Qui connaie la communication non violente , le concept, bien sur ?

Résolu
Signaler
-
 anonyme -
Communiquer, nous le faisons tous spontanément et constamment tous les jours. Cependant peu sont celle et ceux qui connaissent ; les régles d'une communication réelement respectueuse des autres et de soi, connaissez vous ce concept ?
A voir également:

19 réponses

Lire les livres de Jacques Salomé ...vous y trouverez sous la forme de petits contes pour adultes qui parlent à votre subsconscient la réponse à votre quête . Contes à aimer , contes à s'aimer .......contes d'errance,contes d'espérance .....contes à grandir ,contes à guérir .... Dans l'un d'entre eux , Jacques parle de la planète ESPERE ,là ou les êtres humains apprennent à s'entendre et à communiquer entre eux .Communiquer = mettre en commun .
Celui qui s'intéresse a la psychologie, qui éssaye de comprendre des chose compliquée comme la communication sur internet...Ou la non communication c'est a dire le malentendu...
Bonjour, le concept d' une communication non violente, consiste en un échange de paroles et surtout que chacun( es) des participants ( es) entendent ce que les autres disent. Cela ne veut pas dire donner raison, mais ouvrir ses pavillons que l' on appelle des " oreilles ". Maintenant si les personnes sont bornées et préfère échanger par le biais d' insultes, il est préférable de couper court et de dire " tchao ". Dans le virtuel, cela est encore plus compliqué, puisque certaines personnes se croyant bien protégées derrière leur écran, s' autorisent tout et n' importe quoi. Ce qu' ils ( elles ) ne feraient sans doute pas en face à face. En tout cas, c' est à espèrer. Avis aux opinions des autres. Bonne soirée
J'imagine que c'est une manière de communiquer sans provoquer du stress chez le récepteur. C'est sûrement culturel, car ce qui choque l'un ne choque pas l'autre. C'est pour celà que l'on a créé des règles de politesse, des manières de se comporter en société; autre façon d'éviter les confrontations. La diplomatie me semble représenter ce concept.
"Patience dans l'azur", (Livre d'hubert Reeves), merci de vos réponses. L'astrophysique c'est parfios reposant....
"Parfois" excusez la dyslexie du langage.
La communication non violente au quotidien : Je veux rester en lien avec le doux flot de la vie et, ou que j'aille, répandre des vagues d'amour. Je veux que tout ce que je dis et fais vous apporte, chaleur et lumière. J'aime nous savoir sans obligation de réussir La vie est un don que nous n'avons qu'a recevoir. Je veux que tout ce qui vient de moi Jaillisse d'une source de vivante énergie. Je veux rester en lien avecle doux flot de la Vie et, ou que j'aille répandre des vagues d'amour. Marshall Rosenberg , Docteur en PSYCHOLOGIE appliquée, "La communication non violente au quotidien" JOUVENCE éditions page 7
La communication sans violence est bien réelle, heureusement.C'est la violence qui est rare.Pas assez peut-ëtre, mais ce n'est pas un concept.
