Tentation de suicide et idées noires

Signaler
-
Andy31200
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
-
Bonjour,
J’ai 17 ans et Il y’a un peu plus d’un mois une fille que je connaissais s’est suicidée et depuis j’ai des idées noires permanentes.
J’ai comme des démons dans ma tête qui me poussent à me tuer. Quand on me dit « dans un mois on fera ça » j’ai cette voix qui me dit « seras tu encore là ? » « as tu encore envie de vivre ? » ça me bouffe totalement et j’en suis arrivée à un point où je suis attirée par le suicide. actuellement je pense avoir le courage de me tuer même si j’ai aucune raison et qu’au fond je n’ai pas envie de mourir.
le plus gros problème que je traverse est que j’essaie tout le temps de me dire que ça va passer et de chercher d’où ca vient. J’y pense tellement que j’en ai mal à la tête que je n’arrive plus a me concentrer.
ma mère m’a dit que je vais suivre une thérapie pour chasser ces envies de suicide. quelque part j’ai confiance et je me dis que je vais guérir et d’un autre côté j’angoisse que ca ne passe pas. les gens ont beau me dire que ça va marcher et que si ca ne marche pas j’en ai pas besoin je sais que si ça ne marche pas je vais me suicider car j’en ai marre de souffrir.
j’ai l’impression qu’il est impossible d’arrêter de penser au suicide et a ces idées noires tellement je suis obsédée par ça.

s’il vous plaît, dites moi si une guérison est possible et si je ne suis pas condamnée car j’ai déjà eu bcp de problèmes avec le suicide et les idées noires.
j’aimerais ne plus avoir de problèmes avec tout ça et prendre là vie comme elle vient en étant heureuse
Merci d’avance

23 réponses

Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Bonjour et bienvenue sur le forum,

"ma mère m’a dit que je vais suivre une thérapie pour chasser ces envies de suicide "
Et elle à tout à fait raison
Tu vis actuellement des moments très difficile , ce deuil difficile de cette connaissance et les questionnements qui en découlesnt
Mais je vais ajouter tu en a marre de la vie que tu mène, là , actuellement mais pas de la vie en général et ta souffrance t' empêche de réaliser que ta vie future peut t' amener plein de moments de bonheur, ( pas maintenant bien sur, dans quelques temps ) cette souffrance te fait aussi penser que rien ni personne ne peut t' aider, ce n'est pas de ta faute mais tu te trompes, tu peux passer ce cap, mais il est impératif de te faire aider, car de plus, tu semble développer un authentique état dépressif et une dépression, ça se soigne et se guérit qu'en pense tu ?
Publi-information
Merci de votre réponse tout d’abord.
Oui c’est à peu près ça j’en ai marre de ce que je vis actuellement : là souffrance, les idées noires, les questionnements, le suicide etc. je n’ai pas envie de mourir j’ai envie de me détacher de tout ca et de vivre épanouie. je sais au fond de moi que la thérapie va me guérir et que cette phase me semblera loin mais j’ai toujours cette angoisse que ca ne fonctionne pas et ça crée encore plus de doutes et ça empire les choses.
je vois assez souvent la psychologue du lycée et j’ai une psychiatre qui m’a prescrit des antidépresseurs mais ça ne fait pas effet alors j’attends de voir ce qu’elle va me dire sur la thérapie car je dois trouver la bonne pour moi. je sais que la dépression se soigne mais je suis tellement mal que j’ai parfois du mal à réaliser la chance que j’ai de vivre.
merci beaucoup votre message redonne espoir
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Mais de rien et quel est le nom de cet anti dépresseur et depuis combien de temps le prends tu ?

Quant à une thérapie, si tu es demandeur de soin, partie prenante dans celui ci, dans l'alliance thérapeutique et en confiance, et aussi, si tu as vraiment envie d'avancer et d'aller mieux, cela sera efficace mais il faut savoir que les soins type psychothérapie peuvent mettre du temps avant d'améliorer les symptômes, patience donc...;)
Publi-information
Pour les antidépresseurs c’est Sertraline 50mg et ça doit faire bientôt deux semaines que je les prends. Je pense que ce n’est pas encore assez pour faire effet.
Et pour la thérapie oui je sais qu’il faut que je sois patiente. j’ai déjà eu un passe compliqué avec tout ça et pendant deux mois je me suis sentie heureuse et loin de la dépression jusqu’au suicide de mon amie qui a fait que j’ai fait une rechute violente donc je m’accroche à ce petit moment où j’étais bien en me disant que ça peut recommencer sur le long terme sans rechute
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
"en me disant que ça peut recommencer sur le long terme sans rechute "
Et oui bien sur, je vois que tu as de la ressource et c'est un bon pronostic.
Pour la Sertraline, c' est un antidépresseur qui appartient à la famille des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et comme tu t'en doutes, il n'agit pas tout de suite, il faut compter entre deux et cinq semaines avant d'avoir un effet bénéfique du à son mode d'action que je peux t'expliquer si tu le souhaites.

