Depression

Signaler
Messages postés
2
Date d'inscription
dimanche 18 mai 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
19 mai 2014
-
Messages postés
75511
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 novembre 2021
-
Bonjour,

Mon fils, d'après son médecin, souffre de schizophrénie. Cette maladie qui lui pourrit la vie depuis de longues années, il a 29ans, l'enferme dans la tristesse, les larmes et le silence. Je l'ai fait hospitaliser à trois reprises mais son état ne s'est jamais améliorée, aucun médecin ne l'a dirigé vers un psychologue pour l'aider à mettre des mots sur ses maux. A la maison, il s'enferme, fume, se connecte ou regarde la télévision mais refuse tout contact avec les autres.Il passe par des étapes où il vient me dire quelques mots et m'exprimer son affection mais en ce moment, il refuse même de manger ce que je prépare et a arre^té son traitement.
Les causes de l'état de mon fils sont nombreuses. Son père nous a quittés depuis longtemps. Nous avons traversés les années de terrorisme dans l'angoisse mais pour lui, élevé dans un milieu de francophones avec une mère qui n'a jamais porté le foulard ni changé sa façon de vivre et qui de surcroit présente des émissions à la radio, le choc a été terrible, du coup, il ne savait plus à quel saint se vouer. Il m'avait à l'époque raconté des aventures qu'il avait vécues comme un cauchemar; j'avais essayé de le rassurer, nous avions vu un psychologue mais, vulnérable et innocent, son mal avait pris des proportions que je ne soupçonnais pas. Le départ de sa soeur à l'étranger pour faire ses études n'a rien arrangé .
Je dois encore le ré-hospitaliser mais j'ai peur de sa réaction; j'ai vécu la même chose l'année dernière à la même période.
Je souhaiterai l'emmener à l'étranger pour une prise en charge sérieuse mais je ne sais pas comment faire. J'ai l'impression que mes dernières forces m'abandonnent.
Son père est naturalisé français mais il ne donne plus signe de vie.
Conseillez-moi s'il vous plait. C'est la première fois que j'ouvre les vannes de ma [souffrance-definition souffrance] à quelqu'un et il s'adresse à vous, hommes, femmes que je ne connais pas mais auprès desquels je cherche aide et consolation.

Je vous salue.

3 réponses

Messages postés
102027
Date d'inscription
mercredi 7 octobre 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
23 juin 2021
19 082
Bonjour

Ce n'est pas forcément aux médecins de le diriger vers un psychologue ou psychiatre.
Mais à vous deux d'en faire la démarche ...

Il est hospitalisé dans un centre de santé mental ?
Messages postés
2
Date d'inscription
dimanche 18 mai 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
19 mai 2014

Merci d'avoir répondu si vite à mon courrier.
En fait c'est pendant ses périodes d'hospitalisation que mon fils n'a pas été suivi sur le plan psychologique.
Je ne sais pas si je peux appeller, un centre de de soins, un hôpital psychiatrique où l'on enferme les malades en les bourrant de medicament.
Cela fait très mal de voir des personnes derrière des grilles à quémander des cigarettes pour tuer le temps alors que dans les superbes jardins de cet hôpital qui surplombe la mer, le temps rayonne.
J'ai demandé au directeur de l'hopital qu'il était possible d'aider ces malades en leur permettant de voir la lumière et peut-être même de les occuper; il m'a répondu qu'il ont un manque de personnel! Dans un pays où l'argent coule à flots sans que des jeunes ne puissent trouver du travail, c'est triste.

Tessa
Messages postés
102027
Date d'inscription
mercredi 7 octobre 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
23 juin 2021
19 082
Dans un hôpital psychiatrique il y a la visite d'un psychiatre tous les matins au chevet des malades normalement (en France c'est comme ça )

Difficile de laisser les personnes sous traitements dehors au soleil . Les risques sont important .

Les occupations sont souvent très limité en effet.

Il existe peut être d'autres centres que celui ci .
Messages postés
75511
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 novembre 2021
9 298
Bonjour.

Ouvre ce lien. Tu y trouveras quelques informations qui t'intéresseront probablement.

https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2567322-schizophrenie-definition-symptome-medicament-traitement-cause/

Une rencontre avec un médecin-psychiatre serait utile, déjà pour préciser le diagnostic et lui prescrire un traitement adapté à son état actuel.

PS : Qui a mis ce diagnostic de " schizophrénie " ?
Bonjour,

Merci de répondre à ma detresse.
Mon fils est suivi par un psychiatre depuis plus de cinq ans, c'est donc lui qui a parlé en premier, de Schizophrénie. Avant cela, mon fils était au plus mal. Il était violent, s'enfermait dans sa chambres porte et fenêtre closes car, disait-il, il entendait les voisins se moquer de lui. Avec le traitement de son psychiatre, il s'est senti mieux jusqu'au jour où il a cessé de le prendre. Je l'ai hospitalisé à reprises mais c'est plein de colère qu'il est revenu à la maison.
Ce sont toutes ces raisons qui me font craindre son hospitalisation.
Merci pour le lien, je vais le consulter tout de suite.

Tessa
Messages postés
75511
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 novembre 2021
9 298
Prend contact avec le prescripteur de sa médication en l'informant qu'il a arrêté de prendre ses médics.
Il a un rendez-vous planifié pour quelle date ?
Il refuse de retourner chez son médecin, je l'en ai informé mais à part être désolé, que peut-il faire?
Pensez-vous que mon fils se sentirait mieux s'il travaillait? Il a émis ce désir mais je ne sais pas s'il ira jusqu'au bout car il change d'avis d'un moment à l'autre.
Messages postés
75511
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 novembre 2021
9 298
S'il ne mange plus et s'il a arrêté sa médication il n'ira pas mieux, au contraire.

Si c'était possible, au cas où cela existe en France, il devrait pouvoir vivre dans un foyer, un lieu de vie pour schizophrènes.
Faudra te renseigner auprès des professionnels qui se sont déjà occupés de sa maladie et de ses difficultés.
Retourner travailler .... voir toujours avec son médecin-psychiatre s'il en a les moyens.
J'en doute, peut-être dans un atelier protégé.