ème) avec mon frère qui m'avait suivi chez mon père (à cause de la situation financière de mes parents). L'enfer a recommencé, mais différemment. Je me suis rendue compte que le fait que je sois rejetée ne soit pas de ma faute, mais de la faute de cette fille qui m'a laissé tombée à l'école primaire, en CP. Tout était de sa faute, le jour où elle m'a ignoré à tout changé pour moi. L'image que les gens c'était faite de moi n'avait pas changée.

De plus, j'ai découvert que ma mère trompe mon père et mon père aussi, je ne sais pas si je dois le dire, mes frères (16-24ans) fument abondamment, j'ai peur pour eux et j'essaie de les faire arrêter alors que je n'ai douze ans, mes parents me mettent énormément la pression sur mes résultats scolaires, mais ils chutent au contraire. Je suis passée de 17 de moyenne à 6,5 en 1 trimestre.

Au début de cette année (celle de cinquième), j'ai retrouvé mes deux amis. On se baladait et j'ai croisé une ancienne amie et j'ai essayé de lui parler mais elle a dit a son autre amie "eh, attends, ya le vent qui me parle !" Puis elle sont reparties. J'ai essayé de parler avec d'autres gens mais tout le monde me comparait au vent ! Bref, j'ai le sentiment de ne pas exister et je veux que l'on s'intéresse enfin à moi. Alors sur le chemin du retour du collège, je m'imagine que je traverse le passage clouté, mais qu'un scooter ne me voit pas et je reste par terre, allongé que je me réveille à l'hôpital, que je retourne ensuite au collège, que l'on me demande ce qu'il s'est passé et enfin j'aurai le sentiment d'exister.


Qu'est-ce qui ce passe dans ma tête ? Que dois-je faire ?
Aidez-moi ceux qui ont lit jusqu'au bout. Merci beaucoup.

4 réponses

Bats-toi, ces filles et ces gens là ne sont que des véritables gamins avec une immaturité dominante.

Donc bat toi, impose toi un peu, ignore ces gens là, car si tu les écoute et que tu te renferme dans ton coin il vont en profiter, et là ils sont en train de gagner.
Sois forte et ne te laisse pas faire, ne t'inquiètes pas, il m'arrive la même chose.

Ignore les, ignore tout ces gens et ils vont oublier tout cela.
Reste avec tes vrais amis, soit motivée.
Fais tu du sport ?
Messages postés
20
Date d'inscription
samedi 5 novembre 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
31 octobre 2013
1
Merci, je fais du karaté. Quand j'en fais, j'ai l'impression que tout ce qui est en moi sort. Ca me fait du bien. C'est pour ça que je fais ce sport.
Messages postés
76388
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
28 janvier 2022
9 617
Bonjour.

" Que ce passe-il à douze ans dans ma tête ? "

Ta tête va très probablement très bien et/mais ce sont " les punaises " qui te font penser cela ( le sentiment de ne pas exister, etc...).
Des agissements de ce genre, on les retrouve un peu partout et à n'importe quel âge.

Il y a plusieurs façon de faire avec ce type de réactions.
Soit, tu les ignore. Tu as ce droit. C'est efficace.

Soit tu répond, tu as aussi ce droit. Exemple :

Quand elle t'a dis : " attends, ya le vent qui me parle ! "

Tu pouvais répondre : " Oui, le vent ... et toi " :)))

Mais ne pas réagir est encore la meilleure façon de les garder à distance.

Le karaté est un art martial très utile car cela aide à prendre confiance en soi et la confiance en soi renforce un bon estime de soi.

PS : pour les histoires de tes parents, ce sont des histoires d'adultes et tu ne dois pas t'en occuper.

Bonsoir,

Tes " soi disant ami(es) " ne valent pas la peine que tu t'en préoccupes.

Laisse les parler, ne prête pas la moindre attention.

Je maintiens le proverbe: on répond les imbéciles par le silence !

Je comprends que ça fait mal, mais si tu n'as aucune réaction, (ils)elles chercheront ailleurs.

Bonne nuit.
bonjour jeune fille,

j'ai lu attentivement tout ce que tu as écrit, et je me reconnait enfant. dit toi que pour ces personnes c'est une façon de ce faire remarquer par les autres, et qu'il est plus facile d'attaquer une personne dont tu n'as rien à craindre.il est claire que pour moi tu es une personne gentille qui ne veux de mal à personne,c'est un age très difficile que tu traverse, et de plus ètre différent des autres n'est pas un atout à cet age là, mais il le deviendra très vite, garde à l'esprit qu'agir mal ne permet pas de dormir bien la nuit, de ce regarder dans la glace et de ce dire, ouai! je suis quelqun de bien! c'est personne n'ont rien à t'apporter, tourne toi plutot vers les personnes qui te ressemble qui subissent ce genre de comportement, tu te rendras compte que vous avez beaucoup de points en communs, des sentiments cachés que vous avez du mal à dévoiller, il ne suffit pas d'ètre une grande gueule pour réussir dans la vie, encore faut il pouvoir ce retourner et ce dire avec le temps qu'on a fait que du bien dans la vie! tire un trait sur ces personnes, et dit toi que tu vaux mieux qu'elle, car toi tu ne fais pas ce genre de mauvaise chose, tu peux les regarder de haut!
quand au problème de tes parents ou de tes frères, ne t'en mèle pas, ce sont des problèmes d'adultes et tu dois t'occuper d'abord de te construire, on aide pas les gens quand on ne s'aime pas soi mème, apprend à t'aimer, et tu verras que ce que tu dégages attirera systématiquement les gens à toi.

prends de l'assurance et courrage!!