Oui je veux bien s’il vous plaît, si ça ne vous dérange pas, bien sûr
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
les anti dépresseurs de la famille des IRSS ( Inhibiteurs de la Recapture Sélective de la Sérotinine )
ne sont pas sédatifs, bien au contraire, ils agissent sur la levée de l'inhibition psycho motrice et l'aboulie, ensuite ils améliorent l'humeur.
Le souci c'est leur mode d'action qui est indirecte, ce n'est pas le médicament qui agit mais la sérotonine, neurotransmetteur naturel que nous produisons , ces médicaments permettent qu'il y ai plus de sérotonine en circulation en bloquant sa recapture au niveau de la synapse mais cela prend du temps, entre une et cinq semaines avant d'avoir un début d'action...il faut donc être patient mais aussi trouver la bonne molécule en fonction de la personnalité du patient et sa dynamique neuronale. C'est le rôle d'un bon psychiatre de trouver le bon produit...
Ces médicaments n’entraînent pas de dépendance mais doivent être arrêté progressivement sous la supervision du prescripteur.

J'appelle un chat un chat *
     *en Français dans le texte
D’accord merci de votre réponse.
Le seul problème maintenant c’est que je pense tout le temps à ce mal être. J’arrive même pas à l’expliquer mais je peux penser à quelque chose et d’un coup tout me revient à la figure : et je me dis que la thérapie va me permettre de plus y penser mais plus j’y pense plus je suis mal et j’arrive pas à me sortir de ça. J’en ai marre de tout le temps m’imaginer mettre fin à mes jours, de chercher les moyens, d’imaginer la réaction des gens et à chaque fois de me dire que j’ai encore beaucoup de choses à vivre. Et plus j’y pense plus je me dis que le meilleur moyen de fuir ça c’est de réellement mettre fin à mes jours parce que quoi que je fasse ça me revient. Je pense tout le temps au suicide et parfois même je suis tentée et j’en ai envie car j’en ai marre d’être mal mentalement. J’arrive même pas à expliquer ce que j’ai et j’arrive pas à me dire que la psychothérapie va me guérir, ça me parait impossible.
C’est comme un électrochoc dans ma tete, je fais quelque chose, je pense à quelque chose et bam je pense au fait qu’il y a quelque chose qui va pas et plus j’y pense plus j’me rends malade. Je sais pas comment échapper à ça.
Je sais pas si vous avez compris parce que quelque part moi non plus je comprends pas mon état
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
OK, rassure toi, je te comprends comme j'en ai compris tant d'autres car tu n'es pas la seule à réagir ainsi. Ces pensées obsédantes font partie des symptômes de la dépression mais aussi, tout ceci fait "remonter" en toi des éléments névrotiques notamment des symptômes phobo obsessionnels.

"et j’arrive pas à me dire que la psychothérapie va me guérir, ça me parait impossible. "
Là aussi, tu n'es pas la seule à penser ainsi et c'est pour cela que lors de ma première réponse, je t'avais dit :
"cette souffrance te fait aussi penser que rien ni personne ne peut t' aider, ce n'est pas de ta faute mais tu te trompes, tu peux passer ce cap"

Et le chemin vers la guérison n'est pas une courbe régulièrement ascendante, il y a des mieux, des "plateaux" où rien ne se passe, des moments où on va moins bien, puis ça va mieux ...etc...

Sois patiente et je peux te garantir que tu peux t'en sortir, courage.


