Aider une amie alcoolique

-
 Petrus -
Bonjour,

Bonjour,

J'ai rencontré il y a déjà un bon moment une fille qui me plaisait bien. Bon, il faut dire que j'ai des goûts un peu particuliers. J'aime les nanas jolies mais physiquement bien rondes, drôles et qui aiment faire la fête. Laetitia, qui avait 23 ans, répondait parfaitement à ce critère et on s'est bien amusé. Je l'ai vu régulièrement et je n'ai rien noté d'étrange car, certes elle buvait beaucoup lors de nos sorties, mais c'était festif et je n'avais pas l'impression que c'était une habitude régulière. Pourtant, je savais qu'elle était gérante d'un bar mais je ne voyais rien d'anormal à ce qu'elle se lâche avec moi et elle ne me disait rien de ses habitudes quotidiennes. OK, elle était carrément bourrée certains soirs mais cela semblait ne pas être son quotidien. Il est vrai que je ne lui rendais jamais visite sur son lieu de travail et qu'elle me retrouvait en fin de journée un peu exaltée, un peu "chaude", mais que j'attribuais ça à la perspective de nos petites sorties qui avaient généralement lieu le vendredi soir. Qui ne décompresse pas dans ces occasion ? Puis, j'ai commencé à me rendre compte que Laetitia paraissait étrange au téléphone quand je l'appelais l'après-midi et, connaissant sa profession, j'ai compris assez vite qu'elle buvait au travail et que le phénomène, dont j'ai appris plus tard qu'il était ancien, avait tendance à s'amplifier. J'ai donc commencé à lui rendre de petites visites à son bar et j'ai été édifié. En posant des questions à son entourage et en faisant des "sondages", j'ai compris que ma copine commençait à boire de la bière le matin, prenait l'apéritif avec les clients à midi, déjeunait en fin de service en consommant du vin, reprenait de la bière l'après-midi et rebelote l'apéritif et le vin le soir. Sans compter un petit digestif de temps en temps. Ses secrets pour ne pas s'écrouler avant la fin du travail : l'espacement de toutes ses consommations sur une bonne dizaine d'heures, des repas copieux et son poids, près de 120 kilos. Cependant, lors de mes déplacements, certains d'ailleurs au cours desquels je l'observais de loin sans me manifester, je la voyais trinquer avec la clientèle, adopter des attitudes provocantes ou inconvenantes, s'assoir à des tables avec des connaissances, s'appuyer lourdement à son comptoir, manifestement éméchée et fatiguée par son mode de vie. Je la voyais une fois à travers la vitrine, remonter son haut de manière à avoir moins chaud et montrer son "petit" ventre bien rond à tout le monde, ce qu'elle n'aurait pas fait dans un état normal. J'étais très perturbé par tout cela car j'avais quand même investi sentimentalement notre relation malgré le côté festif et physique. Cela me chagrinait de la voir mettre sa santé en danger, se donner en spectacle, prendre le volant de sa voiture en ayant bu. Je décidais de contacter un de ses frères, Pascal, que je connaissais vaguement et il me confirmait que toute la famille savait que Laetitia, "picolait au bar et était souvent bourrée" Elle ne buvait apparemment pas tous le jours autant mais était toujours sous l'influence de l'alcool, parfois sans que cela l'empêche de vivre normalement, parfois au point de ne pas pouvoir fermer seule le bar. Je demandais à Pascal ce que comptait faire la famille et il me répondit que le père de Laetitia avait eu les mêmes problèmes, que c'était comme ça et qu'il n'y avait rien à faire, juste l'encourager à ne pas aller trop loin en compromettant le commerce. Je prenais alors l'initiative de parler directement à ma copine de tout cela et la rencontrais un matin dans un autre établissement de son quartier. Je n'avais pas passé la nuit avec elle depuis un mois, il fallait jouer carte sur table. Comme je m'y attendais, elle reconnut sans peine boire beaucoup d'alcool, tous les jours même les jours de repos, avoir pris cette habitude vers l'âge de 16 ans après avoir commencé à travailler dans les débits de boisson. Elle me dit que ce