Medicaments [Résolu]

- - Dernière réponse :  Marie0803 - 6 avril 2019 à 00:25
Bonjour,

Est ce que le mélange alprazolam, theralene, et alcool peut être dangereux ? Et si oui à quelles doses ?

Merci d avance .
Afficher la suite 

Votre réponse

13 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808
2
Merci
La plus part des tentatives de suicides ne finissent pas comme voulues mais de terminent très mal quand même, souvent avec des dégâts irréversibles dans l'organisme. Tu es mal ? Tu en rajouteras.
Donc tu es suivie par un psychiatre, tu peux dire pour quelle raison.

Dire « Merci » 2

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Journal des Femmes Santé

journal des femmes avec santé médecine 11509 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Publi-information
Je suis certaine de trouver la solution... mais puisque vous prenez du temps pour me répondre je vais prendre le temps d essayer de vous expliquer.

Papa alcoolique, maman soumise. J ai eu une enfance difficile. J ai atterri aux urgences à 16 ans pour crise d angoisse. C est la que j ai rencontré le médecin psychiatre qui m a prise en charge pendant 10 ans. 10 ans de thérapie, de temps en temps médicaments en béquille. Un travail de très longue haleine et très douloureux. J ai quitté le domicile familial à 16 ans, après mon hospitalisation. Tentative de suicide automutilation prise de drogues... il en aura vu mon psy. Mais il a fait du bon boulot. Je pensais vraiment aller mieux. J ai quitté mon pays pour suivre mon compagnon. 5 ans de repit. 5 ans ou j ai pu me maitriser dans toutes les situations difficiles. Et depuis maintenant 1 an c est le retour en arrière. Je souffre terriblement, mais évidemment personne ne voit rien puisque cette souffrance est invisible et même incompréhensible pour les autres.
Quand j ai senti la chute j ai réagis de suite. J ai demandé de l aide... comme quand j avais 15 ans je n ai pas été entendue. J ai été voir une psychiatre. Elle semble avoir besoin de poser un diagnostic sur ma gueule. Comme si un mot pouvait résumer une personne. Elle m a mit des médicaments et après quelque mois m a dit que ça serait bien de voir une psychologue.
Drôle ! Qui a les moyens de voir une psychologue ?????? Ceci dit je me suis encore une fois battue et j ai fini par voir une psychologue.
Je ne sais pas qui vous êtes, ni ce par quoi vous êtes passé, donc je ne sais pas si vous pouvez imaginer la souffrance insoutenable dans laquelle je me retrouve. Je sais que je suis capable de rebondir, comme je l ai tjs fait jusqu ici. Mais je n en n ai plus le courage ni la force. Je me suis déjà trop battue... Je pense maintenant avoir fait tout mon possible pour être en droit de dire stop. Si j étais en phase terminale d une.maladie grave tout le monde comprendrais. Ben pour moi, et je sais que ça va peut être.choquer, mais c est pareil. J étouffe, j ai mal, je suis épuisée...
Je n ai pas d enfants à qui faire de mal en les quittant et heureusement.

