VIVRE

Résolu
anonyme - 26 sept. 2010 à 15:02
 anonyme - 5 oct. 2010 à 14:04
Vous apprenez que vous souffrez d'une maladie incurable et handicapante qui vous marginalise.Votre survie tient à des comprimés jusqu'à la fin de vos jours. Et chaque jour vous êtes confrontés à des souffrance et difficultés;Comment réagissez vous?

16 réponses

Je chercherai d'abord par tous les moyens à connaître l'origine de la maladie car n'oublions pas que c'est à chaque fois le terrain qui est en cause ... Si je n'ai vraiment pas d'autre choix qu'un traitement, ce sera forcément une méthode douce et naturelle ... Enfin, je mettrai à profit le reste du temps qui m'est imparti pour me consacrer à l'essentiel ...
Dans ce cas , je souhaiterais l'euthanasie!
euthanasie. Le trou de la sécu est déjà bien assez grand comme cela.
Bonsoir , pas facile de répondre à ce genre de question . Je dirais que cela dépend de la médication , de la force de la douleur , de l'accompagnement familial , de mon envie de vivre et de ma soif de savoir. Je m'explique la médication peut provoquer des problèmes annexes pas forcément faciles à gérer (certains médicaments peuvent , par exemple , rendre agressif ) . La force de la douleur : celle-ci peut s'estomper dans le temps ou bien ne cesse de croître . L'accompagnement familial : eh bien, la solitude est terrible et à elle seule peut provoquer une envie de mourir . L'envie de vivre : je crois que cela ne nécessite pas d'explications . La soif de savoir : sans avoir de pôles d'intérêts , je ne crois pas pouvoir distraire mon esprit de la souffrance ou de la certitude de cette fin prévue ; donc par effet une non-envie de vivre... Voilà , c'est ainsi que je crois que mon environnement peut influencer ma vie si cela m'arrivait. @+

Vous n’avez pas trouvé la réponse que vous recherchez ?

Posez votre question
vivre avec une épée au dessus de la tête,en se disant qu'elle peut me transpercer tous les jours, vivre avec des piqûres toutes les trois heures, des comprimés, le regard compatissant ou parfois dégoûté des gens je connais c'est mon quotidien alors je vous dis battez vous pensez que vous avez la chance d'avoir un traitement des amis et surtout de la famille et la vie vaut la peine d'être vécue ! certaines personnes n'ont pas cette chance, pas de traitement alors heut les coeurs, deux tours dans les chaussettes une bonne inspiration et une nouvelle journée commence que ne supporterai-je pzs pour rester près de mon mari et de mon fils Olivier
Vos réponses sont vraiment partagées.....Mais tant qu'il y a de la vie ,il y a de l'espoir......il parait ! l'euthanasie non ,elle n'est pas légale et le bienfaiteur s'expose à des sanctions. Il peut y avoir par contre des moments de ras le bol. Pensez vous dans ce cas qu'une pulsion destructrice vous passerait par le tête?
Certainement France.....Mais je penserais aussi à ceux qui m'aiment et qui ne voudraient pas que je fasse ce geste sans leur en avoir parlé avant et expliquer pourquoi.
de toute facon avec la pollution la mal bouffe la misere qui fait que le droit aux soins n est plus que pour les riches et que certains subissent des préssions au travaille comment ne pas etre touché par une maladie incurable.donc je serai plus étonné d avoir passé au travers .
Vivre, c'est s'adapter.
La vie pour certains et certaines est déjà bien remplie. Profiter c'est facile à dire entre voiture, boulot,enfants,ménage et dodo...........Il exact que l'on s'adapte :parce que l'on n'a pas le choix........tous s'en passeraient ! La vie est une ronde et une action indéfinie!
je ne sais pas comment je réagirais, quand j'en serais à ce stade, j'aurais peut être la réponse, mais pour le moment, malgré mes soucis, je gère, je vis, je positive....et je ne me plains pas et n'ennuie personne...
Réponse pour Marie France, personne ne se plains et personne n'ennuie personne sinon il n'y aurait jamais de réponses aux questions posées. Il ne faut pas perdre son à répondre à des sujets pour lesquels on ne sent pas concerné ni si non n'avons pas de réponses il est bien évident...........Merci tout de même d'avoir pris le temps pour répondre à cette simple question et pour son côté "humain"
bien obligée de vivre avec,en connaissance de cause.Souvent le moral tombe et heureusement pr moi j'ai des membres de ma famille qui me soutiennent,les amies c'est la qu'on les reconnait et il y en a,pas bcp trop des doigts d'une main pr les compter.Maintenant j'essaie de profiter au maximum des choses et gens que j'aime et mon futur objectif est de me faire plaisir en premier c'est peu etre egoiste mais bon!!!!
Quel est l'intérêt de cette question bien peu psychologique sur ce site,? N'avez-vous pas autour de vous des personnes confrontées à ce malheur? Ce sont leurs réactions qui importent pour les aider. A quoi bon disserter ! Tout le monde sait qu'il vaut mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade!
Chère Dominique vous n'avez malheureusement rien compris.....La place de ma question est bien dans psychologie. Et quand à côtoyer ces personnes, je suis plus que bien placée pour en parler. Alors je n'ai pas demandé de "disserter" mais simplement comment avec le regard de la société il assumeraient cela. Pour plus de renseignement consulter ma fiche : Florence MAROUD. Merci malgré tout de votre réponse ..........vous avez du réfléchir pour pouvoir répondre c'est déjà beaucoup!
Je répond à Florence, je voulais dire que je ne me plains pas, ni n'ennuie personne, mais je ne disais pas celà pour ici, je parle des autres, de mon entourage. Je me suis battue chaque jour de ma vie, j'ai ma fierté, j'ai appris à ne plus me plaindre, j'essaie de ne pas ennuyer, et je continue de me battre et je me suis promis de me relever seule. Pour dire que si ma vie se détourne une nouvelle fois, je me battrais comme je l'ai fait, tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. Voilà Florence, j'espère que vous me comprendrez mieux, et pardonnez moi si je me suis mal fait comprendre...