Besoin de conseils

Signaler
-
Andy31200
Messages postés
89603
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
7 avril 2020
-
Bonsoir,

Je vais essayer d'expliquer la situation de la manière la plus efficace possible. Cela fait quelques années que je n'ai plus goût à la vie ( j'ai 18 ans ma dépression est apparu vers mes 12-13 ans). Avant je me disais toujours qu'avec le temps ça passera, et je serai de nouveau heureuse. Au tout début lorsque j'ai compris que je devenais dépressive, j'en ai parlé à une amie qui m'a conseillé de voir un psy et d'en parler avec ma famille. J'ai suivi son conseil et j'en ai parlé à ma mère.... Grosse erreur de ma part puisque celle-ci ne m'a pas prise au sérieux, par la suite elle a raconté mon problème à mes sœurs en disant que j'étais en manque d'affection. Résultat, fou rire général entre ma mère et mes sœurs...

Depuis ce jour je ne me suis plus jamais confié à personne, par peur de moqueries. Les jours suivant j'ai bien sentie que quelque chose n'allait pas, mais je ne disais plus rien... Tout ça ne s'est pas arrangé avec les déménagements (je déménage depuis ma naissance), j'ai perdu beaucoup de personnes auxquels je tenais. Au fil du temps, j'ai arrêté de faire des efforts pour essayer de garder les gens que j'aimais dans ma vie. Aujourd'hui j'essaye de moins m'attacher car en général la relation ne dure pas longtemps, peut-être dû à la distance.

Jusqu'à présent, je continue de me taire, et de souffrir en silence pour ne déranger personne. J'avoue avoir fait plusieurs tentatives de suicide, sans succès évidemment, à la limite de la mort mais jamais assez près... C'est très dure pour moi de me lever, de faire des activités, et mon énergie diminue peu à peu. Pour tout vous dire, j'ai arrêter de faire semblant que tout allait bien, fini les sourires suicidaires et la carapace. Maintenant je ne souris plus, je dis toujours "oui" à la question "ça va ?" et la plupart du temps je reste enfermé dans ma chambre.
Alors voilà, je me dit que si je ne trouve plus aucun plaisir dans tous ce que je fais, si je n'ai plus de volonté même pour guérir, et si je ne trouve plus aucune valeur à ma vie, à quoi bon continuer. Je suis morte de mon vivant pour faire court, alors autant mourir au lieu de servir de plante. Chaque jour je me lève avec l'espoir de ne plus respirer tellement la vie m'est insupportable.

Est-ce que vous êtes d'accord avec les arguments que j'ai donné en gras ? N'est-ce pas le moteur même de la vie ? Sans ces "moteurs" je pense qu'on subit plus qu'on ne vit.

Bonne soirée,
Cordialement

5 réponses

Messages postés
104689
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
7 avril 2020
4 542
Bonjour

La description que tu as fait de ce que tu vis et donc probablement depuis trop longtemps déjà fait fort penser à une déprime +++ qui nécessite une rencontre avec un ou une spécialiste des troubles de l'humeur.

Tu cites avoir déjà fait des TS. Ces tentatives de suicides n'ont jamais terminé aux urgences ?
Depuis ces années de souffrance tu n'as jamais eu un contact avec un Médecin Psychiatre ?

Merci de me répondre à ces quelques questions.
Bonsoir,

Tout d'abord merci d'avoir répondu. La seul fois ou j'ai fini aux urgences, ce n'était pas une tentative de suicide voulu. J'avais bu beaucoup d'alcool, et j'ai fait un coma éthylique... A part ça, aucune de mes tentatives n'ont fini aux urgences, je fais tout ça en silence et j'essaye de savoir ce que mon corps n'est pas capable de supporter pour arriver à mes fins.

J'ai déjà était suivi par un psychologue après avoir écrit une lettre de suicide. C'était il y a longtemps, mon prof avait remarqué que je n'allais pas bien, il a donc contacté ma mère et elle lui a fait part de la lettre que j'ai écrite. Comme je l'ai dit précédemment, je déménage depuis toujours, alors mon suivi n'a pas duré longtemps (pas plus de 2 semaines).
Quand j'ai débarqué dans une nouvelle ville, je pensais pourvoir tout reprendre à zéro, mais je me suis tromper ma situation s'est aggraver.

J'espère avoir répondu avoir répondu à vos questions.
Bonne soirée

Tu n'est pas seul!
La vie vos la peine d'être vecu même si elle peut avoir un goût amère ou insipide.
Laisse lui une chance, laisse toi une chance.

Prend les choses en mains si tu as envie d'aller mieux, essaie un ou plusieurs psy (il y a pas toujours le feeling) ça sera peut-être long, mais dis-toi que tous ses efforts et ses démarches en valent la peine, ta vie et toi en vos la peine.
Un pied devant l'autre un jour après l'autre.
Il est toujours plus facile de baissé les bras que de se battre. Ca doit venir de toi, l'envie de sensortire est présenté, toi peut faire la différence. C'est déjà un premier pas, quelle sera ton deuxième
C'est un cercle vicieux. Quand je vais bien, ça me donne l'impression que tout ça s'est fini puis le lendemain je souffre un peu plus. Je pense que ça s'arrête pas cette connerie. même si je "guéri" y a quand même des chances que je rechute.
Messages postés
89603
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
7 avril 2020
9 935
Bonjour,
Je reviens sur ta question, tout ce que tu a mis en gras correspondent à des symptômes de dépression, aboulie, perte de l'élan vital et inhibition psycho motrice.
Clique sur le lien en bleu pour en savoir plus
Tout ceci se soigne et même se guérit à condition de poursuivre la prise en charge, ne pas arrêter lorsqu'on se sent mieux, il faut poursuivre en attendant une réelle consolidation.
Je ne puis que te conseiller vivement de reprendre contact avec un médecin psychiatre, merci de répondre

J'appelle un chat un chat *
     *en Français dans le texte