Voilà j espère que vous pourrez comprendre. Je sais que le suicide est souvent considéré comme un acte purement égoïste mais est ce que ce n est pas plutôt d obliger quelqu un à vivre avec tant de souffrance qui est égoïste ?
Commenter la réponse de lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808
2
Merci
Bonjour Marie
Qui je suis ? Quelqu'un qui a connu hôpital psychiatrique, traitements, therapie, et bien sur un long travail sur soi, comme tu dis l'avoir fait. Donc sans dire te comprendre totalement c'est impossible, car chaque cas, resistance personnelle, entourage, le travail sur soi que tu dis avoir fait peut ne pas être celui que tu penses avoir fait, et bien sur ne pas cesser traitements, entretien etc...comme tu sembles l'avoir fait car tu pensais en être sortie.
Je penses que tu as fait quelques erreurs d'appréciations qui t'ont fait replonger. Questions : tu es bien dans ton couple ?
Comment se comporte ton homme avec toi lorsque tu n'es pas "sereine" ?
Il faut bien sur te dire que l'histoire de papa et maman tu la subie étant enfant, ado, tant que tu vies chez tes parents, subir et avoir les mains liées, ne pouvant rien faire. Alors oui tu emmagasines, tu pompes comme une éponge dans cette vie destructrice que tu traverses et ensuite tu n'arrives plus a évacuer tout ça. Je pense que tu n'arrives pas a relativiser ton passé.
Tu allais mieux avant d'arrêter de voir ton psy, de prendre un traitement lorsque cela était necessaire, c'est le psy qui doit décider de ça, pas toi. Tu quittes ton pays suivant ton copain, de même tu quittes psy et traitements, bien sur ça allait mieux, mais tu étais sous "surveillance", de voir un psy de temps a autres pour voir si allait bien. Te surveiller toi même ce n'est pas simple. Tu dis contrôler alors que déjà tout t'échappe, il est la le problème de la rechute, un mauvais diagnostique de ta part sur ton état pour consulter avant qu'il ne soit trop tard. Donc tu dis avoir tout fait en sortir c'est possible, mais tu as fait des erreurs en te coupant de ton psy qui t'évalue a chaque rencontre, de ne plus bénéficier d'un traitement quand tu allais moins bien, et surtout d'avoir trop attendu dans ce retour en arrière en croyant que tu maitrisais.
Ne pas avoir fait confiance au psy lorsque tu es aller reconsulter. Et oui, cette psy a besoin de poser un diagnostique, une évaluation, chose que tu as rejetée, donc travail sans confiance, mauvais engagement de ta part, je te rassures c'est probablement inconscient, un psychologue "trop cher". S'il fallait être opéré du coeur, ou ce serait fait ou tu meurs, pour simplifier, donc ta psychiatre a tenue compte de ton état et tes besoins de santé, pas de ton budget. Ce que tu dis la, me fait croire que tu n'as pas tout fait pour en sortir, tu étais largement en dessous car mal partie dés le début.
Et tu dis pouvoir rebondir mais plus envie, signes de manque de volonté, d'inhibition par ta depression, ce mal qui te contrôle en grande partie.
Le suicide c'est surtout parce qu'on ne voit pas de portes de sorties, on ne les vois pas car aussi notre état du moment est sous influence, soumis. Plus de volonté, plus réellement d'objectivité, on pense qu'on décide de notre sort en faisant ainsi, mais en réalité c'est parce qu'on ne voit rien d'autre a faire, et cela est dû a notre abandon de soi par incapacité a trouvé la solution. Oui cela je l'ai vécu et gardé profondément ce chaos en soi, dans l'incapacité a réagir positivement et a se laisser "glisser" inexorablement vers le non retour. Tu es dans cet état, et c'est dans ces moments qu'il faut aller contre ce que tu penses être ta volonté. Tu sais, ramer a contre courant, pas facile et pourtant c'est cela qu'il faut que tu fasses.
C'est pas toi qui veux te suicider, c'est le mal qui est en toi qui veut te suicider. Alors va a contre courant et vas voir ta psy, fais lui confiance, suis ce qu'elle dit, même si cela semble ne pas te convenir, seul le résultat compte.




Dire « Merci » 2

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Journal des Femmes Santé

journal des femmes avec santé médecine 11509 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Publi-information
Bonjour.

