Qu'arrive-t'il à ma vessie ?

Fermé
Signaler
Messages postés
2
Date d'inscription
dimanche 30 octobre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
30 octobre 2016
-
Messages postés
125461
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
21 janvier 2022
-
Bonjour,
Je viens ici pour vider mon sac et faire le point, et surtout demander de l'aide.
Il y a maintenant bientôt 4 mois, j'ai commencé à aller de plus en plus souvent uriner jusqu'à ce que l'envie devienne perpétuelle assez vite. Au début, j'ai cru à une infection urinaire bien que je ne ressentais aucune brûlure ni douleur, j'ai pris du monuril et attendu plusieurs jours, en vain, on m'a prescrit un autre antibiotique : oroken en prise sur 6 jours et cette fois ci, ça a très bien fonctionné, tout est redevenu normal dès le 2e jour de traitement et mon inquiétude s'est envolée... 2 semaines plus tard quelques jours avant mes règles ça a recommencé, je me suis dit que ça devait être lié aux règles et j'ai attendu, pendant la semaine de mes règles les symptômes étaient de nouveau partis puis ont repris à la fin de la semaine. J'ai réessayé monuril mais toujours pas de brûlures ni de douleurs, juste une envie constante assez éprouvante pour le moral. Monuril n'a pas marché alors j'ai réessayé oroken et cette fois ci les symptômes ont re diminué. J'ai suivi les 6 jours de traitement et les symptômes sont réapparus dès l'arrêt de la prise. Pensant que les bactéries n'avaient peut être pas toutes été supprimées on m'a re prescrit du oroken pour 6 jours, même schéma, les symptômes tendaient à disparaître puis cette fois ci, ils sont revenus alors que j'étais encore sous antibiotiques : oroken n'avait plus d'effet. J'ai arrêté la pilule contraceptive (minidril) pensant que ma vessie aurait pu être détraquée par les hormones et attendu... Pendant les semaines qui suivaient les symptômes étaient toujours la : envie constante d'uriner, parfois faibles parfois très fortes mais un jet urinaire toujours un peu faible, toujours pas de douleurs pas de brûlures. J'ai fait une échographie qui n'a rien révélé d'anormal, ma vessie se vide correctement, pas de problèmes aux reins ni aux ovaires, pas enceinte.. Je repars avec ma vessie vide mais toujours envie d'uriner et un médecin qui me dit que c'est dans ma tête. Pendant les semaines qui ont suivi j'ai essayé de prêter attention à ce que je mangeais et buvais en essayant de faire le lien avec les moments où la gêne était plus forte (sensation de vessie sur le point d'exploser alors qu'elle contient moins de 100ml) ça n'a pas donné grand chose, j'ai arrêté le café, je ne bois jamais d'alcool, je ne fume pas, j'ai arrêté de boire de l'eau gazeuse. J'ai essayé pendant un peu plus d'1 semaine de manger sans gluten, sans lactose et végétarien, les symptômes n'ont pas vraiment varié, pas disparu en tout cas.
J'ai fait plusieurs analyses d'urine et sanguine : rien d'anormal, pas de globules blancs, pas de leucocytes, pas d'infection à la chlamydiose.
Entre temps mon moral en a clairement pris un coup, j'ai commencé à avoir des idées noires et ce que je lisais sur Internet n'était pas vraiment pour me rassurer.
J'ai fait une cystoscopie il y a un peu plus d'une semaine maintenant et l'urologue a remarqué que la paroi de ma vessie était "un peu rouge et vascularisée" mais "presque normale". Au moment de remplir avec de l'eau pour tester la capacité vesicale j'ai ressenti une envie insoutenable assez rapidement, quand je lui ai dit d'ailleurs il a dit "quoi ? Déjà ?" j'ai une capacité vesicale inférieure à la normale, mais avant je pouvais tout de même être tranquille pendant 3 à 4 heures facilement.... Avant.
L'urologue m'a dit qu'il était presque sûr que je n'avais pas de cystite interstitielle (ce que je craignais) parce que je peux attendre 2-3heures avec mon envie d'aller aux toilettes bien que ce soit inconfortable, et surtout que généralement je ne vais même pas 1 seule fois au toilette la nuit.. Et aussi je n'ai pas de douleurs, juste cette p****n de gêne ou cette envie d'uriner qui se déclenche super facilement (genre si je bouge trop, si je me retourne plus de 3 fois dans le lit, ou alors la gêne devient plus forte après un rapport sexuel mais pas de douleur pendant). Et enfin il m'a dit que c'était une maladie assez rare et qu'elle touchait des femmes plus âgées généralement (je n'ai même pas encore 18 ans) et aussi je ne suis pas sujette aux cystites (j'ai du en avoir 2 maximum dans toute ma vie)...
Néanmoins on sait toujours pas ce que j'ai. Je suis actuellement sous Ceris pour 1 mois même si l'urologue ne pense pas non plus que j'ai une vessie hyperactive.. Le médicament fait que je sens un peu moins ma vessie mais je suis toujours gênée, je ne suis pas à l'aise dans mon corps c'est très pesant.
Je ferais tout pour m'en sortir, j'en peux plus de tourner en rond je sais pas quoi faire, je déprime beaucoup et j'ai tellement peur de rester comme ça pour toujours, je veux que tout redevienne comme avant...

