Vivre dans l'angoisse après un traumatisme !

Résolu
TheGoodLord
Messages postés
42
Date d'inscription
dimanche 2 janvier 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
9 juin 2013
- 18 janv. 2011 à 21:03
 Melancorage - 6 févr. 2011 à 12:38
Bonsoir,
je profite de quelques minutes de temps libre pour vous écrire et partager avec vous un probléme qui commence à m'absorber mon energie et mon envie de vivre. Depuis le début de cette année je ne sais pourquoi je me retrouve dans certaines positions qui m'ont traumatisé à vie. Mon probléme ? Je n'en ai aucune idée, mais je sens que j'ai peur [Peut être ?]
Voici déjà quelques temps que je me fais lyncher à diverses reprises dans la rue, rien de vraiment stygmatisant à première vue puisque je n'ai jamais subit de réelle agression physique mais pourtant aujourdhui j'ai peur de sortir, à chaque fois que je sors, je me force en me disant que je suis un homme et qu'en tant que tel je ne dois pas me comporter en lache. J'ai connu 4 épisodes traumatisants, je me suis fait serrer par une bande de petites frappes, je suis robuste et musclé mais pourtant je ne suis pas sûr de moi et je n'ai pas confiance en mes capacités du coup, je me suis laisser faire, je me suis mis en position d'inferiorité même si à la fin ils n'ont rien fait appart m'humilier verbalement en me sousmettant, la deuxiéme fois même chose, la troisiéme fois un alcoolo a voulu m'atteindre avec une bouteille de champagne à première vue mais j'ai esquivé et il est parti en titubant, et la dernière fois je me suis fait bêtement arnaquer mon telephone par abus de confiance . En lisant ça je me rend moi même compte qu'il n'y a rien de quoi faire toute une histoire et pourtant mon coeur s'accelere avant et pendant une sortie, les gens s'en rendent compte parce que je parais angoissé d'après eux ce qui augmente le risque d'agression. Je vis dans un pays qui est assez civilisé [Maroc] et je sais que dans chaque pays il y a une certaine poignée de déliquants mais je ne me vois pas rester encore ici, dans deux ans j'aurai mon BAC et je quitterai le pays mais s'il vous plait auriez vous une méthode, une technique pour que je reprenne confiance en moi ? Pour que je puisse déhambuler tranquillement dans la rue sans être constamment aux aguets avec un rythme cardiaque qui frise la tachycardie ! Je bouge toujours à pieds longues et courtes distances, jours et nuits, pour me donner du courage et ne pas me laisser faire, mais ça se voit que je suis angoissé et anxieu une fois dehors et avant de sortir je pése le pour et le contre au point de trouver n'importe quoi pour éviter de sortir. Comment faire pour VIVRE à nouveau ! Je ne trouve plus de but à une vie passée dans la peur ou entre 4 murs ... Aidez moi s'il vous plait.
Cordialement, The Good Lord !
A voir également:

3 réponses

Utilisateur anonyme
19 janv. 2011 à 16:00
Bonjour,


avant tout, intègres bien que toute agression, quelque soit son degré ou sa nature (verbale ou physique) peut s'avérer traumatisante et avoir des répercussions parfois lourdes .....

Je comprend ce que tu ressens et sais qu'il va falloir faire un travail sur toi-même, comme dit ludlow effectivement il va falloir que tu te fasses violence et sortes de chez toi, et surtout que tu essayes d'intégrer que ce que tu as subi est le fait d'une minorité, des petits groupes que tu as croisé ..... mais que "la rue", "la vie" ne t'en veut pas et t'appartient comme à n'importe-quelle personne... facile à dire, je sais bien .....

ce que tu fais est déjà bien, de sortir et faire de plus ou moins longues distances, déjà le tour du quartier c'est bien !! même si tu n'es pas à l'aise, même si tu es angoissé, respires, prends sur toi ..... et rentres si ça ne vas pas, mais tu as l'air d'avoir déjà entamé un certain processus qui permet d'avancer (certaines personnes n'osent même plus sortir de chez elles et s'isolent complètement)

en clair je rejoins complètement ludlow dans son post, parles-en et sors un peu, même un tout petit peu, avec le temps ..... un changement de situation, une rencontre, ou autre, etc..... ou par ta force, tu arriveras à faire face et à reprendre le dessus, en dehors de chez toi .....

l'agoraphobie (crainte de l'extérieur, de la foule, etc.....) se gère, se soigne, il faut énormément de volonté, mais tu m'as l'air bien partit pour en sortir et aller mieux

Bon courage à toi, ce ne sont que des mots mais j'espère que nos messages pourront t'éclairer

;)
--
5
ludlow
Messages postés
10
Date d'inscription
mardi 18 janvier 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
27 mai 2011
8
18 janv. 2011 à 23:30
Salut!