Je suis d accord avec vous sur certains points. Moins sur d autres.
Je suis encore en contact avec mon psychiatre d "avant" et je n ai jamais vraiment pu lui dire un vrai aurevoir. J avais besoin de savoir que j avais ma bulle de sécurité si nécessaire. J ai même été le revoir il y a 15 jours.
Oui j ai fait l erreur de croire que c était fini la détresse le désespoir la douleur. Mais j ai été voir une psychiatre des que j ai senti que je ne pouvais plus me contenter de quelques mails comme soutien. J ai accepté le traitement et J avais vraiment confiance en elle. Problème c est qu elle aurait dû être claire des.le départ et me dire qu elle ne s occuperait que du traitement médicamenteux . J aurais gagné quelques mois... mon compagnon ne comprend pas il est perdu et c est bien normal...
J ai commencé avec la psychologue de manière très ouverte depuis peu. Et je continuerais de la voir tout comme la psychiatre jusqu a ce que je ne puisse plus ou que ça aille. Je fais ce que je dois pour m en sortir et ça personne ne peut dire le contraire. Mais je veux ma porte de sortie si je lâche parce que j estime y avoir le droit.
Ma volonté c est de ne plus souffrir et vite... la manière d y arriver ne dépend pas QUE de moi. Ca fait 11 mois maintenant que je demande de l aide... Et que mon état s.agrave. Et je me sens de plus en plus seule face à tout ça.
Alors merci sincèrement parce que même si je ne vais pas mieux pour autant ça fait quand même du bien de parler avec des gens comme vous qui ne juge en aucun cas des propos qui pourraient en choquer plus d un.
Merci.
Commenter la réponse de lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808
1
Merci
Bonsoir Marie....
Je ne suis pas médecin mais je pense que tu sais comme moi qu'alcool et médicaments ne font pas bon ménage. Mais je sens derrière ta question quelque chose de pas claire, une envie délibérée de surdosage de produits cités
Pourquoi ne être claire et dire ce qui ce passe ?
Je peux être plus claire oui. Je me demande si je combine un minimum de 15mg d alprazolam et de 120mg de prozac et de 100mg de théralene, le tout avec alcool, il serait sur que je sois enfin libérée.
Le pourquoi ? Je suis soignée depuis mes 15 ans. Psychiatre deux fois par semaine pendant 10 ans. Aujourd hui je ne vais pas mieux malgré les thérapies, le travail intense fait sur moi même. Je pense aujourd'hui être en droit de dire stop je ne veux plus souffrir.
Merci
Commenter la réponse de lekabilien
Messages postés
13495
Date d'inscription
samedi 14 décembre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
12 mai 2019
166
1
Merci
Bonjour
un surdosage de médicaments peut conduire à des dégâts irréversibles sur certains organes ...Attention
Oui ça je le sais très bien. Mais quel est le surdosage qui amènerait ce genre de soucis ?
Commenter la réponse de labricole47
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808
1
Merci
C'est déjà pas mal que tu soies d'accord avec moi sur certains points, un peu moins sur d'autres, ce qui veux dire incertaines sur ces autres. Sur ces autres faisons fifti-fifti, donc peut-être que tu devrais écouter quand je dis surtout, la ou tu penses bien faire, maitriser, avoir raison, avoir pris la bonne décision, il se peut que tu te trompes parce que pas vraiment rationnelle. Tu es sous influence de ce mal qui te ronge et il est parfois, souvent même comme en moment a vouloir mourir, il a pris le dessus sur toi.
"Je suis encore en contact avec mon psy "d'avant" et je n'ai jamais vraiment pu lui dire un vrai au revoir. J'avais besoin de savoir que j'avais ma bulle de sécurité si necessaire. J'ai même étais le revoir il y a 15 jours".
Ce passage de toi que je reprends est très révélateur.
Oui ce psy t'a beaucoup apporté, tu as confiance en, tu avais fait un réel travail sur toi même, mais tu n'étais pas totalement guérit lorsque tu ne le consultais plus, tu étais bien mais pas totalement guéri de ton passé.
Preuve a cela, tu avais besoin de cette bulle pour te rassurer. Si tu étais vraiment remise, tu ne sentirais pas ce besoin, tu voudrais passer a autre chose, oublier, ou du moins relativiser le passsé.
Ensuite tu es allée le voir, tu as raison, c'est avec lui que tu as fait de bons resultats, il aurait fallu plus de temps pour que tu ne ressentes plus ce besoin de le garder sous le bras au cas ou.
Donc voila, tu es allée voir une autre psy et il y a méprise, mésentente, cela n'est pas fait pour arranger les choses pour toi. Tu vois en même temps un psychologue pourquoi pas, le principale et de rencontrer l'un d'eux pour te soulager, ouvrir la boite qui déborde et tout dire, se vider, les traitements c'est l'autre peu importe, le tout c'est de faire cela avec détermination, confiance en tes soignants et te laisser du temps.
Ton copain qu'il ne te comprenne pas est une chose, qu'il ne te soutienne pas serait une autre. Si tu n'est pas bien dans ton couple, au boulot, avec ta famile, tout cela te compliquera encore plus les choses.
Tu sais que lorsqu'on se blesse et qu'on de soigne cela met un certain temps a guérir la blessure. Mais si tu blesses sérieusement encore cette blessure avant qu'elle ne soit guérit, elle mettra beaucoup plus de temps pour enfin guérit. Donc ce sera long, intègre cela. Ce sera difficile acceptes cela. Suit vraiment ton parcours avec psychiatre et psychologue, mais n'attends pas de miracle si tu ne fais pas plus. Que tu attends trop de tes soignants en te disant ce sont mes bulles car alors tu fais un relâchement inconsciemment, tu fais moins que ce que tu penses même si tu fais déjà beaucoup.
Il faut que tu te reposes sur toi même aussi, ta responsabilité. Tes soignants sont importants sans eux tu n'y arriveras pas, mais sans ta part et elle n'est a a negliger, c'est l'echec.
Il faut que tu soies aussi dans un environnement propice. Tu as un copain, des amis (ies), du boulot peut-être, il faut sortir avec tes amis, sortir, avec ton copain, et si tu as encore du temps libre, pratiquer une activité seule ou avec ton copain s'il pouvait être partant. Tout ça pour te sentir bien dans la tête et cela facilite et accélère la guérison. Il faut oublier le passé. Pour l'oublier, il faut l'accepter ce passé, tout ton passé.


