Ma mère refuse de divorcer

Calliste - Modifié par Calliste le 10/08/2015 à 12:29
begonie Messages postés 85132 Date d'inscription mardi 13 avril 2010 Statut Modérateur Dernière intervention 26 février 2024 - 10 août 2015 à 13:45
Bonjour à tous,
.
Je vous écris car j'ai besoin de conseils et d'un avis extérieur sur ma situation. J'espère ne pas être jugée.
.
Je suis une jeune fille âgée de 16 ans, presque 17. Ma soeur aînée à 19 ans, et mon petit frère en a presque 12. Nous vivons avec nos parents. Nous n'avons jamais été des enfants à problèmes : aucun de nous n'a fait subir à nos parents de "crise d'adolescence", nous sommes calmes, sérieux, nous avons toujours eu d'excellents résultats scolaires. Nous avions donc tout pour être heureux.
.
Cependant, depuis plusieurs années (depuis que je suis en 5è je dirai, sachant que je passe en Terminale en septembre 2015) le comportement de mon père se dégrade. Il subissait des pressions au travail, mais je pense que ce n'était pas seule raison. Il a commencé à avoir régulièrement des énervements sans raison, et nous tenait pour responsables, se défoulait sur nous. Au début c'était de temps en temps, puis de plus en plus souvent, voire tous les jours. Ca a commencé par des menaces " je vais te défoncer ta gueule " puis des insultes " sale monstre " " tu me dégoûtes " "tu me casse les couilles " , puis c'est arrivé à des extrêmes "putain de ta race".
.
Parallèlement à ça, je souffre d'une scoliose depuis l'âge de 5 ans, et je n'ai été soignée qu'en 5e, justement quand ça a commencé. J'ai porté un corset (pour lequel mon père m'a dit que c'était "bien fait pour ma gueule" car il considère que JE suis responsable de ma scoliose). Ma scoliose n'a jamais été prise au sérieux par mon père, ni même mes douleurs, il m'a toujours traitée de menteuse.
.
Evidemment, devant les autres, il mettait son masque de père parfait et personne n'en savais rien.
.
L'an dernier (juin 2014) j'ai été opérée de ma scoliose, vis-à-vis de mon père ça a été catastrophique, il a débarqué à l'hôpital furieux et nous a incendiées ma mère et moi, en hurlant et nous insultant de tous les noms. Sachant que la douleur physique était déjà insupportable, ça a été très dur psychologiquement. Je devais gérer la douleur physique, psychologique, et voir ma mère effondrée tout le temps en prime.
.
Depuis, c'est l'enfer, les insultes et les cris pleuvent tous les jours, tout est de pire en pire. En février j'ai été hospitalisée 1 mois en rééducation, j'en ai profité pour parler à une psy qui nous a orientés vers un CMP pour une thérapie familiale. Mon père y est allé une fois mais depuis il refuse d'y retourner. Suite à mon opération (juin) il a été vu par notre médecin et a avoué ressentir de violentes envies de meurtre. Il a refusé l'hospitalisation et a été mis en arrêt maladie pour dépression, et suivi par un psychiatre une fois tous les 15 jours. Cependant mon père est dans le déni, persuadé de ne pas avoir besoin de psy, il dit que c'est MOI le problème, pas lui. Il ne prend pas ses traitements.
.
Je n'en peux plus, et exhorte de plus en plus ma mère à le quitter. Elle a toujours refusé, même si ces temps ci elle l'accepte mieux. Cependant, elle ne veut pas le quitter : si LUI s'en va, elle le laisse, mais elle ne le quittera pas. Ça me rend furieuse, je la trouve parfois égoïste, je n'en peux plus. Je me fais peut-être réopérer en décembre et mon dos me fait horriblement souffrir, pourtant je n'en dis rien car là encore, je me fais traiter de menteuse par mon père.
.
Lorsque je décide de "faire la gueule" à ma mère, pour lui faire comprendre que je reste sur ma position, elle me culpabilise et dis que JE suis égoïste, que je ne pense pas à elle, que c'est dur pour elle aussi, etc. Moi, égoïste ? Mais je ne fais que ça, penser à elle, et à mes frères et soeurs ! Si tout va bien, ma soeur et moi n'avons plus qu'un an, maximum deux à passer à la maison. Mais et mon frère, il n'a que 11 ans ! Il doit subir ça jusqu'à sa majorité ? Et ma mère, elle se voile la face, elle même elle m'a déjà parlé de suicide !
.
Je suis à bout, je ne sais pas quoi faire. Si je pousse ma mère à partir je me heurte à un mur, et on me fait passer pour la méchante. Mais si je ne fais rien, je dois la regarder devenir un zombie, insulté sans cesse par mon père ? Je dois continuer à subir ça, en plus de mes problèmes de santé ?
.
Je dois aussi préciser une chose : je suis persuadée que mon père souffre de DFT (Démences/dégénerescence fronto-temporale). Sa mère avait le même type de comportement et lors d'un IRM, il a été montré que beaucoup de cellules nerveuses au niveau fronto-temporales étaient mortes. Aucune suite n'a été donnée malheureusement, et elle est décédée en octobre 2013 (si mes souvenirs sont bons).
.
Je vous remercie d'avoir lu, et espère avoir une réponse,
Bonne journée.