n'était pas un problème, que cela créait des liens avec le clientèle, que cela l'aidait à "tenir" malgré les difficultés du travail et de la vie en général, qu'il était bien rare que ça l'empêche de finir sa journée convenablement, qu'elle se sentait parfaitement bien pour conduire ou que sinon elle se faisait accompagner, qu'elle était d'une constitution physique et d'un poids qui faisaient que son corps "absorbait" l'alcool sans risque. Elle m'avoua non sans essayer de minimiser sa consommation quotidienne : environ 8 demis par jour, quatre ou cinq ricard, une bouteille de vin rosé ou rouge (pour les deux repas) et deux ou trois "digeos", le tout entre 10 heures et 22 heures. Les jours de repos, chez elle, elle buvait surtout de la bière puis des alcools en soirée. Je lui avouais clairement ce que je pensais de ce que j'avais vu certains jours dans son bar en passant en fin d'après-midi en terrasse : une fille parlant fort, un peu débraillée, le visage rouge, sentant l'alcool, et marchant d'un pas mal assuré, une cigarette au bec. Pas ivre morte, d'accord, mais clairement et fortement alcoolisée. Je la mettais en garde à la fois sur les risques de santé énormes qu'elle prenait, alors qu'elle avait déjà un surpoids, sur la folie de conduire sa voiture dans cet état, même pour un très court trajet et du style pas très brillant qu'elle se donnait devant le public. Je suis moi-même assez attiré par les filles bien en chair, habillées moulant et pimentées par un tatouage et/ou un piercing et qui aiment la fête mais là, le spectacle d'une fille complètement imbibée sur son lieu de travail, en plein après-midi, je trouvais cela vraiment "craignos".
Depuis, on ne s'est pas revu (l'explication était avant les vacances d'été), je sais que ça continue, que Laetitia boit toute la journée, lentement mais sûrement, une de des deux serveuses m'a même raconté qu'en l'absence de clients, elle allait boire des canettes de bière dans la cour du bistro sur la table haute réservée à la pause cigarette du personnel. Même si je n'étais pas fou amoureux, j'aimais bien cette fille et cela me désole de l'imaginer dans les vapeurs de l'alcool, accoudée à son bar, pas très stable sur les talons de ses bottes, en train de plaisanter avec les poivrots.
Que puis-je faire ? Elle est majeure,sa famille s'en fout parce qu'elle sous-estime le danger compte tenu de la culture alcoolique qui y règne, elle travaille dans un bar (gérance de SARL), elle n'a aucune envie de changer. Je n'arrive pas à savoir si elle est dépendante physiquement ou seulement psychologiquement. Elle a prétendu qu'elle avait arrêté de boire récemment en allant rendre visite à de la famille en province et que ça n'avait pas posé problème. Elle avait perdu 10 kilos, qu'elle avait repris aussitôt rentrée. J'ai très peur qu'elle se mette aussi en danger car que ce passera-t-il si elle reste seule et ivre au bar un soir et qu'elle est agressée, et même sexuellement !
Je voudrais ajouter que je me sens coupable parce qu'au début de notre relation, je n'ai pas voulu voir qu'elle avait un problème. Quand on picolait ensemble en faisant la fête, je me dissimulais à moi-même qu'elle avait une base d'"alcoolique" et je me disais pour me rassurer qu'elle ne se "lâchait" qu'avec moi. Comme, à la base, j'adore ce style de fille, ronde, sexy et qui aime les plaisirs de la table et de la boisson, et que je ne m'investissais pas trop sentimentalement, j'ai laissé faire. En y repensant, je ne pouvais pas ne pas voir qu'elle était déjà saoule en arrivant chez moi et que, quelque part, ça m'excitait. Je sais bien qu'elle sentait l'alcool mais je me forçais à penser qu'elle avait simplement commencé à arroser le week-end. Alors que, maintenant, je suis désolé de la savoir comme ça, dans cette situation

5 réponses

Messages postés
29326
Date d'inscription
lundi 1 décembre 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
7 mars 2021
6 147
Bonjour,


L'alcoolisme est une addiction très difficile à soigner.