Je ne sais plus trop quoi te répondre. Je sais que tu as raison mais l envie de repartir dans un travail long et douloureux, je ne suis pas sûre d en avoir encore la force. En aucun cas je ne dis que je n essayerais pas, je n irais voir personne si c était le cas. Mais des blessures profondes qui se reouvrent parfois ça laisse des cicatrices qui quoi qu il arrive resteront fragile. Je suis, même si je soignais correctement tout ça, fragilisée. Et passer une vie entière à être fragilisé dans ce monde difficile pour tous, je pense que ça n en vaux pas la peine... quoi que je fasse ça restera douloureux.
Mais je reçois 5 sur 5 ton message c était mon discours d il y a encore 1 an, quand j allais mieux...
Commenter la réponse de lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808
1
Merci
C'était ton discours d'il y a 1 an, donc tu me rejoins. Ce qui te manque, que tu ne comprends pas peut-être, que tu ne sais pas faire, c'est "oublier"le passé. Cela veut dire réduire passé au seul souvenir comme une plaie guérit dont il reste une trace, trace oui douleur non.
Tu ne sais pas relativiser. Les douleurs et même les joies anciennes sont des souvenirs, mais rien que des souvenirs, pas des joies ou douleurs, tu ne vies pas dans le passé mais dans le présent, mais toi, tu te ramènes dans ton passé comme si tu y vivais encore.
Ça. C'est aussi un travail sur toi, mais en parler a tes psy bien sur.
Ne revis plus ton passé, laisse le en temps que souvenir, si tu comprends cela, tu n'auras de douleurs a re-y penser, un peu de tristesse oui, mais relativement faible. Cela je connais aussi.
Commenter la réponse de lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808
1
Merci
Un peu plus de travail sur toi. Un peu plus de courage et de persévérance. Laisses le passé dans le passé, le passé est mort, reste justes de bons ou mauvais souvenirs. Tu n'as pas a revivre ce passé.
Fais toi confiance dans ta détermination a y arriver, et bien sur, le temps. Tu es jeune, alors tu as encore beaucoup de temps a croquer la vie après ce mauvais passage qui, si tu a vraiment relativiser ton passé, alors tu iras très bien dans quelque temps et ton passé quand tu y repenseras, ne seras qu'une partie de ta vie ancienne, et t u ne vies plus dans ce passé.
Acceptes ce qui s'est passé, tu n'y étais pour rien mais étais seulement une victime. Tu n'y es plus, tu es liberée, mais pour une vraie liberation, tu balayez ce passé de ta vie actuelle.
Je sais pas facile a comprendre peut-être ce que je dis. Pas facile non plus a mettre en oeuvre si tu as compris, mais c'est la détermination a ne plus regarder en arrière qui te fera vivre le présent, l'avenir.
Bon courage.
Merci. Je comprends très très bien ce que tu dis. J y ai cru pendant mes 10 ans de thérapie, j y ai cru pendant 5 ans et depuis 10 mois de rechute j y croyais encore. Cela fait à peine un mois que je prépare un éventuel échec. Le dernier.
Mon passé je n y pensais plus mais il a encore de l impact et en aura tjs lorsque je suis reconfrontee aux mêmes situations. C est le cas pour tout le monde.
Victime je l étais petite. Aujourd hui je ne suis plus si jeune et je suis responsable de moi, de mes actes, de mes décisions. Personne d autre que moi n est coupable de ma.souffrance, je le sais. Je remet juste la faute sur les médecins du temps qu il aura fallu pour ma prise en charge à partir du moment où j ai demandé.
Tout le monde n est pas fait pour vivre. Tout le monde ne peut pas affronter la vie et ses aléas sans y laisser ses plumes. C est comme ça.
Je ne regarde pas en arrière, je regarde en avant et je ne vois rien qui puisse m attirer. Et ce n est pas la dépression qui parle. C est le discours que j avais déjà avant. Puis j ai tenter, un boulot, un homme, des amis... le tout très bien. Mais la douleur au fond elle est la, je dois la combattre chaque jour. Me battre contre un fonctionnement inadapté, des sentiments exacerbés,...
Je suis fatiguée de me battre. Si j avais un cancer insoignable, personne ne m empêcherais de lâcher prise. En quoi est ce si différent ? ( Pardon à tout ceux qui sont atteint de cette merde et qui eux ont une force et une vie de vivre)
Commenter la réponse de lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808
1
Merci
Si tu t'ouvres vraiment avec tes psy et que tu laisses ton passé derrière tu y arriveras, sinon, c'est qu'il y autres, qui t'empêche de voir la vie meilleure après ton passé.
Le passé ne remonte pas a la surface seul et alors que tu es heureuse, s'il remonte c'est que ta vie, en dehors de ce passé n'est pas celle que tu voudrait, et de loin pour faire remonter le passé.
Tu as oublié le passé quand tu était bien mais il est revenu, c'est que tu ne l'as pas relativisé. Et, c'est quoi qui te l'a fait remonter ? Soit tu y vies toujours dedans avec des moments qui se passent bien malgré tout, soit il y a un autre problème, celui qui te replonge dans ton passé.
Décès d un cancer dans d atroce souffrance de ma belle soeur 33 ans
Décès de mon père
Décès de mon oncle cancer fulgurant 3semaines
Harcèlement au travail
Difficulté dans le couple
Tentative de suicide de ma belle soeur
Les amis qui n en sont pas...