J'appelle un chat un chat *
     *en Français dans le texte
D’accord merci. Et vous savez comment guérir de tout ça ?
Et c’est quoi des symptômes phobo obsessionnels ?
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
"maintenant c’est que je pense tout le temps à ce mal être. "
C'est une obsession
"dans ma tete, je fais quelque chose, je pense à quelque chose et bam je pense au fait qu’il y a quelque chose qui va pas "
Tu as peur que le symptôme revienne, c'est une phobie
D’accord merci. C’est exactement ça c’est une pensée qui surgit et qui me rappelle que je ne vais pas bien et en fait c’est cette pensée qui me rend si mal que ca.
De plus j’ai développé une angoisse envers le suicide et une sorte de désir que ce serait très long à expliquer et je vous ai déjà assez embêtés comme ça alors je ne vais pas m’etendre dessus...
Je vois ma psychiatre ce soir et je vais essayer de lui expliquer un maximum pour qu’elle-même donne le bon remède
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Mais de rien, repasse donner de tes nouvelles ou si autre question et tu ne m’embêtes pas
Bonjour. Comme vous me l’avez dit ma psychiatre m’a diagnostiqué un TOC et m’a prescris des médicaments. Depuis je ne suis plus du tout tentée par le suicide et j’en ai moins peur.
Mais quelque chose ne va toujours pas bien. Je n’arrive pas à me projeter dans le futur, j’ai comme une impression que je ne serai plus là. C’est totalement ridicule mais ça m’obsède. De plus je ne fais que dormir et dès que je me réveille cette angoisse revient. Je sais que mon mal être est dans la tete mais je n’arrive pas à m’en détacher. Je commence une thérapie jeudi, et je me dis que c’est la dépression, car quelques fois aussi je perds goût à tout, je ne veux plus rien, je me sens à côté de tout, comme si tout m’était étranger et j’ai l’impression que c’est inguérissable alors que ça l’est sûrement. A force de réfléchir à tout ça m’envahit et je n’arrive pas à m’en détacher. Parfois aussi je peux me surprendre à regarder quelqu’un et me dire « je ne peux pas me suicider pour lui » ou quand j’évite une voiture cette angoisse du genre « t’as pas envie de mourir ? » je me dis que mon problème a sûrement un lien avec le suicide mais je n’ai pas l’impression que c’est ça. En fait j’ai l’impression que je me fais des idées et que je n’ai rien au fond de moi mais alors pourquoi ce mal être mental continue ?
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Content pour toi que la consultation se soit bien passée. Un diagnostic à été posé, un traitement prescrit ( lequel ? ) et une psychothérapie va débuter, le pronostic est bon.
Tu vis encore un certain mal être et tu as des questionnements, ce qui est logique mais dis toi qu'en psychiatrie, on n'a pas de baguette magique pour éliminer les symptômes et comme je te l'ai déjà dit, les traitements peuvent être longs.
Pas d'autre chose à ajouter que ce que je t'ai déjà dit( relis si besoin ) et au sujet de la psychothérapie :
"Quant à une thérapie, si tu es demandeuse de soin, partie prenante dans celui ci, dans l'alliance thérapeutique et en confiance, et aussi, si tu as vraiment envie d'avancer et d'aller mieux, cela sera efficace mais il faut savoir que les soins type psychothérapie peuvent mettre du temps avant d'améliorer les symptômes, patience donc...;) "
Bonjour, désolée je ne vous ai pas répondu a la question que vous m’avez posé, je m’en suis rendue compte en relisant les messages. Je ne saurais pas vous dire le nom de mes antidépresseurs maintenant, mais ils ne font pas (encore) effet puisque j’ai changé.
J’ai juste une dernière question et je vous laisse tranquille : c’est normal qu’à chaque fois que quelque chose de mal ou quelque chose qui me rend joyeuse se passe j’ai ce mal être qui revient dans ma tête comme pour me rappeler que je ne vais pas bien ? comme si une petite mauvaise chose était catastrophique alors que ce n’est pas grave ? ce sont les effets de la dépression ?

Bonne journée
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Oui ce sont encore des manifestations de la dépression.
Patience et courage

D’accord merci. Et les médicaments c’est Comipraline (100mg). Ça fait une semaine que je suis passée a 100mg parce que les autres doses ne marchaient pas. Et sinon j’ai Prazépam. Ça doit faire un mois que je l’ai mais je ne vois pas la différence. J’ai peur de ne jamais trouver le médicament approprié ou qu’il n’y en ait pas.