Vous ne pourrez rien pour elle si elle ne veut pas elle-même
se prendre en main.

Essayez simplement de lui donner des noms d'associations
telles que les alcooliques anonymes.

Dites lui également qu'avec sa surcharge pondérale, elle met
sa vie en danger.

On n'arrive pas toujours à motiver les gens en leur parlant de santé. Ma copine, qui est obèse et fait cholestérol et triglycéride, mange comme quatre, fume et boit comme dix. Quand on lui parle de ses marqueurs (y compris des gammas GT) ça la fait marrer. Il faut dire qu' à 24 ans, elle se croit à l'abri de tout. La seule chose de négatif qu'elle ressent, c'est la fatigue en fin de journée, sûrement due au surpoids plus l'alcool. Mais quand on lui dit qu'elle a trop pris d'apéro et de bière, elle prétend qu'elle est fatiguée à cause d'autre chose (travail, chaleur,...)
Messages postés
29326
Date d'inscription
lundi 1 décembre 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
7 mars 2021
6 147
Voyez, elle ne prend même pas conscience de ses problèmes
de santé !!!

Pensez-vous qu'elle prendra conscience de son addiction ??

Je n'y crois pas.

Pour moi, malheureusement, elle est en train de creuser son
trou, et même à son âge, elle risque un grave accident cardio-
vasculaire ;(

Elle a 24 ans, est gérante de bar et s'envoie des demis de bière toute la journée, quatre ou cinq pastis, une bouteille de vin par jour au minimum, sans compter un petit digestif par ci par là et le champagne quand les clients offrent la tournée. Comme elle étale sa consommation dans la journée, elle n'est pas ivre morte mais elle est quand même bien saoule. Elle s'accroche au comptoir, marche plus ou moins de travers, bute sur les obstacles, elle a la voix pâteuse, elle se montre impudique et elle va faire souvent une petite sieste vers 17 h au premier étage afin de pouvoir finir la journée sans trop de difficultés. Elle fume aussi 2 paquets de cigarettes pas jour. Et il lui arrive de prendre le volant. Impossible de lui faire comprendre. Pour elle, c'est lié à son job. Ca crée le lien avec les clients, ça évite de s'emmerder, ça permet de "tenir le coup" au boulot. Quand je lui dis que tout le monde voit qu'elle est bourrée, elle dit que ce n'est pas vrai, qu'elle tient l'alcool, qu'elle peut même conduire sa voiture. Et les jours de repos, elle boit presque autant et elle trouve encore ça normal. Pour elle, elle est juste "fatiguée" quand elle est saoule. Elle adore surtout la bière, elle n'arrête pas d'en boire, y compris en dehors du service, et elle croit que c'est léger et qu'elle ne risque rien parce qu'elle a de l'embonpoint et que "ça absorbe"
Messages postés
29326
Date d'inscription
lundi 1 décembre 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
7 mars 2021
6 147
C'est à ELLE de prendre conscience et de se remettre en question.
Si elle ne le veut pas, vous ne pourrez rien faire pour elle, simplement,
de vous la "mettre à dos".

Essayez insidieusement de lui glisser le n° de tél d'une association et
demandez lui de consulter un médecin.
Pourquoi ne se rend-elle compte de rien ? Contexte familial d'alcooliques, fréquentation de buveurs dans son bar ?