Ce genre de situation qu'on peut considerer comme un reel probleme peut devenir maladif.. Il y a plusieurs solutions pour pouvoir vivre/revivre sans angoisse comme celle que tu as.
La premiere chose a faire c'est bien evidement d'en parler..
La seconde, c'est d'affronter "ce stress", je m'explique.. Si tu ne te sens pas bien a l'exterieur, sors quand meme, force toi a faire quelque pas..
Car si tu ne fais rien il se passera rien c'est l'inertie.. C'est en agissant que les choses changent.
Essais ensuite dans un second temps de marcher plus longtemps que les fois precedentes.. Cela prendra du temps et de la patiente...
J'espere que ca t'aidera un peut... Cya
4
TheGoodLord
Messages postés
42
Date d'inscription
dimanche 2 janvier 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
9 juin 2013
5
19 janv. 2011 à 21:30
Premierement je voudrai vous remercier de vos réponses, je n'espérais même pas en recevoir et vos paroles me vont droit au coeur, je vous dis merci .
Ce que vous m'avez dit me rassure énormement, aujourdhui, je peux me rassurer en me disant que peu importe ce qui arrive, ça arrivera encore et m'isoler ne fera qu'empirer les choses, lorsque je suis avec un ou plusieurs amis, cette angoisse se calme, ou alors je mets de la musique dans mes écouteurs et plus rien ne me trouble. Je fais toujours les même distances qu'avant, et je passe souvent par les endroits où j'ai été attaqué, certes si quelqu'un s'approche de moi ou me parait un peu mal intentionné mon coeur s'emballe mais je serre les dents et j'avance en regardant les personnes dans les yeux. Je dois avouer que le seul fait d'avoir partagé ça sans avoir peur d'être jugé voir humilié m'a beaucoup aidé, aujourdhui je suis resté dehors plusieurs heures, seul sans angoisser ! Avec mon entourage je suis de nature plutôt fermé à quoi que ce soit donc en parler est absolument impossible. Voilà pourquoi je vous remercie encore du fond de mon coeur !
0
Utilisateur anonyme
22 janv. 2011 à 00:18
De rien :-)

suis passé par là il y a une dizaine d'année, ce fut difficile mais je m'étais vite repris en main, lorsque qu'à 18 ans j'ai dû gérer un public qui parfois en venait aux mains (se battaient) dans un parc d'attractions où je travaillais à l'époque, il fallait bien que je réagisse car c'était mon rôle et et j'ai appris à reprendre le contrôle sur "autrui" ..... sur "les autres" .....

Je t'avoue que j'ai eu juste une ou deux "rechutes" à l'issue du contrat mais depuis tout ce temps ma vie a bien changé, et depuis longtemps je me sens très bien partout .... je suis chez moi !! personne n'a le droit de tenter une quelconque oppression sur qui que ce soit .....

nous sommes libres, crois-moi, tu verras avec le temps les choses évolueront pour toi car la peur amplifie et nourrie des fantasmes qui ne se passent que mentalement concrètement c'est souvent moins "grave" ..... mais c'est humain de flipper , j'ai beaucoup flippé avant toi t'inquiètes ..... ça va passer ....

Il faut un peu de volonté et le temps fera son affaire,

bonne soirée TheGoodLord

;-)
0
Bonjour,
je ne sais pas de quand date ce post, mais les reponses que je lis, sans être "mauvaises", et etant clairement bien intentionnées, me semblent qd même pouvoir être un peu dangereuses : parce que banalisantes..