Mais j ai relevé tout ces défis haut la main, un par un, jusqu au moment où je me suis rendue compte que je m étais épuisée...
Je n ai jamais eu de moment dans la vie simple et facile. Mais j assurais malgré les coups dur. J assure encore. Personne ne sais a quel point je souffre sauf mes thérapeutes et ici maintenant. Je tiens le masque, et des que je peux je m isolé pour lâcher un peu prise et respirer. C est épuisant.
Tout le monde autour de moi, sauf mon compagnon, me voit comme un.bout en train tjs pleine de vie qui aime le contact avec les autres. Je vis dans le mensonge
Commenter la réponse de lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808
1
Merci
Quand je disais qu'il y avait autre (s) chose (s)....
Oui cela très difficile a vivre mais est-ce ta faute ? Te suicider les fera t-il revenir ? La mort fait partie de nous dés lors qu'on est venu au monde, mais la mort dois faire son oeuvre quelque soit la façon, maladie accident mort naturelle, mais pourquoi précipiter les choses ?
Il faut aussi accepter tout ces décès autour de toi et vivre pour toi, il sont morts, rien ne les fera revenir, il faut aussi savoir surmonter cela.
La pression au travail tout le monde l'a, de nos jours c'est monnaie courante, soit tu tiens a ta place soit tu en cherches tout doucement une autre.
Ton copain, ton couple ne va pas, cela rn soi te fait régresser dans ta volonté de t'en sortir. Il se peut même que ce soit la véritable cause qui te fait revenir ton passé. 1 tu le combat, 2 c'est encore plus difficile. Ta vie de couple ne va plus, tu ne peux pas aller au mieux.
Tout ce que tu as rajouter, tu l'as en parles avec tes psy ?
lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808 -
La vie dans le mensonge, encore une grosse erreur de ta part, car un jour ça te pète dans la figure.
Sois honnête avec les autres et surtout avec toi même, tu verras que c'est plus simple a affronter les difficultés de la vie.
Je ne cherche pas à les faire revenir. Comme tout le monde je suis passée par les différentes phases de deuil. Colère tristesse .. Oui ils me manquent parfois mais je pense que cela est normal.
Le harcèlement au boulot j ai réussi à subir et à faire en sorte que la personne concernée se grille toute seule. Elle a été punie c est réglé.
Mon couple déconne normal ... J suis incompréhensible...pour quelqu un de normal.
Oui je suis fragilisée et ces étapes furent difficiles mais je m en suis remise, je regarde encore devant après tout ça je suis encore debout. Je ne pense pas que le problème soit dans ce que je vis où dans mon entourage. Le problème est plus profond.
Avec moi même je suis là plus honnête que je puisse. Je me remet tjs en question, j écoute ce qu on me dit et J en tiens compte. Je ne me mens pas. Je mens aux autres pour me protéger.
Commenter la réponse de lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808
1
Merci
Le problème est plus profond, bien entendu.
Et, tu mens autres pour leu cacher la verité, c'est te mentir a toi même aussi, te voiler la face, ne pas assumer la verité, celle que tu vies et sans avoir ni honte ni peur.
Ton problème aussi est ton couple, il est majeur dans le fait de pouvoir affronter les autres difficultés ou pas.
En parles tu de tout ça avec tes psy ? Tout tout tout ?
Quand j ai commencé avec la psychiatre à tout tout dire elle m a demandé de voir une psychologue... J avoue que je me suis sentie rejetée un peu. Et la psychologue je ne.la vois pas depuis longtemps et deux fois par mois parce que je ne peux pas plus financièrement. Donc oui j ai commencer à parler. Mon psychiatre numéro 1 j ai toujours pu tout lui dire et c est pour ça que je suis repartie pour le voir. Donc ma réponse est oui je dis tout sauf mon plan de.sortie de secours forcément. Faut pas être idiot. Si je prends cette décision ça ne sera pas un appel, mais un choix ferme et définitif.