1 réponse

begonie Messages postés 85132 Date d'inscription mardi 13 avril 2010 Statut Modérateur Dernière intervention 26 février 2024 9 454
Modifié par begonie le 10/08/2015 à 12:24
Bonjour.

Cette thérapie a donc été interrompue suite au refus de participation de ton père ?
Ou ... vous (la maman et les enfants) ont pu continuer malgré " l'absent " ?

Bonne journée, bonne soirée ou bonne nuit !
begonie
0
Bonjour, ma mère ainsi que nous trois (mon frère , ma soeur et moi ) continuons à y aller, sans mon père. La prochaine séance est prévue fin août. Les thérapeutes étaient assez choquées que mon père ne vienne plus, mais on ne peux pas le forcer...J'ai essayé de faire chanter mon père en disant que s'il ne venait pas, je contacterai son psychiatre. Il l'a très mal pris, j'ai même cru qu'il allait me frapper. Depuis je ne préfère plus évoquer le sujet ...
0
begonie Messages postés 85132 Date d'inscription mardi 13 avril 2010 Statut Modérateur Dernière intervention 26 février 2024 9 454
Modifié par begonie le 10/08/2015 à 12:34
L'important c'est que vous continuez, en famille, à rencontrer les thérapeutes et soulève la question durant cette prochaine réunion.

Ton papa ne s'oppose pas à ces rencontres qui continuent malgré son absence (enfin un absent est malgré tout toujours présent) ... ?
0
Mon père ne s'oppose pas à ce qu'on y aille, il n'y a aucune communication entre nous. Souvent, il ne prend pas les repas avec nous, il ne nous parle pas, si l'un d'entre nous (enfants) veut sortir avec des amis, notre mère nous oblige toujours à lui demander la permission, mais il répond toujours " fais ce que tu veux, je m'en fou". Qu'on y aille ou pas il ne réagit pas. Mais je sais qu'il cogite beaucoup et à mon avis il doit faire plein de suppositions sur ce qu'on dit aux thérapeutes.
.
Evidemment, lorsqu'on y va, on ne parle presque QUE de lui, donc il est omniprésent malgré tout ...
0
begonie Messages postés 85132 Date d'inscription mardi 13 avril 2010 Statut Modérateur Dernière intervention 26 février 2024 9 454
10 août 2015 à 12:43
Continu les réunions.

La famille est un système et le fait d'y aller (ou de refuser d'y aller) a de toute façon un effet sur les uns et les autres membre de ce petit cercle.

Tu cites : . " J'ai essayé de faire chanter mon père en disant que s'il ne venait pas, je contacterai son psychiatre "

Il voit un psychiatre pour quel motif ?
0
Comme je l'ai expliqué, suite à mon opération et à son "pétage de plomb" cataclysmique, il a vu mon médecin traitant (à la base c'était pour une blessure je crois) et ils en ont parlé, mon père a avoué qu'il ressentait des envies de meurtres très violentes. Comme il a refusé d'être hospitalisé, il a dû voir un psychiatre. Le psy l'a diagnostiqué en dépression sévère et depuis ils se voient tous les 15 jours. Malheureusement, mon père est dans le déni total, refuse d'écouter le psychiatre, il est persuadé qu'il n'en a pas besoin, et ne prends pas ses traitements. Mais devant le psy, il fait mine de l'écouter.
0