Outrée du refus de ma C.M.U par la pharmacie!

Signaler
Messages postés
2
Date d'inscription
vendredi 30 septembre 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
1 octobre 2011
-
Messages postés
2
Date d'inscription
vendredi 30 septembre 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
1 octobre 2011
-
Aujourd'hui je vais chez le médecin avec mon fils de 4 mois qui n'était pas bien du tout.
Je tiens à dire que j'ai 3 enfants et que je ne suis pas du genre à me pointer chez le médecin dès qu'ils ont un petit pet de travers, pareil pour les médicaments je ne me rue pas dessus au moindre soucis, en gros je n'abuse en aucun cas de la sécurité sociale...

Le médecin me prescrit des médicaments pour mon bébé qui souffre d'une otite.
J'arrive à la pharmacie, je présente ma C.M.U et là refus de la part de la préparatrice en pharmacie. Motif: pas de carte vitale, on ne peut pas faire avec juste l'attestation. (je précise que ça fait 1 mois que l'attend que la sécu me renvoit ma nouvelle carte vitale)
Pour info j'ai travaillé 10 ans aux caisses d'un hôpital public (oui oui j'ai déjà travaillé) et je sais que ce n'est pas le cas, et même le médecin à pris ma C.M.U en compte.
Je suis scandalisée, outrée, vexée.

J'ai vu sur ce site, et sur d'autres, des personnes qui venaient cracher sur les gens, qui comme moi, ont besoin à un moment dans leur vie d'un coup de pouce de l'état
Il n'y a pas que les "cas sociaux" qui bénéficient de la C.M.U. Je travaillais depuis mes 19 ans, j'étais en couple, et un jour ce couple explose, ma vie professionnelle s'en ressent, je me fais licencier, bref ma vie bascule en quelques mois, je me retrouve a essayer d'élever mes enfants du mieux que je peux, à essayer de faire en sorte qu'ils manquent du moins de choses possibles et je ne parle pas de jouets ou de sorties, mais de nourritures, de vêtements, l'essentiel en somme. J'ai vécu, comme beaucoup de parents solo, l'enfer avec un ex qui ne paye pas la pension.
J'ai été toisée par la préparatrice en pharmacie, comme beaucoup de gens, elle a cru qu'elle était en droit de juger. J'ai trouvé çà cruel.
Pour fini je tiens a dire que les pharmaciens, comme les médecins, prêtent serment d'Hippocrate, que je cite tel qu'il est prêté depuis 1996:

« Au moment d'être admis à exercer la médecine, je promets et je jure d'être fidèle aux lois de l'honneur et de la probité.

Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux.

Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J'interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l'humanité.

J'informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n'exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.

Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me le demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire.

Admis dans l'intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu à l'intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les moeurs.

Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément.

Je préserverai l'indépendance nécessaire à l'accomplissement de ma mission. Je n'entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés.

J'apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu'à leurs familles dans l'adversité.

Que les hommes et mes confrères m'accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré et méprisé si j'y manque. »



Le texte parle de lui même.

Cordialement.

2 réponses


bsr

1) Je partage votre point de vue concernant le refus de la cmu , car cela va à l' encontre des valeurs de nombreux pharmaciens ( même si c' est toujours plus incertain d' être remboursé sans la présence de la carte vitale )

2) le serment que vous avez recopié n' est pas commun aux médecins et aux pharmaciens ... c ' est certainement celui des médecins qui est présent.

3) quant à la valeur des serments et des promesses , rappelez vous celui fait au moment de votre mariage !! cette valeur n' est pas fiable à 100%.
Messages postés
2
Date d'inscription
vendredi 30 septembre 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
1 octobre 2011

Oui j'ai oublié de préciser que quand je parlais des médecins quand je citais le serment, je n'ai pas trouvé celui des pharmaciens, ceci-dit l'idée est là et je ne pense pas que celui des pharmaciens soit si différent.

En ce qui concerne le problème du remboursement sans carte vitale, d'une part le remboursement avec carte vitale s'opère au bout de 5 jours et le remboursement avec uniquement l'attestation au bout d'un moins et d'autre part cette attestation m'a été fournis par mon centre de sécu , avec la mention "cette attestation vous sert a faire valoir vos droits à la sécurité sociale et à la CMU auprès des personnels de santé". (textuellement)

Je ne fais qu'utiliser un document qui m'a été délivré par une administration compétente afin de faire valoir mes droits.
Je ne vole personne, mon droit à la CMU je l'ai payé comme tout le monde avec mes 10 ans de cotisations et je continuerais de le payer lorsque j'aurais retrouvé un emploi (car oui je compte retravailler)

Enfin pour répondre à votre petite attaque du 3...vous devez parler du fameux "Promettez de rester uni pour le meilleur et pour le pire...blablabla" j'estime avoir largement dépassé le cadre du pire lorsque mon conjoint m'a envoyé en réanimation après m'avoir tabassé devant mes enfants parce que la voiture était mal garée.

En fait je ne comprends pas trop votre réponse, veut-elle dire qu'il faut excuser ces médecins, pharmaciens et autres qui se mettent hors la loi par pur profit.