Je mens aux autres parce que je sais ce que je vais prendre dans la gueule. Je les.ai entendu parler des "gens fragiles"... pour m enfoncer il n y aurais pas mieux. Et au boulot c est pareil. Je dois gérer une équipe, j ai des responsabilités... Je ne peux pas me.permettre de laisser paraître la moindre faiblesse...
Bien sûr que j ai honte... Je ne suis pas foutue de me contrôler, de contrôler mes émotions...
lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808 > Marie0803 -
Ce que je veux dire par ne pas mentir ne veux pas dire étaler ta vie devant les autres, car tu as raison ça ne peut être que nefaste, contreproductif. Mais tu n'as pas non plus a jouer la comédie de celle qui est heureuse la ou tu ne l'es pas.
Non il n'y a pas a avoir honte, crois moi tu es largement a la hauteur malgré que je t'ai beaucoup bousculé, tu assumes comme beaucoup mieux mentalement que toi n'assument pas leur vie. Mais il te manque "ce petit truc" pour vraiment sortir tête haute définitivement dans ces moments compliqués que tu vies.
Ce n'est pas honteux d'être malade. D'avoir des moments de faiblesses, tu es humaine, tu as un coeur, un coeur c'est fragile. Donc, assumes aussi ces moments de faiblesse car tu n'es pas un monstre avec coeur froid est insensible. Oui, il faut parfois te lâcher, pourquoi pas pleurer, et ceux sui ne comprennent pas ne leur en veux pas, par ils ne doivent pas avoir des aprioris, si c'est le cas, c'est bien triste pour eux de ne pas rester humains et dignes devant une personne en difficulté.
Tu culpabilises un peu envers les autres, par la peur du "on dit" de ce que les gens pourraient penser de toi. Tu t'en fout royalement des co....ries des autres. Essayes de voir ce qui peut être fait avec ton homme, lui compte, c'est une partie de toi même si lui même vois les choses ainsi. Su tu retrouves ton couple, la compréhension revient, alors tu avanceras plus facilement dans le bon sens. Et...ne soies plus négative a revenir constamment sur le point final, c'est une chose qui te ramènera toujours en arrière. Une porte de sortie (négative) qui te te permet pas de te donner a fond pour avancer.
Je ne veux plus avoir peur. Elle me rassure cette porte. Travailler sur soi, se remettre en question, se faire bousculer comme tu dis, ça fait vraiment mal aussi. Et souffrance plus douleur plus blessure ... a un moment j ai besoin d être sûre de pouvoir de soulager si je suis à l agonie.
Pleurer c est épuisant aussi... Et je me sens fatiguée.
Je n ai pas dit a mon compagnon que je reprenais des médicaments. Il serait contre. Je les prends.en.cachette.
Je ne veux plus devoir justifier pourquoi je ne vais pas bien.
Commenter la réponse de lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808
1
Merci
C'est drôle que tu donnes de bons conseils aux autres, mais tu les fuis lorsque c'est pour toi qu'ils sont donnés.
Donc ce n'est pas un soutien ton copain c'est un poids, si tu en arrives a lui cacher la vérité. Tu disais pas de mensonge !
Bon courage en tout cas. Peut-être que tu devrais relire tout ce post et y réfléchir sérieusement.
Je fais ce que je dis. J essaie jusqu au bout avant... Et 12 ans, je demandais déjà de l'aide à mes professeurs et une assistante sociale. C est encore trop jeune pour prendre.une décision aussi importante.
Et surtout je ne pousserais jamais personne à abandonner.