Le problème, c'est qu'elle comprend qu'elle ne vit pas comme tout le monde mais elle pense que c'est une sorte de spécificité familiale, de "don", qu'elle a en plus un corps taillé pour le supporter, que c'est normal de boire quand on est tenancier de débit de boisson, etcetera... Pour elle, une belle fille bien en chair qui peut aligner les demis sans s'écrouler, c'est la preuve qu'elle peut continuer sans crainte. C'est aussi pour elle, paradoxalement, une preuve de liberté. "Je suis "costaud", je peux me le permettre, c'est génial de baigner dans l'euphorie toute la journée, les gens comme moi sont "affranchis"". Elle le vit exactement comme les soldats ou les bikers qui se font une gloire de boire comme des trous. A la limite, j'ai peur qu'elle soit quelque part fière d'être saoule le soir venu à son comptoir. Pas ivre morte, mais aussi imbibée que ses clients machos les plus habitués. Vivant dans le même univers de vantardise, de pseudo-histoires drôles, de plaisanteries plus ou moins grivoises, capable des mêmes fous rires qu'eux. Se sentant comme dans une sorte de ouate agréable. Il faut dire que c'est une fille que j'ai vu souvent ivre mais qui n'a jamais de gueule de bois. Il n'y a même pas cet argument pour la convaincre d'arrêter. Je suis sûr que, dans son état d'esprit actuel, elle serait fière d'avoir plein de gamma GT, "comme papa et la tante Louise" ou un truc dans le genre...

Vous pensez qu'il n'y a que la cure de désintox qui peut marcher dans un cas comme le sien ? Des amis me parlaient de gens qui buvaient beaucoup et avaient ralenti avec l'âge parce qu'ils ne se sentaient pas bien et qu'ils n'avaient plus non plus les mêmes goûts en vieillissant.

Je dis ça parce que je pense que Laetitia a tout sauf le profil d'une personne qui acceptera le concept d'une cure. Elle est dans le principe de plaisir immédiat et d'intolérance à la moindre frustration. Même si elle a su mener ses études jusqu'à un bac pro, qu'elle gère bien son établissement en dépit de l'alcool, qu'elle est toujours d'une hygiène irréprochable (douche quotidienne, toilette complète, maquillage, vêtements "voyants" mais toujours propres et changés tous les jours), elle ne supporte pas que quelque chose se mette entre elle et le "plaisir". Ce qui, dès l'enfance, l'a rendu indifférente à la prise de poids, problème qu'elle a contourné en choisissant d'afficher ses formes de manière provocante et en adoptant le style très américain des filles rondes tatouées et piercées. Je pense d'ailleurs qu'elle a développé un rapport de dépendance à la nourriture d'abord (dès la petite enfance à voir les photos), aux relations sexuelles (vers 14 ans) puis à l'alcool et accessoirement à la cigarette (vers 15-16 ans) .

Je suis moi-même très attaché à la notion de plaisir, non sans sentiment de culpabilité parfois, mais je dois dire que j'ai rarement vu quelqu'un aller aussi loin dans le refus de tout obstacle immédiat à ses désirs. En tous cas dans le domaine de la jouissance physique ou assimilée (je ne sais pas si on peut dire qu'une certaine forme d'alcoolisme est comparable à une jouissance physique comme l'absorption d'aliments ou la sexualité). Car il est vrai que pour le reste, elle ne fait nullement preuve de comportements de délinquance, ayant intégré en cela je pense les "valeurs" d'une famille prolétaire devenue commerçante à la force du poignet et qui n'apprécie pas le "désordre".
Messages postés
29326
Date d'inscription
lundi 1 décembre 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
7 mars 2021
6 147
Ce n'est pas parce qu'elle n'est pas ivre qu'elle ne soit pas
alcoolique.

Cela me fait penser tout simplement à de la fuite, de la peur :
peur d'affronter les autres, soi-même, réaliser en fait qu'elle
se détruit, qu'elle n'a peut-être pas droit au bonheur ....
Messages postés
76331
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
25 janvier 2022
9 610
Bonjour petrus.

Bonjour 00lina00 :)

Je viens de lire ton texte qui est l'histoire habituelle des gens qui vivent proches de personnes ayant des difficultés avec l'alcool.

00lina00 a raison, toi tu ne peux rien faire pour ta copine. Tu ne pourras pas arrêter de boire à sa place.

Ce que dit ton texte, c'est que tu es très affecté par son histoire d'alcool et cela se comprend fort bien.

Ta copine est dans ce qu'on appelle le déni (elle nie la réalité, il n'y a aucun problème pour elle) et cela fait partie de son problème avec l'alcool.

