Méningo-encéphalite herpétique

- - Dernière réponse : Docteur Pierrick Hordé
Messages postés
29749
Date d'inscription
vendredi 21 décembre 2007
Statut
Webmaster
Dernière intervention
24 août 2019
- 13 août 2019 à 13:12
Bonjour,


Mon compagnon a été victime d’une méningo-encéphalite herpétique le 06 mai 2019. Il a été sédaté durant 5 semaines afin d’avoir un traitement à base d’aciclovir. Durant cette période, il a été intubé et a attrapé une infection pulmonaire et une infection du sang qui a nécessité une transfusion sanguine.
Il est réveillé depuis le 12 juin 2019 et fait de la rééducation fonctionnelle. Il est suivi par un orthophoniste, un psychomotricien, un neurologue, différents kiné qui lui font travailler les jambes et le bras gauche qui souffre d’une algodystrophie, suite à cette méningo encéphalite. Il a des difficultés d’attention et de concentration, et sa mémoire a été très affectée (il ne reconnait personne et oublie très vite). Il doit également rencontrer un ophtalmologiste, car son œil gauche a également été atteint.
J’ai rencontré le chef du service où il est hospitalisé et il me dit qu’il fait des progrès mais que cela va être très lent et qu’il va falloir envisager un placement dans une maison de retraite, moyennant une dérogation, car il n’a que 55 ans ou un placement dans une Maison d’Accueil Spécialisée ou bien le retour à la maison, sachant que chez nous, l’appartement n’est pas équipé pour accueillir un personne dépendante et handicapée et que de plus je travaille à 25 km de chez nous.

J’aurais voulu avoir vos avis, car je pense que deux mois de rééducation et de soin cela me semble peu.


Merci d’avance.
Afficher la suite 

1 réponse

Meilleure réponse
Messages postés
29749
Date d'inscription
vendredi 21 décembre 2007
Statut
Webmaster
Dernière intervention
24 août 2019
7795
1
Merci
Cela paraît cohérent mais tout dépend aussi de la sévérité des troubles
Il est souvent possible de négocier une présence un peu plus longue
Docteur Pierrick Hordé

Directeur éditorial de Santé Médecine et du Particulier Santé

Publi-information
Commenter la réponse de Docteur Pierrick Hordé