Grandir / mal être

Signaler
Messages postés
2
Date d'inscription
mardi 9 juillet 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
9 juillet 2013
-
Messages postés
2
Date d'inscription
mardi 9 juillet 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
9 juillet 2013
-
Bonjour a tous,

J'ai 17 ans, je suis depuis 1 ans sujet a différents troubles anxieux, tel que les TOC, les phobies, et les idées intrusives, ( noires des fois ), mais je tiens a aller mieux. Depuis 6 mois le passé est presque oublié, mon 1er amour aussi( avec qui je suis resté 14mois) difficile rupture. Même si il est difficile d'aimer ma copine actuelle. Rien ne m'attire, même les études, je suis considèré comme sensible, intelligent ( peut être trop)
J'ai désormais une peur bleue, de quitter mes parents, de grandir, de tomber dépressif ou fou. Évidement je ressors et je suis moins hypocondriaque et agoraphobe. J'ai prit du ZOLOFT pendant 5 mois, mais j'ai réussi a arrêter, je pars du principe que la médication ne peut rien contre mon mal être, la clé est en moi. J'ai pourtant mon BAC mes études, des amis, une famille qui m'aime et une petite amie ( mais la relation est différente de mon 1er amour ).
J'ai donc entamer la sophrologie. Mes symptômes du quotidien sont des céphalées de tentions ( nuque, front, coudes, genoux) je pense trop et me regarde vivre, des phobies comme celle d'être fou ou de me jeter par la fenêtre ( je n'ai pas envie de mourir ) et je ne me sens pas vivant, je rigole moins, je suis entre l'enfance et l'adulte, tout me semble âpre comme un cachet d'aspirine. J'ai peur d'être dépressif et de rester mal.
Je ne cherche pas a être heureux, car celui qui cherche a l'être ne le sera jamais.
Je veux être souriant, sociable, drôle, comme je l'ai été, pendre goût à tout et au moment présent. J'arrive tout de même à avoir des petits et courts moments de bien être, je souffre de cela, mais je pense que je peux aller mieux, même bien, en tout cas j'y compte bien.

Merci de votre lecture.


Ps: je fume des clopes, bois très peu, mange convenablement et je dors assez bien.

2 réponses

Messages postés
5
Date d'inscription
mardi 9 juillet 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
9 juillet 2013
6
Bonjour,

Il arrive souvent qu'à l'adolescence, le passage entre l'enfant et l'adulte et difficile ce qui provoque "le blues", la "déprime"..
Mais tout ça n'est qu'un court moment.
Pour remédier à ça, va voir tes amis (même si tu ne veux pas, force-toi), rencontre du monde, évite de te refermer trop sur toi même ..

Tu verras que quand tu auras quitté la puberté, tout ira pour le mieux niveau blues. Ne pas vouloir grandir c'est un classique. Tu n'es peut-être pas encore prêt à te voir devenir un adulte mais tu peux me croire, ce n'est pas parce que l'on est un adulte qu'on ne peux pas faire des trucs d'enfants bien au contraire!

Accepter ton nouveau corps et dure mais tu n'as pas le choix. :(
Et puis, c'est normal d'avoir peur de tout! Chacun à peur de quelque chose, c'est obligé. Niveau amour il faut savoir parfois oublier pour aimer de nouveau. Aimer c'est l'union de deux êtres qui s'aiment. Si elle ne t'aime pas, tant pis pour elle elle ne te mérite pas, c'est tout ! Profite de ta nouvelle copine qui vois tout en toi et essaye de la rendre heureuse ça te rendra heureux !

Evite aussi tout ce qui est drogue, cigarette.. C'est quelque chose qui active le plus souvent la déprime et ensuite c'est dure de s'en débarasser.

Et bien tous ces conseils ne vaux pas grands chose évidemment alors tu peux toujours aller voir un psychiatre pour adolescent (il n'y aucune honte à aller en voir un, c'est comme un médecin et elle s'est de quoi elle parle!)

Un dernier conseil:
" Dans la vie, n'écoute pas ce que dis les autres car plus tard ils ne seront plus là"

J'espère t'avoir aidée ^^
Bonne Continuation,
Je suis avec toi ;)
Messages postés
2
Date d'inscription
mardi 9 juillet 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
9 juillet 2013

Merci de cette rapide réponse !
Une période qui s'étend sur combien de temps ? Je pense que je peux compter déjà depuis mi janvier, après je ne suis pas a plaindre, mais je me sens sans morale ni entrain, mais je sais pertinemment qu'il n'y a rien de grave... Enfin j'essaie de m'en convaincre.
Oui je viens de finir avec mon psycologue, mais je refuse la médication, cela n'enlève en rien le problème de fond et on n'est pas vraiment soit.
Moi qui voulait partir, maintenant je n'ai plus confiance en moi et vois tout en noir. Ahah :)