Alcool et dénie

Signaler
-
 jessy -
Bonjour,
Essentiellement depuis sa prise de retraite,( 4 ans déjà)
mon amie boit en cachette et nie cet état de fait, refuse les échanges à ce sujet. Lorsqu'elle a bu je m'en aperçoit dans son physique allure titubante , endormissement, gestes lents répétitifs, propos aussi répétitifs ,voire violents. Que faire pour lui faire prendre conscience de son état ? Merci

2 réponses

Messages postés
75628
Date d'inscription
mardi 13 avril 2010
Statut
Modérateur
Dernière intervention
7 décembre 2021
9 358
Bonjour.

Pour la personne qui vit avec une personne qui paraît présenter un problème d'alcool, le plus confortable sera de participer à des groupes de discussions qui ont comme objectif d'aider les proches à trouver des réponses aux multiples questions qui ont un lien avec la vie quotidienne ainsi que la relation en particulier.
Voici un lien vers un article de Santé-Médecine qui offre des informations à ce sujet :

https://www.alcoolassistance.net/1-104-Groupes-de-paroles-specifiques.php

Bonne journée, bonne soirée ou bonne nuit !
begonie
Bonsoir,

votre amie s'en aperçoit-elle le lendemain, lui arrive-t-il de percuter et de s'excuser, a-t-elle des trous noirs ou alors est-elle dans le déni total

J'ai été alcoolique, un jour mon compagnon dans un élan de désespoir et surtout d'amour m'a filmé à mon insu lorsque j'étais ivre, le constat fut sans appel, j'ai eu la honte de ma vie (ce n'est pas pour ça que j'ai arrêté, en tout cas pas tout de suite)

C'est lorsque je me suis fracassé le coccyx lors d'une chute dans les escaliers suite à une cuite que j'ai enfin voulu admettre à mon compagnon que j'avais un problème. ça n'arrive pas qu'aux autres, j'ai été punie, immobilisée plusieurs jours et souffrance extrême, kyste douloureux à la cuisse pendant plus de 6 mois ..... (sans compter que j'ai fait un trou dans le mur avec mon crane en bas des escaliers .....ouille ouille ouille)

Il est évident que c'est très difficile pour une personne qui a une addiction à l'alcool de le reconnaitre, on préfère vivre dans le déni. Etre alcoolique c'est LA honte suprême,

cela dit, bien souvent cela résulte d'une souffrance, il faut chercher la source, et c'est là le plus difficile.

Comme le conseille begonie qui a bien raison, essayez de vous mettre en relation avec un groupe de parole, si votre amie ne le conçoit pas, il va falloir user d'astuces, lorsqu'elle est est sobre (le matin "éventuellement" - je suis bien placée pour savoir qu'on peut ne pas être sobre le matin), tentez de discuter avec elle et lui faire admettre qu'elle a un souci, sinon il va falloir vous faire aider par un interlocuteur extérieur, votre amie a peut-être le besoin de s'exprimer, de se décompresser auprès d'un tiers, je n'en sais rien.....

un conseil, ne répondez pas à son agressivité, ne rentrez pas dans son jeu ça ne l'aidera pas (au contraire),

Bon courage à vous