Toi, par contre, tu peux faire quelque chose pour toi car tu es très probablement devenu ce qu'on appelle "co-dépendant".
Cela est caractéristique de toute personne qui est émotionnellement touchée par une maladie grave d'un proche, comme le problème d'alcool ou toute autre type d'addiction, handicap, maladie grave, etc...

Voilà, ce que tu peux faire :

C'est de contacter les AA (alcooliques anonymes) pour leur demander un rendez-vous afin de discuter de façon totalement anonyme de ton souci pour ton amie.
Tu pourras y trouver des réponses qui t'aideront à continuer le lien avec elle sans trop en souffrir toi-même et de devenir une aide sans t'y perdre, car c'est ça le danger.

Tu peux, déjà maintenant, la confronter au fait qu'elle met la vie d'autrui en danger en prenant le volant. Ce qui est le devoir de tout citoyen.



Messages postés
113932
Date d'inscription
mardi 6 septembre 2005
Statut
Membre
Dernière intervention
28 août 2020
12 381
Bonjour

Ayant vécu avec un alcoolique durant .... TU ne peux RIEN faire. Tant que la personne ne se rend pas compte de sa maladie tu ne peux RIEN faire. Pas besoin d'être ivre à chaque fois. C'est la consommation qui engendre les gestes de tous les jours, les sarcasmes de tous les jours, les bêtises de tous les jours, les conneries de tous les jours, etc ..... la seule chose où, éventuellement, tu peux intervenir, c'est SI et seulement SI, elle se met en danger et, SI et seulement SI, elle met son entourage en danger. DONC, main courante etc ..... Et intervenir, en cas de coma éthylique prévenir le SAMU, de suite, et "là" la personne sera prise en charge, pour combien de temps ? Alors lààà !!! Mystère ... Tout dépend comment s'effectue la prise en charge, séjour en service hospitalier et ensuite dans un centre de cure pour ......... passer du bon temps ! Ben ! Oui !! La personne n'est pas allée de son plein grès faire sa cure. Donc, rebelote.
Même en contactant les AA, cela n'a servi à rien, puisque ce n'est pas la personne en question qui les a contacté.
j'ai rarement vu quelqu'un aller aussi loin dans le refus de tout obstacle immédiat à ses désirs.
Sont dans un "bulle" les alcooliques comme les drogués (seringues pas les pétards °)) ...


Pour que la personne s'en sorte ? Je lui ai montré la porte, en lui disant que je stoppais les frais. C'est vache ! Hein !! Depuis la personne ne boit plus et moi je respire ...

@+
Messages postés
76331
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
25 janvier 2022
9 610
Bonjour ^^Marie^^,

C'est ce qui s'appelle aussi : confronter la personne à sa réalité et ne plus accepter cette réalité.
C'est souvent la seule solution possible.
Messages postés
113932
Date d'inscription
mardi 6 septembre 2005
Statut
Membre
Dernière intervention
28 août 2020
12 381
C'est la seule solution.
J'ai en effet peur de m'autodétruire, d'autant que je m'en veux de m'être plu à partager son euphorie au début pour m'apercevoir après que j'avais de la tendresse pour elle et qu'elle allait se démolir en s'imbibant méthodiquement d'alcool tous les jours de l'année.
Juste une petite lueur dans tout cela, je crois qu'on a été plusieurs à la sensibiliser au problème de la conduite et que, au moins par peur des policiers, elle ne conduit plus le soir pour rentrer chez elle. Sans cela, elle était persuadée de pouvoir se mettre au volant alors qu'elle ne marchait plus complètement droit !
Pour le comas éthylique, je crois que ça ne lui arrive jamais. A l'occasion d'une fête de famille, d'un mariage, elle peut devenir complétement ivre mais pas au sens du "comas". Elle titube plus, tient des propos incohérents et s'endort, c'est tout. En fait, au quotidien, elle étale tellement bien sa consommation, qu'elle parvient à éviter de s'écrouler. Par contre, quand elle peut, elle dort douze heures de suite.