Pour information: CONCEPT : forme la plus élémentaire de la pensé°, a distinguer de formes plus élaborées, comme le jugement° par exemple. Le concept est cependant toujours une idée générales, et c'est ce qui le difféencie de l'image mentale° qui rest doublement individuelle : elle est celle d'un sujet déterminé et représente un objet singulier. Ainsi le concept de est partagé par quicon sait ce qu'est une mére et ne renvoie a aucune d'elle en pariculier ; l'image mentale de ma en revanche n'apartient qu'a moi elle est celle de l'unique mére qui m'a donné le jour. Un concept peut être défini de deux façons. D'unepart en compréhention°, c'est a dire en donnant la liste de tous ses traits caractéristiques. On parle aussi de la liste des attributs qu'i l> (logique de Port Royal). D'autre par en extenssion °, c'est a dire enfournissant une collection une classe° d'objet dont chacun possède toutes les propriétés mentionnées. Certe, chacun des objets évoqués jouit encore d'aures propriétés que celle énoncé dans la compréhenssion du concept, mais elles sont considérées comme non pertinente. C'est en ce sens qu'un concept est non seulement général, mais abstrait. La compréhenssion du concep t>, par exemple, consiste en: être un quadrilatére, avoir des cotés égaux et avoir des angle droit. Son extension est formée par toutes les figures qui possédent ces trois propriétés, abstraction faite de leur taille et d'autres aspects éventuels. Il existe une double relatin de compréhenssion etextension. L'une est circulaire : pour abstraire les propriétés communes a tous les carrés il faut savoir qu'elles figure sont carrées et lesquelles ne le sont pas. Mais un tel choix requiert la connaussance de ce que signifie . C'est la raison pour laquelle la génése des concepts a donné lieu non seulement a de nombreux débats philosophique, mais à des expérimentations psychoogiques trés variées. L'autre relation est la loi selon laquelle l'extension est en raison inverse de la compréhenssion. Cela signifie que plus la compréhens est riche, plus l'extension est pauvre, moins donc il y a d'objets qui y satisfont. Cognitivement, il y a moins de carrés que de losange et moins de losange que de quadrilatéres même si les trois ensembles° sont mathématiquement équipotents (leurs éléments peuvent être mis en correspondance biunivoque les uns avec les autres). Cela permet détablir une hiérarchie entres certais concepts; On parle alors de genre d'espéce du genre quadrilatére. Il faut toutefois noter que la relation entre genre et espéce est une relation vicarante, c'est adire transposable d'un nivau a l'autre. Le losange est une espéce relativement au quardrilattére il est genre relativement au carré. On est à la source d'un type fondamental de classificatio° Enfin, il peut se faire qu'a des compréhension différentes corresponde une même extension. tel serait le cas si l'on défissaitle carré comme un quadrilatére avec des diagonales perpendiculaires et des bissectrices aussi perpendiculaires. Les concepts non seulement servent a organiser les connaissances et permettent le raisonement° logique, mais ilsont source de créativité°. Suposons en éffet que, par abstaction° covenable des donnée perceptives, on ait établi la compréhension de deux concepts, l'un par les traits d,e. Sans plus recourir à l'obsservation il est alors possible d'engendrer de nouvaux concepts, tels par exemple ceux de compréhension (a et d), (b,c,et e), etc La plupars des mots° désignent des concepts qui peuvent appartenir à des domaines trés différents les uns des autres : être concrêt ( arbre), être abstraits (nombre), processus (polissage), propriétés (rouge), action( courir). On ne vois dailleurs pas qu'il soit possible d'en fournir une liste exhaustive. Toutefois l'usage de la langue, indispensable à partir d'ub certain degrée d'élaboration de la pensée, conduit à distinguer nettement le concept au sens fort (tel qu'il vient d'être défini) et la NOTION. Il est rare en éffet que les termes d'une langue, dans leur emploi commun, soient réelement définis par la donnée d'une liste bien déterminée et fermée de propriétés, comme le sont par exemple les concepts scientifiques. Ainsi la dans l'usage courant est une certaine quantité de matiére qui ne se distingue guére de son poids et à un certain âge même, pas de son volume. Il s'agit d'une notion et ce n'est qu'au sein d'une théorie physique, dans laquelle la masse est définie comme le rapport entre la force à laquelle le corps est soumis et son accélération, que l'on peut parler de concepts au sens strict. Cette distingtion n'est pas sans conséquences sur les raisonements, dont les plus rigoureux ne peuvent se faire que sur des concepts. On peut même envisager que l'une des différences essentielles entre les sciences dites dures et les science humaines tienne au fait que les premiére servent de concepts et les secondes de notions. J.B. Grize Dictionnaire de PSYCHOLOGIE P.U.F. Quadrige DIco:poche page 138;
Erreur sur le texte sur le concept Il faut lire_"on parle aussi de la liste des attributs (Logique de Port-Royal)_.ça prend du temps de taper tout cela...Et j'ai fait des fautes de frappes.....