On m’a dit que j’étais en dépression modérée donc je sais que je vais m’en sortir même si il y a encore cette angoisse
Bonjour. J’espère ne pas vous déranger et je reviens vers vous pour vous dire’ mon état. Ça va mieux, un symptôme a disparu et je suis moins stressée même si j’ai toujours autant de questions. Depuis l’événement j’ai constamment mal à un endroit de ma tête, pile à un endroit comme si il y avait un noeud. De plus dès que quelque chose se réfère à ma maladie ou que je me dis que je me sens mal ou bien, mon état me revient. Parfois moins, parfois plus souvent.
En fait, c’est comme si une seule partie de mon mental allait bien et qu’une autre était coincée depuis l’événement.
J’ai commencé là thérapie il y a plus de un mois donc j’imagine que les effets n’ont pas encore apparu mais je ne peux m’empêcher de me demander si ce mal de tête et cette partie coincée font partie de ma maladie ? J’espère que oui.
Je n’ai pas envie d’abuser de votre gentillesse, j’avais cette question qui m’angoissait.
J’ai vraiment hâte du jour où je pourrai parler de cette mauvaise étape comme un souvenir.
Bonne journée
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Merci d'avoir donné des nouvelles.
En route vers la guérison, les progrès ne sont pas constants, il peut y y avoir du mieux soudain, puis, il peut il y avoir des paliers où on à l'impression qu'il ne se passe rien et même des moments où on va moins bien mais en définitive, on progresse....patience
Vous savez au bout de combien de temps la thérapie commence à faire effet en moyenne pour les dépressifs ?
Je sais que chacun est différent mais j’ai vraiment peur que ca ne soit pas le bon remède ou que je doive attendre trop longtemps et que je finisse par baisser les bras
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Au bout d'un mois, tu devrais ressentir de bénéfices, au moins d'être soulagée d'avoir un interlocuteur à qui parler et pour traiter une dépression, il faut un minimum de six mois, alors pas question de baisser les bras alors que tu dis toi même qu'il y a une amélioration puisque un symptôme a disparu et tu es moins stressée , patience et courage
Oui je ne vais pas baisser les bras car je sais que je suis guérissable. Merci bcp
Andy31200
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Mais de rien...;)
> Andy31200
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020

Et est-ce qu’on le sent quand on est guéri de la dépression ? J’ai peur que si je ne m’en rende pas compte je croies toujours être dépressive et entretenir ce mal être, ça m’angoisse
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Arrête de te prendre le choux et te poser 36000 questions, bien sur que tu le verra et ta dépression partira comme elle est venue, petit à petit...;)

J'appelle un chat un chat *
     *en Français dans le texte
Bonjour, j'espérais appeler au secours une dernière fois mais visiblement ce n'est pas encore le cas. Depuis deux jours je suis énormément angoissée. Je vous avais parlé de mon état qui revient sans arrêt dans mes pensées quoi que je dise ou que je fasse (vous m'avez d'ailleurs répondu que c'est la dépression) mais ça s'est un peu compliqué. Je vous ai aussi dit que ce symptôme a un peu disparu. Malheureusement, il a tellement disparu que je suis hyper méfiante : maintenant je me teste sans arrêt : est-ce que pendant le cours je vais y penser ? est-ce que dans le bus je vais y penser ? Et je me teste tellement que je finis par me perdre. Je ne sais plus si c'est vraiment parti puisqu'à force de m'évaluer je ne fais que y penser. Des fois-même je me dis : tiens, là j'y ai pas pensé, ou quand ça me revient je me demande directement si c'est venu tout seul ou si c'est quelque chose qu a fait que c'est revenu dans mes pensées : une situation qui me l'a rappelé (par exemple on va me dire de regarder un film et comme je sais que je n'arrive pas à être concentrée pendant les films je vais y repenser directement, me poser des questions, psychoter et angoisser) etc. A force de m'évaluer, de me poser des questions, je n'arrive plus à savoir si j'ai encore le symptôme ou si c'est moi qui le crée. Je ne sais pas si vous comprenez, j'avoue que c'est difficile. J'aimerais juste être posée, attendre que ma dépression guérisse sans me poser 70000 questions. Savez-vous si ça fait partie de la dépression et si je peux y remédier ? J'ai l'intention d'en parlerd'en parler à ma psychiatre et à mon thérapeute au plus tôt, mais j'ai aussi besoin de votre avis parce que vous m'avez été d'une grande aide depuis le début.
J'espère ne pas vous avoir dérangé et bonne soirée :)
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Bonjour,
Nous sommes tous névrosés...à des degrés divers .
Ta dépression va mieux mais ce qui ressort maintenant c'est ta névrose phobo obsessionnelle de base.
" J'ai l'intention d'en parlerd'en parler à ma psychiatre et à mon thérapeute au plus tôt,"
Et c'est exactement ce qu'il faut faire, patience
J'appelle un chat un chat *
     *en Français dans le texte
d’accord, merci beaucoup. J’ai du mal à me dire que ça soit possible d’arrêter de me tester sans arrêt. Par exemple même si je guéris je continuerai de me rappeler que j’allais pas bien pendant que je regardais un film et donc ça va encore me ramener à m’évaluer quand on va me proposer d’en regarder un... peut être que j’y ferais même plus attention et que j’accepterai simplement... je sais pas...
Merci bcp et bonne soirée
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Mais de rien et repasse donner de tes nouvelles et ceci peut être assimilé à un TOC :
https://sante-medecine.journaldesfemmes.fr/faq/28073-toc-trouble-obsessionnel-compulsif
Le problème, c’est que dés le matin j’y pense. Je me dis aussi « il faut pas que tu penses a quelque choses » et ça me revient immédiatement. je me dis aussi « il faut pas que ty penses » mais rien que ça c’est y penser. ou quand je me dis « j’aimerais bien faire ça, j’ai hâte d’être là, j’ai envie de faire ça » j’y repense immédiatement comme si une part de moi voulait me rappeler que ça va pas et ne voulait pas me laisser vivre. J’en. trouve plus non plus à prendre de décision, dès qu’il se passe quelque chose de mal même banal je le ramène à mon mal être et je pars sur des « mais là aussi ça va pas, et si ça s’arrange pas ? » j’en suis même arrivée à me rappeler que je pense au fait que je vais mal. Cet été je dois aller en Corse et je me suis dit que j’avais hâte d’être dans la piscine et bien juste après mon mal-être est directement revenu et j’me suis dit que même entre corse j’y penserai. Plus tard j’ai repensé à mon voyage en corse et hop je me suis directement souvenue que là bas je penserai aussi que je vais mal. C’est comme si une part de moi voulait absolument aller mal.
Et c’est ça des que je me réveille le matin. Des que j’ouvre les yeux je me dis « tiens ty as pas pensé » ou « il faut pas que je pense a quelque chose » tout ça me ramenant au fait que je vais mal dans la seconde.
En fait j’ai besoin de ressentir que je suis guérie, j’ai besoin de le savoir. Si je ne le sais pas, je vais continuer ainsi sans que ç ait ait jamais de fin.