Je l ai déjà relu plusieurs fois. ET je le ferais encore. Comme dit plus tôt j écoute ce qu on me dit et J y réfléchis beaucoup.
Je te remercie pour cette discussion.
Merci.
DCI
Messages postés
68188
Date d'inscription
mercredi 30 avril 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
13 mai 2019
20369 -
A l'attention de Marie0803 :

Merci de ne pas intervenir dans des problématiques dans lesquelles vos "avis" sont inacceptables, notamment vis à vis de suicidaires : "Je ne cherche pas a vous dissuader. Je cherche juste à dire que si vous voulez partir l esprit tranquille .... "
> DCI
Messages postés
68188
Date d'inscription
mercredi 30 avril 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
13 mai 2019
-
Je ne pensais pas faire mal. Pardon.
Commenter la réponse de lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808
1
Merci
Bonjour Marie.
Tu es coriace, tenace, tu sais voir, comprendre les conseils d'un inconnu et et savoir s'ils sont bons ou pas, lucide, oui volontaire, mais tu as perdue confiance en la réussite de sortir de ton enfer. Malheureusement je pense que tu vas droit a l'échec de nouveau.
Pourquoi cela ? Je t'assure qu'a te lire, moi aussi je comprends le travail que tu as fait, que tu fais encore sur toi même et avec tes 2 psys. Tu es volontaire, tu as l'envie, tu as du caractère, tu as tout ou presque pour y arriver, mais a mon avis il te manque une chose indissociable pour arriver a des résultats satisfaisants dans une telle démarche, "une sérénité dans ta vie de tout les jours", tu vois ce que je veux dire certainement, ça te plombe, ça plombe ton moral malgré le bon travail que tu fais, et ça annule ce bon travail.
Réfléchies bien a cela, et essayez de voir si je ne tape pas dans le vrai, en tout cas qui te turlupines énormément au point de ne plus savoir ou tu en es.
Pourquoi en tout cas vu de loin, neutre, me basant sur ce que je lis, je trouve ce problème essentiel dans ton problème actuel, je ne parle plus du passé. Tu avanceras si tu règles ce problème dans le probléme. Sans ça, oui, tu arriveras a ce que tu cherches, alors que tu te bats contre. Pourquoi tu te bats contre ? Parce sue tu as envie de vivre.
Tu as un combat dans un combat, tu ne peux lutter efficacement contre l'un si tu n'as pas réglé l'autre avant. C'est mon sentiment.