Si quelqu'un a déjà vécu ça, a une idée de comment je pourrai m'en sortir, j'appelle à l'aide, sauvez moi s'il vous plaît
Merci d'avance

Attention au langage, mot grossier => suppression automatique
la modération
A voir également:

3 réponses

Bonjour,

Je tombe sur ton message datant de plusieurs années et je me restrouve.... Alors je jette une bouteille à la mer car peut-être me repondra tu...
As tu réussi à régler le soucis ?!
Je duis dans le même état. 8 mois que je traine ça et mon état mental commence a en pre dre un coup... J'ai l'impression que je ne m'en sortirai jamais et les médecin me disent que je n'ai rien ????
Merci d'avance
6
Messages postés
125461
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
21 janvier 2022
25 165
Près de 5 ans après, il m’étonnerais que tu ais une réponse et mon conseil sera le même que ci dessus
0
Messages postés
125461
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
21 janvier 2022
25 165
bonsoir et bienvenue,
Extrait de la charte de ce forum :
"Les questions posées doivent être courtes et précises et ne pas donner lieu à un long exposé d'une situation personnelle trop complexe, qui risquerait d'être à la fois mal expliquée et mal comprise. "
Et là on en est loin hein ? mais bon, j'ai tout lu .
"Si quelqu'un a déjà vécu ça, a une idée de comment je pourrai m'en sortir"
Chaque cas étant un cas particulier, je ne suis pas sur qu'un échange d'expérience puisse t'amener une réponse fiable.
Ce que je vois dans cet écrit, c'est que cette situation te met en souffrance psychique et tu n'es pas loin de débuter un état dépressif réactionnel ( ce qui est logique compte tenu de tous ces problèmes) si ce n'est pas déjà le cas.
Il serait bien de te faire aider par un professionnel, qu'en pense tu ?
1
Messages postés
2
Date d'inscription
dimanche 30 octobre 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
30 octobre 2016

Je suis désolée, j'avais peur qu'on me propose des solutions que j'ai déjà testées et je n'ai pas réalisé que mon message était beaucoup trop long... Merci d'avoir tout lu et merci pour ta réponse..
Je ne comprends pas trop ce que tu entends par "un professionnel" parce que je suis déjà allée consulter un médecin généraliste, un radiologue, un urologue, et une sophrologue psychothérapeute mais je ne suis pas plus avancée que ça..
0
Messages postés
125461
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
21 janvier 2022
25 165
J'entends par là un professionnel en santé mentale, le mieux serait un médecin psychiatre afin de bien évaluer ce qui se passe et t’orienter vers une thérapie , un traitement qui te convienne, pas sur par exemple que la sophrologie soit indiquée pour toi.
Tu peux prendre RDV chez un psychiatre en libéral ( remboursé mais risque de dépassement d'honoraire parfois, se renseigner avant )
Tu peux aussi prendre RDV dans un CMP ( Centre Médico Psychologique ) proche de ton domicile, service public, gratuité des soins, aucune avance d'argent.
NB: Les psychologues en libéral ne sont pas remboursés
NB 2 : vider son sac à du te faire un peu de bien mais c'est mieux de le faire de vive voix, tu as besoin de parler, d'en parler , d'où mon conseil
NB 3 : je vais devoir me déconnecter car j'ai une urgence absolue, l'apéro
l

J'appelle un chat un chat *
     *en Français dans le texte
1