Je pense que ça c’est inguérissable, je ne sais même pas si vous allez comprendre, j’ai l’impression de devenir folle, ça m’angoisse, je suis épuisée
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
"je ne sais même pas si vous allez comprendre"
Et je comprends parfaitement ce que tu ressent rappelle toi :
https://sante-medecine.journaldesfemmes.fr/forum/affich-2368708-tentation-de-suicide-et-idees-noires#9

"Je pense que ça c’est inguérissable, "
Et tu te trompe...et nous revenons là aussi à ce que je t'avais dis en mars :
https://sante-medecine.journaldesfemmes.fr/forum/affich-2368708-tentation-de-suicide-et-idees-noires#3
mais tout ça fait partie de l’obsession ou ça va au delà ? je sais plus où mettre la tête

merci pour tout vraiment, je vous serai jamais assez reconnaissante
Andy31200
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Tout ceci fait effectivement partie de la névrose obsessionnelle et des troubles obsessionnels compulsifs (TOC )
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Pour un meilleur suivi nous allons poursuivre ici et rassure toi, la psychiatrie, c'est très difficile et tous les cas sont difficiles à traiter car il n'y a pas de recette ni de protocole comme en médecine somatique car chaque cas est un cas particulier
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
" Si j’ai changé de pseudonyme et d’âge c’est que je ne voulais pas que vous me trouviez"
D'une part il y avait similitudes des symptômes, d'écriture et la même inquiétude et puis je suis modérateur donc nous avons certains outils pour retrouver les internautes
"J’ai confiance en vous mais j’ai tellement peur."
Merci de me faire confiance et je comprends ta peur mais tu dois avoir encore plus confiance et surtout surtout être patiente et ne pas désespérer , tu es jeune, tu as de la ressource donc mon pronostic est bon
Je m’excuse encore pour ce que j’ai fait, j’espère ne pas vous avoir blessé et je vous fais vraiment confiance. Vous m’aidez énormément à surpasser cette douleur.