Voilà : j'ai été moi même "victime" (mot que j'ai du mal à employer..) d'un acte de violence totalement gratuit.. fausses accusations. violences et humiliation...............
- Le pire dans tous ça ? : des policiers...lors d un "banal" contrôle.
(je ne rentrerais pas dans les details ici, mais dirait seulement une chose : je n avais rien fait de mal et encore moins qui puisse justifié ce traitement sadique (rien ne justifie le sadisme..RIEN). Juste une esquisse : me faire mal sciemment, moi de crier de douleur et hop une raison de plus pour me faire à nouveau mal, pour que je "la ferme" parce que je crie..evidemment..)
(ça c 'est passé en allemagne..berlin... je precise..)

Le fait est que, depuis, soit env 10jrs, je commence à avoir des effets "secondaires" serieusement inquiétants..., ayant atteint recemment un sommet insoupçonné :
enorme crise de panique au travail. obligée de partir en plein "coup de feu"...(je vous laisse imaginer l ambiance et de ce fait la pression supplémentaire...)
Le retour à la maison etait parsemé de voitures de polices, et j'ai 3 fois été obligée de m arrêter : tachycardie, souffle coupé, tremblements, larmes..

Je n ai jamais, jamais eu peur dans mon quartier.. et bien maintenant, oui.
On peut toujours tomber sur un fou ou un salaud, mais quoi, qd celui-ci est deja toujours en "bande" et qui plus est "autorisé", "assermenté" et que leur parole vaut d emblée 2 fois plus que la votre...et qu ils "exercent" à 600m de chez vous..Que faire ?!
Que faire quand la violence est instrumentalisée ?
Beeen : être littéralement terrorisé.....
......à l idée de les recroiser.

Ils ont bien reussi leur coup, faire passer le message "que je me mette bien dans la tête
QUI a le DROIT! Le POUVOIR. ".

Je suis depuis cette histoire constamment a la recherche dinformation...D'abord administratives, juridiques, mais plus ça va, et plus c'est de ma santé - mentale et physique - dont je m inquiete..(Justice? me direz vous ?..j en doute..: pas un seul temoin de mon côté..(3-4 personnes sont passées sur le trottoir, rasant les murs, les yeux rivés au sol = bravo.)
Je n ai, pour tout dire, toujours pas osé, oui osé, porté plainte...- puisque qu on me l avait deja alors refusé celle ci au commissariat en me riant au nez..)

Et je vois donc noir sur blanc que j'ai ce qu on appelle : TROUBLES DE STRESS POST TRAUMATIQUE..

Et, je m arrêterais là, pour vous indiquer un traitement qui semble être particulierement adapté : EMDR

-> https://fr.wikipedia.org/wiki/EMDR

Je suis une femme du reste (je précise puique le post orginal vient d'un jeune homme).. mais, et alors ? L'humiliation n'a pas de sexe, ni de couleur. La souffrance non plus.

Ne sous estimez pas les violences qui vous arrivent...je sais de quoi je parle, puisque cet evenement a un effet "trigger"...: de plus anciennes violences vues ou vécues remontent à la surface en ce moment...et c'est moche.
Et c'est flippant. et je ne me reconnais pas. parce que je suis (ou passe pour?) quelqu un de fort, sûre d elle, qui en impose, a du charisme.. et patati et patata..

Et sachez une chose...l entourage (connaissances, "potes", collègues et consorts..- pour ceux qui peuvent leur en parler), si il ecarquille les yeux, se lassera bien plus vite de vous états
d âmes alarmés et alarmants, que les états en question de vous...
Et quand bien même si l entourage est present, ça ne suffit pas..(c est mon cas..)


Moralité : chercher l aide d un professionnel..


Evitez surtout d abord la medication - encore plus l auto-medication ou les "paradis articficiels"
Evitez d emblée les medecins qui vous jaugent et jugent, et ne prennent pas le temps
Preferez les therapies qui passent PAR le corps ET par la parole (puisque c'est PAR LE CORPS que sont passées les violences.)

Preferez des endroits et ambiances securisantes mais ne vous cloitrez pas non plus
(non : ne pas "se faire violence" - NON.)
(et NON : le temps ne fait PAS TOUJOURS le travail - il fait des fois même celui qui ne va pas dans le bon sens)

Ecrivez chantez, dansez
Re-pensez et re-pansez votre souffle..

Et mefiez vous de l eau qui dort..


Je souhaite à tous ceux qui doutent et souffrent
prudence et courage
fermeté et douceur
envers et contre tout

*
0