La vie c est pareil pour tout le monde. Il y a des hauts des bas. Ce n est un long fleuve tranquille pour personne. Par contre il y a des gens qui sont taillés pour faire face d autres moins.
Merci pour tes remarques me concernant que je prends pour des compliments. J ai besoin d être en paix avec mes choix et pour cela il faut aller au bout des autres.
Oui je pense que tu as raison, je vais droit dans le mur. Je ne trouve plus les freins et le volant ne répond plus...
Envie de vivre... non. Pourquoi aurais je envie ? Mais si j ai fait mon max pour essayer je me dis que ça sera peut être plus facile pour les autres après. Parce que c est aux autres que je pense aussi énormément. Je suis incapable de faire du mal aux autres dans mon intérêt.
Commenter la réponse de lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808
1
Merci
Oui il y a des hauts et des bas pour tout le monde. Dans un couple lorsque tout va bien ce sont les 2 qui en profitent, et lorsque ça va mal il faut se soutenir mutuellement. L'es-tu ?
Si tu l'étais tu en sortirais les doigts dans le nez, comme dit l'expression. Tu es taillée pour faire face, mais tu n'as pas le soutien, le coup de pouce nécessaire a te faciliter un peu les chose. Tu te bats contre 2 choses, tu te disperses et tu te perds.
Tu ne trouves plus les freins, non il n'y en pas dans le vie, elle avance inexorablement et ça c'est tout le monde. Par contre le volant il est entre les mains en grande parti de chacun d'entre nous pour notre propre vie, donc toi aussi. A toi de prendre la bonne direction, la meilleure orientation a donner a ta vie, avec des hauts et des bas aussi comme tout le monde, mais le volant tu le tiens, a toi de savoir ou tu vas.
Oui tu as envie de vivre quoi que tu dises, penses, sinon que fais-tu ici ?
Tu le dis toi même, lorsqu'on est définitivement décidé on a besoin de d'aide ou d'avis de personne, c'est en gros je crois ce que tu as dis dans une réponse que tu as donnée a quelqu'un et tu l'as dit ici aussi. Tu es ici, consciemment ou pas, c'est pour un appel a l'aide. Tu veux vivre mais tu ne sais plus comment y arriver, c'est tout
Et, on ne vit pas pour les autres, a la limite pour ses enfants ça s'arrête la. On vit pour soi, on vit pour un ensemble, un groupe, un couple, mais en dernier la vie la mort c'est personnelle lorsqu'on arrive a la limite de l'extrême. Tu vies pour toi avant toute chose, la aussi tu te voiles la face je dirai pour reculer dans ce cas la l'echeance. Pourquoi ? Te donner une chance. Tu grappilles tu grappilles, consciente ou pas c'est cela, l'instinct de survie, tu connais n'est-ce pas.
Je te le dis ditectement. Règles ton problème de couple, aies une discussion claire avec ton homme, ou il est l'homme prêt a tout et soutenir sa copine car c'est ça le couple, c'est ça dire aimer, c'est ça que de ne pas prendre que le meilleure égoïstement et te lâcher quand ça devient compliqué pour monsieur. Ou c'est l'homme digne d'être responsable en toute circonstance, ou il faut t'en défaire car il est un frein, tu en cherchais 1, un frein a avancer positivement. C'est ma conviction. Ton homme est ton problème majeur actuellement, c'est lui qui te plombe par son attitude.

Merci. Je vais réfléchir à tout cela...
lekabilien
Messages postés
15394
Date d'inscription
jeudi 18 décembre 2014
Statut
Contributeur
Dernière intervention
12 mai 2019
808 > Marie0803 -
Peut-être que ce sera dur a reconnaitre, mais oui, réfléchies-y vraiment.
Pardon de le dire aussi simplement et cela aussi j'ai connu, un homme ça se trouve, une vie il n'y en a qu'une.
Bonne chance.
Commenter la réponse de lekabilien