Le problème est que pendant à peu près 6 ans j’ai eu des crises suicidaires et un jour je me suis réveillée en me sentant bien, apaisée, et plus du tout concernée par la dépression. J’avais en plus cette motivation d’aider les gens. Je n’ai jamais su si j’ai guéri naturellement ou si ce sont les médicaments qui ont eu cette effet là. En janvier comme vous le savez je suis tombée en dépression et cette phase est totalement partie. Depuis je me bats pour la retrouver. Le problème est qu’il y a deux semaines j’ai ressenti un changement dans ma maladie : j’y pensais bcp moins. Et c’est la ou j’ai commencé à m’évaluer, à me demander si j’allais vraiment bien alors que ça m’angoissait plus qu’autre chose de faire ca. J’avais peur de me tromper ... Après une grosse crise le symptôme est revenu. Je ne sais pas comment faire si à chaque fois que j’ai un symptôme diminué je sois toujours là à m’assurer que je vais vraiment mieux. J’aimerais accepter que ça s’arrange et arrêter me poser les questions du genre « et là je vais y penser? » ou me tester à chaque fois.
Quand je serai guérie, il y aura aussi toujours ces situations qui me rappelleront mon état. Par exemple je vais dans une pièce, je me souviens que dans cette pièce j’étais pas bien, et bam j’y repense et je recommence à m’évaluer etc. En fait je pars du principe que si je ne trouve pas la phase dans laquelle j’étais avant janvier, je ne suis pas guérie. Et puisque à chaque amélioration je veille à me tester... ça ne va faire qu’empirer les choses. J’arrive pas à accepter que je vais aller mieux au fur et à mesure et pas d’un coup. Que cette phase je l’ai retrouverai petit à petit.
C’est pour ça que j’ai besoin de retrouver cette phase aussi soudaine que la dernière fois. Pour savoir que je suis guérie et pour ne plus me poser de questions et me tester.

Merci pour tout
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
Tu es excusée, bien sur
Comme dit plus haut,
tous les cas sont difficiles à traiter car il n'y a pas de recette ni de protocole comme en médecine somatique car chaque cas est un cas particulier
Exemple simple si tu te casse un bras et que ta copine aussi, vous allez suivre le même protocole
1° faire une radio .
2° examiner cette radio .
3° En fonction de la fracture , le chirurgien décidera la suite , simple plâtrage ? clous ? plaque + vis ? et dans sa prise de décision vos histoires de vie, vos caractères, vos réactivités , il en a rien à foutre, un psychiatre si et même si ta copine présente les mêmes symptômes psy que toi , la prise en charge sera différente
et souviens toi ce que je t'ai déjà dit :
En route vers la guérison, les progrès ne sont pas constants, il peut y y avoir du mieux soudain, puis, il peut il y avoir des paliers où on à l'impression qu'il ne se passe rien et même des moments où on va moins bien mais en définitive, on progresse....patience
Bonjour, j’ai vu une nette amélioration ces deux derniers jours. J’y pensais plus du tout à part qd une situation m’y ramenait ou que je me rendais compte que j’y pensais plus. Et puis j’ai commencé à flipper parce que je ne voulais pas non plus que toute ma vie des situations m’y fassent repenser et j’ai commencé à avoir peur que ça soit le cas. C’est sûrement moi mais depuis mon obsession est parfaite.
En fait c’est comme si une part de moi n’acceptait pas d’aller mieux et de ne plus être obsédée. Je me sentais vraiment mieux mais je ne veux pas qu’à chaque fois je gâche l’amélioration
Dés qu’il y a une amélioration je la détruits. Comment je peux aller mieux si je m’autodétruits ?
Partir est plus simple et rapide
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
C'est classique, tu ne supporte pas d'aller mieux et de faire le deuil des bénéfices secondaires et encore une fois :
"Quant à une thérapie, si tu es demandeuse de soin, partie prenante dans celui ci, dans l'alliance thérapeutique et en confiance, et aussi, si tu as vraiment envie d'avancer et d'aller mieux, cela sera efficace mais il faut savoir que les soins type psychothérapie peuvent mettre du temps avant d'améliorer les symptômes, patience donc...;) "

J'appelle un chat un chat *
     *en Français dans le texte
Je ne comprends pas comment je ne pourrais pas accepter d’aller mieux puisque je ne veux que ça
Messages postés
86218
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
23 février 2020
9 059
C'est un phénomène inconscient que l'on rencontre souvent dans le traitement des névroses, surtout phobiques, c'est surtout la perte des "bénéfices secondaires" qui est difficile,
https://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9n%C3%A9fice_secondaire
Le problème c’est qu’une fois que je serai guérie de mon obsession, j’ai peur que puisque je suis habituée à être obsédée, je recréée cette obsession moi-même alors que je suis guérie.
Je sais pas si c’est possible ou si je m’inquiète pour rien
1 2