ERATUM encore ; il faut lire aprés ....des attributs qu'il Excusez moi c'est important pour la compréhension du texte...
Erreur de frappe sur le texte plus haut sur le concept_... attribut Qu'il (Logique de Port-Royal...)_ C'est important por la compréhenssion du texte merci....
merci philippe, quelle persévérance. oui, salomé est un être qui dit des choses tellement simple que nous n'arrivons pas à les dire! en plus des contes, il a écrit tellement de belles choses qui se trouvent sur google........... steiner, freynet, montessori sont des pédagogues qui pratiquaient l'éducation sans violence également. la communication cela s'apprend! c'est incroyable mais c'est comme ça; autrefois les règles de politesse aidaient à s'écouter et à se respecter c'était un peu plus facile de communiquer sans violence mais pas forcément épanouïssant.. se dire sans honte et sans crainte d'être refoulé empêchent de se taper dessus.
Merci Agnés, c'est pas de la persévérence ça me permet de retavailer intellectuelement, c'est l'avantage de ce média l'interactivité permet de s'accocher a un long chemin de réapprentissage dans mon cas ça me permet d'utliser et de pratiquer mon dictionaire de psychologie....J' ai a tas de bouquin a lire internet me permet de tester la validiter des "concept" ou notion véhiculé par ces livres, comme quoi on apprend des choses avec internet, il n'y a pas que des bétises ...
il y avait plus simple et moins dure a taper / CONCEPT : nom masculin 1 philo.représentation mentale abstraite et générale.2 projet d'un nouveau produit industriel ou commercial. Mini Dictionnaire Hachette de la langue française. page 155 c'est plus facile a taper... qu'il
"qu'il enferme en soi qu'on ne peut lui oter sans le détruire" logique de port_royal....
Donc on doit plutot parler de notion de communication non violente plutot que de "concept" tu as peut être raison...Concept aussi que j'ai fait beaucoup de fautes de frappes qui rende le texte concept difficile a comprendre notion d'humilité boudhique, par contre il y a un notion culturel de violence, qui est différente selon les cultures est violent ce qui_ choque dans une culture_ donnée par exemple chez nous le voile intégrale, alors qu'il est commun dans la culture musulmane, la notion de violence est donc lié a un seuil d'acceptation culturel....A une époque donné pendant une guerre il y a une violence "normal" piusque tuer des gens redevient une norme commune.(par contre il y a encore des normes comme "la notion de crime contre l'humanité" la torture etc...), la guerre entre les humain e est donc l'extréme degré de la communication , je t'envoie mon missile tu m'envoie le tien on se détruie dans la joie et la bonne humeur (c'est de l'humour noire...).
LES MOTS SONT DES FENÊTRES (OU BIEN SONT DES MURS) Je me sens si condamnée par les mots, Je me sens tellement jugée et repoussée, Avant de partir, j'aimerai savoir, Est-cela que tu voulais dire ? Avant que je me lève pour ma défence, Avant que je ne parle poussée par ma souffrance ou par la peur, Avant que je ne construise un mur de mots, Dis-moi ai je bien entendu ? Les mots sont des fenêtres, ou bien des murs. Ils nous condamnent ou nous libérent. Lorsque je parle et lorsque j'écoute, Puisse la lumiére de l'amour rayonner en moi. Il y a des choses qui signifie tant pour moi, Si mes mots ne rendent pas mon message limpide, M'aideras-tu a me sentir libre ?Si j'ai paru te rabaisser, Si tu m'as crue indifférente, Essaie d'écouter par dela mes mots les sentiments que nous partageons. Ruth Berbermeyer, Les mots sont des fenêtres (ou des murs). in "Introduction a la communication non violente" de Marshall B. Rosenberg